Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Messages sataniques

Messages sataniques

Pratique attribuée à certaines personnages malfaisants, en particulier les musiciens rock, consistant à réciter ou chanter des paroles qui, lorsqu'on les fait jouer à l'envers, s’avèrent des messages tels que «À mon doux Satan»* ou «Suicide-toi». On a également rapporté des propos comme «Fumer de la mari, c'est le pied»* et «Couche avec moi, je ne suis pas trop jeune»*. Évidemment, on n'entendra probablement pas toutes ces choses sans qu’on nous les fasse remarquer auparavant. Nos perceptions dépendent beaucoup de nos attentes, et nos attentes dépendent à leur tour de ce qu’on nous donne à croire.

Comme la plupart des gens ne passent pas leur temps à écouter leur musique à l'envers, la croyance en l’efficacité de tels messages semble fondée sur l'alternative suivante, dont les deux propositions sont fausses: ou bien [1] le cerveau subit l'influence subliminale de mots rendus indistincts, mais dont le sens est saisi immédiatement par l'inconscient, ou bien [2] la conscience des messages en clair et les traduit en messages inversés, dont le «véritable» sens est compris par l'inconscient. Dans l'un ou l'autre de ces cas, on présume que l'inconscient pousse à l’adoption de pensées ou de comportements maléfiques. Or, il n'existe aucune preuve de l’existence de tels mécanismes.

Ce qu’on raconte à propos des messages inversés ou sataniques provient peut-être d’un mythe plus ancien: celui voulant que les sorcières, durant leur sabbat, se moquaient de la religion chrétienne en récitant des prières à l'envers. Cette croyance est principalement populaire chez certains prédicateurs fondamentalistes, qui voient Satan dans leur soupe. La perception, ne l’oublions pas, est fortement influencée par la croyance. Non seulement voyons-nous ce que nous voulons voir, mais nous voyons aussi ce que nous nous attendons à voir.

Les Beatles ont inclus dans leurs disques des enregistrements passés à l'envers afin d'obtenir un effet psychédélique. Ils sont également censés avoir utilisés des messages subliminaux annonçant la mort de Paul McCartney alors qu'il était tout à fait vivant. Jimmy Page, chanteur et amateur d'occulte, est réputé avoir inséré le message inversé «Here's to my sweet Satan» («À mon doux Satan ») dans la célèbre chanson «Stairway to Heaven». Chez les Beatles, la chose était clairement intentionnelle. Dans le cas de Page, on la croit surtout purement accidentelle.

L'utilisation de ce moyen de communication détourné comportait autrefois un petit problème pratique: en écoutant les messages à l’envers, on finissait par bousiller ses disques. Heureusement, l'ère du numérique à éliminé ce problème, tout en en créant un autre: il est maintenant extrêmement facile de détecter des messages cachés dans à peu près n'importe quoi.

 

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)