Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Perception extrasensorielle

Perception extrasensorielle

(PES)

Forme de perception réputée indépendante des processus sensoriels connus. On dit de ceux qui en sont capables qu’ils sont des médiums. Le terme «perception extrasensorielle» a été popularisé par J.B. Rhine, le premier chercheur à se pencher sur le phénomène, à l’université Duke des États-unis, en 1927. La PES fait référence à la télépathie, la clairvoyance, la précognition, et, depuis quelques années, à la vision à distance et la claireaudience. L’existence de la PES ou d’autres pouvoirs paranormaux comme la télékinésie demeure contestée, bien que des recherches expérimentales systématiques sur ces sujets, connus collectivement sous le nom de psi, de déroulent depuis plus d’un siècle en parapsychologie.

La plupart des preuves avancées en faveur de la PES ne dépassent pas l’anecdote, et les sceptiques en arguant qu’elles sont fondées sur:

Le cas suivant est typique de ceux qu’on donne en preuves relativement à la PES. Il est inhabituel uniquement en ce qu’il concerne un chien possédant des pouvoirs parapsychiques. Le terrier en question, Jaytee, avait épaté la galerie grâce à son incroyable capacité de ressentir le moment exact où sa maîtresse, Pam Smart, décidait de rentrer à la maison, qu’elle soit au centre commercial ou ailleurs. On avait parlé de l’animal à plusieurs émissions de télé en Australie, aux États-unis et en Angleterre, où il demeurait avec Pam et ses parents, les premiers humains à s’apercevoir de ses facultés parapsychiques. En effet, c’était eux qui avaient vu comment Jaytee se précipitait vers la fenêtre donnant sur la rue au moment précis où Pam décidait de revenir chez elle. (Comment connaissaient-ils le moment précis? La chose n’est pas claire...) Le parapsychologue Rupert Sheldrake, après enquête, a conclu que Jaytee possédait de véritables pouvoirs. Deux chercheurs, le docteur Richard Wiseman et Matthew Smith de l’université de Hertfordshire, ont mis le chien à l’épreuve dans des conditions contrôlées. Les scientifiques ont synchronisé leurs montres et ont suivi par vidéo à la fois l’animal et son propriétaire. Malheureusement, plusieurs essais plus tard, ils ont dû conclure que le chien n’agissait pas exactement comme on l’avait prétendu. Il se rendait bien à la fenêtre, assez fréquemment, d’ailleurs, mais une seule fois près du moment exact où sa maîtresse avait décidé de regagner le bercail, et encore fallut-il rejeter ce résultat parce que le chien s’était clairement rendu à la fenêtre après avoir entendu une automobile se garer devant la maison. Quatre expériences ont été menées, et les résultats ont été publiés dans le British Journal of Psychology (89:453, 1998).

Une bonne partie des croyances entourant la PES se fondent sur des événements apparemment inhabituels qu’on dit inexplicables. On ne devrait toutefois pas présumer que tous les événements de l’univers peuvent s’expliquer. De même, on ne doit pas présumer que ce qui est inexplicable appelle une explication paranormale (ou surnaturelle). Il est toujours possible qu’un événement demeure sans explication parce qu’il n’y a rien à expliquer à son sujet.

La plupart des affirmations au sujet de la PES ne font l’objet d’aucune vérification, mais des parapsychologues ont tenté de vérifier l’existence de la PES sous des conditions contrôlées. Certains, comme Charles Tart et Raymond Moody, prétendent avoir confirmé l’existence de la PES. Au contraire, des gens comme Susan J. Blackmore affirment que, malgré des années de tentatives, nul n’a pu fournir de preuve expérimentale incontestable de l’existence de pouvoirs psychiques. Les partisans de la PES disent que les expériences de ganzfeld, les expériences de vision à distance de la CIA et les tentatives d’influencer les générateurs d’aléas au laboratoire de recherche sur les anomalies de la faculté de génie de Princeton prouvent la véracité de la PES. Les psychologues qui se sont penchés sur les études des parapsychologues, comme Ray Hyman et Blackmore, ont conclu que là où il y avait résultats positifs, on constatait de la fraude, des erreurs, de l’incompétence et de la manipulation statistique.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)