logo
Accueil » Nos activités » Conférences » Décembre 2003
Conférence du samedi 13 décembre 2003

La soirée a débuté avec le mot de notre président, Louis Dubé, qui a présenté l'association des Sceptiques du Québec, fondée en 1987. M. Dubé en a profité pour résumer les buts de l'association : promouvoir la pensée rationnelle et l'esprit critique. Aujourd'hui, les Sceptiques du Québec comptent environ 400 membres et abonnés.

M. Dubé a précisé que les sceptiques sont des gens qui suspendent leur jugement jusqu'à la venue de preuves rigoureuses. Les sceptiques vivent dans un état d'incertitude. M. Dubé a ensuite situé l'encan dans son contexte : certaines idées paranormales sont incohérentes d'un point de vue logique et/ou sont physiquement impossibles. L'encan se veut une parodie humoristique du paranormal. Les profits amassés lors de l'encan servent à financer les activités des Sceptiques du Québec : organisation des soirées-conférences, publication de la revue « Le Québec sceptique , etc.

Evelyne Gadbois a ensuite présenté Michel Toulouse, le concepteur et fabricant des objets mis en vente… et son équipe de savants japonais qui travaillent dans son sous-sol. Il s'agissait du 6ème ou 7ème encan annuel de M. Toulouse. Celui-ci a indiqué que l'encan vise à illustrer l'existence de produits farfelus : « imaginez, par exemple, un type qui écrirait un livre affirmant que les pyramides en granit noir aiguisent mieux les couteaux. Prenez ensuite le temps de réaliser que ce type vendrait des livres… et non des pyramides! » Alain Bonnier, un ancien président de l'association des Sceptiques du Québec, a agi en tant qu'encanteur aux côtés de M. Toulouse et a animé cette info-pub du « Canal crédule achats ». Au dire de M. Bonnier, les profits amassés lors de l'encan seraient en réalité versés à une fondation nommée « Sceptiques au Soleil… » Vous trouverez un inventaire des principaux objets vendus plus bas dans cet article.

Mlle Gadbois a repris la parole après l'encan pour présenter le conférencier, Martin Bisaillon, et sa conférence : « Raël, cet inconnu. » « Martin Bisaillon, auteur d'un récent livre sur le mouvement raëlien (BISAILLON, Martin, RAËL. Enquête sur le mouvement raëlien, Les Éditions des Intouchables, 2003), est détenteur d'une maîtrise en histoire. Il a travaillé cinq ans à la télévision de Radio-Canada à titre de recherchiste. Il enseigne aujourd'hui l'histoire en milieu carcéral et donne des cours à l'éducation aux adultes pour le compte du Cégep Marie-Victorin. Il collabore également ? à titre de chroniqueur ? à l'émission du retour à la maison de la station de radio CIBL à Montréal et dirige une compagnie de production de disques. »

Le texte qui annonçait la conférence disait ceci :

Qui est Claude Vorilhon mieux connu sous le nom de Raël? Quelles sont les valeurs véhiculées par son mouvement? Au-delà de l'aspect libertin largement diffusé dans les médias du Québec et d'ailleurs, le mouvement raëlien de Claude Vorilhon distille une idéologie complexe et, pourrait-on dire, sinistre. En outre, cette idéologie répudie la démocratie et propose la fabrication de robots biologiques destinés à satisfaire ceux qui seront sélectionnés - on ne sait par qui - pour vivre dans un paradis appelé la « planète des éternels ». Le mouvement raëlien exerce des pressions financières et morales sur des individus dont la vaste majorité voue un culte inouï à Claude Vorilhon. Une telle dévotion est étonnante, voire incompréhensible pour l'observateur extérieur ayant analysé tous les aspects de l'oeuvre de Vorilhon. Le conférencier vous propose un voyage sur la planète bien terrestre de Raël et une critique des médias qui sont largement responsables, même complices à certains égards, de la promotion du mouvement raëlien au Québec.

La soirée s'est terminée par une période de questions et d'échanges entre l'auditoire et M. Bisaillon.

Encan humoristique d'objets ésotériques

Michel Toulouse

Voici la liste des principaux objets vendus :

  1. Un passeport pour voyage astral.
  2. Une bouteille d'eau diète « Aqua-Bon ».
  3. Des lunettes pour voir en 4 dimensions : elles sont conçues sur le même principe que les lunettes 3D (qui ont un verre rouge et un verre bleu), mais possèdent un 3e verre vis-à-vis du front (de couleur verte).
  4. Une caméra pour photographier des monstres marins n'importe où (un monstre marin de plastique est fixé devant l'objectif).
  5. Une souris d'ordinateur « fakir », avec des clous pointant vers le haut.
  6. Un piège à mauvais esprits : il s'agit d'un coffre dont le couvercle est relié à un élastique et qui, éventuellement, se ferme tout seul.
  7. Un scellant à fissures qui empêche les fantômes d'entrer dans la maison.
  8. Un certificat de maison non hantée.
  9. Un aquarium feng-shui : placez l'ouverture sur le côté, vers l'est. Il contient au maximum quelques centimètres d'eau?
  10. Un CD « Relaxez au son des OVNIS. »
  11. Une fiche de données techniques complètes d'un OVNI.
  12. Une boîte d'OVNIS à saveur de fruits.
  13. Un para-Lune, un para-Saturne et un para-Neptune pour se protéger des influences astrologiques de ces astres.
  14. Le guide pratique de l'astérologie, pour tout savoir sur les influences astrologiques des astéroïdes.
  15. Deux pots d'extraits de Yin et de Yang concentrés (made in China).
  16. De l'antisudorifique homéopathique en pastilles.
  17. Un chasse-vampire en aérosol « ail des bois ».

Raël, cet inconnu

Introduction

Martin Bisaillon

M. Bisaillon a tout d'abord présenté le plan de sa conférence :

  1. Une biographie de Claude Vorilhon, alias Raël.
  2. Les principales composantes de son idéologie.
  3. Un retour sur Clonaid et les médias.

1)Une biographie de Raël (Claude Vorilhon)

M. Bisaillon nous a lu une citation de M. Vorilhon qui illustre le ton que celui-ci emploie à l'égard de ceux qui le suivent :

Et ceux qui agissent contre le guide des guides et essaient de l'empêcher de mener à bien sa mission ou qui le côtoient pour semer la discorde parmi ceux qui le suivent verront leur vie devenir un enfer?

M. Bisaillon a commencé à s'intéresser à M. Vorilhon à la suite de la révélation médiatique de la naissance présumée de Bébé Ève, le premier clone humain. M. Bisaillon est resté perplexe devant la façon dont les médias se sont rués sur M. Vorilhon et l'une de ses évêques, Brigitte Boisselier, qui se serait improvisée généticienne pour les besoins de la cause. Lorsque les médias se sont désintéressés de cette nouvelle, M. Bisaillon a voulu découvrir ce qui se cachait derrière le gourou libertin vêtu de blanc. D'autant plus que très peu de choses ont été écrites sur Raël, mis à part les livres écrits par ce dernier.

M. Bisaillon a indiqué que l'histoire de la rencontre de M. Vorilhon avec les extraterrestres a peu d'importance en elle-même. Ce qui compte, c'est l'usage qu'en fait M. Vorilhon.

Avant Raël

M. Vorilhon est né le 30 septembre 1946 à Vichy, d'un père juif alsacien et de Colette Vorilhon. M. Vorilhon a vécu une enfance sans père, entouré de trois femmes : sa mère, sa grand-mère et sa tante. Il a grandi au village d'Ambert. Il a vécu une jeunesse difficile dans les pensionnats catholiques. Il n'était pas baptisé.

Il se serait masturbé pour la première fois à l'âge de 9 ans et aurait eu sa première relation sexuelle à l'âge de 14 ans, avec une serveuse de 20 ans qu'il aurait séduite par ses talents de chanteur.

Première passion : la chanson

En 1962, M. Vorilhon a 16 ans. Son père meurt. M. Vorilhon abandonne l'école et veut devenir chanteur. Il veut se lancer sous le pseudonyme de Claude Celler. Son style imitait fortement celui de Jacques Brel. Sa chanson la plus importante fut « Sacrée sale gueule. » Malheureusement, la conjoncture de l'époque met fin au rêve de M. Vorilhon : les chansonniers cessent d'être à la mode au début des années 70. Pour couronner le tout, son impresario se suicide en 1970. Claude Celler n'a jamais réussi à percer.

Deuxième passion : la course automobile

M. Vorilhon retourne vivre à Clermont-Ferrand. Il se marie dans les années 70 et a deux enfants. Il fonde une revue nommée « Autopop » qui lui permet de participer à des essais routiers et à quelques courses. Malheureusement, la seconde passion de M. Vorilhon est à son tour anéantie par la conjoncture de l'époque : en 1973 c'est le choc pétrolier. L'essence est rationnée et la course automobile interdite. M. Vorilhon perd tous les commanditaires de sa revue.

L'histoire de Raël : la version officielle

Le récit officiel de M. Vorilhon raconte que celui-ci décide alors d'aller se balader, seul, dans les volcans d'Auvergne. C'est là qu'il aurait rencontré, le 13 décembre 1973 au Puy de Lassolas, un extraterrestre vert venu en soucoupe volante. Cet Élohim lui aurait révélé comment la vie sur Terre a été créée en laboratoire par ses congénères. Il aurait annoncé à M. Vorilhon que celui-ci a été choisi comme représentant officiel des créateurs de l'humanité parce qu'il était ouvert d'esprit et, qu'étant peu instruit, il saurait transmettre aux autres Terriens ces explications d'une manière accessible. L'Élohim aurait indiqué à M. Vorilhon la nécessité de construire une ambassade pour recevoir les extraterrestres. M. Vorilhon devra amasser les sommes d'argent nécessaires à la réalisation d'un tel projet. Le pays choisi par les extraterrestres serait Israël. L'Élohim lui aurait enfin demandé de ne révéler cette rencontre à personne.

L'histoire de Raël : une autre version

M. Bisaillon a rencontré un homme de Clermont-Ferrand qui lui a raconté une autre histoire. Selon le témoignage de cet homme, l'histoire de la rencontre du 3ème type serait née lors d'une soirée bien arrosée entre amis. La rencontre du 3ème type fut imaginée parce que les extraterrestres étaient à la mode. À cette soirée participait le fils d'un baratineur qui a fait fortune en vendant des produits naturels à un public facilement impressionné par l'usage de termes scientifiques.

Le lendemain, M.Vorilhon alla raconter sa version officielle au journal « La montagne », mais ne fut pas écouté. Il décida de diffuser cette histoire en rédigeant un livre : « Le livre qui dit la vérité. » Son livre fut refusé.

L'animateur de télévision Jacques Chancel le remarque : il le trouve comique et l'invite à son émission « Le Grand échiquier. » Le passage de M. Vorilhon à cette émission, le 13 mars 1974, va changer le cours de sa vie. Il y raconte la version officielle de sa rencontre avec l'extraterrestre et se présente comme le messager des Élohims. On se moque de lui, mais il maintient son histoire et reste humble. Dans les semaines qui suivent, M. Vorilhon reçoit de très nombreuses lettres : des centaines de personnes l'ont cru. Il passe pour un martyr. Par la suite, M. Vorilhon est invité à l'émission « Samedi soir » de Philippe Bouvard, une émission concurrente du Grand échiquier. Le lendemain, il donne une conférence. C'est la popularité : Raël est né!

M. Bisaillon nous a expliqué que ce sont les médias qui ont véritablement créé Raël. Ses deux passages à la télévision ont eu un impact beaucoup plus grand que sa soi-disant rencontre du 3ème type.

MADECH

M. Vorilhon fonde ensuite, en 1975, l'association MADECH : le « Mouvement pour l'Accueil Des Élohims Créateurs de l'Humanité en laboratoire. » Mais MADECH est un mouvement démocratique. Il s'agit d'une association de type 1901 : tous ses membres ont un droit de regard quant à ses orientations. M. Vorilhon démissionne rapidement de la présidence, expliquant que ce mode de fonctionnement va à l'encontre de la géniocratie. La géniocratie serait l'idéologie des Élohims : seuls les êtres les plus intelligents devraient décider des orientations du mouvement.

Le mouvement raëlien

Peu de temps après sa démission, M. Vorilhon fonde, en 1976, son propre mouvement : le mouvement raëlien. Ce mouvement compte un président - Raël - et une fondation dont le but est d'assurer la subsistance du président. À ce moment, M. Vorilhon a déjà publié 2 livres et compte déjà des adeptes. Il crée sa doctrine.

Voyage à Montréal

M. Vorilhon vient faire un tour à Montréal en octobre 1976. Les médias francophones lui réservent le même traitement que les médias de France. M. Vorilhon se met à recruter des membres au Québec tant et si bien que le nombre de ses adeptes au Québec dépasse celui de France dès les années 80. Tous les membres sont des bénévoles. Et tout cela, malgré que les Québécois ne le prennent pas au sérieux.

Nouveau message

M. Vorilhon publie 5 livres au début des années 80, dans lesquels il rectifie ses messages. Il affirme maintenant qu'il reçoit des messages télépathiques des Élohims.

Son mouvement prend de l'ampleur et fait des recrus en Suisse, au Canada, en France et en Belgique. Beaucoup des premiers membres quittent le mouvement devant les extravagances du gourou; ils sont remplacés par de nouveaux membres qui acceptent inconditionnellement de voir leur président s'entourer de jeunes femmes, vivre dans un luxe ostentatoire et professer des théories farfelues.

Depuis 1976…

Raël continue de publier des livres. Le nombre de ses membres continue de croître. En 2003, le mouvement compte entre 500 et 600 membres au Québec, entre 300 et 400 en France, et beaucoup d'autres en Suisse, en Belgique et aux États-Unis. Le nombre total de membres, à travers le monde, s'élèverait à 4000 ou 5000.

Le mouvement raëlien fait du recrutement dans les écoles secondaires. Daniel Chabot, psychologue et enseignant, devient l'évêque de Raël pour l'éducation mondiale. Il donne une conférence sur la masturbation.

L'image que cherchent à projeter les membres du mouvement raëlien est celle de martyrs et de révolutionnaires qui sont à l'avant-garde.

La secte de Raël a obtenu le statut d'église au Québec. Raël se fait maintenant appeler « Sa Sainteté. »

2)L'idéologie du mouvement raëlien

L'idéologie

Voici les éléments centraux de l'idéologie de mouvement raëlien. Tous ces commandements viendraient des Élohims. M. Bisaillon nous a dit qu'en lisant les livres écrits par M. Vorilhon, il est difficile de déterminer qui serait l'auteur véritable : lui ou les Élohims.

  • L'humanité a été créée par des extraterrestres il y a 25 000 ans, à la suite d'expériences effectuées en laboratoire.
  • Raël est le demi-frère de Jésus. (Rappelons qu'à l'émission du Grand échiquier, M. Vorilhon affirmait n'être qu'un messager.)
  • Raël est le dernier des prophètes, même si les Élohims eux-mêmes avouent qu'il n'a pas l'envergure de Jésus ou de Bouddha. Raël est le Messie que les Juifs attendent.
  • Ceux qui suivent Raël - surtout s'ils contribuent financièrement au mouvement raëlien - ont une place réservée sur la « planète des éternels », où il ne pleut que la nuit. Ils y trouveront des robots biologiques conçus dans le but d'assouvir les désirs sexuels de chacun. La production de tels robots biologiques serait le but du clonage humain.
  • Nous sommes continuellement surveillés par des ordinateurs qui voient tout. Ce sont ces ordinateurs qui choisissent les élus qui iront sur la planète des éternels.
  • Lorsque le mouvement raëlien comptera 144 000 membres ou sympathisants, les Élohims déclencheront des cataclysmes pour ensuite recréer la vie sur Terre. Dans les années 80, M. Vorilhon prédisait la fin du monde par la guerre nucléaire.
  • Seul Raël peut communiquer avec les Élohims, par télépathie.
  • Les Élohims nous demandent de ne pas juger Raël.
  • Chaque membre doit tout léguer à Raël par testament, exception faite de sa maison. Si un membre anticipe des problèmes, les Élohims lui recommandent de tout léguer de son vivant.
  • Chaque membre doit verser 10 % de son salaire au mouvement raëlien, dont 1 % sert à assurer la subsistance du président.
  • Le samedi est jour de travail bénévole obligatoire pour la secte.
  • Raël a institué un nouveau calendrier : 1946, l'année de sa naissance, devient l'an 0. L'an 2004 devient ainsi l'an 58.
  • Les Élohims voient, entendent et parlent au travers de Raël.
  • L'intelligence de Raël a été augmentée au-dessus de celle de tous les humains par une machine lors de son voyage sur la planète des Élohims.
  • Raël ramasse de l'argent pour pouvoir construire, à Jérusalem, une ambassade destinée à recevoir les Élohims.

Psychologie, sexualité et famille

  • Raël prône les châtiments corporels (une bonne fessée) pour les enfants de moins de 7 ans qui nuiraient à l'harmonie de leurs parents. (L'expression « harmonie des parents » n'est pas clairement définie.)
  • Lorsqu'un enfant nuit à l'harmonie de ses parents, il est préférable - autant pour l'enfant que pour les parents - que ceux-ci l'abandonnent.
  • Les enfants doivent apprendre à donner et à recevoir du plaisir.
  • Il faut repousser les tabous.
  • Raël fait la promotion de la sexualité libertine entre adultes consentants.
  • Il faut décriminaliser les relations sexuelles entre adultes et adolescents de 14 ans ou plus. M. Bisaillon nous a raconté que Raël s'est marié, en 1991, avec une adolescente de 16 ans à l'Église épiscopalienne protestante. M. Bisaillon nous a dit que des membres de France ont été condamnés, à plusieurs reprises, pour détournement de mineur. Il nous a cité comme exemple Gilles Carbonel, l'ex-conjoint de Brigitte Boisselier, qui est accusé d'attouchements et d'agressions sexuelles sur la fille de cette dernière, qui avait 6 ou 7 ans au moment des faits présumés. M. Carbonel est en fuite.
  • Raël condamne la pédophilie.
  • La contraception doit devenir la règle, car nous n'avons plus d'espace vital.
  • Il faut effectuer une sélection génétique des hommes qui se reproduisent pour éviter que la race humaine ne dégénère.
  • Raël recommande à ses adeptes le respect des lois de leur pays.
  • Raël recommande le mariage lorsque celui-ci permet d'éviter des ennuis ou d'obtenir la citoyenneté d'un pays.

La politique

Raël veut être chef d'État. Il veut se faire construire une ambassade et y régner. Il s'est prononcé en faveur de l'indépendance du Québec en 1995. Il entretient des liens avec le Congo Brazzaville, où il a été reçu comme chef d'État par le dictateur Sassou Nguesso en décembre 2001.

Voici les grandes lignes de la conception de la politique véhiculée par M. Vorilhon :

  • Le suffrage universel est injuste, car même les « débiles » peuvent voter.
  • Il faudrait concevoir des tests qui établiraient qui peut voter.
  • Les groupes ethniques minoritaires doivent s'adapter ou mourir.

Les membres du mouvement raëlien se croient persécutés et vivent dans le fantasme d'une vie éternelle sur une autre planète. M. Vorilhon croit que les services secrets français et américains veulent l'assassiner.

En général, les médias présentent Raël comme un doux farfelu. Et malgré que les membres du mouvement raëlien croient à sa vision de la politique, remplissent les caisses du mouvement et constituent une armée de bénévoles dévoués, les médias mettent l'accent sur les rapports sexuels entre raëliens : ce serait plus vendeur!

Le gouvernement français surveille les allées et venues des porteurs de valises du mouvement raëlien, qui sont connus, mais serait incapable d'établir les finances de ce mouvement.

3)Un retour sur Clonaid et les médias

Les médias ont toujours manifesté de la complaisance à l'égard de Raël et de son mouvement. Ils accordèrent récemment une première place à la nouvelle de la naissance présumée du premier clone humain, le 27 décembre 2002.

L'annonce de la fondation de Clonaid a été faite par Claude Vorilhon et Brigitte Boisselier le 11 mars 1997, 19 jours après la naissance de Dolly, la brebis clonée. Des mères porteuses auraient été engagées. Mais M. Bisaillon se demande si Clonaid existe véritablement : Clonaid pourrait n'être rien de plus qu'un site Internet de Brigitte Boisselier. M. Bisaillon a spécifié que, devant un juge de Floride, Mme Boisselier a déclaré ne rien connaître au clonage! M. Vorilhon se dissocie officiellement de Clonaid, même s'il participe à toutes les tribunes sur le sujet. En 2001, Québécor, qui a déjà publié « La méditation sensuelle », publie un nouveau livre raëlien : « Oui au clonage humain. » Seuls les élus seront clonés. Des poupées gonflables pour tous!

Période de questions et d'échanges

On a demandé à M. Bisaillon s'il avait rencontré personnellement Raël. M. Bisaillon a répondu que non, précisant qu'il est très compliqué de rencontrer Claude Vorilhon.

M. Bisaillon a indiqué que Raël a la gâchette facile : il lance des poursuites judiciaires très facilement lorsque quelqu'un s'en prend à son image personnelle ou à celle de son mouvement.

Le livre de M. Bisaillon se veut un document de référence sur le mouvement raëlien, par opposition aux présentations médiatiques qui misent sur le caractère sensationnaliste. Son livre remplit ainsi un vide et est dépourvu de toute attaque contre le mouvement raëlien. Le livre n'émet aucun jugement.

Contrairement à beaucoup de mouvements sectaires, le mouvement raëlien recherche l'exposition médiatique et s'en nourrit.

Les adeptes de Raël adorent leur gourou.

Une personne de l'auditoire a demandé si Raël se croyait lui-même : est-il sincère ou ment-il consciemment? Souffre-t-il, par exemple, de paralysie nocturne et a-t-il des hallucinations, ou invente-t-il délibérément ses récits?

Cette question est demeurée sans réponse.

Quelqu'un a souligné que le nombre de « 144 000 adeptes » était extrait de l'Apocalypse.

Il n'y a pas de violence dans le mouvement raëlien.

On a fait remarquer qu'il est très facile au Québec de fonder sa religion. Jean-René Dufort est lui-même devenu chef religieux!

On a souligné que les jeunes, parce qu'ils sont en questionnement, constituent des proies plus faciles.

En France, on surveille plus attentivement qu'au Québec les groupes qui exploitent la crédulité des gens. Cette surveillance relève directement du bureau du premier ministre et a pour but de protéger la liberté des citoyens.


Compte-rendu rédigé par Daniel Fortier. Daniel Fortier tient à remercier Martin Bisaillon de lui avoir fourni les notes qu'il a utilisées pour sa conférence.

Copyright © 1999-2017 Les Sceptiques du Québec, inc.