Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Sous-entendu trompeur

Sous-entendu trompeur

[Les produits mentionnés dans le présent article se trouvent tous sur les tablettes de supermarchés des États-Unis, mais les consommateurs de partout font sûrement face aux mêmes problèmes sous des marques familières. Note du traducteur]

Sophisme par lequel on utilise un énoncé pouvant être clair, voire exact, pour en faire passer un autre qui, lui, est inexact. Par exemple, si, dans le rapport d'évaluation d'un employé pour un mois donné, il est écrit que le 15, la personne en question est arrivée à l'heure, le lecteur du rapport pourrait conclure qu'il s'agit d'un fait exceptionnel, et que d'habitude cet employé arrive en retard au travail.

Les rayons des épiceries regorgent de tels sous-entendus. Très souvent, en effet, les produits qu'on y retrouve y sont décrits de façon trompeuse.

Ainsi, sur une boîte de Carnation Breakfast Bars, on peut lire que le produit fournit 25 % de l'apport quotidien recommandé en protéines s'il est consommé avec un verre de lait. Ce qu'on ne dit pas au consommateur, c'est que l'apport en protéines vient en totalité du lait. Sur le paquet de viande préparée Healthy Choice, on peut lire que le produit ne contient que 3 % de matières grasses, ce qui est vrai eu égard à son poids, mais lorsque 25 % de ses calories viennent du gras, comment ne pas conclure que l'information figurant sur l'emballage est trompeuse? Le lait de vache et les autres produits laitiers renferment beaucoup de gras et de cholestérol, mais l'industrie laitière préfère exprimer son contenu en matières grasses par rapport au poids. De cette façon, on peut cacher que le lait, dont on dit qu'il ne contient que 2 % de gras, en renferme en fait 31 % quand on le met en rapport avec les calories. Le lait entier et le yaourt contiennent 49 % de gras, le fromage, 60 % à 70 %. (Il n'y a pas de beurre faible en matières grasses; le beurre, c'est du gras à 100 %.) (Carroll 2004 : 36)

Beaucoup d'étiquettes affichent le mot « Fruit » pour des produits qui n'en contiennent pas du tout :

  • Berry Berry Kix
  • Céréales Trix
  • Cheerios au goût de fruits
  • Froot Loops
  • Gomme Juicy Fruit
  • Life Savers (Cerises sauvages)
  • Post Fruity Pebbles
  • Push Pop (Cerises)
  • Ring Pop (Cerises)
  • Tang
  • Yogourt Trix (Fraises Kiwis)
  • Yogourt Yoplait Go-Gurt (Fraises)

Le consommateur à l'esprit critique doit lire la liste des ingrédients pour savoir si ces produits, qui souvent se disent aussi « naturels » ou « biologiques », remplissent véritablement leurs promesses.

On pourrait croire qu'un produit qui s'appelle Country Time® Lemonade Flavor Drink contient du citron... Désolé: ce produit de Kraft Foods ne contient ni jus ni pulpe ni zeste de citron. Lisez la liste des ingrédients: Eau, fructose, sirop de maïs et (ou) sucre, moins de 2% de saveur naturelle, acide ascorbique (vitamine C), acide citrique, citrate de sodium, benzoate de sodium et sorbate de potassium (pour préserver la fraîcheur), ester de colophane de bois, et colorant jaune 5. Selon le distributeur, « le nom rappelle le temps où l'on trouvait partout de cette bonne vieille limonade ». Quand on a demandé à un représentant de Pillsbury comment l'entreprise pouvait accoler la mention « Nature » à ses biscuits aux pépites de chocolat contenant des saveurs artificielles et du BHA (un conservateur), il a souligné que « Nature » renvoyait à la saveur du chocolat et non aux biscuits. Il faut être bon en casuistique pour lire les étiquettes, de nos jours. (Lutz 1989: 28, Carroll 2004: 36).

Beaucoup de produits dont on pense qu'ils contiennent des fruits sont plutôt fabriqués avec du sirop de maïs, qu'on aurait intérêt à ne pas donner en quantités industrielles à nos enfants.

Selon le Prevention Institute, la General Mills est numéro un lorsqu'il s'agit d'induire le consommateur en erreur à l'aide d'étiquettes, de photos et de noms de produits.

Tetra Pak et Combibloc annoncent fièrement que leurs contenants à jus sont « facilement recyclables », mais peu d'installations de recyclage les acceptent. Mobil Oil nous dit que ses sacs à déchets Hefty sont « dégradables », mais ils ne se dégradent que sous l'action des rayons ultra-violets, et la lumière du soleil ne pénètre pas jusqu'au fond des dépotoirs. Être fait de matériaux recyclables peut ne pas vouloir dire grand-chose si le pourcentage des matériaux en question est négligeable. Être fait de matière compostable peut ne pas vouloir dire grand-chose s'il n'y a pas assez d'installations de compostage aux alentours. Mais pour Proctor and Gamble, qui détient la moitié du marché de 3,8 milliards de dollars US de la couche jetable, vanter sa couche compostable veut dire des revenus supplémentaires. « Sa campagne publicitaire a créé un véritable effet trompeur », selon John McCaull, représentant juridique de Californians Against Waste. « On fait croire au public que les installations de compostage existent, ce qui n'est pas vraiment le cas. » Les couches sont faites à 75 % de matière recyclable, mais elles finissent comme déchet à 100 %. (Carroll 2004: 36)

La Berrivale Orchards Limited d'Australie vend le GlenPak Cherry Berry 100% Fruit Juice. Sur le contenant de 1 litre, on peut lire: « Cherry Berry 100% Fruit Juice » et voir des cerises et des baies. Pourtant, le produit ne contient que 1 % de jus de mûres et de cerise. Le reste n'est que du jus de pommes.*

La seule façon de savoir si un produit qu'on dit "Fait à 100 % de jus d'orange" ne contient pas aussi du sucre et des agents de conservation, c'est de lire la liste des ingrédients.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)