Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Un cours en miracles

Un cours en miracles

"All you need is love… Love is all you need"

 

Titre d’un livre que Jésus aurait dicté à la psychologue de recherche Helen Schucman (1909-1981). On y présente un christianisme version allégée: Jésus désire moins de souffrances, de sacrifices, de séparations et de sacrements. Il veut également davantage d’amour et de pardon.

Le bouquin a donné naissance à une véritable petite industrie. Pour apprendre ce que Jésus avait vraiment en tête quand il est venu sauver le monde, on peut acheter le livre, ou n’importe quel autre titre parmi une dizaine d’ouvrages semblables, auprès de la Foundation for Inner Peace (FIP).* De 1976 à 2002, quelque 1,5 million d’exemplaires du livre se sont vendus de par le monde. La FIP offre également des cassettes audio et vidéo, et organise des ateliers, séminaires et groupes de discussion.* Son organisation sœur, la Foundation for A Course in Miracles (FACIM), dirige une «académie», The Institute for Teaching Inner Peace Through A Course in Miracles (ITIP).

Comment croire Helen Schucman quand elle affirme qu’elle a écrit sous la dictée de Jésus? Psychologue clinicienne de formation, elle a reçu un doctorat de l’Université de New York en 1957. Elle a prétendu que, de 1968 à 1972, une voix intérieure lui a dicté les trois livres qui forment A Course in Miracles. Elle a reçu dans son entreprise l’appui d’un collègue, William Thetford (1923-1988). En 1972, un autre psychologue et son épouse, Kenneth et Gloria Wapnick, ont également assisté Schucman dans son travail. Ce sont les Wapnick qui ont créé la FACIM.

D’où vient le titre du livre? D’après Schucman, la voix qu’elle a entendue lui a dit: «Ceci est un cours en miracles. Prenez des notes».1

Le livre a connu un grand regain d’attention dans les années 1990, quand Marianne Williamson 2, l’un des écrivains Nouvel Âge les plus populaires aux É.-U., a commencé à en proposer sa propre version. Les enseignements du livre n’ont rien de nouveau; ils ont été glanés auprès de diverses sources, tant orientales qu’occidentales. Bien sûr, cela ne les rend ni faux ni inutiles, mais prétendre qu’ils ont été dictés par une personne morte il y a 2000 ans est un peu dur à avaler. Schucman a-t-elle vraiment entendu des voix, ou hésitait-elle à assumer la responsabilité de ses propres idées? 3

 

 

Notes :

 

1. Selon Joe R. Jesseph, Ph.D., coordonnateur de Miracle Studies

Essentiellement, dans le livre, le terme «miracle» renvoie à ce changement de mentalité qui fait en sorte que l’Amour divin s’exprime sur Terre. Dans le cours, on parle du pardon comme de l’expression de cet amour, et il est raisonnablement exact de dire que le miracle dont il est question dans le cours (et dans son titre), c’est le pardon.
 

2. Williamson est la grande championne de l’amour, de la consolation, du yin et du yang, et de la guérison des blessures par l’amour et la prière. Son livre, A Return to Love: Reflections on the Principles of A Course In Miracles (1992) est resté onze semaines en première place de la liste des meilleurs vendeurs pour la catégorie littérature générale du magazine Publisher’s Weekly. Elle en a fait la promotion à la télé américaine aux heures de grande écoute, suscitant chaque fois des commentaires élogieux du public.

 

3. Dans le premier cas, il n’y a rien à ajouter. Dans le second, on préférera l’attitude de Leo Buscaglia (1923-1998), autre psychologue qui préconisait l’amour et le pardon. Il ne se réclamait d’aucune autorité et semblait dire: Voici ce que je sais; vous en faites ce que vous voulez.

 

 

 

Un cours en miracles

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)