Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Biologie totale

Biologie totale

(Biologie Totale des Êtres Vivants®)

Claude Sabbah

Forme de pseudo-médecine calquant plus ou moins fidèlement la nouvelle médecine germanique, ainsi que plusieurs autres idées de même valeur. Son inventeur est le Dr Claude Sabbah, à propos duquel le site Web de l'Institut canadien de Biologie totale nous dit qu'il est « formateur et conférencier international, psychothérapeute, praticien en PNL et consultant-conseil ». Claude Sabbah est en outre titulaire d'un doctorat de médecine et d'un diplôme des facultés de Marseille et de Paris. Sa biographie ne dit cependant rien des poursuites dont il a fait l'objet.

Aucun des autres « thérapeutes » répertoriés dans le site Web de l'Institut ne peut aligner autant de titres. Au mieux, on retrouve une infirmière et un sexologue. Aucun des autres « déprogrammeurs » ne semble avoir de formation scientifique.

Nulle part dans le site ne voit-on de définition détaillée de ce qu'est la biologie totale. On apprend simplement que la « mal-a-dit » résulte de « conflits biologiques » qui amènent le cerveau à « programmer » un état pathologique. Résolvez le conflit, et c'est le retour à la santé. Dans son livre Retrouver ses ailes - Guérir et s'épanouir par la biologie totale, l'auteure Johann Warren affirme même qu'on peut obtenir la guérison rien qu'en assistant aux conférences du Dr Sabbah, ce qui donne au processus un air de grande facilité, sinon de miracle pur et simple.

Pour avoir une meilleure idée de ce qu'implique la biologie totale, il faut lire certains des exemples qu'on donne à son propos -- et se souvenir qu'en pseudo-sciences, l'anecdote tient lieu de preuve absolue. Un des décodages figurant dans le site de l'Institut porte sur un patient souffrant de colique néphrétique. On commence par énoncer des notions sans doute tirées de manuels de biologie, qu'on accompagne rapidement d'un ensemble de propos ahurissants puisés dans la médecine chinoise, l'étymologie et la symbolique, dans un effort visible, de la part du thérapeute, de donner à du jargon médical l'emballage spiritualiste nécessaire pour impressionner le chaland.

La biologie totale, qui n'a pourtant pas honte de ses origines, se distingue cependant de la nouvelle médecine germanique d'une façon radicale:

[Mise en garde] Chacun est responsable de prendre les décisions nécessaires pour assurer sa santé et son bien-être.
 
En aucun cas, un enseignement en Biologie TotaleMD ou une consultation en Déprogrammation BiologiqueMD ne doit remplacer un avis, un diagnostic ou un traitement médical.
 
La personne qui consulte doit respecter rigoureusement les consignes suivantes:
 
Si vous êtes suivi par des médecins, spécialistes et autres professionnels de la santé, il est important de continuer à le faire.
 
Si des médecins, spécialistes et autres professionnels de la santé vous ont prescrit des médicaments, il est important de les prendre.
 
Tout conseiller en Déprogrammation Biologique ne peut proposer à ses clients d'interrompre ses traitements médicaux et ce, soit implicitement ou explicitement.*

Que penserait-on d'une compagnie pharmaceutique qui affirmerait dans sa publicité que son nouveau comprimé soulage instantanément des maux de tête, mais qui écrirait en petits caractères sur son flacon que les personnes souffrantes doivent absolument continuer de prendre de l'aspirine ou de l'ibuprophène? Évidemment, les exploitants de la biologie totale ne veulent pas faire l'objet de poursuites onéreuses de la part des autorités médicales ou de patients insatisfaits, voire de parents de patients décédés. Mais en multipliant les précautions oratoires, ne montrent-ils pas qu'ils n'ont eux-mêmes aucune confiance envers le système qu'ils vantent? Ce ne serait pas étonnant, puisqu'ils en connaissent sans doute l'inutilité.

 


INSERM (01/03/2011)

La pratique de la BTEV repose sur des échanges verbaux entre un patient et un thérapeute. La BTEV propose une théorie explicative des maladies humaines qui s’écarte considérablement des données actuelles de la science. Cette théorie repose, pour l’essentiel, sur le postulat que la pensée d’un être humain malade peut, à elle seule, (et si elle est aidée par un thérapeute idoine) guérir de nombreuses maladies organiques. La BTEV est enseignée en dehors des cercles officiels et académiques. L’efficacité de la BTEV n’a jamais été évaluée. Cette efficacité est donc inconnue. Les présupposés théoriques peu crédibles de la BTEV font cependant craindre que cette forme de soin soit inefficace. Le risque majeur de la BTEV est d’écarter les patients des parcours de soins plus classiques qui ont, eux, fait la preuve de leur efficacité.

 

Voir également: Nouvelle Médecine Germanique.

 

 

Notes des auteurs:

1 - Un rapport de l'UNADFI (juin 2010), pages 43 à 48 ;

2 - Un article qui cite Quackwatch.

3 - L’article de Passeport Santé, et ses références.

4 - Cerise sur le gâteau : Sabbah est poursuivi pour pour « publicité mensongère » (septembre 2014)... et sa défense pourrait demander un report d'audience parce qu'il est malade !

5 - L'article de pseudo-sciences, qui donne en référence cet autre source, dont la conclusion est claire :

Après une étude attentive de la littérature et d'autres sources d'information disponibles, le Groupe d'Étude des Traitements complémentaires et alternatifs du Cancer (SCAC) et la Ligue suisse contre la Cancer n'ont pas trouvé de preuves de l'exactitude des affirmations de Ryke Geerd Hamer, ni de l'efficacité de la méthode qu'il diffuse pour soigner le cancer. En conséquence, ils déconseillent d'y recourir pour le traitement de cette maladie.

6 - L'Institut Supérieur de Charlatologie.

7 - Cette définition n'est pas une traduction du Skeptic's Dictionary, mais une production originale des Sceptiques du Québec.

Retour à l'index

Haut de page