Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Biais de la tache aveugle

Biais de la tache aveugle

Le biais de la tache aveugle1 a été décrit par la psychologue Emily Pronin et ses collègues de l'université de Princeton (2002), comme la tendance à distinguer les biais cognitifs et le biais de motivation davantage chez les autres qu'en soi-même. Le biais de la tache aveugle est un métabiais puisqu'il se rapporte à un mode de raisonnement erroné dans l'examen des biais cognitifs.

Dans une étude, Pronin et coll. (2002) ont découvert que les individus ont tendance à se considérer moins sujet aux biais que les autres. Dans une autre étude, « les participants... ayant montré un biais de supériorité2 » connaissaient la manière dont les biais agissent à un niveau non conscient. Néanmoins, 63 % soutenaient que leur auto-évaluation était juste et objective.

Le biais de supériorité est la propension qu'ont les individus à se considérer comme meilleurs que la moyenne sur presque tous les sujets. Par exemple, 74 % des dirigeants croient qu'ils sont au-dessus de la moyenne dans l'art de diriger. (Comme le remarque le patron de Dilbert3 : cela signifie que 36 % des dirigeants ignorent qu'ils sont meilleurs que la moyenne. Ce à quoi Dilbert répond : vous êtes tout à fait au sommet des 110 %).

Les participants d'une autre étude4 « signalèrent que les attributions complaisantes de leur "binôme", concernant les performances au test, étaient affectées d'un biais, mais que leurs propres attributions également complaisantes en étaient exemptes ».

Dans une autre étude, Pronin et Matthew Kugler (2006) soutiennent que le biais de la tâche aveugle « affecte l'importance que les individus placent, et pensent devoir placer, dans l'information fondée sur l'introspection (par rapport à l'observation du comportement) quand ils s'évaluent comparativement aux autres. Les participants ont tenu davantage compte de l'information introspective que de l'information comportementale pour évaluer leur propre biais, mais pas celui des autres. » Une conséquence du biais de la tache aveugle est que les individus ont tendance à penser que leurs propres croyances sont justes et que leurs sources sont sûres, mais que ceux qui tiennent des positions différentes sont affectés par des biais et que leurs sources ne sont pas fiables. (Ehrlinger et coll. 2005).

Pour finir, une étude de Richard West et coll. (2012) a constaté qu'« être exempt du biais de la tache aveugle ne protège pas l'individu des biais cognitifs tout à fait ordinaires ». Ils ont aussi constaté que de plus grandes capacités cognitives n'étaient pas en corrélation avec un moindre biais de la tache aveugle. [Note : West et coll. n'ont pas constaté que « les individus plus intelligents sont plus susceptibles de faire ces erreurs de raisonnement », comme l'affirme Jonah Lehrer dans un article du New Yorker (« Pourquoi les gens intelligents sont stupides », 12 juin 2012). En fait, c'est le contraire qui est vrai : la plupart des biais cognitifs sont en corrélation inverse du degré de sophistication cognitive, comme le remarquent West et coll. dans leur article.]

 

 

Notes du traducteur:

1 - La tache (ou point) aveugle est une zone de la rétine dépourvue de cellules sensibles à la lumière (photorécepteurs), par où sortent le nerf et les vaisseaux optiques.*

2 - Better-than-average bias : mot-à-mot biais meilleur-que-la-moyenne ; conviction d'un individu de se situer au delà de la valeur médiane d'un groupe, pour une compétence donnée (par exemple, la conduite automobile). L'expression biais de supériorité est également usitée dans la littérature anglosaxonne.*

3 - Bande dessinée de l'américain Scott Adams, satire du monde de l'entreprise* ; dessin du 20 janvier 2013.

4 - Dans cette étude, les participants répartis deux à deux, après avoir répondu à un test censé étudier l'intelligence sociale, reçoivent aléatoirement une bonne ou une mauvaise note, et se prononcent ensuite sur la validité du test. Ils doivent dire enfin s'ils pensent que les attributions causales complaisantes (quant aux résultats du test) sont affectées d'un biais, pour eux-mêmes et leur « binôme ».*

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)