Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Typologie cérébrale

Typologie cérébrale

Nous croyons fermement que la génétique montrera la validité de la Typologie cérébrale, et ce jour-là, on saluera la nouvelle partout dans le monde. Son effet sera tel que les plus grandes publications, les plus grands médias loueront cette idée sans précédent.*
J.P. Niednagel, prédisant sa destinée

Système pseudo scientifique selon lequel on peut classer les êtres humains en 16 types différents de cerveaux. Son créateur, Jonathan P. Niednagel* (ou JN, comme il se désigne lui-même dans son site Web, BrainTypes.com), affirme qu'il peut identifier le type cérébral d'une personne quelconque avec une exactitude de 100 % rien qu'en l'observant, sans l'aide de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. S'il faut l'en croire, la recherche à venir en neurosciences validera un jour sa typologie.

JN affirme que le type cérébral «règle directement à la fois les habiletés mentales et motrices».*

...vous pourriez avoir le même type cérébral que Ronald Reagan et John F. Kennedy, ou encore celui de Michael Jordan, Tom Cruise, Tiger Woods ou Oprah Winfrey.
Vous partagerez bien des traits physiques et mentaux avec les célébrités possédant votre type cérébral. Plus vous vous efforcerez d'être comme une personnalité connue, plus vous lui ressemblerez. Les gens dont le type cérébral appartient à l'une des quinze autres catégories ne pourront jamais obtenir les mêmes habiletés que celles de votre propre type.

Apparemment, on peut s'entraîner à devenir comme une célébrité qu'on admire uniquement si elle possède le même type cérébral que soi. Inutile, donc, de se faire de la bile en faire à propos des Hitler, des Idi Amin Dada et des Pol Pot de ce monde, dont le type est identique au vôtre. (Eh oui... Dans un monde comptant des milliards d'habitants, il est inévitable que vous ayez en commun un type cérébral, tout comme un signe astrologique, avec quelques personnes moins fréquentables.) JN prend bien soin de nous prévenir, cependant: «la nature demeure le déterminant le plus important lorsqu'il s'agit d'expliquer pourquoi nous agissons comme nous le faisons». D'accord... le type cérébral règle nos habiletés mentales et motrices, mais pas de façon absolue; les choses dépendent en partie de notre capacité à imiter les personnes dont nous voulons piquer les caractéristiques. On s'étonne que JN puisse deviner le type cérébral d'un sujet rien qu'en l'observant, puisque ce type n'est pas le seul déterminant du comportement. Mais laissons cela pour le moment. Quelles preuves y a-t-il de l'existence des types cérébraux?

JN reconnaît qu'il n'y en a pas encore. Quand il écrit: «Nous croyons fermement que la génétique prouvera la validité de la Typologie cérébrale», il veut dire qu'en guise de preuves, il n'y a que sa parole et une série d'anecdotes sur lesquelles nous reviendrons. Pour le moment, les données scientifiques n'existent tout simplement pas.

JN raconte qu'il fait de la recherche depuis une trentaine d'années sur le sujet, et qu'il y a même un institut qui s'occupe d'étudier scientifiquement sa Typologie. Cependant, cet institut ressemble bien davantage à une organisation, dont l'objectif est moins la recherche que la promotion d'un produit commercial, soit les livres qu'il publie lui-même, ainsi que ses DVD. (Apparemment, de grandes équipes sportives professionnelles lui versent des honoraires «dans les six chiffres» pour ses recommandations.)* Selon le psychologue Terry Sandbek, «Bien que l'appellation [d'Institut de la Typologie cérébrale] évoque un grand édifice, un personnel à la formation poussée, et même des installations de recherche, la chose n'a d'institut que le nom. Un appel à ses bureaux ne permettra de tomber que sur un répondeur téléphonique, ou sur le frère de Jonathan, Jeremy». La recherche dont parle JN ne semble correspondre qu'à ses lectures éclectiques, et les raisonnements biscornus qu'il en tire.

JN, le cerveau derrière l'homme

Mais qui est donc Jonathan Niednagel, et quel est son type cérébral? Sa formation s'est conclue par un baccalauréat en gestion financière des entreprises de la California State University à Long Beach. Avant de se lancer dans la Typologie cérébrale, JN a travaillé comme courtier en marchandises, a fait la promotion de la pensée positive et du marketing multiniveau, et a fondé Mobile Automation, entreprise qui vend des «solutions logicielles aux grandes entreprises qui veulent réduire leurs frais d'exploitation et accroître la productivité des travailleurs mobiles» (Sandbek). En d'autres termes, JN est un homme d'affaires et un entrepreneur, pas un scientifique. Ses lectures, aussi érudites qu'elles soient, n'ont pas permis de produire une seule expérience pratique ni une seule publication révisée par des pairs au sujet de sa Typologie. Malgré tout, JN aime se comparer à Gregor Mendel. Mendel, bien sûr, était un véritable scientifique, qui a posé une hypothèse et mené des expériences contrôlées sur des années pour en vérifier l'exactitude. JN croit qu'il est comme Mendel parce qu'il s'est livré à des observations attentives pendant des années. Voici ce que JN dit à propos de JN:

Du point de vue de la Typologie cérébrale, seule la personne chez qui l'arrière du cerveau est actif (introversion vraie), chez qui domine l'hémisphère gauche - hémisphère de la conscience et de la méthode, dont l'esprit est axé sur «ce qui est» (la sensation), et non sur «ce qui pourrait être», et qui est davantage prédisposée à la logique (la pensée) qu'aux sentiments peut suivre une entreprise aussi difficile pendant des décennies. Tel est JN, et tel il a toujours été.*

Abstenons-nous de commenter cette bouillie pour les chats, et posons-nous la question suivante: le labeur de Mendel a donné naissance à la génétique moderne; à part son entreprise, qu'a produit tout le travail de JN?

... les quelque 30 ans d'étude approfondie, par JN, de caractéristiques individuelles et innées chez l'humain - ses habiletés cognitives, motrices et spatiales - ont aussi produit un nouvel ensemble de connaissances dynamiques. Nous sommes convaincus qu'il deviendra bientôt la nouvelle science du XXIe siècle.*

Ce bel optimisme inciterait à l'hilarité s'il n'était pas si pathétique. L'opinion incommensurablement favorable qu'a JN à propos de lui-même ne se justifie par absolument rien de ce qu'il avance. Tout ce que l'on sait avec certitude, c'est (1) que JN a un produit à vendre, soit sa prétendue capacité de déterminer les types cérébraux en observant les gens, et les prédictions qu'il peut ainsi faire à propos de leur performances athlétiques futures; (2) qu'il a fait affaire avec des clients qui ne jurent que par sa capacité de juger du talent athlétique dans des domaines qu'il affirme ne pas bien connaître, comme le football ou le basketball; et (3) qu'on lui verse des sommes pharaoniques en échange de ses services. En revanche, on ignore si la Typologie cérébrale correspond vraiment à quelque chose de réel, et si la science reconnaîtra un jour l'existence des 16 types cérébraux de JN. Il n'y a aucune preuve non plus que d'autres animaux possédant un cerveau puissent être classés selon un nombre quelconque de types cérébraux auxquels correspondent des capacités motrices ou mentales simples.

Mais qu'a donc lu JN pour finir par découvrir une typologie que la science, selon lui, devrait un jour adopter? Selon lui, beaucoup de publications scientifiques. C'est possible. Il a également beaucoup potassé la typologie Myers-Briggs, qui, coïncidence étrange, affirme qu'il existe 16 types de personnalité. Niednagel raconte que sa typologie «fait passer la typologie Jung/Myers à un niveau supérieur, afin de lui conférer une pertinence et une applicabilité encore plus grandes».* On ne s'étonnera pas, dès lors, que les types cérébraux de JN possèdent les mêmes noms que ceux du système Myers-Briggs. Par exemple, il fait de Michael Jordan un ISTP. JN ne veut cependant pas dire que Michael Jordan est un être égalitaire, qui fait preuve de tolérance à propos d'une vaste gamme de comportements, jusqu'à ce que ses principes logiques dominants soient attaqués; il peut alors surprendre autrui par ses jugements fermes et clairs. Il ne dit pas non plus que Jordan prend le temps d'écouter et semble d'accord avec son interlocuteur parce qu'il n'exprime pas d'opinion contraire, tout en analysant et en posant des jugements dans son for intérieur.* C'est ainsi qu'un utilisateur du système Myers-Briggs décrirait un ISTP, sans toutefois cerner la personnalité de Michael Jordan mieux que celle du premier venu. D'ailleurs, les lignes qui précèdent ne se distinguent guère de la rubrique astrologique moyenne. La description que fait JN d'un ISTP est très différente:

... Il s'agit du prototype du joueur de basketball professionnel. Les représentants de ce type sont très compétitifs; leurs capacités motrices sont pleinement adaptées à leur activité, et leur sens de l'espace est en outre excellent. Ils possèdent de tous les avantages possibles, non seulement du point de vue mental mais aussi du point de vue physique.*

On ignore totalement comment JN en est arrivé à cette évaluation de l'ISTP typique. Il n'a sans doute pas eu besoin d'un grand pouvoir d'observation pour constater que Michael Jordan possède d'excellentes capacités motrices et un bon sens de l'espace. JN affirme que

... La typologie cérébrale permet d'identifier les caractéristiques habiletés innées - mentales (cognitives), physiques (motrices), et spatiales (visuelles). Comme chaque typologie possède ses propres circuits neuronaux (mineurs et non majeurs) au sein du cerveau, toutes les personnes au monde qui partagent le même type posséderont les mêmes tendances innées dans ces trois domaines capitaux.

Comme on l'a déjà dit, il croit que les scientifiques finiront par découvrir les données prouvant ce qu'il affirme; entre-temps, nous n'avons qu'à lui faire confiance. Pourtant il n'y a aucune raison de croire que ce qu'il dit se fonde sur quoi que ce soit de scientifique, même en faisant preuve d'une grande générosité Les scientifiques ne lancent pas des affirmations grandioses à propos du cerveau et du comportement humain pour ensuite attendre que les collègues fassent tous les efforts afin de prouver la valeur de leur théorie. Les scientifiques n'investissent pas dans la mise en marché d'un produit, tout en laissant aux autres le soin de montrer après coup à quel point il est bon. C'est plutôt le comportement d'hommes d'affaires qui savent vendre de la poudre de perlimpinpin aux naïfs. Il s'agit peut-être d'une coïncidence, mais JN semble être sorti du même moule que le gourou de la croissance personnelle Tony Robbins, un homme au talent incontestable lorsqu'il s'agit de persuader les consommateurs qu'il peut leur vendre un produit, d'après ses propres mots, capable d'«éveiller le géant en soi» et de permettre à chacun d'atteindre ses objectifs. JN s'est rendu compte qu'il aurait tort de se limiter aux futures étoiles et aux futurs ratés des sports professionnels. Il en n'est venu à appliquer son produit à tous les domaines de la vie; son objectif est maintenant d'aider tous ceux qui désirent réussir, peu importe dans quelle activité.

Si JN a lu des publications scientifiques, il a certainement dévoré des ouvrages sur la lecture à froid et la persuasion. En effet, il a réussi à convaincre un certain nombre de personnes pourtant intelligentes qu'il est un génie, tout en ne donnant à cet égard que des anecdotes à propos des occasions où il a fait des prédictions correctes au sujet d'un athlète. En cela, il est remarquablement semblable aux médiums. Bien des gens reviennent de chez leur médium convaincus qu'il savait toutes sortes de détails intimes à leur sujet, des choses qu'il n'aurait pu deviner. Ces gens connaissent mal, sinon pas du tout, la validation subjective, et la façon dont les charlatans l'utilisent à leur avantage. JN n'a aucune preuve scientifique qu'il y a 16 types différents de cerveaux humains. Ce qu'il faut expliquer, ce n'est pas la typologie cérébrale mais la façon dont JN persuade ses clients de la valeur de ce qu'il fait.

Témoignages

Sammy Sosa a déclaré: «J'aime bien parler avec [JN] parce que c'est un brave type ». Le Dr Bob Arnot, qui s'est décerné le titre de «médecin de l'Amérique», en rajoute: «L'approche scientifique, bien en phase avec le XXIe siècle, que Jonathan P. Niednagel emploie pour évaluer les gens, développer leurs talents et les motiver est tout simplement étonnante. J'y ai trouvé l'information la plus importante et la plus utile des 20 dernières années dans le domaine de la compréhension et du développement de l'être humain. La Typologie cérébrale est pertinente non seulement dans le domaine des sports, mais aussi pour tous les secteurs de la société. Ceux qui choisiront de ne pas y recourir seront sérieusement désavantagés, maintenant et à l'avenir ». (Il s'agit du même Bob Arnot dont le livre The Breast Cancer Prevention Diet: The Powerful Foods Supplements, and Drugs that Can Save Your Life a été vilipendé par le Conseil américain des sciences et de la santé, qui y a vu un ouvrage «non scientifique et trompeur».*) Comment JN s'y est-il pris pour persuader une longue liste d'athlètes et d'entraîneurs, mais aussi Bob Arnot qu'il n'est pas un charlatan? Mystère. Mais quand on se penche sur la carrière de vendeurs de pseudo médecine comme lui, on constate que la plupart semblent avoir lu le même ouvrage sur la façon de persuader autrui d'à peu près n'importe quoi.

JN

La caractéristique la plus importante d'un maître de la persuasion est toujours son charme. Si on ne vous aime pas dès le départ, vous n'avez aucune chance de devenir un grand vendeur. Les témoignages qu'on retrouve dans le site Web de JN montrent que certains hauts placés l'aiment beaucoup. L'apparence y est pour quelque chose. On le voit aux photos de JN figurant dans son site Web. Pas nécessaire d'avoir l'air d'une vedette de Hollywood, mais il faut faire bonne impression: une bonne coupe de cheveux, une certaine recherche dans l'habillement, ce genre de choses. On ne vous aimera que davantage si l'on pense que vous êtes sincère et honnête. La qualité de votre produit importe moins que le fait d'attirer la sympathie.

Selon le psychologue social Robert Levine, «La recherche montre qu'on peut associer trois caractéristiques à la force de persuasion: l'autorité apparente, l'honnêteté et la sympathie» (Levine 2003, p. 31). Levine ne dit pas que le vendeur doit être honnête, il doit simplement le paraître. Le maître vendeur n'a pas besoin non plus d'être une autorité en quoi que ce soit. Il suffit qu'il semble l'être. Ne connaissant pas JN, nous ne saurions parler de son honnêteté. Il peut très bien croire que sa typologie est réelle, et que les scientifiques le prouveront un jour. Dans ce cas, il est honnête, mais se fourre un doigt dans l'œil, et ne comprend pas le travail de nature scientifique. Il est également possible qu'il croie qu'observer les comportements d'autrui et en tirer des types correspondant à ses croyances constitue une forme de recherche scientifique. Dans ce cas, il se trompe, mais de façon sincère, à la manière d'une personne qui ne s'y connaît pas dans le domaine.

Malgré l'absence de toute preuve scientifique relativement à ce que prétend JN, plusieurs personnes voient en lui une autorité en matière de types cérébraux. Sans connaître tous les détails derrière les témoignages venant de personnes comme le Dr Bob Arnot et Vic Braden, on peut seulement dire que JN est vu comme une autorité parce qu'il se présente comme tel. Il raconte qu'il emploie sa Typologie pour évaluer la performance athlétique de certaines personnes. Ses prédictions semblent impressionner. Pour ce qu'on en sait, JN est peut-être un maître de l'évaluation du talent athlétique, mais la chose ne prouve pas que sa typologie soit valable ni qu'on peut créer une typologie de ce genre par une observation prolongée.

Outre le jargon que bien des gens associent à la science - et que JN emploie à son avantage - une autre caractéristique impressionnant bien du monde est la confiance en soi. Pas besoin de passer beaucoup de temps dans le site Web de JN pour comprendre qu'elle lui sort par tous les pores de la peau.

La Typologie cérébrale est devenue l'approche la plus précise et la plus perfectionnée qui soit pour comprendre pourquoi les gens font ce qu'ils font, que ce soit au travail, à la maison ou sur le terrain d'athlétisme. Chacun d'entre nous ne correspond qu'à l'un des 16 types cérébraux, qui donnent un schéma inné, déterminé par les gènes, réglant directement les habiletés mentales et motrices. Chaque type présente des habiletés (tout comme des déficiences) mentales et physiques, inhérentes et spécifiques. Ces caractéristiques innées constituent les plus grands déterminants de l'individu, à l'exclusion de l'éthique personnelle et de la moralité.*

Comme JN n'avance aucune preuve de ce qu'il prétend, il semble clair que la seule raison pour laquelle on le croit, c'est qu'il paraît savoir de quoi il parle. Son autorité apparente lui vient sans doute de la confiance dont il fait preuve et du jargon pseudo scientifique qu'il utilise. Tant d'affirmation, venant d'une personne douée d'entregent, suffit-elle pour faire de JN une autorité en matière de Typologie cérébrale aux yeux d'autrui? Sans doute pas. L'appui de son produit par des célébrités doit être un autre facteur d'importance. Les commentaires flatteurs ne semblent pas mercenaires; on peut donc se demander pourquoi un Kevin McHale ou un Terry Donohue aiment tellement ce que JN a à vendre? Nous avons déjà établi que ce ne peut être parce qu'ils se sont renseignés en profondeur sur la science de la Typologie cérébrale; cette science n'existe pas. C'est le pouvoir de persuasion de JN qui attire toutes ces célébrités, de même que ses évaluations justes du cas d'au moins quelques athlètes, combinées à quelques techniques de lecture de personnalité à froid et au préjugé de confirmation (Sandbek). JN aime bien raconter des anecdotes le montrant en train de choisir un gagnant ou un perdant dans un sport professionnel quelconque, comme s'il était une espèce de handicapeur à l'hippodrome. Oui, même une horloge en panne donne l'heure juste deux fois par jour. Son exemple favori semble être un choix qu'il a fait il y a bien des années (Peyton Manning plutôt que Ryan Leaf).* En choisissant Manning, il avait une chance sur deux de se tromper. Combien de pronostics du genre a-t-il posés au cours des années, sans avoir autant de veine? On n'en saura jamais rien, car JN ne tient pas de statistiques là-dessus, ou s'il en tient, il les garde soigneusement cachées. Et puis, les experts sportifs qui ont payé JN pour en recevoir des avis erronés sont peu susceptibles de s'en vanter sur la place publique. Combinez une grande sélectivité de la preuve et la création d'une liste de caractéristiques permettant aux clients de valider subjectivement tout ce qu'on leur dit, et vous obtiendrez une formule pour conférer à vos propos une apparence de prophétie quasi miraculeuse.

Des célébrités ont beau appuyer la Typologie cérébrale, elle a ses critiques, qui se soucient beaucoup plus de l'effet qu'un tel concept peut avoir que d'établir si elle existe ou pas. Un de ses effets, par exemple, ressemble à celui des signes astrologiques; votre type cérébral détermine non seulement qui vous êtes, mais aussi comment votre entourage doit vous traiter. Comme l'astrologie, la Typologie cérébrale encourage tout le monde à se résigner à n'être que ce que la destinée a prévu pour eux. Pour paraphraser Bob Steiner, consulter JN à propos de décisions cruciales, c'est renoncer à orienter sa vie dans la direction que l'on veut, et vivre en se fiant sur une absurdité pseudo scientifique. La chose vaut, que JN soit un fraudeur ou une personne sincère (Steiner 1989, p. 6). Cette accusation n'empêche en rien un astrologue quelconque, tout comme JN, de donner des conseils pertinents à l'occasion. Mais la satisfaction de quelques clients n'a rien à voir avec la validation d'une pseudo science.

D'autres critiques soulignent que JN a enveloppé l'instrument Myers-Briggs d'un impressionnant jargon à saveur scientifique sans donner la moindre justification à ce propos. (Affirmer que la Typologie cérébrale est plus exacte que l'outil Myers-Briggs, et qu'elle ne se fonde pas sur un questionnaire ne constitue pas une véritable justification.) On se demande si JN sait que Jung a déjà remarqué que toute typologie appliquée aux personnes était arbitraire.

Enfin, si JN est parti du monde des sports pour se mettre à conseiller ou entraîner non seulement des athlètes, des étudiants, des entreprises et même des quidams qui tentent simplement de tenir bon au jour le jour, c'est qu'il a certainement repris à son compte la formule de bien d'autres entrepreneurs en croissance personnelle. Son prochain opus, Get the Most Out of Life with Your Inborn Brain Type [Profitez le plus possible de la vie grâce à votre type cérébral inné] portera sur «les relations amoureuses, la vie familiale, les affaires, les sports, l'éducation, la spiritualité et les questions de santé (y compris le contrôle du poids)».* Son livre connaîtra sûrement un grand succès parmi les accrocs à l'aide personnelle, et trouvera une place sur les tablettes à côté des grands classiques du genre.

Les scientifiques seront sans doute très occupés à l'avenir. Non seulement devront-ils trouver des preuves de l'existence des 16 types cérébraux de JN, mais ils devront aussi trouver comment ces types ont une influence sur la performance athlétique, les relations amoureuses, le contrôle du poids, la santé, le succès en affaires, les relations interpersonnelles et la spiritualité.

Ils feraient peut-être bien de consulter leurs astrologues.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)