Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Le phénomène Linda la maligne

Le phénomène Linda la maligne

Linda Wouters et Rom Houben

Forme de « signal » involontaire et inconscient. Le terme fait référence à une orthophoniste (Linda Wouters) qui a répondu à des questions posées à Rom Houben, un  Belge, en guidant son doigt vers les lettres sur le clavier d'un écran tactile. Au moment de la première annonce publique du phénomène Linda la maligne en novembre 2009, Houben avait 46 ans et était paralysé depuis 23 ans en raison d'une lésion cérébrale provoquée par un accident de voiture. On avait diagnostiqué chez Houben un état végétatif persistant (EVP) jusqu'à ce que, trois ans plus tôt, de nouveaux tests menés par le Dr Stephen Laureys, un neurologue belge, montrent que Houben était conscient mais atteint d'un lockede-in syndrome (syndrome d'enfermement). Habituellement, si un patient atteint d'un locked-in syndrome peut communiquer, c'est en clignant d'un œil (ou, dans le cas de Houben en bougeant un orteil). Le nouveau diagnostic était le résultat de la croyance de la mère que son fils était conscient et de sa persévérance à l'emmener dans plusieurs cliniques au cours des années pour faire de nouveaux tests.

Le Dr Laureys et Linda soutiennent tous les deux que Linda répond à une légère pression des doigts de Houben et qu'elle « le sent protester quand elle bouge sa main vers une lettre incorrecte. » * Les reportages vidéo montrent, cependant, que Linda regarde le clavier tandis que les yeux de Rom sont fermés, répond très rapidement aux questions, et se déplace de lettre en lettre à un rythme rapide. Même une personne très habile qui aurait mémorisé l'emplacement de chaque lettre sur le clavier aurait du mal à trouver une lettre donnée les yeux fermés, sans point de repère. Linda se livre à une pratique connue sous le nom de communication facilitée, qui s’est révélée un canular cruel. Il conviendrait de souligner que, bien qu'on ait montré que la communication facilitée n'a pas de fondement scientifique, les praticiens comme Linda répondent à des signaux inconscients et ne devraient pas être accusés de fraude consciente sans preuve irréfutable. Se mentir à soi-même, prendre ses désirs pour la réalité, recourir à la preuve sociale et aux biais de confirmation sont bien plus probablement à l'œuvre que l'intention de tromper. On ne peut s'empêcher d'être ému par l'amour, le dévouement, et la persévérance de la mère de Rom.

Le Dr Stephen Novella a fait ce commentaire après avoir visionné une vidéo de Linda et de Rom :

Nous voyons Linda Wouters, la «facilitante» de Houben, qui regarde fixement l'écran et tape sur le clavier, tandis que Houben regarde ailleurs, les yeux fermés. Personne ne peut taper avec un doigt sans regarder l'écran. Wouters prétend lire les signaux ténus traduisant l'intention de Houben - cela malgré le fait que les examens cliniques aient révélé que sa main était complètement paralysée. La vidéo ne montre pas ce que prétend Wouters - suivre des signaux musculaires ténus est très difficile et nécessiterait (si c'était possible) un contact léger et de temps à autre une remise à zéro sur la touche visée, avec très vraisemblablement quelques réajustements. Encore une fois, ce que nous voyons dans la vidéo est une femme qui tape très rapidement et avec précision en utilisant la main paralysée de Houben.

Le Dr Laureys affirme qu'il a testé Linda et qu'il a confiance dans le fait qu'elle communique les pensées de Rom et non les siennes. La mère de Rom atteste aussi que Linda communique vraiment  les pensées de son fils.

L'équipe de Laureys a montré à Houben un objet alors que sa facilitante était emmenée à l'extérieur, et quand elle est revenue il a été capable de l'écrire correctement, a déclaré le professeur Audren Vandaudenhuyse, un collègue de Laureys.
 
« Ainsi tout ceci a été vérifié et confirmé, et nous sommes sûrs que c'est lui qui parle », a dit Vanhaudenhuyse. 
 
Fina, la mère de Houben, a déclaré à l'Associated Press que son fils communique depuis trois ans et qu'elle croit que personne ne le guide.

Le Dr Laureys aurait pu éliminer l'accusation de phénomène Linda la maligne en faisant un test plus rigoureux, susceptible d'éliminer la possibilité d'une action idéomotrice guidant sa main ou lui apportant des signaux provenant des mouvements imperceptibles qu'elle détecte inconsciemment chez d'autres personnes présentes. Même les chevaux peuvent glaner des indices imperceptibles à partir des questions que les gens leur posent. Linda peut avoir reçu, par mégarde, des signaux provenant des personnes présentes au test. De même, elle peut avoir reçu par mégarde des signaux au moment de répondre à des questions en présence de la mère de Rom.

Si le docteur Laureys voulait éliminer l'action idéomotrice de l'équation au lieu de confirmer son biais, il aurait dû faire un test différent et au moins faire un effort pour vérifier que Houben envoie des signaux physiques subtils à Linda. On pourrait penser que bander les yeux de Linda aurait fait l'affaire, mais les bandeaux n'empêchent pas toujours de voir, surtout si l'on regarde vers le bas de part et d'autre de son nez, ce que Linda aurait fait. (Il est assis dans un fauteuil roulant, tandis qu'elle se tient derrière et à sa droite.) Plus encore, si une bonne méthode avait été utilisée pour empêcher Linda de voir Rom guider sa main vers les lettres du clavier, ç'aurait été un test convaincant. Un autre test aurait consisté à mettre une séparation entre Rom et Linda, à montrer des photos de chaque côté de la cloison, et à demander à Rom ce qu'il voit. Si le phénomène Linda la maligne est à l'œuvre, Rom ne donnera une réponse correcte que lorsqu'on leur montrera à lui et à Linda ensemble le même objet. Si Rom donne une réponse correcte à chaque fois, alors Linda communique vraiment les pensées de Rom, et non les siennes.

Linda Wouters et Rom Houben

Un autre test m'a été suggéré par Conway Redding : mettre des écouteurs à Houben et Wouters et leur poser des questions. Si la seule fois où Houben répond correctement, c'est lorsqu'on pose la même question aux deux, alors le phénomène Linda la maligne sera corroboré. Si Linda répond à la question posée à Houben plutôt qu'à la sienne, alors le phénomène Linda la maligne sera réfuté.

Presque aucun journaliste et fort peu de médecins sont familiarisés avec le phénomène Linda la maligne, l'effet idéomoteur, ou la communication facilitée. Par exemple, la chaîne belge RTBF a montré Linda en train de répondre à une question de Rom : « Impuissance. Totale impuissance. Au début, j'étais en colère, puis j'ai appris à vivre avec. » Un journaliste du Huffington Post a écrit que c'est « lui » qui dit ces choses et non Linda. Le journaliste, Raf Casert a même décrit Rom en train de taper le message sur l'écran lors d'une interview. » Aucune mention n'a été faite de Linda. Un journaliste de la BBC a gobé en totalité l'affirmation que son «aide» est seulement une aide. Un reportage de CBS a déclaré :

Dans une interview donnée au magazine allemand Der Spiegel et rapportée par le Daily Mail du Royaume-Uni, Houben a écrit « j'ai crié, mais il n'y avait rien à entendre."

Une fois encore, les journalistes tiennent pour acquis que c'est Houben qui communique, pas Linda. Bien qu'il n'y ait aucune raison de douter que ce que dit le Dr Laureys est exact, à savoir que le PET scan montre que le cerveau de Rom fonctionne et qu'il n'est pas dans un état végétatif, il y a tout lieu de croire que le phénomène Linda la maligne est à l'œuvre dans sa prétendue communication, comme le montre clairement cette vidéo de CBS. Rom semble dormir tandis que Linda tape sur le clavier spécial.
Voici ce que sa facilitante a tapé et qui s'est répercuté sur le monde sans méfiance comme provenant d'un cerveau qui est resté silencieux pendant plus de deux décennies :

Je m'appelle Rom. Je ne suis pas mort. Les infirmières sont venues, m'ont massé, elles m'ont parfois pris la main, et je les ai entendues dire « pas d'espoir. » J'ai réfléchi, j'ai  rêvé de  ma vie - c'était tout ce que je pouvais faire. Je ne veux blâmer personne - cela n'apporterait rien de bon. Mais je dois la vie à ma famille. Tous les autres avaient abandonné.
 
J'étudiais ce qui se passait autour de moi comme si c'était une minuscule partie d'une pièce du théâtre du monde, les particularités bizarres des autres patients dans la salle commune, les potins des infirmières qui ne se gênaient pas pour parler de leur petit ami en présence de « celui qui n'existait plus. » Cela a fait de moi un expert en relations humaines.

On ne peut guère reprocher aux journalistes de ne pas comprendre le phénomène Linda la maligne quand des sommités du monde médical, telles que le Dr. Sanjay Gupta et le Dr Nancy Snyderman, ne l'ont pas saisi.
L'Associated Press rapporte que Rom écrit un « livre sur ses expériences. » * Je suis sûr que des films suivront.

 

Pour en savoir plus :

James Randi : « Cette farce cruelle doit s'arrêter ! »  C'est encore un exemple évident d'une ignorance abyssale, habituelle, délibérée du personnel médical - y compris du Dr Snyderman et son équipe qui ont préparé cette mise en scène. Je ne comprends pas comment quelqu'un, appartenant à la profession médicale ou non-spécialiste, peut continuer à croire que la farce appelée «Communication facilitée» [CF] représente autre chose qu'un fantasme qui a commencé en 1977, quand une femme australienne nommée Rosemary Crossley suggéra l'idée que les personnes autistes pourraient exprimer leurs pensées via un clavier lorsque leur main est "soutenue" par ce qu'elle appelle un «facilitant».

Orac : « Un autre candidat aux pires rapports médicaux depuis toujours : "l'homme dans le coma" ». Une autre chose dont je ne suis pas sûr, parce que j'ai une information insuffisante pour faire une conjecture informée, est si le professeur Laureys s'est laissé lui-même duper ou s'il a pris part à une sorte de tromperie. Je suis enclin à lui donner le bénéfice du doute et à conclure pour la première hypothèse. Après tout, comme James Randi et d'autres l'ont montré à maintes reprises, les scientifiques sont parmi les plus faciles à tromper.

Stephen Novella : « L'homme dans le coma depuis 23 ans - Est-il réellement conscient ? » C'est une histoire merveilleuse pour les médias. Mais je pense que certaines questions devraient venir à l'esprit de ce neurologue, et de n'importe quel journaliste doté d'esprit critique. Le plus gros problème dans le cas présent est que la manière de taper avec le doigt de M. Houben ressemble de façon suspecte à la « Communication facilitée ».

Michael Shermer : « Le canular de l'homme dans le coma : la « communication » de Rom Houben est l'effet « idéomoteur » des planches Ouija. » Le Dr Sanjay Gupta l'a manqué sur CNN. Le Dr Nancy Snyderman l'a manqué sur MSNBC. Et des neuroscientifiques non formés au scepticisme et à l'histoire de la « Communication facilitée » l'ont manqué.

Brandon Keim : « Les mots de l'homme dans le coma né une deuxième fois peuvent être des faux. » Selon Randi, la « Communication facilitée » pourrait seulement être considérée comme crédible si la facilitante ne regardait pas le tableau ou l'écran pendant qu'elle soutient la main de Houben et l'aide à taper les messages en réponse aux questions qu'elle n'aurait pas entendues, donnant ainsi la preuve que les réponses de Houben sont entièrement les siennes. »

Stephen Novella : « Le Dr. Laureys répond  au sujet de l'homme dans le coma » Le problème est que la communication montrée sur ces vidéos est tout simplement impossible.

 

 

Traduit par Brigitte Axelrad  Observatoire Zététique Association Française pour l’Information Scientifique

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)