Comfort, Ray

(1949- )

Chrétien évangéliste fondamentaliste, créationniste (variété création récente de la Terre), antiévolutionniste zélé, auteur de succès de librairie comme You Can Lead an Atheist to Evidence, But You Can't Make Him Think, et preuve vivante de la non-existence du Dieu d'Abraham. Quoique né en Nouvelle-Zélande, il vit actuellement en Californie.

Parmi ses publications les plus remarquées se trouve l'introduction qu'il a écrite pour une édition, en 2009, de L'Origine des espèces de Darwin (1859). Sans surprise, Comfort étant réputé pour son ignorance en matière de science et d'histoire, son introduction est un tissu de mensonges, d'erreurs, de déformations, d'attaques personnelles et de plagiats. Selon le site Web qu'il tient à propos de ce qu'il appelle The Origin into Schools Project, Comfort aurait distribué 194 000 exemplaires de cet opus. Il affirme: «Rien n'a été retiré de l'œuvre originale de Darwin». D'après Eugenie Scott, directrice générale du National Center for Science Education, par contre, il a fait disparaître quatre chapitres dans lesquels Darwin donne ses preuves au sujet de l'évolution. Questionné à ce propos, Comfort a reconnu le fait, mais a prétendu qu'il avait retiré les chapitres au hasard, uniquement dans un souci d'économie.

Nothing created everything

Certains penseront que le nombre stupéfiant de bêtises qu'énonce Comfort à propos de l'athéisme et de l'évolution constitue un appui solide à l'hypothèse de l'existence du Dieu d'Abraham. Qui d'autre qu'un tel dieu pourrait concevoir une créature affirmant que les athées croient que l'univers a été créé à partir de rien? L'idée est absurde, aucun athée n'a jamais affirmé une telle chose, donc le Dieu d'Abraham existe. Même s'il s'agit d'un argument irréfutable, selon certains, on peut toujours le mettre en doute. (Il se peut, par exemple, que Comfort se trompe à propos du terme «créé». On peut s'étonner, par contre, qu'il ne dise pas que tous les athées croient que l'univers s'est formé ex nihilo, comme le font Dawkins et Krauss.)

Voyons maintenant ce qu'il en est de l'idée que le Dieu d'Abraham n'existe pas simplement du fait que Ray Comfort existe.

L'une des pires erreurs que commet Comfort relativement à l'évolution porte sur la façon dont les espèces apparaissent.

Il n'y a pas de preuve irréfutable de l'évolution d'une espèce à une autre. La «preuve» à ce sujet demeure toujours une question de foi - au fait d'ajouter foi au processus de datation ou aux données présentées par d'autres partisans de l'évolution. Le mantra est toujours le même: il y a des millions de fossiles qui prouvent la réalité de l'évolution de façon scientifique. On m'envoie souvent de longues listes de chaînons manquants, mais lorsque je me penche sur chacun d'eux, je constate que ce ne sont pas vraiment des chaînons manquants entre les espèces. Des millions de fossiles révèlent des adaptations au sein d'une même espèce, mais il n'y a aucun fossile qui montre de façon indiscutable qu'une espèce s'est transformée en une autre. Les liens entre les espèces n'avaient pas été découverts au temps de Darwin, et on ne les a toujours pas découverts 150 ans plus tard. Jusqu'à présent, je n'ai pas encore vu de preuve de la validité de la théorie de l'évolution.*
Crocanard

Comfort, comme les autres antiévolutionnistes qui n'ont jamais étudié le sujet, croit que les évolutionnistes pensent que de nouvelles espèces surgissent littéralement d'espèces plus anciennes, qu'un chimpanzé, par exemple, pourrait donner naissance à un être humain, ou un crocodile, à un crocanard. Quand la chose se produira, clament certains créationnistes parmi les plus obtus, ils croiront à l'évolution. Aucun évolutionniste scientifique ne croit qu'une espèce donne naissance à une autre. Tous les animaux qui existent sont nés d'une mère de la même espèce qu'eux. Comme le sait tout le monde à l'exception de certains créationnistes parmi les plus obtus, la descendance n'est jamais identique aux parents. Certaines des caractéristiques que présente la descendance peuvent être plus avantageuses en matière de survie et de reproduction. Avec le temps, l'accumulation de telles caractéristiques au sein d'une population donnée peut mener à la constitution d'une nouvelle espèce. Il devrait aller sans dire que pour les créatures qui sont restées sans descendance, les biologistes évolutionnistes n'affirment aucunement qu'elles ont jamais produit une nouvelle espèce d'un seul coup, en vertu d'un processus quelconque. Comfort et sa bande de nuls affirment faussement que les biologistes évolutionnistes pensent qu'on se retrouve avec des espèces de transition en une seule génération. Ce n'est pas ce que pensent les évolutionnistes. Il y a bel et bien des espèces de transition - qu'on se plaît à appeler chaînons manquants - mais on en constate l'existence à de nombreuses générations de distance par rapport aux espèces desquelles elles ont évolué.

Comfort, toutefois, se fait une idée bien personnelle de ce qu'affirment les évolutionnistes. Il leur attribue l'idée que les mâles d'une espèce peuvent évoluer indépendamment des femelles. C'est là, bien sûr, une fausseté, puisqu'aucun évolutionniste n'a jamais tenu une idée aussi absurde. Son argument n'est pas dépourvu d'utilité, toutefois; il sert à montrer que le Dieu d'Abraham n'existe pas.

Comme on va sans doute m'accuser de déformer les propos (pourtant bien assez extravagants) de Comfort, voici ses propres mots:

Imaginez que vous assistiez à l'apparition du premier chien. Disons qu'il s'agit du lycaon (Lycaon pictus), le chien sauvage d'Afrique. Il y a le Big Bang, et des millions d'années plus tard, voilà qu'arrive cet animal pourvu d'une queue, de quatre pattes, d'un foie, d'un cœur, de reins, de poumons, de sang, d'oreilles et d'yeux, tous fruits de l'évolution (par différenciation des espèces). Heureusement pour la bête, ses yeux sont arrivés à maturité après des millions d'années de cécité, parce que si la chienne n'avait pas également évolué, et si elle n'avait pas été au bon endroit au bon moment, avec tout ce qu'il faut à la bonne place et l'envie de s'accoupler, il n'avait plus qu'à ronger son os. Il lui fallait une femelle pour que survive l'espèce.

Comfort avance beaucoup d'autres affirmations tout aussi fausses et ridicules, comme s'il s'agissait de véritables idées répandues dans la communauté scientifique. Ces affirmations, il les traite avec dérision et conclut que l'évolution est absurde, tandis que ses croyances à propos de serpents qui parlent et autres merveilles bibliques sont vraies. Arrêtons-nous un peu à réfléchir à la chose. Un type affirme prouver, par une série de propos délirants, faux et ineptes, qu'un être omniscient et omnipotent existe. Il affirme être la preuve vivante de l'existence d'une intelligence suprême, conceptrice de l'univers, dont il est le porte-parole sur Terre. Si un être semblable au Dieu d'Abraham existait, il annihilerait Comfort sans tarder, pour L'avoir fait passer pour un crétin. Or Comfort n'a pas été annihilé, donc le Dieu d'Abraham n'existe pas. C.Q.F.D.

Panneau-réclame

Certains diront que le Dieu d'Abraham dépasse notre entendement, et que ce qui nous paraît mauvais et stupide de sa part pourrait bien être bon et avisé. Il est donc possible que mon argumentation soit sans valeur: peut-être que le Dieu d'Abraham est véritablement un crétin, et qu'il est satisfait du bon travail accompli par des créatures comme Ray Comfort.

On peut considérer Ray Comfort comme le Ben Stein du télévangélisme. Il a déjà dépensé 6000 $ pour louer pendant un mois un panneau-réclame le long de l'autoroute 105, dans le sud de la Californie.

 

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)