Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Régime alimentaire adapté au groupe sanguin

Régime alimentaire adapté au groupe sanguin

Peter J. D'Adamo

Concept pseudoscientifique inventé par le naturopathe James D'Adamo : le groupe sanguin d'un individu doit déterminer son régime alimentaire. Comme beaucoup de charlatans avant lui, il a fait appel à l'intuition pour expliquer son idée lumineuse (« au fil du temps, il a découvert que pour chacun des quatre groupes sanguins, certaines personnes se portaient mieux selon les aliments ingérés et les activités physiques pratiquées ») et à des anecdotes plutôt que de confirmer la validité de ses idées par des études contrôlées. Son fils, également naturopathe, Peter J. D'Adamo (auquel le reste de cet article est consacré) est le digne rejeton de son père. Il a écrit plusieurs livres, et voyage à travers le monde pour promouvoir la diététique adaptée aux groupes sanguins.

Il n'existe pas de fondement acceptable scientifiquement à l'appui de l'allégation soutenant que le groupe sanguin déterminerait le régime alimentaire d'un individu, bien que Peter prétende avoir rassemblé « plus de mille articles scientifiques sur les groupes sanguins et leurs corrélations avec la maladie, la biochimie, la nutrition et l'anthropologie. » * Cependant, il n'a jamais effectué d'études contrôlées sur cette méthode. Il prétend néanmoins que le groupe sanguin détermine les réactions chimiques de l'organisme à un tel point que ceux qui appartiennent au groupe A doivent devenir végétariens et faire de la méditation, ceux du groupe O doivent supprimer les céréales et pratiquer la gymnastique « aérobique ». Il propose de semblables absurdités pour les groupes B et AB.

Selon Michael Klaper, docteur en médecine :

D'Adamo étaie principalement sa théorie sur l'action des lectines, protéines présentes à la surface de certains aliments et qui peuvent provoquer l'agrégation de différentes molécules et de certaines cellules. Il met en cause les lectines comme étant à l'origine de graves perturbations dans tout l'organisme, depuis l'agglutination des cellules sanguines jusqu'à la cirrhose et l'insuffisance rénale...
Étant donné que la plupart des gens ne connaissent pas leur groupe sanguin, et encore moins quels aliments leur sont « contre-indiqués du point de vue de l'évolution », il est logique de supposer que le plus souvent, la plupart des gens mange de « mauvais aliments » en fonction de leur groupe sanguin, (par exemple, un sujet du groupe O consomme du blé, un autre du groupe A mange de la viande, etc.). Donc, d'après la théorie de D'Adamo, la majorité des individus subissent des phénomènes incessants d'agglutination de globules rouges dans la circulation sanguine de leur organisme après la plupart des repas - jour après jour, mois après mois, année après année. Si les lits capillaires [1] du cœur, des poumons, des reins, du cerveau, des yeux et des autres organes indispensables étaient soumis à des oblitérations répétées par des agrégats de globules rouges, ils finiraient par être obstrués. Ces microscopiques parties mal vascularisées seraient d'abord dispersées, puis convergeraient pour créer des zones de tissus lésés, pour finir par constituer de micro-infarctus [2] disséminés dans toutes ces structures vitales. Le cerveau, le cœur, les poumons, les reins et les surrénales seraient bientôt irrémédiablement endommagés par ces phénomènes, faisant courir un risque mortel à des millions d'individus.
Un tel syndrome de défaillance des organes provoqué par les lectines à l'origine de micro-infarctus du cerveau, du cœur, des reins, de la rétine et des surrénales serait bien connu des anatomopathologistes et des autres spécialistes des sciences médicales. Cela ne serait pas une maladie difficilement décelable. Dans les ouvrages de pathologie, il y aurait des descriptions détaillées - illustrées de photographies à fort grossissement en microscopies optique et électronique - des lésions causées par les amas de lectines et les agrégats sanguins dans la plupart des organes vitaux. L'existence et la complexité d'une telle maladie largement répandue seraient notoirement connues parmi les médecins et les histologistes comme l'est l'athérosclérose de nos jours. Cependant, à ma connaissance, il n'existe pas de telles descriptions dans les ouvrages de pathologie. Aucun anatomopathologiste que je connais n'a jamais fait allusion, comme étiologie d'une maladie humaine, à une nécrose tissulaire par agrégats de globules rouges provoqués par des lectines. [3]

Le raisonnement de Peter D'Adamo repose sur un enchaînement de spéculations, à partir de faits comme l'ancienneté du groupe O, le plus ancien des groupes sanguins. De là, D'Adamo affirme que les personnes du groupe O doivent adopter un régime de même nature que celui des premiers humains, riche en graisses et en protéines.

« Le groupe A est le deuxième plus ancien des groupes sanguins, apparu environ 25 000 à 15 000 ans avant Jésus Christ, quand de plus grandes communautés humaines sont apparues avec le développement de l'agriculture. » À partir de là, D'Adamo en déduit que les personnes appartenant au groupe A doivent manger des légumes.

« Le groupe B est apparu entre 15 000et 10 000 avant Jésus-Christ quand les tribus ont migré d'Afrique vers l'Europe, l'Asie et l'Amérique et se sont mêlées à d'autres populations. » * Ainsi, conclut D'Adamo, les personnes du groupe B doivent avoir un « régime équilibré ».

La digestion ou les réactions chimiques de l'organisme ont peu à voir avec le groupe sanguin. Si vous êtes du groupe A, vous avez des antigènes A à la surface de vos globules rouges, et des anticorps anti B dans votre plasma. Les antigènes sont des molécules qui provoquent une réponse immunitaire. Étant donné que dans le sang du groupe B on retrouve des antigènes B et et que son plasma contient des anticorps anti A, on doit pas transfuser du sang de groupe A à ceux qui appartiennent au groupe B, et inversement. (Le groupe O ne présente pas d'antigènes et le groupe AB possède les deux.) En outre, 85 % d'entre nous, indépendamment du groupe sanguin, portent l'antigène Rhésus, tandis que 15 % sont Rhésus négatifs. Environ 90 à 95 % des Afro-Américains et 98 à 99 % des Asiatiques sont Rhésus positifs.* De même, depuis que Karl Landsteiner a identifié les quatre groupes sanguins au début du vingtième siècle, 276 antigènes différents portés par les globules rouges ont été découverts.*

D'Adamo doit avoir peut-être 276 régimes distincts, un pour les groupes A+ et A-, B+ et B-, et ainsi de suite...

D'un autre côté, comme le remarque Edward Blonz dans sa critique du livre de D'Adamo 4 groupes sanguins 4 régimes :

L'appartenance à un groupe sanguin n'est pas complètement neutre. Depuis de nombreuses années, les scientifiques se demandaient pourquoi le groupe O avait de plus grandes probabilités que les autres groupes d'être atteint d'un ulcère ou d'un cancer gastrique. En 1993, des chercheurs ont découvert que l'ulcère était provoqué par Helicobacter Pylori, une bactérie qui possède une affinité particulière pour une protéine propre au groupe O. Un généticien de l'Université d'Oxford qui a recherché d'autres associations significatives entre les groupes ABO et la fréquence de certaines maladies, n'en mentionne que sept ; les corrélations sont le plus souvent faibles, et, comme les ulcères, touchent principalement le tube digestif. Si le système ABO avait une telle importance, comme le postule D'Adamo, ces corrélations seraient étroites et nombreuses.*

Le Dr Victor Herbert, un hématologue qui travaillait sur le sang et la nutrition au Centre Médical du Mont Sinaï à New York avant sa mort, a une fois déclaré à propos de la théorie rapprochant groupe sanguin et alimentation que cela « ne valait pas un pet de lapin. Ça n'a rien à voir avec la réalité. Les gènes du groupe sanguin n'ont rien à voir avec les gènes en relation avec la digestion de nos aliments. »*

Toutefois, D'Adamo n'est pas le seul charlatan s'appuyant sur les groupes sanguins. Steven M. Weissberg, médecin spécialisé en gynécologie-obstétrique, et Joseph Christiano, un professeur de gymnastique qui donne des cours particuliers, ont co-écrit Votre groupe sanguin, clé de votre santé (1996). Le duo prétend « Vous êtes ce que vous mangez, mais vous devez MANGEZ CE QUE VOUS ÊTES ». Cela signifie que chacun d'entre nous doit avoir une alimentation compatible avec son groupe sanguin. Ils rapportent beaucoup d'anecdotes à l'appui de leurs croyances.

Étant donné que le régime élaboré par Peter D'Adamo n'est pas foncièrement nocif, il serait surprenant de ne pas trouver beaucoup de consommateurs satisfaits disposés à témoigner en sa faveur. Tout ce qu'il faut faire pour que l'argument paraisse plus puissant qu'il n'est en réalité, c'est ne pas tenir compte de tous ceux pour lesquels le régime n'a été d'aucune utilité. Même une horloge qui ne fonctionne pas donne l'heure exacte deux fois par jour.

Pourtant, quelques-uns des conseils diététiques de Peter D'Adamo peuvent être néfastes. Comme le remarque le Dr Klaper : « bien qu'il soit largement connu que beaucoup de sujets d'origine non européenne ne supportent pas les produits laitiers à cause de la quasi-disparition physiologique à l'âge adulte d'une enzyme digestive, la lactase [4], D'Adamo préconise : '' Il peut être nécessaire pour les individus du groupe B d'origine asiatique de les [les produits laitiers] introduire progressivement dans leur alimentation afin que leur organisme s'y adapte. '' Les lecteurs présentant un déficit en lactase qui suivront ce conseil verront sûrement survenir de violentes crises de douleurs abdominales accompagnées de diarrhées.

D'Adamo ne se contente pas de conseils pseudoscientifiques en matière de nutrition, il prétend que le groupe sanguin a un effet sur la personnalité et le caractère. Il présente ce que le Dr Klaper nomme « l'astrologie des groupes sanguins ».

Dans son livre [4 groupes sanguins 4 Régimes], il dit que les individus du groupe O mangeurs de viande possèdent une « mémoire génétique de force, d'endurance, de confiance en soi, de courage, d'intuition et d'optimisme naturel... » « modèles de concentration, de volonté», « résistants et robustes, consommant une alimentation riches en protéines (est-ce une façon de décrire le groupe O comme une « race supérieure » ?), alors qu'il dépeint ceux du groupe A « plus végétariens » comme de dociles mangeurs de soja, « prédisposés génétiquement aux maladies cardiaques, au cancer et au diabète »(p. 97). Il catalogue le groupe A comme ayant une personnalité « ... peu apte aux fortes contraintes des postes de commandement, là où le groupe O excelle, » (p. 142), affirmant que, sous la pression, les personnes de groupe A « ont tendance à se démonter », « deviennent anxieuses et se sentent persécutées, interprétant tout comme une attaque personnelle. » Enfin, à la page 143, il associe ce groupe en à l'encombrante et sinistre image d'Adolphe Hitler, « ... une personnalité du groupe A métamorphosée. » La théorie de D'Adamo semble aboutir à « une astrologie des groupes sanguins » « (Quel est votre groupe ? O positif ? J'en étais sûr ! Tout comme moi !) » qui plaque des stéréotypes étranges et simplistes sur la complexité des êtres humains.

Sans doute, un grand nombre de gens ne jureront que par le régime alimentaire adapté au groupe sanguin. Par exemple, une végétarienne qui consomme beaucoup de produits à base de blé trouvera peut-être que les conseils diététiques de D'Adamo ont soulagé ses symptômes digestifs et une quantité d'autres troubles. Il est possible qu'elle impute ses anciens symptômes à une alimentation inadaptée de type O. Toutefois, beaucoup de personnes de ce groupe sont végétariennes ou consomment des aliments à base de blé sans ressentir aucun symptôme digestif. D'un autre côté, certains individus présentent une intolérance au gluten [5] et d'autres souffrent de colopathie. Il est vraisemblable que leur médecin leur recommande de ne pas manger de blé, et cela sans tenir compte de leur groupe sanguin.

Ça pourrait être pire. Au Japon, les groupes sanguins servent à l'établissement d'horoscope. [6]

 

Notes du traducteur :

[1] Lit capillaire : ensemble des capillaires groupés en réseau au sein d'un organe.*

[2] Le terme infarctus désigne un « foyer circonscrit de nécrose ischémique due à l'interruption brutale de l'apport sanguin artériel d'un tissu » ; il peut toucher différents organes.*

[3] Des accidents vaso-occlusifs (arrêt du débit sanguin dans les petits vaisseaux et souffrance de l'organe ainsi privé d'oxygène) sont observés dans certaines hémoglobinopathies, mais la cause en est due à la perte de déformabilité des globules rouges et non pas à une agglutination par des lectines.

[4] À l'âge adulte, la quasi-disparition de cette enzyme provoque l'intolérance au lactose, sucre présent dans le lait.*

[5] Intolérance au gluten ou maladie cœliaque ; c'est une maladie auto-immune déclenchée par l'absorption de gluten.*

[6] « Ce serait aux recherches et publications d'une psychologue française, Léone Bourdel, que l'on devrait les premières hypothèses liant tempérament et groupe sanguin et les catégorisations caractérologiques y [étant] relatives »*

 

4 groupes sanguins, 4 régimes Cuisinez selon votre groupe sanguin

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2016 Les Sceptiques du Québec (version française)