Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Campagnes publicitaires pour l’athéisme

Campagnes publicitaires pour l’athéisme

Série de campagnes publicitaires en faveur de l'athéisme dont la première a été lancée en Angleterre par l'auteure comique londonienne Ariane Sherine. La première annonce disait: « There's probably no god. Now stop worrying and enjoy your life » (Dieu n'existe probablement pas, alors cessez de vous en faire et profitez de la vie). Les fonds nécessaires à la campagne ont été réunis par la British Humanist Association, et le scientifique Richard Dawkins s'est engagé à doubler les dons jusqu'à la somme de 5 500 livres. Les premières annonces ont été placardées sur quelque 600 autobus et dans de nombreuses stations du métro de Londres le 21 octobre 2008.* Un chauffeur d'autobus a refusé de faire son travail en raison de l'affiche.

Les Anglais ont l'intention de présenter 1000 annonces au sein du métro de Londres et sur les deux écrans géants devant la station de Bond Street. Les nouvelles publicités comporteront des citations de personnalités comme Albert Einstein, Douglas Adams et Katharine Hepburn. La campagne initiale a été reprise par des groupes athées partout dans le monde, et comprend maintenant des messages d'encouragement aux non-croyants sur des panneaux-réclames ou qui exigent la séparation de l'Église et de l'État.

Ariane Sherine

À l'origine, l'attention de Sherine avait été attirée par des annonces figurant sur des autobus qui disaient: « Quand viendra le Fils de l'Homme, trouvera-t-il la foi sur Terre? » suivi d'une adresse Internet. Dans le site en question, elle apprit que ceux qui ne reconnaissent pas Jésus « passeront leur éternité dans les tourments de l'enfer ». Elle se sentit poussée à réagir. L'idée d'une campagne publicitaire en faveur de l'athéisme a fait le tour du monde, et a été mise en pratique en Europe, en Australie, en Amérique du Nord, et en Amérique du Sud. On peut lire ici un échange entre Sherine et un théiste [en anglais].

La campagne de publicité sur les autobus a rencontré une levée de boucliers à plusieurs reprises.

En Australie, l'Atheist Foundation of Australia s'est plainte officiellement de discrimination religieuse auprès de la Victorian Equal Opportunity and Human Rights Commission après qu'on lui eut refusé l'affichage de messages en faveur de l'athéisme sur des autobus. Les messages qu'on a cherché ainsi à censurer disaient : « Atheism - celebrate reason » (L'athéisme - au nom de la raison). APN Outdoor les a rejetés, sans toutefois donner de motifs. L'Atheist Foundation et Metro Tasmania en sont arrivés à une entente après que le Bureau du Commissaire à la lutte contre la discrimination a ordonné la conciliation. Les annonces sont apparues sur les autobus de Tasmanie en 2010.* En mars de la même année, on a commencé à voir des autobus portant des messages semblables à Melbourne.

Washington, D.C.

À Washington, D.C., les messages étaient commandités par l'American humanist Association. Y ont répondu des annonces du Center for Family Development local. Le message des athées disait: « Why believe in a god? Just be good for goodness' sake » (Pourquoi croire en un dieu? Soyez bon par pur altruisme.) La réplique des croyants était: « Why Believe? Because I created you and I love you, for goodness' sake. - God (Pourquoi croire? Parce que Je vous ai créés, et que je vous aime, par pure bonté. - Dieu).

En Irlande du Nord, les messages athées ont été interdits pour les autobus, mais ils peuvent figurer sur les abribus, les écrans numériques et les panneaux-réclames.

À Barcelone, en Espagne, des autobus ont fait circuler le message: « Probablemente Dios no existe. Déjà de preocuparte y goza de la vida » (Dieu n'existe probablement pas, alors cessez de vous en faire et profitez de la vie). On a également ciblé les villes de Madrid et de Valence, entre autres. Le journal espagnol La Gaceta, qui a couvert la première journée de la campagne lancée par l'Union des athées et libres-penseurs d'Espagne, a rapporté que malgré « toute la publicité entourant l'affaire et toute l'encre qu'ont fait couler les médias », la plupart des Espagnols ont accueilli les annonces avec indifférence.*

Barcelone

La Freethought Association of Canada a affirmé avoir réuni 21 500 $ pour acheter des espaces publicitaires sur les autobus de Toronto. Une campagne semblable à Calgary n'a suscité que peu de résistance, mais plusieurs autres villes canadiennes ont réagi négativement. Les annonces ont été rejetées par Halifax, Vancouver, Victoria, London, et Ottawa. Kelowna a fini par accepter la demande d'un groupe athée après l'avoir d'abord refusée. Les gens de Halifax se sont montrés fort contrariés par la censure à laquelle ils se sont heurtés. Le Conseil municipal d'Ottawa a changé d'avis en apprenant que sa décision serait sans doute annulée par les tribunaux. La tentative de placer des messages sur les autobus de Kingston, en Ontario, a échoué en raison de problèmes d'interprétation de contrats entre les entreprises de transport et les publicistes. En revanche, il y a eu beaucoup d'action dans la petite ville de Saskatoon.

Des annonces disant « La mauvaise nouvelle, c'est que dieu n'existe pas. La bonne nouvelle, c'est que vous n'en avez pas besoin » devaient figurer sur les autobus de Gênes, en Italie, mais les conservateurs religieux l'ont empêché. On a plutôt accepté « La bonne nouvelle, c'est qu'il y a des millions d'athées en Italie. La très bonne nouvelle, c'est qu'ils croient en la liberté d'expression ». Le message a commencé à circuler le 16 février 2009, mais le véhicule a dû rentrer au garage au bout de quelques minutes, sa batterie étant morte. Coïncidence, ou intervention divine?

Au Brésil, l'ATEA, Associação Brasileira de Ateus e Agnósticos (Association brésilienne des athées et agnostiques) s'est préparée pour une campagne de messages en faveur de l'athéisme. Deux grands journaux brésiliens ont interviewé Daniel Sottomaior, qui la mettait au point, tandis que Cláudio Lembi, ancien vice-gouverneur de l'État de São Paulo, s'en prenait aux messages qu'il disait communistes, hédonistes, nihilistes et négatifs de façon générale. On ne sait pas s'il avait véritablement vu les annonces au moment de sa déclaration.

Panneaux d'affichage et transports en commun

Certains panneaux d'affichage donnent dans l'humour involontaire, comme celui-ci, devant une église des États-Unis, qui proclame fièrement un sophisme.


(Dieu ne croit pas aux athées, par conséquent, les athées n'existent pas.)

Quatre-vingt-dix plaintes l'ont emporté sur la liberté d'expression à Rancho Cucamonga, en Californie. La Freedom From Religion Foundation a poursuivi la municipalité, qui a retiré une affiche qui disait: « Imagine no Religion ».*

À la Nouvelle-Orléans, la New Orleans Secular Humanist Association a acheté de l'espace publicitaire sur les tramways. La chose n'a apparemment donné lieu à aucune poursuite.

Nouvelle-Orléans
(Vous ne croyez pas en Dieu? Vous n'êtes pas seul.)

Un type que PZ Myers considère comme « en état de mort cérébrale » s'est lancé vaillamment dans la mêlée. Ray Comfort, le Ben Stein du télévangélisme, a payé 6000 $ pour louer pendant un mois un panneau publicitaire le long de l'autoroute 105, dans le Sud de la Californie. C'est sans doute une coïncidence, mais Comfort a annoncé la parution prochaine de son livre au titre accrocheur, You Can Lead an Atheist to Evidence but You Can't Make Him Think (On peut présenter des preuves à l'athée, mais on ne peut le forcer à réfléchir).



À Madison, au Wisconsin, la campagne de publicité a fait éclater une guerre d'affichage entre la Freedom From Religion Foundation et la Pilgrims Covenant Church de la région. Les messages athées se trouvaient à l'intérieur des autobus, tandis que ceux des croyants se retrouvaient à l'extérieur. L'un des messages des athées disait: « Comme mes ancêtres se sont libérés de l'esclavage, je suis libérée de la servitude de la religion ». (Il s'agit d'une citation de Butterfly McQueen, qui a joué dans Autant en emporte le vent.) Les croyants ont répliqué par: « L'insensé dit en son cœur: Il n'y a point de Dieu » (Psaume 14, verset 1).


(Je ne crois pas en Dieu parce que je ne crois pas aux contes de la Mère l'Oye. - Clarence Darrow)

Entre temps, une campagne a été lancée à Montréal. Dix autobus porteurs du message controversé ont circulé au centre-ville dans le cadre d'une campagne de l'Association Humaniste du Québec contre les religions organisées.

En Allemagne, on a cherché à rassembler des fonds pour une campagne à Berlin, Munich et Cologne. Selon Phillip Möller, l'un des organisateurs, le groupe allemand a obtenu 3500 € au bout de quatre jours seulement. L'objectif était de 16 000 €. On a eu de la difficulté à trouver une entreprise de transport prête à accepter les messages (17 les ont rejetés). En fin de compte, les organisateurs ont décidé de «conduire l'autobus eux-mêmes au cours d'une tournée qui couvrira 20 des principales villes d'Allemagne ».*

À Boise, en Idaho, un panneau d'affichage a provoqué un débat passionné par sa teneur: « Beware of dogma » (Méfiez-vous des dogmes). La Freedom from Religion Foundation venait encore de frapper. « Des groupes ayant présenté des messages humanistes du genre ailleurs au pays et de partout dans le monde nous ont servi d'inspiration », a déclaré Paul Rolig, président de Humanists of Idaho.

En Finlande, l'Union des humanistes de Finlande et l'Union des libres-penseurs de Finlande ont préparé une campagne pour Helsinki et Tampere.


(Dieu n'existe probablement pas, alors cessez de vous inquiéter et profitez de la vie.)

Un particulier s'est senti obligé de présenter une plainte au Conseil de l'éthique dans la publicité, en disant qu'on avait tapissé sur les autobus de villes de Finlande des slogans athées diffamatoires qui violaient les droits de la personne garantis par les Nations Unies. Le président de l'Union des libres-penseurs, Jussi Niemelä, rejette ces allégations.

Dans le nord du Texas, deux panneaux d'affichage, l'un sur l'autoroute 35 E, près de l'échangeur 12, à Dallas, l'autre sur l'autoroute 35 O, près de Braswell, à Fort Worth, disaient « Vous ne croyez pas en Dieu? Vous n'êtes pas seul ». À Fort Worth, les autorités du transport en commun ont cédé aux pressions et ont interdit toute forme de publicité de nature religieuse, ce qui inclut les messages de groupes athées.

À Fort Lauderdale, en Floride, une société affiliée des American Atheists (AA), Florida Atheists and Secular Humanists (FLASH), a fait afficher le message ci-dessous. Les résidents du coin, principalement des Afro-Américains, ont cherché à le faire retirer. FLASH espère pouvoir montrer son message ailleurs dans le sud de l'État. Selon le journal New Observer,

Il est possible que l'affiche fasse effet: une trentaine de personnes ont récemment assisté à une rencontre de Florida Atheists and Secular Humanists dans un restaurant de Davie, en Floride, ce qui est plus que la dizaine de participants habituelle.

Les non-croyants, agnostiques, sceptiques et anciens juifs, chrétiens et musulmans ont parlé de toutes sortes de sujets, allant de la science et de la philosophie à la politique et aux événements récents, en prenant une bière et en mangeant des hamburgers.
 

(Pour être bon, par besoin de Dieu. Vous ne croyez pas en Dieu? Vous n'êtes pas seul.)

À Moscow, en Idaho, l'American Humanist Association a présenté le message suivant sur un panneau publicitaire de l'autoroute 95.


(Voulez-vous un monde meilleur? Prière non requise.)

À New York, le groupe NYC Atheists a lancé sa propre campagne.


(Pas besoin de croire en Dieu pour faire preuve de morale ou d'éthique.)

Même chose à Seattle.


(« Remettez en question sans crainte jusqu'à l'existence de Dieu, car s'il existe, il approuve sans doute davantage que l'on penche vers la raison plutôt que l'on s'incline devant la peur aveugle. » - Thomas Jefferson)

Les Pays-Bas se sont lancés dans la bataille à leur tour.


(Dieu n'existe probablement pas, alors cessez de vous inquiéter et profitez de la vie.)

À South Bend, en Indiana, on a aussi voulu prendre part au mouvement. Des annonces en faveur de l'athéisme devaient aussi être placées sur les autobus de Bloomington, dans ce même État, mais la Bloomington Public Transportation Corporation les a rejetées sous prétexte qu'elles étaient « controversées ». L'American Civil Liberties Union et l'Indiana Atheist Bus Campaign se sont rendus jusqu'en Cour fédérale, où on leur a donné raison.


(On peut être bon sans Dieu.)
Iowa

Le groupe Iowa Atheists and Freethinkers (IAF) a lancé sa campagne d'information reposant sur des messages affichés sur 20 autobus de Des Moines. Le gouverneur de l'État, Chet Culver a déclaré que le message en était « dérangeant ». La Des Moines Area Regional Transit Authority (DART) a retiré les annonces, sous prétexte qu'elles n'avaient pas été approuvées, et qu'on les avait laissé passer par accident. La Iowa Atheist and Freethinkers a affirmé le contraire. La section locale de l'Union pour les libertés civiles de l'État a demandé une enquête sur la légalité du geste de la DART.* Des représentants de l'organisme ont rencontré les Iowa Atheist and Free Thinkers et ont fini par conclure qu'ils appliquaient une politique surannée en matière de publicité. Ils ont présenté des excuses au groupe et offert de reproduire les annonces à leurs frais.* Quand les placards ont enfin été installés, une conductrice a refusé de prendre le volant du véhicule qu'on lui confiait à un changement de quart, à cause du message dont il était porteur. « La DART a pu trouver un autre conducteur rapidement, et les passagers n'ont eu que cinq minutes à attendre avant de pouvoir poursuivre leur route. Angela Shiel, qui a refusé de conduire l'autobus, dit que le message va à l'encontre de sa foi chrétienne. Elle a été suspendue et menacée de congédiement.* En outre, « une poignée d'usagers qui se rendaient à une foire... ont refusé de monter à bord d'une navette qui portait le message ».*

San Francisco s'est mise de la partie. En octobre 2009, la Freedom from Religion Foundation a réservé de l'espace publicitaire sur 75 autobus MUNI de San Francisco. L'un des messages reprenait une citation de Richard Dawkins: « Le Dieu de l'Ancien Testament est peut-être le personnage le plus déplaisant de toute l'histoire de la fiction ».

D'autres nouvelles de New York, Chicago et Boston.


 
 

Et de Baltimore.

Et de Houston.

Le philosophe canadien Charles Taylor, qui a reçu une somme considérable de la Templeton Foundation pour avoir fait la promotion du « spirituel », a déclaré que la campagne de messages en faveur de l'athéisme était « pitoyable ». Taylor n'a rien dit des messages religieux qui décorent les autobus depuis des décennies.

Paul Woolley, directeur de Theos, est en désaccord avec Taylor: « Nous sommes d'avis que cette campagne est une excellente façon de pousser les gens à réfléchir à ce que représente Dieu. Ces affiches vont encourager chacun à se pencher sur la question la plus importante à laquelle nous aurons à faire face au cours de notre vie ».

Décider d'afficher un message sur le flanc d'un autobus est certes une question importante, mais est-ce vraiment la plus importante qui soit?

Ceux qui pensent que cette campagne est pitoyable voudront peut-être réfléchir au message qu'on a pu voir sur l'autoroute 35 du Minnesota en arrivant de l'Iowa


(Dieu est le Dieu des Tours jumelles, des ouragans et des ponts. Dieu nous parle... mais bien peu écoutent. Lisez la Bible.)

Et maintenant, quelques messages choisis de partout dans le monde.


(La religion n'a rien à voir avec la moralité. Charlie Chaplin - Ne croyait pas en Dieu. Adolf Hitler - Croyait en Dieu.)
 

( La foi ne donne pas de réponses, elle ne fait qu'empêcher le questionnement.)
 

(Nous sommes tous athées pour le Dieu des autres.)
 

(Si Dieu existe, tout est permis. Rejetons les préjugés contre l'athéisme.)
 

(À affirmations extraordinaires, preuves extraordinaires. Allah Sasquatch Ovnis Homéopathie Zeus Médiums Christ)
 

(Vous savez bien que c'est un mythe. Cette saison des Fêtes, célébrez la Raison.)
 

(Ne me mettez pas d'étiquette! Laissez-moi grandir et faire mes propres choix.)
 

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)