Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Esquive du mauvais sort

Esquive du mauvais sort

Évitement inconscient d'un mauvais sort de façon à ce que son effet se produise plus tard que prévu. Par exemple, excédée de voir son mari écrasé devant la télé à chaque match du Canadien, votre tendre épouse lance un mauvais sort contre l'équipe. Le match suivant, pourtant, le Canadien gagne. Vous vous convainquez que votre tendre moitié n'a pas le pouvoir de lancer des malédictions, mais la partie suivante, le tricolore se fait laver par la pire équipe de la ligue.

Certains théologiens croient que l'esquive est un sale tour que nous jouent les dieux, qui laissent parfois les mauvais sorts s'appliquer tout de suite ou qui les rendent inopérants - quand ils ne les retardent pas d'un jour, d'une semaine ou même de plus longtemps - juste pour jeter les pauvres mortels dans la plus grande des confusions.

Les sceptiques, de leur côté, auront plutôt tendance à penser que l'évitement de malédictions n'est qu'une hypothèse ad hoc, semblable à celle de l'absence de psi en parapsychologie, mais il y a de très fortes preuves anecdotiques à son sujet, qui nous viennent des partisans du Canadien. Juste au moment où ils croient que la malédiction prononcée par les veuves du hockey vient d'être levée, elle est encore là, quelque part dans l'éther, prête revenir tourmenter nos Glorieux. C'est ainsi que la Sainte Flanelle a terminé maintes saisons sur les terrains de golf.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)