Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Crânes de Cristal

Crânes de Cristal

"J'estime pour ma part que les crânes de cristal ne sont pas seulement là pour partager des sagesses et des savoirs anciens, mais aussi pour aider à l'élévation spirituelle de notre race et à une  meilleure compréhension de ce que nous sommes. Si les crânes de cristal n'ont pas été apportés par des extraterrestres, alors nous pouvons certainement conclure qu'ont existé des civilisations beaucoup plus avancées que la nôtre au niveau technologique ou spirituel"
 
"Le cristal stimule une partie inconnue du cerveau, ouvrant une porte psychique vers l'absolu."

 

Les crânes de cristal sont des sculptures de pierre représentant des crânes humains. Leur taille est variable; certains mesurent quelques centimètres, d'autres sont à l'échelle. Un certain nombre d'entre eux sont en pur cristal de quartz, mais beaucoup sont faits de minéraux que l'on trouve en abondance sur la terre. Quelques crânes sont des réalisations authentiques issues de civilisations précolombiennes telles que les Aztèques et sont mieux connus sous le nom de masques-crânes ou têtes de mort. Mais les crânes de cristal qui intéressent les adeptes du "new-age" sont d'origine extraterrestre ou proviennent de l'Atlantide. Ils sont soi-disant dotés de pouvoirs magiques tels que la production spontanée d'images holographiques ou l'émission de bruits étranges. De nos jours sont fabriqués des millions de crânes de taille variable, faits de divers types de minéraux et de métaux. Ils sont destinés au marché du bibelot new-age, ainsi qu'à celui des reproductions de pièces de musée. Et, alors même que des reproductions sont réalisées sans problème et sont proposées par différents fournisseurs, les tenants de la nature paranormale des crânes de cristal comme Nick Nocerino prétendent que personne ne sait comment ceux-ci ont été fabriqués et qu'ils sont impossibles à reproduire. Nocerino est le fondateur de la "Société Internationale des Crânes de Cristal" (Society of Crystal Skulls, International). La psychométrie, la clairvoyance et la divination font partie de la méthodologie expérimentale utilisée par cette "société". crystalskull

Le mythe des super-pouvoirs et de l'origine extraterrestre des crânes de cristal semble être né avec F. A. "Mike" Mitchell-Hedges (1882-1959) et sa fille adoptive Anna. Leurs histoires ont été relayées par Frank Dorland, auteur de Guérison par le Cristal : La Prochaine Etape (Crystal Healing : The Next Step), et Richard Garvin, auteur de Crâne de cristal; l'histoire du mystère, mythe et magie du crâne de cristal de Mitchell-Hedges découvert dans une cité Maya perdue lors d'une recherche de l'Atlantide (The crystal skull; the story of the mystery, myth and magic of the Mitchell-Hedges crystal skull discovered in a lost Mayan city during a search for Atlantis, 1973). Le mythe a été entretenu par Ellie Crystal, qui compare la quête des crânes de cristal à la quête du Sacré Graal, et Josh Shapiro, co-auteur (avec Nocerino et Sandra Bowen) de Les mystères des crânes de cristal révélés ( Mysteries of the Crystal Skulls Revealed).

Le crâne du destin (Skull of Doom)

Le plus connu des crânes de cristal est le "crâne du destin" de Mitchell-Hedges, prétendument découvert en 1924 ou 1927 par Anna Mitchell-Hedges, 17 ans, alors qu'elle accompagnait son père adoptif dans l'ancienne cité Maya de Lubaantun en Bélize : Mitchell-Hedges père pensait qu'il y découvrirait les ruines de l'Atlantide. Les preuves réunies par Joe Nickell prouvent que Mitchell-Hedges a sans doute acheté le crâne lors d'une vente chez Sotheby en 1943, pour 400 livres (£400).

Ce crâne de quartz clair fait environ 13 centimètres de hauteur (5,25 pouces) et pèse 5 kgs (11 livres). Il ressemble superficiellement aux crânes de cristal de fabrication aztèque. Notons néanmoins que les crânes aztèques sont stylisés alors que celui de Mitchell-Hedges est réaliste, et la mâchoire est amovible. Mitchell-Hedges fut en grande partie à l'origine de la légende occulte et sinistre qui entoure le soi-disant crâne du destin. Il a soutenu que

le crâne du destin était constitué de cristal de roche pur et qu'il avait fallu, d'après les scientifiques, plus de 150 ans pour que, du travail de plusieurs générations successives travaillant chaque jour de leur vie, frottant patiemment avec du sable un immense bloc de cristal de roche, émerge le Crâne parfait.

Il est agé d'au moins 3600 ans et, d'après la légende, était utilisé par le Grand Prêtre des Mayas lors de rites ésotériques. Il est dit que quand celui-ci souhaitait une mort, avec l'aide du crâne, celle-ci se produisait immanquablement. Il a été décrit comme l'incarnation du mal. 

 L'âge de l'objet, ainsi que l'ensemble des autres affirmations sur sa fabrication et son histoire, ont été inventés par Mitchell-Hedges. L'homme qui fut propriétaire de la pièce, Sidney Burney, et ceux qui furent de l'expédition de Lubaantun nièrent la découverte du crâne par Mitchell-Hedges. Mitchell-Hedges lui-même ne mentionna le crâne qu'après son achat en 1943.

 Anna a poursuivi le canular. Même s'il n'y a aucune preuve de sa présence a Lubaantun quand la découverte a soi-disant été faite, elle a maintenu que si Burney avait été en possession de la pièce, c'est parce que son père la lui avait prêtée, en attendant de pouvoir payer une dette qu'il devait à Burney. Si c'est le cas, pourquoi son père n'a t-il pas simplement remboursé Burney au lieu de faire une offre pour l'article dans une vente aux enchères? Au fil des années, l'exposition du crâne par Anna lui a permis de bénéficier d'une certaine attention et de gagner quelques dollars, celle-ci prétendant qu'il provenait de l'espace et avait été conservé dans l'Atlantide avant d'être transporté en Bélize. * Elle est toujours en possession du crâne, mais semble s'être lassée de la publicité, et avoir renoncé aux expositions publiques.

 En 1970, Anna laissa Frank Dorland, un tailleur de cristal, examiner son crâne. Dorland déclara qu'il était excellent pour la divination et qu'il émettait des sons et de la lumiêre en fonction de la position des planètes. Il prétendit que le crâne provenait de l'Atlantide et avait été transporté par les Templiers pendant les croisades. Il affirme qu'il a été examiné dans un laboratoire de Hewlett-Packard. D. Trull rapporte que le labo a découvert que le crâne…

 avait été taillé sans tenir compte de l'axe naturel du cristal. Les sculpteurs de cristal modernes prennent toujours en compte l'axe ou l'orientation de la symétrie moléculaire du cristal, car s'ils le taillent "contre le grain", celui se brise systématiquement -- même si le laser ou d'autres méthodes ultra-modernes de découpage sont utilisées.

Comble de l'étrange, HP ne trouva aucune rayure microscopique sur le cristal qui indiquerait que celui-ci a été taillé à l'aide d'instruments métalliques. L'hypothèse la plus probable selon Dorland pour ce qui concerne la construction du crâne est qu'il aurait été grossièrement taillé avec des diamants, et que le travail de finition aurait ensuite été méticuleusement réalisé grâce à une solution de sable de silicium et d'eau. Cette épuisante besogne -- si on admet qu'il ait pu être fabriqué de cette façon -- aurait requis jusqu'à 300 années d'effort pour un homme seul. *

 Les affirmations de Dorland servirent de base au livre de Garvin sur les crânes de cristal.

L'origine discutable du crâne de Mitchell-Hedges n'a pas affecté la croyance en ses mystérieuses propriétés. Mieux, au moins 13 autres crânes sont mystérieusement apparus au fil des années. Certains de ceux-ci sont censés avoir des origines magiques et des pouvoirs de guérison. Cependant, une étude de plusieurs crânes de cristal par le British Museum en 1996 indique que la seule magie impliquée dans la création de ce crânes est celle qui fait de leur origine frauduleuse un secret bien gardé. La conclusion de l'étude fut que les crânes étaient d'origine allemande et n'avaient pas plus de 150 ans. Leur origine récente explique comment ils ont pu été fabriqués avec des outils dont les antiques Maya et Aztèques ne disposaient pas.

L'utilisation de microscopes électroniques permit aux chercheurs de mettre en évidence sur la surface des marques droites et parfaitement espacées, preuve de l'utilisation d'une roue de polissage moderne. Les authentiques objet antiques montreraient de minuscules éraflures réparties aléatoirement et liées au processus de polissage manuel. *

 En 1992, l'envoi d'un crâne de cristal au musée "Smithsonian" par un correspondant anonyme donna le même résultat. La source prétendait que le crâne était d'origine Aztèque et qu'il avait été acheté à Mexico City en 1960. Les recherches faites par le musée conclurent que plusieurs crânes appréciés des adeptes du New Age provenaient de chez Eugène Boban, un Français douteux. Boban faisait commerce d'antiquités a México de 1860 â1880, et semble avoir acquis ses crânes depuis une source allemande. Jane MacLaren Walsh du "Smithsonian" conclut que plusieurs des crânes de cristal détenus par des musées furent fabriqués entre 1867 et 1886.

Plus de crâneries?

D'autres crânes de cristal à l'origine prétendument antique ont eu des histoires tout aussi douteuses que le crâne de Mitchell-Hedges. Par exemple, un crâne nommé "Max" fut soi-disant donné au peuple du Guatemala par un guérisseur tibétain. Deux autres crânes, connus sous les noms de "Crâne Britannique" (British Skull) et "Crâne de Paris" (The Paris Skull) auraient été trouvés au Mexique par des mercenaires à la fin du 19ème siècle. Il se ressemblent beaucoup et l'un pourrait avoir servi de modèle pour l'autre. On dit que le Crâne de Paris représente Mictlantecuhtli, le dieu aztèque de la mort. On ne lui connait cependant aucun pouvoir occulte.

Le Crâne Maya (Mayan Skull) et le Crâne d'Améthyste (Amethyst Skull) auraient été trouvés au Guatemala au début de ce siècle. "Nick" Nocerino dit avoir rencontré un chamane en 1949 alors qu'il voyageait au Mexique. Il fut conduit auprès d'un prêtre maya qui lui dit avoir reçu l'autorisation de vendre les crânes, le village manquant d'argent pour se nourrir. Nick ne les acheta pas, mais il put étudier scientifiquement le Crâne maya et découvrit des choses surprenantes comme : "son origine véritable est entourée de mystère" *.

Il avait le pouvoir d'induire chez lui des heures de visions * pleines de sens. Il n'y a pas la moindre preuve du caractère mystérieux de ces crânes de cristal. Leur popularité inaltérable et le mythe créé autour de leurs soi-disant pouvoirs et origines constituent le seul véritable mystère. 

 

 

 

 

Traduit par Nicolas Vivant 

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2016 Les Sceptiques du Québec (version française)