Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Géant de Cardiff

Géant de Cardiff

Géant de Cardiff

Prétendu fossile d'un géant antédiluvien (hauteur: trois mètres; longueur des pieds: près de cinquante centimètres) "découvert" en 1869 à Cardiff, dans l'état de New York. Il s'agissait en fait d'une sculpture de gypse exécutée un an ou deux auparavant à la demande de George Hull, fabricant de cigares et athée, parent éloigné de Stubb Newell, le propriétaire de la ferme où la sculpture a été mise au jour. Presque immédiatement, des experts émirent des réserves à propos de la découverte, mais les scientifiques eurent beau prévenir le public de la supercherie, rien n'y fit. On vint par centaines, chaque jour, payer cinquante cents par tête de pipe pour contempler le fameux Goliath, car on disait que le "fossile" était la preuve de la véracité des récits bibliques à propos de tels géants.

Une semaine après la découverte, Newell vendit les trois-quarts de ses intérêts dans l'affaire à un syndicat financier de Syracuse, dans l'état de New York, pour la coquette somme de 30 000 $. L'arnaque rapportait tellement que P.T. Barnum lui-même s'y intéressa. Il offrit de louer le géant pour trois mois, afin de l'emmener en tournée avec son cirque. Comme Newell et le syndicat refusaient, Barnum commanda une copie du géant et fit payer le public pour qu'il admire le faux d'un faux. On raconte que lorsque les deux géants se retrouvèrent en même temps à New York, le faux faux de Barnum fit davantage courir les foules que le vrai faux (Feder, 36).

Kenneth Feder, dans son ouvrage sur les mythes et fraudes en archéologie, considère l'histoire du Géant de Cardiff comme un cas classique:

“ Experts et scientifiques, après examen du Géant, avaient immédiatement compris qu'il s'agissait d'une statue, d'un faux maladroit, d'une histoire absurde et, tout compte fait, d'une niaiserie pure et simple. Ces conclusions scientifiques, objectives, rationnelles et logiques restèrent cependant sans effet. Dans le coeur et l'esprit de gens parfaitement censés en temps normal, on avait touché un point sensible, et rien ne les dissuaderait de croire en la véracité du Géant. Un tel entêtement ne venait de rien d'autre que du désir profond de la foule (…) de croire en lui.”

Autrement dit, la méfiance envers les experts scientifiques vient moins de la tendance à croire ce que l'oeil voit que de la propension à croire ce que l'esprit veut et ce, sans égard aux preuves.

De nos jours, le Géant est exposé au Farmer's Museum de Cooperstown, dans l'état de New York, où on le présente comme "la plus grande supercherie de l'histoire des États-Unis".


 
Lectures recommandées :

 
Géant de Cardiff, photo © Alex Boese 2005

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)