Dr Fritz

rubensfarias.jpg (2312 bytes)

Fantôme qui envahit le corps de Brésiliens et les transforme en guérisseurs. Sa première victime, Zé Arigó (1918-1971), a un jour annoncé au monde qu’il canalisait le Dr Adolf Fritz, médecin allemand décédé pendant la Première Guerre mondiale. Les recherches de cet Adolf Fritz ont connu le même insuccès que celles de Bridey Murphy: aucune preuve de son existence n’a jamais été découverte. Mais peu importe: le fidéisme thérapeutique est très populaire au Brésil, et Arigó s’est taillé toute une réputation comme sorcier ou chamane. Certains l’ont dit possédé par le diable, mais il ne l’était que par un médecin allemand qui avait passé l’arme à gauche. Pour des raisons connues d’Arigó et de Dieu seuls, il s’emparait de son corps et se mettait à rédiger des ordonnances totalement illisibles pour ses patients. En fait, seul le frère d’Arigó, un pharmacien, pouvait les déchiffrer. On venait de partout pour se faire soigner par le Dr Fritz, mais sa réputation a connu des sommets après qu’il eut retiré par la chirurgie extralucide une tumeur cancéreuse du poumon d’un sénateur brésilien bien connu. Pendant vingt ans, la popularité d’Arigó ne fit que croître, à mesure qu’il «guérissait» des milliers de personnes, y compris la fille du président du Brésil, ce qui ne l’empêcha pas de subir deux condamnations pour exercice illégal de la médecine. Arigó est mort en 1971, dans un accident d’automobile.

Le monde n’en avait cependant pas fini avec le Dr Fritz, qui se glissa bientôt dans la peau d’un autre Brésilien, qui mourut également dans une collision. Le bon docteur a ainsi connu de nombreux avatars, mais ses deux hôtes les plus célèbres ont sans doute été Edson Queiroz de Recife, et Rubens Farias Jr. (1954- ), de São Paulo, le canaliseur actuel de Dr Fritz. Une rumeur affirme même que Christopher Reeve s’est fait traiter par Rubens Farias. L’incarnation la plus récente du Dr Fritz est à la page et préfère guérir les corps astraux. Rubens Farias semble avoir oublié son catéchisme catholique en faveur de l’anthroposophie de Rudolf Steiner ou de la théosophie de Madame Blavatsky. Comme eux, il se réclame d’un mysticisme voulant que le corps astral, double du corps physique composé d’une substance plus subtile, est ce qu’on doit traiter en cas de maladie. On guérit le corps physique en soumettant le corps astral à un processus de «guérison énergétique», mais seuls des mystiques très spéciaux connaissent le secret. Malheureusement, le Dr Fritz prédit une mort violente à Farias; on peut craindre qu’il n’exerce pas le métier encore bien longtemps.

Malgré qu’on l’ait accusé d’exercice illégal de la médecine, Farias réussit à peine à répondre à la demande. La croyance tenace des Brésiliens à propos de l’efficacité des guérisseurs serait rattachée au candomblé, la religion d’origine africaine qu’on pratique là-bas, mais le dernier avatar du Dr Fritz montre que les Brésiliens ne sont pas insensibles non plus aux idées nouvelles-âgeuses.

Quoi qu’il en soit, Farias n’est qu’un des centaines de guérisseurs qui pullulent au Brésil et ailleurs, y compris en Australie, où le Dr Verna Yater canalise le Dr Fritz et une équipe de 27 autres médecins fantômes.

 

 


 

Pour comprendre pourquoi tant de gens croient aux guérisseurs, voir: Dissonnance cognitive, Effet placebo, Énergie, Foi, Illusion, Préjugé de confirmation, Prendre ses désirs pour la réalité, Renforcement collectif, Sophisme du pragmatisme, et Témoignages. Mais pour comprendre vraiment les ruses employées par les guérisseurs et la façon dont ils parviennent à tromper les esprits vulnérables, même les plus intelligents, lire The Faith Healers. de James Randi.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)