Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Jeane Dixon (1918-1997)

Jeane Dixon (1918-1997)

Astrologue et soi-disant médium qui n'a aucunement prédit l'assassinat du président Kennedy. Si on lui attribue quand même cette prédiction, c'est qu'après l'assassinat, on s'est souvenu de ce qu'avait écrit sur elle le magazine Parade en 1956: «Quant à l'élection de 1960, Mme Dixon pense qu'elle sera dominée par les syndicats et remportée par un Démocrate. Il sera cependant assassiné ou mourra en fonction, mais pas nécessairement durant son premier mandat». Pas mal (sauf en ce qui concerne les syndicats), et assez général pour qu'on l'adapte à toutes sortes d'événements possibles.

Le président en question, dont le nom n'est jamais mentionné, pourrait se faire assassiner au cours de son premier ou de son deuxième mandat. Il pourrait mourir au cours de son premier ou de son second mandat. [Il aurait pu souffrir] d'une maladie grave durant son premier ou son deuxième mandat. (Hines 2003, p. 71).
Malheureusement pour la nation, les chances que les prédictions de Mme Dixon ne s'accomplissent pas n'étaient pas très élevées - sept contre trois, si l'on se fonde sur l'expérience du XXe siècle (Christopher 1970, p. 81).
Article de journal - Jeane Dixon

Toute tentative d'assassinat sur la personne de Kennedy durant son premier ou son second mandat aurait pu être vue comme une prédiction réussie, mais ce n'est pas parce que Mme Dixon n'a pas nommé Kennedy comme tel ni parce qu'elle n'a pas expressément dit qu'il serait tué qu'on affirme, au contraire, qu'elle n'a aucunement prédit son assassinat. Elle a reconnu plus tard: «Durant l'élection de 1960, j'ai vu Richard Nixon comme gagnant».* Pire, en 1960, oubliant ou annulant selon toutes apparences sa prédiction antérieure, elle a prédit sans équivoque que «John F. Kennedy n'emporterait pas la course à la présidence» (Hines 2003, p. 71; Tyler 1977). C'est ce qu'on appelle se couvrir... Le fait qu'après l'élection de Kennedy elle a eu des prémonitions à son propos et qu'elle a vu de sombres présages se multiplier à son sujet (et pas seulement à son sujet) n'impressionne guère. Ses points forts étaient la guerre et la paix, la vie et la mort. Elle voyait le pire et promettait le meilleur. Elle avait sa recette, qu'elle suivait fidèlement.

Chaque année, Dixon figurait dans ces publications qui se spécialisent dans les prévisions des douze prochains mois. Elle a ainsi prédit que les Soviétiques conquerraient la Lune avant les États-Unis, et que la troisième Guerre Mondiale commenceraient en 1958 (Montgomery 1965, p. X). Après un holocauste général dans les années 1980, Rome se relèverait et deviendrait

le plus grand centre au monde du point de vue de la culture, de l'éducation et de la religion; et que l'enfant du Moyen-Orient dont elle avait vu la naissance «dans une vision avec la reine Néfertiti» le 5 février 1952, unirait les sectes et les croyances en guerre les unes contre les autres au sein d'une seule foi universelle (ibid, p. 193).

Selon elle, on découvrirait un traitement contre le cancer en 1967.* Elle n'a jamais prédit l'avènement du terrorisme, au contraire, il y aurait la paix sur la Terre en l'an 2000. Richard Nixon servirait fidèlement son pays et Barry Goldwater aurait son moment de gloire (ibid, p. 187). Il y a assez de flou artistique dans ces prédictions pour qu'on les voit comme prophétiques.

Ses partisans remarqueront sans doute le choix plutôt sélectif des prédictions qui figurent dans le présent article. Mais quand on fait dans la pléthore de prédictions comme Mme Dixon, on peut être certain d'avoir raison ou presque un certain nombre de fois. Même une montre arrêtée donne l'heure juste deux fois par jour.

Dans sa notice nécrologique et sa dernière édition en 1997, le Sacramento Bee a perpétué le mythe des pouvoirs métapsychiques de Dixon en déclarant qu'elle avait prédit l'assassinat de JFK. Il semble bien que ses pouvoirs extraordinaires venaient surtout du bruit que les médias faisaient à leur sujet.

 

Voir également: Clairvoyance.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)