Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Médecine complémentaire

Médecine complémentaire

L'expression médecine complémentaire est une autre façon de faire référence à la médecine « alternative », bien que toutes deux soient souvent associées en tant que médecine alternative et complémentaire, et désignées par l'acronyme MAC. Il semble que le terme « complémentaire » ait été introduit par les promoteurs de procédés charlatanesques dans une tentative d'établir le présupposé qu'il faudrait employer des traitements non testés ou douteux en même temps que les traitements de la médecine scientifique. Sérieusement, il ne peut y avoir de « médecine alternative » ; si un traitement relève de la science médicale, c'est simplement de la médecine. L'expression trompeuse de « médecine alternative » tente de créer l'illusion qu'un traitement douteux ou non testé est une option valable à un traitement codifié de la médecine scientifique. En ajoutant « médecine complémentaire » à un catalogue de termes fallacieux, les promoteurs de procédés charlatanesques ont renforcé l'illusion que leurs remèdes accroissent ou améliorent les effets des traitements de la médecine scientifique.

 

 


Notes du traducteur
 :

 

1 - On a retenu l'expression « médecine alternative », consacrée par l'usage, malgré la réserve suivante :

Le terme « médecine alternative » est fautif, car l'emploi de l'adjectif « alternatif » dans le sens de « qui constitue un choix, une solution de remplacement » est critiqué en français. Grand dictionnaire terminologique, article "médecine douce". [1]

Le terme alternatif sous-entend un choix, un remplacement : « on envisage ces pratiques de soins comme substitutives, donc susceptibles de remplacer une démarche thérapeutique classique et conventionnelle. » [2]

À l'inverse, l'emploi de l'adjectif « complémentaire », même tendancieux, implique néanmoins la possibilité de concilier l'usage de procédés inéprouvés avec les traitements de la médecine scientifique.

 

2 - De nombreuses méthodes de thérapies « alternatives » ou « complémentaires » ne sont pas pratiquées par des médecins ; on parle de façon plus générale d'« approches complémentaires et alternatives en santé », dont il existe un large éventail. [3]

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)