Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Conditionnement

Conditionnement

Le conditionnement, également dénommé conditionnement classique [1] ou conditionnement pavlovien, est une forme d'apprentissage et d'attente d'événements résultant de mises en situation dans lesquelles sont associés un stimulus et sa réponse.

C'est au savant russe et prix Nobel Ivan Petrovich Pavlov qu'on attribue la découverte du mécanisme de conditionnement. Il a découvert que des chiens pouvaient être conditionnés et se mettre à saliver en réponse à un stimulus non alimentaire que les animaux avaient appris à associer avec la nourriture. Si Igor apporte la nourriture et tape dans ses mains avant de nourrir le chien, par la suite ce dernier salivera à la présence d'Igor dans la pièce ou en entendant un claquement de main.

La réponse au conditionnement peut être involontaire, comme pour la salivation, et peut être non consciente comme dans le cas où l'on espère le soulagement d'une affection en suivant les prescriptions du médecin.

Dans son livre La Psychologie de la Transcendance, le psychologue Andrew Neher explique que les expériences mystiques, psychiques et occultes sont le résultat des effets du conditionnement. Le livre de Neher permet à ceux qui s'y intéressent de comprendre ce qu'ils sont en train d'étudier sans se sentir ridicules. Neher remarque que beaucoup de gens sont amenés à rechercher la transcendance dans l'espoir qu'il y a quelque chose de plus que cette existence ordinaire. Sans quelques connaissances de la physiologie et du conditionnement, nous sommes vulnérables face à ceux qui offrent d'atteindre la transcendance par les rêves, les drogues, les techniques de visualisation, les méditations, les régimes, etc. Neher explique comment on doit comprendre de telles expériences de conditionnement dans leur contexte culturel. Son livre peut aider certaines personnes à comprendre qu'il existe des explications rationnelles à leurs extraordinaires expériences, sans qu'ils en ressentent un sentiment de dévalorisation.

On suppose que le conditionnement classique est le principal mécanisme provoquant l'effet placebo... et qu'on doit en avoir fait l'apprentissage pour qu'il puisse se manifester. (Bausell 2007 : 131). Des chiens auxquels on injecte de la morphine vont se mettre à saliver et peuvent être conditionnés à saliver pour toute injection, avec ou sans morphine. L'injection de sérum physiologique ou d'une autre substance sans action pharmacologique constitue un placebo classique. Quand le conditionnement s'associe à la volonté et à la motivation d'être soulagé, il déclenche l'effet placebo à la fois pour les substances active et neutre.

Beaucoup de gens croient que dans l'effet placebo, « tout est dans la tête », ce qui n'est pas vrai, tout comme les réponses physiologiques à ce que des sujets supposent être de l'alcool ou une substance active n'existeraient que dans leur tête. On peut être conditionné « à répondre aux placebos par des administrations répétées de substances actives » (Bausell 2007 : 132).

Donald D. Price, spécialiste de la douleur, a démontré que le conditionnement et l'attente d'un événement en situation donnée modifient la perception de la douleur et son soulagement (Price et coll. 1999, 2005). R. Barker Bausell postule que, puisque le plus grand atout des praticiens des médecines complémentaires et alternatives est l'espoir qu'ils suscitent (2007: 294), « de telles thérapies ne peuvent que générer l'attente d'un soulagement de la douleur par des explications, des promesses et des cérémonials » (p.149). Il attire aussi l'attention sur le fait que notre expérience passée et nos espoirs accroissent l'efficacité des antalgiques prescrits par les médecins.

Enfin, Martina Amanzio et ses collaborateurs (2001) ont démontré que « l'effet placebo repose, au moins partiellement, sur l'action de substances opioïdes endogènes. [2] Ce qui signifie que notre organisme peut être conditionné à sécréter des substances tels les endorphines, les catécholamines, le cortisol et l'adrénaline. Par conséquent, les personnes qui se disent soulagées par l'acupuncture et par l'acupuncture simulée témoignent de l'effet placebo qui stimule le système opioïdergique.

 

 

Notes du traducteur :

[1] Le conditionnement classique est à distinguer du conditionnement opérant décrit par Skinner. [*]

[2] Substances endogènes aux effets analogues à la morphine. [*]

 

Pour aller plus loin :

Mécanismes de l'effet placebo et du conditionnement Données neurobiologiques chez l'homme et l'animal. France Haour, M/S : médecine sciences, Volume 21, numéro 3, mars 2005, p. 315-319.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)