Contraireux

(et mauvaise foi)

CONTRAIREUX, EUSE (adj. et s. m. et f.) Qui aime, celui qui aime à contredire.
 

Attitude de ceux qui se présentent comme des sceptiques pour faire rejeter des décisions fondées sur un consensus scientifique en arguant qu’un certain degré d’incertitude demeure. Comme l’écrit Chris Mooney:

Cela ne signifie pas que le consensus scientifique est toujours juste. Il n’y a qu’à songer à quelques cas célèbres où il était erroné. On peut ainsi mentionner Galilée, ou un certain employé du bureau des brevets du nom d’Einstein. Dans la vaste majorité des cas modernes, par contre, on peut s’attendre à ce que le consensus scientifique tienne face aux critiques, justement parce qu’on y est arrivé au bout d’un processus long et rigoureux de critique et de scepticisme professionnel.*

La mauvaise foi est particulièrement active dans le domaine des changements climatiques et autres questions environnementales, mais on l’a retrouvée à l’œuvre ailleurs, également, à propos du tabagisme et d’autres questions de santé publique. Elle pousse certaines personnes à exiger analyse sur analyse, non pas pour s’assurer qu’on en arrive aux conclusions les plus raisonnables possibles, mais dans le but d’empêcher la prise de décisions concrètes. Les pollueurs et ceux qui s’opposent à toute réglementation gouvernementale sont bien servis par les chevaliers de la mauvaise foi. Ils prétendent que leurs demandes d’études supplémentaires sans cesse renouvelées et leurs affirmations que des doutes demeurent relèvent de «principes scientifiques objectifs» – l’équivalent scientifique de l’obstruction systématique.

Ceux qui font montre de mauvaise foi ne veulent pas qu’on fouille davantage pour obtenir des réponses; ils se servent de faux-semblants pour empêcher le public de connaître le fond des choses. Leur travail consiste à multiplier les craintes, les incertitudes et les doutes, et à faire croire que les «principes scientifiques objectifs» correspondent à une forme de science pour laquelle aucune forme de contradiction n’est admissible. Ironiquement, ils traitent parfois de «science bidon» des travaux scientifiques de haute qualité, simplement parce qu’ils s’opposent à des opinions tenues par de très petites communautés de marginaux.

 

Voir également: Pseudo-symétrie.
 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2016 Les Sceptiques du Québec (version française)