Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Champs électromagnétiques

Champs électromagnétiques

Tous les cancérigènes connus, y compris les radiations, certains produits chimiques et quelques virus, agissent en rompant des liens chimiques, produisant ainsi des brins mutants d'ADN. Ce n'est que lorsqu'ils atteignent l'ultraviolet du spectre, au-delà de la lumière visible, au-delà de l'infrarouge, et bien au-delà des micro-ondes, que les photons possèdent assez d'énergie pour agir ainsi. Les photons des micro-ondes chauffent les tissus, mais ils sont loin de posséder l'énergie nécessaire pour rompre des liens chimiques, peu importe l'intensité de la radiation.
Dr. Robert L. Park, de l'American Physical Society (New York Times, 1er oct. 2002)

 

Région dans laquelle s'exerce une force produite par un courant électrique.

Lignes à très haute tension

Beaucoup de gens craignent que les champs électromagnétiques ne causent le cancer. Pourtant, aucun lien de cause à effet n'a jamais été établi entre les deux. Le National Research Council (NRC) des États-unis a passé plus de trois ans à examiner au-delà de 500 études scientifiques menées sur une période de vingt ans sans trouver «de preuves concluantes et homogènes» du danger que représenteraient les champs électromagnétiques pour l'être humain. Le président du groupe de recherches du NRC, le neurobiologiste Charles F. Stevens a déclaré que «La recherche n'a pas montré de façon convaincante que les champs électromagnétiques que l'on retrouve dans nos foyers peuvent causer des problèmes de santé. Aucun des nombreux tests en laboratoire n'a montré que les champs électromagnétiques peuvent endommager les cellules d'une façon nuisible pour la santé humaine.»*

En 1997, The New England Journal of Medicine a publié les résultats de l'étude de la plus importante et les plus détaillée jamais effectuée sur la relation entre les champs électromagnétiques et le cancer. Le Dr. Martha S. Linet, directrice de l'étude, a déclaré: «Nous n'avons trouvé aucune preuve que l'intensité des champs magnétiques en milieu domestique augmentait le risque de leucémie chez l'enfant». L'étude, au cours de laquelle on a mesuré l'exposition à des champs magnétiques générés par des lignes de transport d'énergie dans les environs, a duré huit ans. On a comparé un groupe de 638 enfants de moins de quinze ans souffrant de leucémie lymphoblastique à 620 enfants en bonne santé. «Les chercheurs ont mesuré les champs magnétiques de toutes les maisons où les enfants avaient vécu pendant cinq ans avant qu'on diagnostique leur cancer, de même que dans les maisons ou leurs mères avaient vécu durant la grossesse.» L'étude a reçu des critiques parce qu'il est impossible de savoir exactement ce qu'étaient les champs électromagnétiques au moment où les mères et leurs enfants y étaient exposés. Toutes les mesures devaient être faites après la période d'exposition, et l'on a dû faire l'hypothèse que les niveaux des champs électromagnétiques n'avaient pas changé de façon substantielle. Il y a fort à parier que personne hormis les descendants intellectuels de Joseph Mengele, le tristement célèbre médecin nazi, n'effectuera jamais d'étude de contrôle durant laquelle on vérifiera systématiquement l'exposition aux champs électromagnétiques chez des sujets à partir du moment de leur conception et durant toute leur petite enfance.

Un rapport publié par le Journal of the American Medical Association sur une étude de 891 adultes qui avaient utilisé leurs téléphones cellulaires entre 1994 et 1998 concluait que ce type d'appareil ne produit aucun accroissement du risque de cancer du cerveau (Muscat, 2000). Malgré tout, beaucoup de gens pensent que vivre près des lignes de transport d'électricité ou utiliser des téléphones cellulaires cause le cancer. Pourquoi? Il semble que la faute en soit attribuable à quelques avocats, aux médias, de même qu'au public, généralement peu familiarisé avec la science.

Robert Pool prétend que le public américain a commencé à se méfier des champs électromagnétiques à cause de sources non scientifiques telles que le magazine The New Yorker (Pool, 1990). L'émission «20/20» de la chaîne américaine ABC (octobre 1999) a également contribué à répandre la crainte que les téléphones cellulaires soient à l'origine de tumeurs au cerveau lorsqu'elle a présenté un reportage sur les affirmations du Dr. George Carlo qui, six années auparavant, avait mené le programme de recherche de l'industrie du cellulaire sur les effets des radiations dégagées par ces appareils. Gordon Bass s'est également beaucoup fié sur ce qu'a dit Carlo lorsqu'il a écrit un article alarmant pour PC Computing, «Is Your Cell Phone Killing You?» (le 30 novembre 1999). Carlo, contrairement à la plupart des autres chercheurs dans le domaine, maintient que «nous avons maintenant quelques preuves directes des problèmes que peuvent causer les cellulaires». Pourtant, comparons ce que dit Carlo avec l'opinion suivante:

Les preuves épidémiologiques d'un lien entre les rayonnements à fréquence radioélectrique et le cancer ne sont ni concluantes ni homogènes. Les études en laboratoire, de façon générale, ne montrent pas que ces radiations aient un effet génotoxique ou épigénétique, ni qu'un lien entre le cancer et les rayonnements à fréquence radio électrique des téléphones cellulaires soit matériellement plausible. De façon globale, la gamme des preuves actuelles d'une relation causale entre ces radiations et le cancer s'étend du faible au non existant (Moudler et autres, 1999).

Dans un communiqué de presse du 20 octobre 1999, la FCC réagissait au reportage de «20/20» et affirmait que «les valeurs d'exposition dont parlait ABC se situait bien à l'intérieur de cette marge de sécurité. Par conséquent, il n'y a aucune indication que ces appareils constituent une menace immédiate pour la santé humaine». En outre, le reportage de «20/20» affirmait que les antennes des téléphones cellulaires émettaient des radiations pénétrant le cerveau, ce qui est trompeur. On pourrait très bien dire que la télévision et les appareils radio émettent des radiations pénétrant directement le cerveau lorsqu'on en approche la tête un peu trop.

Les téléphones cellulaires exploitent les fréquences radio du spectre électromagnétique. Dans cette partie du spectre, on ne retrouve que des radiations non ionisantes, parmi lesquelles il y a également les ondes radio AM et FM, les micro-ondes, et les radiations infrarouges des lampes caloriques. Contrairement aux rayons X et aux rayons gamma (qui constituent, eux, des exemples de radiations ionisantes), les ondes radio n'ont que trop peu d'énergie pour rompre les liens qui retiennent les molécules (comme l'ADN) à l'intérieur des cellules. En fait, comme ces fréquences radio ne présentent qu'un niveau énergie relativement faible, elles ne pénètrent pas les tissus. À de très hauts niveaux d'exposition, les fréquences radio peuvent réchauffer les tissus, un peu comme le fait une lampe calorique. La longueur des ondes employées par les téléphones cellulaires est d'environ 30 cm, et leur fréquence se situe entre environ 800 et 900 MHz, quoique des modèles plus récents utilisent des fréquences allant jusqu'à 2200 MHz.*

Power Lines CNN

Une émission de variété américaine a suscité des réactions semblables au sein du public quand elle a présenté un homme selon qui la tumeur au cerveau qui avait emporté son épouse résultait des champs électromagnétiques émis par son téléphone cellulaire. Bien entendu, le veuf en question avait lancé une poursuite. Quelle preuve présentait-il? La tumeur était située près du point où elle appliquait son téléphone. Les principaux réseaux d'information ont repris l'histoire de la poursuite, de la tumeur au cerveau et du téléphone cellulaire. On a voulu interviewer des scientifiques afin de donner à l'ensemble davantage de «profondeur» et de crédibilité. Malheureusement, aucun chercheur n'ayant encore établi de lien entre les champs électromagnétiques et le cancer, et encore moins entre les téléphones cellulaires et les tumeurs au cerveau, on a fait parler un chercheur qui avait exposé des tumeurs existantes à des champs électromagnétiques. Le chercheur a expliqué que, d'après ses travaux, les tumeurs croissaient plus vite lorsqu'elles étaient exposées à des champs électromagnétiques. Les ventes de téléphones cellulaires et le cours des entreprises qui les fabriquent se sont immédiatement effondrés. Pourtant, le fait que des tumeurs exposées à des champs électromagnétiques croissent plus rapidement que les autres ne signifient pas que ces champs causent des tumeurs, cancéreuses ou pas.

Il est possible que le téléphone cellulaire cause des tumeurs au cerveau, mais la chose est fort peu probable. Ces téléphones n'émettent que des champs électromagnétiques de très faible intensité, auxquels les utilisateurs ne sont exposés que de façon intermittente. La personne qui souffre d'une tumeur au cerveau et qui utilise un cellulaire court peut-être un risque significatif de voir sa tumeur croître plus rapidement qu'autrement. Il faut cependant se rappeler qu'aucune preuve ne permet d'affirmer l'un ou l'autre.

Les avocats des personnes qui affirment que les lignes de transmission des réseaux électriques ont causé leur cancer citent une étude suédoise qui concluait que les taux de leucémies étaient quatre fois plus élevés chez les enfants vivant près de ces lignes. Une autre étude, effectuée par la University of Southern California, concluait également que les taux de leucémies étaient plus élevés chez les enfants dans une telle situation. Selon Robert Pool,

Au cours de cette étude, on a examiné 232 enfants de moins de dix ans atteints de leucémie, et un groupe de contrôle composé de sujets dont l'âge, le sexe, et l'origine ethnique correspondaient. L'exposition aux champs électromagnétiques de chaque enfant a été déterminée d'un certain nombre de façons. Aucune corrélation n'a été découverte entre l'incidence de la leucémie et l'exposition aux champs électriques telle que mesurée de façon ponctuelle. Une corrélation négligeable a été remarquée entre l'incidence de la leucémie et les niveaux d'exposition aux champs magnétiques, lorsqu'ils étaient mesurés de façon continue sur une période de 24 heures. Une corrélation importante a été remarquée entre l'exposition aux champs électromagnétiques, mesurée selon la disposition du câblage, et un risque accru de leucémie. Ceux qui avaient été les plus exposés présentaient un risque deux fois et demie plus élevé de contracter une leucémie. On ne comprend pas comment ces différences dans les corrélations dépendent de la façon dont on mesure les champs électromagnétiques. Il est possible que certains types d'exposition mènent à un risque accru de leucémie. D'un autre côté, les mesures tenant compte de la disposition du câblage pourraient être plus sensibles. D'autres études seront nécessaires pour voir quels facteurs sont mesurés lorsqu'on tient compte de la disposition du câblage par rapport aux autres méthodes. En attendant, il demeure impossible de dire si des niveaux plus élevés d'exposition à des champs électromagnétiques mènent ou non à un risque plus élevé de leucémie (Pool, 1991).

Pool signale également, qu'«il y a eu de nombreux rapports scientifiques à propos du nombre élevé de leucémies chez des gens exposés à des champs magnétiques de forte intensité, comme les réparateurs de lignes électriques, et les travailleurs en aluminerie». Le jugement définitif sur le lien causal entre la proximité des lignes électriques et le cancer n'est pas encore tombé, mais les poursuites, elles, ont commencé. Aux États-unis, il y a eu plus de 201 contestations contre des projets d'entreprises de services publics en 1992, et la question des champs magnétiques se trouvait au coeur de chacune. Au moins trois poursuites dans lesquelles on disait que l'exposition aux lignes de transport du courant avait causé un cancer ont été entamées auprès des différentes cours fédérales (Pool, 1991). Les sociétés de services publics commencent à s'inquiéter. Elles dépensent maintenant des milliards de dollars pour faire baisser l'exposition aux champs magnétiques produits par leurs lignes de transmission. Le Dr. Robert Adair, physicien à Yale, parle d'«électrophobie», et dit qu'il faudrait des champs d'une puissance 150 fois plus élevée que celle qu'ont mesurée les chercheurs suédois pour qu'il y ait danger.

Les avocats peuvent lancer leurs poursuites bien avant que la recherche scientifique ait tiré la moindre conclusion, et la norme de preuve est épouvantablement moins élevée en droit qu'en science. «Quelques coups au but, et les chacals vont se rameuter», dit Tom Ward, un avocat de Baltimore qui poursuit Northeast Utilities Co. et sa filiale Connecticut Light & Power Co. à propos d'une histoire de cancer causé par un champ électromagnétique [ibid.]. On prône actuellement l'enfouissement de tous les fils électriques. Peut-on imaginer qu'un jour des avocats vont lancer des poursuites parce que leurs clients ont bu de l'eau exposée à des champs magnétiques? C'était déjà la croix et la bannière lorsqu'il s'agissait de vendre une maison située près des lignes de transport d'électricité parce qu'elles défigurent le paysage, imaginez un peu si le public se met à craindre le cancer! De toutes manières, si l'on veut se protéger vraiment des champs électromagnétiques, il va falloir enterrer les fils à une profondeur supérieure à la hauteur qu'atteignent les pylônes.

Il est peu probable que le public ait vraiment à s'inquiéter. La plupart d'entre nous vivons trop loin des lignes de transport pour que les champs magnétiques aient un véritable effet sur notre santé. L'exposition reçue, même si l'on vit à proximité, n'est ni directe ni constante. La pollution électromagnétique provenant du câblage l'intérieur des maisons et des appareils électriques nous fait courir probablement davantage de dangers que les lignes de transport. Il est impossible d'éviter les champs électromagnétiques: ils sont partout. Nous sommes constamment exposés à ce qu'émettent les appareils d'éclairage, la radio, la télé, les systèmes de communication, etc. De plus, «bien qu'on puisse facilement contenir des champs électriques, les champs magnétiques traversent la plupart des matières» (Pool, 1990). Il est par ailleurs curieux de constater que la peur des champs électromagnétiques est parallèle à la popularité de la magnétothérapie.

 

 

Autres lectures:
 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)