Déplacement

Terme employé par les parapsychologues pour décrire le manque de synchronisation entre l'émetteur et le sujet dans les tests de perception extrasensorielle employant des cartes. On affirme que le récepteur a une ou deux cartes de retard ou d'avance dans sa clairvoyance.

La notion semble avoir été introduite dans l'histoire de la recherche sur le psi quand Whately Carrington conseilla à S.G. Soal de fouiller dans les 128 000 réponses faites par 160 sujets s'évertuant de deviner quelle était la bonne carte sur une période de quatre ans. Soal n'avait rien trouvé de statistiquement significatif dans ces données, et par conséquent, d'après lui, aucune preuve de perception extrasensorielle. Carrington lui recommanda donc de chercher des signes de déplacement (Alcock 1981, p. 154). En établissant des corrélations entre les résultats proposés et les cartes précédant ou devançant les cartes correspondantes, Soal trouva des chiffres intéressants du point de vue statistique pour deux de ses 160 sujets et crut y voir une preuve de la réalité de la télépathie.*

Soal finit par discréditer son travail quand il truqua les données de sa plus célèbre expérience de perception extrasensorielle (Alcock 1981, p. 140-141). Peut-être savait-il que la communauté scientifique ne manquerait pas de ridiculiser la notion de déplacement. Quand il a triché, il ne l'a donc pas fait dans ce sens, mais plutôt pour accroître les chances de bonnes réponses de la part du récepteur.

Dean Radin, qui considère que son livre The Conscious Universe fait état de preuves au-delà de tout doute raisonnable au sujet de la «vérité scientifique des phénomènes métapsychiques» n'accorde même pas une mention à Soal.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)