Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Psychologie anomalistique

Psychologie anomalistique

«... le soi est loin de constituer un observateur neutre du monde.»
Daniel Shacter. The Seven Sins of Memory
 
 

Étude des expériences extraordinaires, y compris celles que l'on considère paranormales ou surnaturelles. La psychologie anomalistique étudie des sujets comme les expériences ressemblant à de la télépathie, de la clairvoyance, des apparitions d'ovnis, de fantômes ou d'anges, ou des expériences relatives au contact thérapeutique. On n'y présume pas d'emblée qu'une expérience bizarre est paranormale ou surnaturelle. La psychologie anomalistique tente d'expliquer les expériences extraordinaires par des facteurs psychologiques et psychiques connus, y compris la mauvaise plaisanterie et la fraude.*

Christopher French

Chris French, qui l'a enseignée pendant de nombreuses années, pense qu'il s'agit «d'une merveilleuse façon de se doter de tous les outils relatifs à la pensée critique».* L'auteur du présent article a déjà donné un tel cours et peut témoigner du fait qu'il s'agit d'une façon particulièrement intéressante d'enseigner cette pensée. En considérant les expériences extraordinaires comme moyen pour mieux comprendre les imperfections fondamentales de l'esprit humain, on peut examiner en profondeur des sujets comme la nature de la perception, la mémoire, le témoignage oculaire, et d'autres facteurs qui peuvent nuire à une connaissance exacte des choses.

La psychologie anomalistique est un moyen efficace d'étudier le manque de fiabilité de l'expérience personnelle en tant que chemin vers la vérité. C'est aussi une façon attrayante de gagner des étudiants à l'étude de la pensée critique; en effet, à peu près tout le monde s'intéresse aux expériences extraordinaires.

La psychologie anomalistique se penche sur une foule de sujets qui peuvent inclure ce dont il est question dans les articles suivants:

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2016 Les Sceptiques du Québec (version française)