Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Régime alcalin

Régime alcalin

Les pierres tombales font de mauvaises cartes de visite.
 

Régime prescrivant la consommation de divers aliments décrits comme alcalins. Le régime est censé amener le pH sanguin à un niveau de faible alcalinité (7,35-7,45), niveau que l'homéostasie du corps humain maintient quoi que l'on consomme de toutes manières. Les gourous du régime alcalin croient qu'ainsi, on impose moins de stress aux mécanismes homéostatiques, ce qui serait essentiellement bénéfique à la santé.

Certains des promoteurs du régime le croient capable de prévenir et guérir le cancer. L'un des plus connus du lot est sans doute Robert O. Young, qui traitait Kim Tinkham pour son cancer du sein quand elle est morte. (Mieux vaudrait dire: «qui conseillait», car un naturopathe ayant obtenu son diplôme par correspondance n'est pas qualifié pour traiter le cancer de qui que ce soit.) Tinkham, dont on parle plus en détails dans le site Web cancerangel.com, a connu une célébrité instantanée après son passage à l'émission d'Oprah Winfrey. L'animatrice lui a posé de nombreuses questions sur le fait qu'elle s'était basée sur Le Secret, dont Winfrey a fait la promotion à son émission, pour rejeter la chimiothérapie et chercher à se guérir sans l'aide de la médecine. (Si on ne l'a pas encore retirée de la Toile, on peut regarder l'émission par ce lien.) Le «médecin» traitant dont parle Tinkham est Robert O. Young, et son régime spécial est le régime alcalin. Bien entendu, on ne peut savoir combien de temps Tinkham aurait survécu si elle avait suivi les conseils de ses (véritables) médecins, qui recommandaient la chimiothérapie et une mastectomie. Ce qu'on sait, en revanche, c'est qu'une femme intelligente et possédée d'un ardent désir de vivre a choisi de suivre les conseils d'un charlatan plutôt que ceux de son médecin. Ou bien Young possède une personnalité charismatique (du moins, davantage que les médecins de Tinkham), ou bien Tinkham s'est lourdement trompée dans sa démarche. Un moment donné au cours de son «traitement», Young a affirmé qu'il avait fait régresser le cancer.

On voit à quel point Tinkham a succombé à la pensée magique quand elle évoque Le Secret, recueil des platitudes qui inspirent les désespérés de tous ordres depuis que le mouvement de la Nouvelle Pensée les a créées au XIXe siècle. Il y a pourtant certaines questions à propos du régime alcalin qui devraient susciter beaucoup de scepticisme relativement à ce qu'affirment Robert O. Young et compagnie à son sujet. Il y a aussi quelques détails à propos de Young lui-même qui auraient dû faire sonner l'alarme à foutaises de Tinkham. (Voir l'entrée sur Robert O. Young pour obtenir davantage d'information sur ce douteux personnage.)

Aucune étude effectuée sur des sujets humains ne corrobore l'efficacité du régime alcalin dans la prévention ou le traitement du cancer, mais cette thérapie est néanmoins populaire parmi ceux qui croient que les traitements naturels devraient toujours primer sur la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chirurgie. Plusieurs seront persuadés de la valeur du régime alcalin contre le cancer parce que des études en laboratoire ont montré que certaines cellules cancéreuses croissent plus vite dans une solution acide, et que certains produits employés en chimiothérapie deviennent plus efficaces si le milieu dans lequel se trouve une cellule tumorale devient plus alcalin.* Malheureusement, rien ne garantit que ce qui fonctionne in vitro le fera in vivo. Quoi qu'il en soit, le régime alcalin ne peut marcher puisqu'il ne peut avoir d'effet véritable sur l'alcalinité ou l'acidité des cellules.

Le premier indice que le régime ne vaut rien dans le traitement du cancer, c'est le principe général sur lequel il se base, à savoir qu'un changement de diète peut produire un changement dans l'acidité du sang. Il est absolument faux de prétendre que l'alimentation peut modifier de façon importante le taux d'acidité du corps. Tout ce que l'on consomme passe par l'estomac, milieu hautement acide (dont le pH varie de 1,5 à 3,5) et donc idéal pour la pepsine, principale enzyme digestive responsable de la décomposition des aliments. Ce qui peut avoir un effet sur le niveau d'acidité stomacale, ce sont la quantité d'aliments ingérés, les infections et le stress. Consommer ce qu'on désigne comme acide ou alcalin n'a aucun effet sur le pH de l'estomac.* Les aliments acides ou alcalins n'ont aucun effet non plus sur le pH des cellules sanguines, malgré ce que peuvent en dire tous les Robert O. Young de ce monde. «Les mécanismes de l'homéostasie conservent l'acidité sanguine à l'intérieur d'une fourchette très étroite.»* L'alimentation a cependant un effet sur le pH de l'urine, qui est confinée à la vessie.

Les promoteurs du régime alcalin séparent les aliments en deux types, selon les résidus qu'ils laissent après consommation. Certains donnent un sous-produit alcalin (les fruits frais et les légumes crus), et d'autres, un sous-produit acide (les produits animaux, les grains entiers, les légumineuses et les graines). Ces sous-produits n'ont rien à voir avec le pH du sang qui, en passant, diffère pour les veines et les artères (le sang veineux est plus acide que le sang artériel).* Ceux qui divisent les aliments en deux catégories le font parce qu'ils croient que l'alimentation a un effet sur le pH des cellules sanguines, et que le maintien d'un sang légèrement alcalin est essentiel pour avoir une bonne santé, combattre le cancer, jouir d'une grande énergie, prévenir les allergies, et ainsi de suite ad nauseam. Rappelons que l'alimentation n'a aucun effet sur le pH du sang veineux ni du sang artériel.

Si de telles croyances sont fondées sur des faussetés, pourquoi sont-elles si populaires? On peut avoir une idée de l'engouement que ce régime provoque auprès des personnes chez qui on a diagnostiqué un cancer en lisant des témoignages comme celui-ci (d'un autre admirateur de Robert O. Young, qui n'a pas été inspiré par Le Secret, par contre, mais par un autre ponte de la Nouvelle Pensée, Tony Robbins):

En septembre, j'ai de nouveau trouvé du sang dans mon urine. Cette fois, il s'agissait de gros caillots, et le saignement s'est poursuivi pendant des jours. Je sentais également comme d'étranges vibrations venant de mon thorax. J'ai appelé mon médecin, qui m'a recommandé un urologue. L'urologue m'a donné un rendez-vous pour une cystoscopie; il voulait examiner ma vessie de l'intérieur. On m'a endormi pour cet examen, qui a duré moins de 30 minutes. Peu après mon réveil, l'urologue est venu me dire qu'il avait découvert deux petites tumeurs à l'intérieur de ma vessie et, selon lui, elles étaient malignes. Le rapport de l'histologie a confirmé ses soupçons. À l'âge de 36 ans, j'étais atteint d'un cancer de la vessie de niveau 3, phase 1 (G3Pt1)...
 
Sur mon lit d'hôpital, je me suis souvenu du séminaire de Tony Robbins auquel j'avais assisté des années auparavant. Il y avait parlé de son programme «Santé vivante», et de la façon dont on permet au corps de se guérir lui-même lorsqu'on vit sainement. Je me suis alors fait la promesse de changer mes habitudes et de commencer à vivre sainement.
 
Le jour même où je suis rentré à la maison, j'ai commandé en ligne de nombreux livres sur la santé et la nutrition. Ces livres donnaient souvent des conseils sensés, mais il y avait tant d'opinions contradictoires entre des auteurs également qualifiés que je suis resté perplexe et découragé. Dans un enregistrement audio de Tony Robbins, je l'ai entendu expliquer comment un excès d'acidité peut causer des ravages dans l'organisme, et comment il est possible de retrouver la santé et la conserver en adoptant un régime riche en aliments alcalins et un style de vie sain. Il a mentionné le Dr Robert Young comme l'un des experts dans le domaine.
 
Je me suis immédiatement fait venir tous les ouvrages du Dr Young, y compris «The pH Miracle». Ce que j'y ai trouvé m'a paru rempli de bon sens et parfaitement conforme avec ma certitude que la nature (ou Dieu) met à notre disposition tout le nécessaire pour rester en bonne santé et se guérir soi-même. Dès lors, j'ai résolu de suivre le programme miracle du Dr Young et d'obtenir la guérison par mes propres moyens.

Ce témoignage est extrait d'un journal Web, commencé fin 2006 ou début 2007, dans lequel le patient donne au jour le jour les détails de sa lutte contre le cancer: www.stopdoingcancer.com. Le lien est maintenant inactif depuis le 11 juin 2008. Dans son premier message, l'auteur explique qu'on l'a soigné pour le cancer de la vessie pendant plusieurs années, mais que «rien n'a marché», ce qui semble vouloir dire qu'après plusieurs années de chimio et quelques opérations, la maladie était encore présente. Il dit avoir laissé les médecins le charcuter et lui injecter toutes sortes de saloperies, mais que lorsque l'équipe médicale a commencé à parler d'une chirurgie radicale pouvant avoir de grandes répercussions sur sa vie, il a décidé de prendre sa propre santé en mains.

Autant la femme qui a rejeté les traitements médicaux pour lutter contre son cancer que l'homme qui s'est tourné vers la médecine sans pour autant guérir ont trouvé plus attrayant de prendre leur santé en mains que de se soumettre passivement à un traitement dicté par des spécialistes. Pourtant, tous deux ont accompagné dans ses spéculations un personnage plus que douteux et ont commis l'erreur de croire qu'ils posaient ainsi le choix qui leur sauverait la vie. On peut comprendre pourquoi l'homme que plusieurs années de traitement médical n'ont pas guéri ne voulait pas accepter son sort et s'est montré réceptif à tout ce qui pouvait correspondre à son système de croyances, mais on reste perplexe devant une femme pourtant intelligente qui refuse d'emblée tout traitement médical alors que sa vie est en jeu. Certes, les personnes intelligentes n'ont pas toutes un comportement rationnel. Quelque chose chez Young a trouvé un écho chez elle, même si l'on voit difficilement de quoi il peut s'agir. Était-ce la peur qui l'a motivée? Oprah lui a demandé si la peur de perdre un sein la poussait à refuser la chirurgie et la chimiothérapie, mais Tinkham a nié que ce fût le cas. La question demeure une énigme.

Young et Shelley Redford Young

Young et son épouse, Shelley Redford Young (qui figure comme co-auteure de pH Miracle) basent leurs idées à propos du régime alcalin sur le concept de pléomorphisme exprimé dans les écrits d'Antoine Béchamp (1822-1895) et de Gunter Enderlein (1872-1968). Selon eux, «l'acidification et la croissance excessive de microformes négatives dans le corps sont à la racine de tout symptôme et toute maladie». Ce concept dépourvu de fondement a été abandonné par la communauté scientifique il y a longtemps.*

Les Young préconisent un régime riche en légumes et en fruits à faible indice glycémique, de même que le recours à divers suppléments et gadgets (qu'ils commercialisent, comme par hasard) pour détoxiquer le corps et «ioniser» l'eau potable. Ils recommandent d'éviter le sucre, la viande rouge, les crustacés, les œufs, les produits laitiers, les aliments transformés et raffinés, les céréales entreposées trop longtemps, les édulcorants artificiels, l'alcool, le café, le chocolat et les sodas, non parce qu'ils sont néfastes en soi, mais parce qu'ils nuisent à la capacité du corps d'«éliminer l'acidité excédentaire». Or, cette dernière expression n'a aucun sens. De plus, leur idée qu'une accumulation d'acide dans le sang - on ne sait trop ce que la chose veut dire - entraînera des maladies et une décomposition du corps est une autre de ces théories absurdes que le couple semble avoir tirées de son imagination.

Les Young rendent leur régime alcalin attrayant en racontant toutes sortes d'inepties à propos des organismes «trop acides». D'après Young, ils sont sujets à l'embonpoint, à la rétention d'eau, à une cholestérolémie élevée, à des calculs calciques et à l'apparition de tumeurs. Tous ces troubles seraient des mécanismes de défense du corps contre l'excès d'acidité. Encore une fois, l'idée est purement fantaisiste et aucune recherche scientifique ne la valide.

Gabe Mirkin, m.d., expert en santé, nutrition et médecine sportive, affirme: «Si quelqu'un vient vous raconter que votre organisme est trop acide et que vous devez utiliser ses produits pour le rendre plus alcalin, vous pouvez vous dispenser d'écouter le reste». Il ajoute:

Quiconque vous dit que certains aliments ou suppléments alimentaires peuvent rendre votre estomac ou votre sang acide ne comprend rien à la nutrition.
 
Il ne faut pas croire à l'importance de l'acidité ou de l'alcalinité des aliments, parce qu'aucun aliment ne peut changer le pH de quoi que ce soit dans votre corps, à part votre urine. L'estomac est un milieu tellement acide qu'aucun aliment ne saurait en abaisser le pH. Ni les agrumes ni le vinaigre ni les vitamines comme l'acide ascorbique ou l'acide folique ne peuvent changer l'acidité de l'estomac ou du sang. Un flacon au complet de comprimés de calcium ou d'antiacides ne changera pas l'acidité de l'estomac pendant plus de quelques minutes.
 
Tout ce qui quitte l'estomac est acide. Les aliments passent ensuite dans les intestins, où les sécrétions du pancréas neutralisent les acides stomacaux. Peu importe ce que l'on mange, les aliments sont acides dans l'estomac, et alcalins dans les intestins.
 
On ne peut changer le pH de quoi que ce soit dans le corps sauf l'urine. Le taux d'acidité du sang et des organes se maintient toujours à l'intérieur d'une fourchette très étroite. Tout ce qui serait susceptible de véritablement changer le taux d'acidité du corps pourrait vous rendre très malade, et même vous tuer (Mirkin 2003).

En conclusion, le régime alcalin n'a aucun effet important sur le pH sanguin. Même si les Young avaient raison à propos de l'importance du pH sanguin pour la santé (et ce n'est pas le cas), le régime alcalin ne pourrait pas être la clé d'une bonne santé, et encore moins présenter la moindre valeur dans le traitement du cancer.

 

 

[NdT: Le 26 janvier 2009, le rédacteur du blog Stop Doing Cancer rapporte qu'il a fini par avoir recours à la chimiothérapie!]

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)