Qigong

(ou Chi kung)

«Science et pratique» du chi. Le qigong signifie littéralement culture de l'énergie. On prétend pouvoir améliorer la santé physique et mentale en apprenant comment manipuler le chi par la maîtrise de la respiration, le mouvement et la pensée. Les maîtres du qigong affirment pouvoir guérir à distance en manipulant le chi. On dit même qu'en maîtrisant son propre chi, on peut renforcer son système immunitaire. 

La plupart des Occidentaux connaissent vaguement le kung-fu et taï chi, tous deux reliés au qigong. Dans le premier cas, il s'agit d'un art martial, dans le second, d'un type d'exercice ou d'art martial intérieur. On voit parfois des adeptes du kung-fu casser des briques à mains nues au cours de démonstrations sportives, et ceux du taï chi s'adonner à une espèce de danse lente et gracieuse dans des parcs publics. Ces démonstrations, de même que des récits d'exploits quasi surnaturels, sont offerts en preuve de la puissance qu'acquièrent ceux qui maîtrisent le chi.

Les écoles d'arts martiaux asiatiques sont devenues très populaires en Occident. Sans aucun doute, il y a un aspect positif à l'entraînement qu'on y suit, tant pour les enfants que pour les adultes. On y encourage un régime de vie sain et la pratique de l'exercice physique, tout en y cultivant la force physique et la discipline mentale. Sans rendre leurs adeptes absolument invincibles, elles leur permettent d'apprendre l'autodéfense et renforcent la confiance en soi, de même que l'estime de soi. Malheureusement, elles encouragent aussi parfois leurs étudiants à croire qu'ils peuvent acquérir des pouvoirs paranormaux ou surnaturels, ou guérir n'importe quelle maladie par le simple fait de leur volonté, grâce à la discipline et à l'entraînement offert par un «maître».

Quelle preuve empirique existe de l'existence du chi ou de sa maîtrise? Au lieu de tests scientifiques contrôlés, on ne nous offre que des témoignages et des sophismes. Néanmoins, les partisans de ses méthodes sont convaincus que leurs explications métaphysiques ne sont pas illusoires. L'acuponcteur est convaincu qu'il débloque le chi. Le maître reïki et la praticienne du toucher thérapeutique pensent qu'ils canalisent le ki ou la prana. Les disciples de Reich croit qu'ils peuvent guérir le corps en maîtrisant et dirigeant l'orgone. En tant que philosophie, le qigong et les disciplines du genre peuvent donner à ceux qui les pratiquent un sentiment d'harmonie, de puissance, l'impression qu'ils ont une place dans l'univers. En tant que système métaphysique, il n'y a aucune façon d'infirmer l'existence du chi. Cependant, expliquer des événements par la maîtrise et l'utilisation du chi est superflu si l’on applique le principe du rasoir d'Occam.

 

Voir aussi: Bambou jaune.

 

 


 

Vidéo 1 : Le maître Yanagiryuken effectue une démonstration du chi dans son dojo.

 

Vidéo 2 : Le maître expérimente ensuite sa technique contre un jeune karatéka du MMA.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)