Blasphème

Parole, geste ou comportement insultant envers Dieu ou ce qu'on considère sacré.

Il n'est pas difficile de trouver des exemples de blasphème, la plupart des croyants prenant facilement la mouche quand on s'attaque à leurs idoles. D'un autre côté, ce qui semble blasphématoire aux uns paraît parfaitement inoffensif aux autres.

Certains chrétiens ont fort mal réagi quand Andres Serrano a exposé un crucifix dans un pot rempli d'urine. De même, Chris Ofili a offensé quantité de gens avec sa Très Sainte Vierge, peinture faite de différentes substances plus ou moins répugnantes, comme de la bouse d'éléphant, en guise de pigment.

La « Très Sainte Vierge » de Chris Ofili, et le « Crucifix » d'Andres Serrano

Des foules de musulmans en colère ont manifesté violemment quand un journal néerlandais a publié des caricatures de Mahomet.

Les caricatures de Mahomet

Manifestations suite aux caricatures

En juillet 2009, huit chrétiens soupçonnés de blasphème ont été brûlés vifs au Pakistan.*

Vierge Marie portant le niqab

Aux yeux de certains chrétiens, une statue de la Vierge portant le niqab constitue une insulte à leur religion, alors que la chose semble tout à fait appropriée pour certains musulmans.*

Les institutions religieuses et les états théocratiques ne sont pas seuls à avoir des lois contre le blasphème. La présidente de la République d'Irlande, Mary McAleese, a récemment approuvé un projet de loi sur la question. Les dispositions sur le blasphème de la Loi sur la diffamation disposent qu'il est criminel de faire circuler des documents insultant ou dénigrant ce qui paraît sacré aux yeux d'un nombre important d'adhérents à une religion.* En vertu de cette loi, les caricatures blasphématoires de Mahomet seraient donc illégales en Irlande.

L'Angleterre et le Pays de Galles ont aboli leurs lois en matière de blasphème en 2008, mais des pays comme le Pakistan et l'Afghanistan considèrent que toute remarque insultante à propos du Coran ou de Mahomet mérite un châtiment sévère pouvant aller jusqu'à la peine de mort.

Aux États-Unis, une décision de la Cour suprême (Joseph Burstyn, Inc. c. Wilson) a rendu les lois sur le blasphème inconstitutionnelles en 1958.

Certains territoires australiens interdisent le blasphème, mais ce crime n'a fait l'objet d'aucune poursuite depuis 1919.*

Le Code criminel du Canada prévoit jusqu'à deux ans de prison pour le libelle blasphématoire, mais la Charte canadienne des droits et libertés garantit la liberté de parole et l'emporte sur toutes les autres lois.*

Un appel à la décapitation des blasphémateurs de l'Islam

On a fait du 30 septembre la Journée internationale du blasphème, dans le cadre d'«un mouvement pour abattre le mur qui existe entre la religion et la critique». C'est à cette date, en 2005, que des caricatures montrant Mahomet ont été publiées au Danemark.

Les journaux qui ont décidé de publier ces dessins ont été tenus responsables, dans bien des cas, de la violence qui a suivi. Cette série d'événements malheureux mais pourtant inévitables a mis clairement en relief une idée fausse qui a persisté jusqu'à maintenant par la faute de l'ignorance, la peur et l'apathie, à savoir que les idées et croyances religieuses méritent toutes le respect et échappent à la critique.

La Journée internationale du blasphème s'inscrit au sein d'un mouvement visant à rappeler au monde que la sphère du religieux ne doit plus jamais échapper à la remise en question et aux reproches. Notre avenir commun en dépend.*

D'autres manifestants haineux

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)