Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Barbara Loe Fisher

Barbara Loe Fisher

« Avant qu'un vaccin n'ait éradiqué la variole, celle-ci a tué environ 500 millions de personnes. Et il y a tout juste 60 ans, la polio a laissé 16.000 Américains paralysés chaque année, tandis que la rubéole causait des anomalies congénitales et des retards mentaux chez 20.000 nouveaux-nés. La rougeole a infecté 4 millions d'enfants, en tuant 3.000 par an, et une bactérie appelée Haemophilus influenzae de type b a provoqué la méningite Hib chez plus de 15.000 enfants, laissant un grand nombre d'entre eux avec des dommages permanents au cerveau. La mortalité infantile et l'espérance de vie abrégée - qu'on considère aujourd'hui comme un problème du tiers monde - furent autrefois une réalité dans les pays développés. »
... on peut créditer la vaccination d'avoir sauvé environ 9 millions de vies par an dans le monde. Seize millions de décès supplémentaires par an auraient pu être évités, si des vaccins efficaces avaient été déployés contre toutes les maladies  évitables par la vaccination.*
 
Barbara Loe Fisher

Barbara Loe Fisher est l'une des co-fondatrices de ce qu'on appelle le Centre National d'Information sur les Vaccins, un centre d'échange d'informations pour le mouvement anti-vaccination. Elle et d'autres membres du mouvement anti-vaccination ont été réunis par leur croyance commune, dont on a prouvé qu'elle était fausse, que les vaccins sont la cause de l'autisme. Fisher et son groupe s'opposent vigoureusement aux mesures de santé publique qui exigent des vaccinations obligatoires. On présume que si Fisher trouvait un groupe de parents et de praticiens charlatans comprenant des médecins et des docteurs d'université qui confirmeraient  son préjugé selon lequel l'hygiène provoque des lésions cérébrales chez les enfants, elle « rallierait des troupes » pour interdire le lavage obligatoire des mains dans les restaurants et les hôpitaux. Rien n'a plus contribué à l'amélioration des conditions générales de santé dans le monde moderne que les mesures de santé publique telles que la vaccination et l'assainissement, incluant la filtration de l'eau, de l'air, et l'élimination des eaux usées.

Les défenseurs de la liberté trouveraient merveilleux que les programmes de vaccination soient basés sur le volontariat, mais ce serait désastreux pour la santé publique, car ils détruiraient l'immunité collective. En fait, les taux de vaccination sont si faibles à certains endroits que ces effets désastreux se manifestent déjà. Au Japon, par exemple, lorsque le taux de vaccination contre la coqueluche a chuté de 70% de 1974 à 1976, il y a eu une augmentation correspondante de la coqueluche. En 1974, il y eut 393 cas de coqueluche et aucun décès. En 1976, on comptait plus de 13.000 cas et 41 décès.* On a estimé entre 30 et 40 millions de cas de rougeole en 2000, causant quelques 777 000 décès.* " Les responsables de la santé affirment que des efforts énergiques pour vacciner les enfants contre la rougeole ont abouti à une baisse mondiale de 74% du nombre de décès dus à la maladie [entre 2000 et 2007]. Les experts disent que la plus forte baisse, 90%, s'est produite dans la région de la Méditerranée orientale. "* En Angleterre et au Pays de Galles, les cas de rougeole ont augmenté de 36% en 2008.* Aux États-Unis, les cas de rougeole ont plus que doublé par rapport à l'année précédente, au cours de la première moitié de l'année 2008. *

Voici ce que Barbara Loe Fisher, qui se nomme elle-même « maman de l'autisme », a écrit sur son blog après le passage de Jenny McCarthy dans l'émission d'Oprah en 2007. Jenny McCarthy s'est présentée comme une « maman en guerre », engagée dans la lutte contre les vaccins considérés comme cause de l'autisme :

Quand elle n'était pas encore une superstar ou même médiatisée à l'échelle nationale, au début des années 1985, un ami donna à Oprah une copie du DPT: A Shot in the Dark (DPT = DTC : Dyphtérie Tétanos Coqueluche) [co-écrit par Fisher], qui fut le premier rapport d'une association faisant le lien entre l'autisme et la vaccination. « Nous attendons qu'il sorte en livre de poche», a dit un producteur à son amie. La version en livre de poche a été publiée en 1986 mais, à cette date, Oprah avait joué dans «The Color Purple», son spectacle avait été vendu à plusieurs chaînes nationales et le débat sur la sécurité des vaccins était devenu une vive controverse. Au cours des deux dernières décennies, de nombreux parents d'enfants ayant souffert de la vaccination ont écrit des lettres à Oprah dans l'espoir qu'elle fasse un show sur les risques des vaccins .*

Au cours de ces vingt dernières années, de nombreuses études scientifiques ont été publiées sur la question et il n'a pas été prouvé que les vaccins soient un important facteur de risque de l'autisme. Mais ce n'est pas important pour Barbara Loe Fisher, Jenny McCarthy, ou bien Oprah Winfrey. Une fois que leurs tripes leur eurent enseigné que les vaccins sont un problème, leurs cerveaux se sont laissés guider par un biais de confirmation. Elles ont ignoré ou balayé d'un revers de main les preuves scientifiques et trouvé des «experts» qui étaient d'accord avec elles. Généralement, cependant, elles ont recueilli des anecdotes sur des cas qui ne font  qu'illustrer le sophisme post hoc. L'anecdote qui semble avoir conduit Fisher à lancer et à poursuivre sa croisade  pseudoscientifique pendant plusieurs décennies concerne son fils Chris. Elle affirme que Chris "a souffert de convulsions, d'un collapsus / choc, et d'une inflammation cérébrale dans les heures qui ont suivi sa quatrième injection du DTC " qui l'ont laissé avec de graves difficultés d'apprentissage.* C'était en 1980 quand Chris avait deux ans et demi.  

Fisher a certainement eu amplement le temps de corriger son erreur initiale, pour laquelle sa seule preuve était le fait que les symptômes de son fils étaient apparus des  heures après sa quatrième injection de DPT. Au lieu de cela, elle a cherché à confirmer son parti pris concernant les vaccins face à l'accumulation des preuves montrant qu'elle avait tort.
Malgré son abord sélectif des preuves, Mme Fisher a été nommée dans plusieurs comités nationaux importants de la santé et est intervenue dans de nombreuses conférences .* L'un de ses admirateurs, célébrité médiatique contre la vaccination, Bill Maher, dit de Mme Fisher qu'il la trouve "extrêmement  crédible" et qu'elle «parle avec éloquence ». Je ne l'ai jamais entendue parler, mais elle doit être très bonne pour garder autour d'elle un aussi grand  nombre d'adeptes. Cependant, je ne la trouve pas crédible du tout. Je la trouve intelligente et je peux comprendre pourquoi tant de personnes trouvent persuasifs ses arguments partiaux et incomplets. Elle est très bonne pour associer des informations exactes à des allégations trompeuses afin de donner l'impression que le risque des graves effets des vaccins est sensiblement plus important que le risque de graves méfaits des maladies contre lesquels ils protègent. Pour une image plus précise et complète de ces risques, je recommande le site Web de Science-Based Medicine. Comme antidote à la rhétorique développée par Barbara Loe Fisher sur les vaccins, je recommande aux lecteurs de lire et d'écouter le podcast spécial sur les vaccins dans The Skeptic's Guide to the Universe.

 

 

Commentaires des lecteurs

Wallace, Amy. (2009). Une épidémie de peurs : Comment des parents paniqués qui évitent les vaccins nous mettent tous en danger. À entendre ses ennemis, vous pourriez penser que Paul Offit est l'homme le plus haï d'Amérique. Pédiatre à Philadelphie, il est le co-inventeur d'un vaccin contre le rotavirus, qui pourrait sauver des dizaines de milliers de vies chaque année. Pourtant, le militant écologiste Robert F. Kennedy Jr. descend en flammes Paul Offit en le traitant de « biostitute », qui se prostitue pour l'industrie pharmaceutique. L'acteur Jim Carrey le traite de profiteur, et démolit l'attitude du médecin à l'égard de la vaccination des enfants avec ce « mantra » qui fait froid dans le dos : "Attrapez-les et poignardez-les." Récemment, Carrey et sa petite amie, Jenny McCarthy, sont passés sur CNN, dans l'émission Larry King Live et ont désigné RotaTeq le vaccin d'Offit , comme l'un des nombreux vaccins inutiles, qui sont tous administrés, ont-ils dit, pour une seule et bonne raison : « La cupidité »..

Experts dispel detox myths: "Un groupe a renoncé aux aliments transformés industriellement, aux boissons gazeuses, à l'alcool, au sel, au sucre, à la caféine, au blé, à la viande rouge et aux produits laitiers, et l'autre groupe a suivi son régime alimentaire normal. Après sept jours, des toxicologues n'ont trouvé aucune différence dans le foie, les fonctions des reins ou les taux de vitamines des deux groupes."

Quelques réflexions confuses de Bill Maher par Stephen Novella  Novella déconstruit la diatribe défensive décousue de Maher, dans laquelle il proteste en même temps contre la critique qui fait son chemin en répétant et en amplifiant l'absurdité pseudo-scientifique qui a recueilli en premier lieu la critique... les critiques se poursuivront - non pour le faire taire, mais pour limiter les dégâts. Maher contribue à l'incompréhension publique de la science dans le domaine probablement le plus important - la médecine. "

 

Traduit par Brigitte Axelrad  Observatoire Zététique Association Française pour l’Information Scientifique

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)