Art-énerchi

Andreas Moritz

Création d'Andreas Moritz, qui se dit intuitif médical et praticien de médecine ayûr-védique, d'iridologie, de shiatsu et de médecine vibrationnelle. Moritz, comme bien d'autres « guérisseurs » du Nouvel Âge, croit que le chi est une énergie vitale dont le déséquilibre cause la maladie, et l'équilibre donne la santé. Il croit également que les œuvres d'art qu'il fait sont « imprégnées d'énergies lumineuses encodées » correspondant aux différents organes du corps humain, idée qui lui est peut-être venue de l'iridologie. Ces œuvres, il les vend en disant qu'elles guérissent les maladies du sang, du cerveau, des yeux, et d'autres parties du corps. Une contemplation de son travail, affirme-t-il, produit « des changements très profonds... dans le champ d'énergie vitale correspondant à un organe précis ». Par exemple :

«  le fait de regarder la peinture qui correspond au cœur - ne serait-ce qu'une minute - amène des changements très profonds au champ d'énergie vitale correspondant à cet organe. La circulation du chi est pleinement rétablie, et toute forme de pensée ou déséquilibre émotionnel enfermé dans la structure cellulaire de cet organe est systématiquement transmué ou libéré. »

Andreas ne précise pas si l'effet ne vient que lorsqu'on achète la reproduction de son tableau, ou si l'on peut l'obtenir juste en regardant son image dans son site Web.

Moritz raconte également que chaque cellule et chaque organe du corps possède sa propre aura, et que la grande aura de chaque personne est composée de ces milliards de petites auras individuelles. L'aura corporelle « transcende les paramètres physiques, mais influence pourtant la vie physique plus que n'importe quoi d'autre ». Andreas ne mentionne pas la source de son savoir, mais il semble bien qu'il ait fréquenté l'ENAP (l'École normale avancée de pataphysique).

Notre aura a également un effet sur l'atmosphère de la terre par des encodements [?] positifs et négatifs. Ainsi, les pensées et croyances négatives, les traumatismes émotionnels et autres épisodes expérientiels se retrouvent prisonniers de l'ionosphère, déclenchant ainsi peut-être des perturbations majeures qui nuisent à la population, la faune et la flore, ainsi qu'au climat de la planète dans son ensemble.

Pas étonnant que la climatologie soit un domaine si ardu; elle doit tenir compte de l'effet de milliards de milliards d'auras cellulaires sur l'ionosphère! Moritz vient tout de même à la rescousse de l'humanité grâce à ses six tableaux énerchi-tiques « créés pour venir en aide à la terre et son environnement ». D'après notre bienveillant thérapeute,

[...] l'une sert à restaurer et réveiller les montagnes et formations rocheuses de la planète; une autre a un effet semblable sur les rivières, les lacs et les mers.

Pas un mot sur un tableau à venir pour atténuer l'action des gaz à effet de serre comme le méthane et le dioxyde de carbone.

Ses œuvres agissent sur le corps humain de façon telle que quelque chose « passe de notre corps de lumière à l'Univers sous forme d'une spirale ascendante ».

[Elles] purifient l'aura, ainsi que les corps physique et mental, et rééquilibrent les chi dans tout l'organisme. Comme dans un processus d'osmose, l'énergie pénètre et quitte le corps librement. L'effet est instantané et peut se vérifier par un test musculaire simple, effectué avant et après le visionnement des tableaux. On peut également le rendre visible à l'œil nu en photographiant l'aura corporelle.

On peut supposer que le test dont parle Moritz relève de la kinésiologie appliquée, « discipline » dont on a démontré l'inanité depuis longtemps. Quant aux photos de l'aura, il s'agit de la photographie de Kirlian, outil diagnostique populaire dans les cercles nouvelâgeux que de nombreux scientifiques ont déjà mis à mal. Plutôt que de mesurer les énergies psychiques, la photographie de Kirlian montre les effets de phénomènes tout à fait naturels comme la pression atmosphérique, la mise à la terre, l'humidité et la température. La présence d'humidité sur la peau (qui peut dépendre d'émotions fortes), la pression barométrique, le voltage et d'autres éléments produisent des « auras » de toutes sortes.

Autre affirmation aussi extravagante que non vérifiée de la part de Moritz :

[L'art éner-chi] est conçu pour activer au sein de la structure de l'ADN des codes qui sont liés à une immunité totale contre la maladie, ainsi qu'à la pleine utilisation du potentiel énorme, mais encore intouché de l'organisme.

Il faudrait des preuves extraordinaires pour montrer qu'on peut activer l'ADN à l'aide de la lumière reflétée par des tableaux. Tout ce que Moritz nous donne, ce sont des histoires de tests musculaires et de photographies de Kirlian.

Mais au moins, ses fariboles sur l'ADN sont compréhensibles. Dans certains cas, notre homme raconte des choses qui laissent le lecteur franchement pantois.

[L'art éner-chi] contribue à élever les fréquences du corps et à en abaisser la densité, permettant de vivre et de fonctionner dans des dimensions plus élevées qu'il n'est actuellement possible de le faire. L'accès direct à de telles dimensions chasse toute crainte de la vie et la remplace par de puissantes énergies d'amour qui permettent d'accomplir presque n'importe quoi sans effort ni difficulté.

Même son auteur doit se demander ce que veut dire un tel charabia.

Comme prix de consolation, les sceptiques trouveront peut-être un certain intérêt dans la production artistique de M. Moritz. Son tableau destiné au système endocrinien, par exemple, ressemble à une combinaison de dessin Rorschach et de mandala navaho.

L'art éner-chi n'est qu'une des intuitions de Moritz. Ce qu'il appelle la Santémony sacrée, qui recourt aux sons plutôt qu'à la lumière, est encore plus gratiné. Mais en terme de bizarrerie, cependant, la palme revient à ses propos sur le cancer.

Les conflits incessants, la culpabilité et la honte, par exemple, peuvent facilement paralyser les fonctions corporelles les plus fondamentales, et mener à la croissance de tumeurs cancéreuses.

On cherchera en vain des preuves scientifiques de ce dada des thérapeutes nouvelâgeux; il n'y en a aucune.

Moritz lance bien d'autres inepties à propos du cancer, et on les retrouve, convenablement déboulonnées dans diverses pages Web (Orac, Without Apology et PZ Myers). Il semble avoir tiré beaucoup de ses idées les plus ahurissantes de la nouvelle médecine germanique.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)