Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Médecine fonctionnelle

Médecine fonctionnelle

Ceux qui croient qu'il y a deux catégories de patients, ceux qui souffrent de malnutrition ou qui sont carencés en vitamines, et les autres, sont foncièrement dans l'erreur et mal informés, étant donné l'étendue actuelle de la compréhension du rôle de la nutrition dans la santé et les maladies.
 
Je vois enfin ce qu'est la MF en réalité : une approche non scientifique, inefficace, chauvine, cultuelle, des conditions somatiques dysfonctionnelles non pathologiques.
Dr Wallace Sampson
 
Les maladies n'existent pas.
Mark Hyman

 

Jeff Bland

La médecine fonctionnelle (MF) n'est pas une branche de la médecine. Le terme « médecine fonctionnelle » est un terme de marketing : c'est plus proche de la Médecine intégrative ou de la Médecine orthomoléculaire que, disons, de la médecine translationnelle.médecine bioénergétique En Europe, la « médecine fonctionnelle » désigne un type de médecine énergétique connue aux États-Unis sous le nom de médecine bioénergétique.* Encore une fois, ce ne sont pas des branches de la médecine mais des marques proposant des alternatives diverses à la médecine scientifique. Les idées de base de ceux qui promeuvent la médecine fonctionnelle ne sont pas exceptionnelles, mais personne n'a unifié et assemblé l'ensemble des pratiques médicales discutables aussi bien que les principaux défenseurs de la médecine fonctionnelle, tels que Jeffrey S. Bland et Mark Hyman.

Mark Hyman

De nombreux opposants à la médecine scientifique croient et promeuvent l'idée que nous vivons dans un monde toxique et que nous avons besoin de la détoxification. De nombreux opposants à la médecine scientifique promeuvent l'idée qu'ils traitent le patient, pas la maladie, et qu'ils cherchent des causes à éliminer plutôt que des symptômes à traiter. De nombreux opposants à la médecine scientifique affirment que les médecins qui appliquent la méthode scientifique ne traitent pas les patients ou ne s'occupent pas de leurs patients en tant que personnes, et ne les traitent pas de manière « holistique. » De nombreux opposants à la méthode scientifique promeuvent l'idée que toutes les maladies sont dues à une mauvaise alimentation ou aux toxines issues de notre environnement. Les défenseurs de la médecine fonctionnelle ne sont pas les seuls opposants à la médecine scientifique qui traitent les patients avec des régimes, des suppléments, des procédés de détox. Peu d'opposants à la médecine scientifique ont assemblé toutes ces idées trompeuses pour les mélanger à une abondance de jargon et de concepts médicaux dénués de sens (par exemple, « réserve organique » et « orientés vers les systèmes »), tout en déclarant avoir le courage d'aller là où aucune médecine n'est allée jusque là, avec un « nouveau modèle qui se concentre sur le traitement du corps comme un système global, qui traite les causes et pas seulement les symptômes, qui voit le corps comme un organisme global plutôt que seulement comme une collection d'organes. »*

Il n'est pas surprenant de constater que l'un des principaux vulgarisateurs de la médecine fonctionnelle a fait ses débuts avec des programmes douteux de perte de poids. Le terme « médecine fonctionnelle » a été popularisé aux États-Unis par Jeffrey S. Bland lorsqu'il a créé l'Institute for Functional Medicine en 1993, une filiale de sa société HealthComm, une entreprise qui proposait un programme de perte de poids qui a été pris pour cible par la Federal Trade Commission¹ en 1991. HealthComm et une autre société appartenant à Bland ont été accusées de « prétendre à tort que leur programme de régime Nu-Day pouvait modifier le métabolisme des consommateurs et leur faire perdre du poids sans faire d'exercice afin que la graisse fonde par la chaleur du corps au lieu d'être stockée. »* La FTC a également déclaré que le reportage publicitaire Nu-Day, inséré dans les programmes télévisés et utilisé pour diffuser ces allégations, était trompeur. Bland a accepté de payer 30000 dollars et de rappeler toutes les quinze minutes, lors de toute nouvelle diffusion de publireportages, qu'il s'agissait de publicités payées.* Un autre programme de perte de poids de Bland a également été la cible d'une enquête de la FTC.

En 1993, Bland a fondé l'Institute for Functional Medicine, une succursale de HealthComm qui a supervisé le site web de l'entreprise. Il développe des produits éducatifs et sponsorise annuellement un Symposium International sur la Médecine Fonctionnelle. En 1997, il a invité des praticiens à le rejoindre sur la Section Médecine Fonctionnelle du Forum CompuServe dédié à la Médecine Naturelle et co-parrainé par HealthComm. Les brochures qui accompagnaient l'invitation annonçaient que son programme UltraClear Plus « fournit un soutien nutritionnel aux 'détoxifieurs' pathologiques ou déséquilibrés et peut convenir à des patients souffrant » du syndrome de fatigue chronique, d'hypersensibilité liée aux produits chimiques et à l'environnement, de dépendance à l'alcool et aux médicaments, d'allergie alimentaire, de problème de « gestion d'endo- et d'exotoxicité » et d'arthralgie et myalgie.*

En 1995, la FTC a publié un communiqué de presse annonçant que « HealthComm Inc. et son dirigeant, Jeffrey S. Bland, ont accepté de payer une amende administrative de 45000 dollars pour échapper aux poursuites de la Federal Trade Commission qui l'accusait de publicité mensongère pour plusieurs produits de perte de poids et de compléments de régime, en violation d'une ordonnance par consentement de la FTC de 1992. En plus de l'amende administrative, le règlement interdirait à HealthComm et Bland de violer l'ordre de la Commission à l'avenir. »* Le programme diététique UltraClear de Bland a été décrit comme affirmant faussement qu'il « réduisait l'incidence et la sévérité des symptômes associés aux problèmes gastro-intestinaux, aux problèmes inflammatoires ou immunologiques, à la fatigue, aux allergies alimentaires, à l'exposition au mercure, à l'insuffisance rénale et à la polyarthrite rhumatoïde. »*

Bref, il n'y a rien d'original dans les affirmations des tenants de la médecine fonctionnelle qui soutiennent que l'alimentation, la nutrition et l'exposition aux toxines que l'on trouve dans l'environnement sont les causes principales de la maladie. Il n'y a rien d'exceptionnel dans le fait d'affirmer que l'on apporte « des soins personnels » ou que l'on « traite la personne dans sa globalité. » Il n'y a rien d'exceptionnel dans le fait d'affirmer que l'on traite les causes et pas les symptômes. Il n'y a rien d'exceptionnel dans le fait d'affirmer que les suppléments en vitamines et minéraux, tout comme les prétendues pratiques de détoxification, sont essentiels au maintien d'une bonne santé. Ce qui rend la médecine fonctionnelle unique au sein des pratiques de santé non scientifiques, c'est que ses tenants affirment comprendre les biomécanismes personnels, individuels, ce qui leur permet de déterminer un régime personnalisé, optimal et un plan nutritionnel pour chaque individu de la planète qui souffre d'une maladie chronique. La façon dont ils s'y prennent pour cela n'est pas non plus unique : ils font remplir un questionnaire à tous les patients, les interrogent et, dans de nombreux cas, leur font passer une série d'examens médicaux. Tous les nouveaux patients d'un médecin qui pratique selon la méthode scientifique font de même, mais les questions posées et les examens systématiquement pratiqués par un praticien de la MF sont exceptionnels pour les soins courants. De nombreuses questions concernent l'alimentation et l'exposition connue ou possible à des toxines, des questions qu'un praticien de la médecine scientifique ne poserait pas systématiquement à un nouveau patient. Beaucoup d'examens que font passer les praticiens de la médecine fonctionnelle ont pour but « de faire le bilan nutritionnel », ce que le médecin qui pratique la méthode scientifique ne ferait que s'il avait une bonne raison de penser que le patient souffre d'une forme de carence nutritionnelle. Les praticiens de la médecine fonctionnelle semblent supposer que tout le monde souffre d'une forme de carence nutritionnelle ou d'un empoisonnement. Les dépistages de métaux lourds sont habituels chez les praticiens de la MF. Voici une description d'un examen au Center for Functional Medicine de Mark Hyman à la Cleveland Clinic :

Un examen est fréquemment pratiqué afin de faire le bilan nutritionnel, notamment pour les acides aminés, les acides gras, le stress oxydant, les niveaux de vitamines, la fonction mitochondriale, les allergies alimentaires et les métaux lourds. De nombreux autres examens sont disponibles, notamment une analyse génétique pour diverses maladies, une évaluation hormonale, la santé des os, la santé gastro-intestinale, le fonctionnement des glandes surrénales et beaucoup d'autres... Quoique l'analyse donne une image plus complète de votre état de santé, une prise en charge effective peut être entreprise sans elle, ou l'analyse peut être pratiquée plus tard. Que cela ne vous empêche pas de consulter un de nos médecins.

On peut supposer que cela signifie que les praticiens de la MF savent même sans examen que vous souffrez de carences nutritionnelles et que vous êtes saturé de poisons qui doivent être éliminés. Le questionnaire de santé que l'on demande aux nouveaux patients de remplir indique que c'est le cas. On y trouve une partie nommée ÉVALUATION DE L'ENVIRONNEMENT ET DE LA DÉTOXIFICATION où vous sont posées des questions telles que

Dans votre environnement de travail ou domestique, êtes-vous exposé à : ☐ Des produits chimiques ☐ Des radiations électromagnétiques ☐ Des moisissures ?
 
Avez-vous un antécédent d'exposition significative à des produits chimiques dangereux tels que : ☐ Herbicides ☐ Insecticides (visites fréquentes d'exterminateurs) ☐ Pesticides ☐ Solvants organiques ☐ Métaux lourds ☐ Autres ?
 
Utilisez-vous souvent le nettoyage à sec pour vos vêtements ? ☐ Oui ☐ Non
 
Vivez-vous ou avez-vous vécu ou avez-vous travaillé ou travaillez-vous dans un environnement humide ou où des moisissures sont présentes ou avez-vous été exposé à des moisissures ? ☐ Oui ☐ Non
 
Avez-vous des animaux familiers ou des animaux de ferme ? ☐ Oui ☐ Non

Ce sont des questions de routine, qui ne ciblent pas uniquement celui ou celle qui vient à la clinique pour des affections ou un ensemble de symptômes particuliers. On demande à chaque patient potentiel s'il est prêt à changer son mode de vie ou son alimentation :

Évaluez sur une échelle de 5 (très motivé) à 1 (pas motivé) :
  • Modifier votre alimentation de manière significative.
  • Prendre plusieurs compléments alimentaires chaque jour.
  • Tenir un registre de tout ce que vous mangez chaque jour.
  • Modifier votre style de vie (par exemple, votre charge de travail, vos habitudes de sommeil).
  • Pratiquer une méthode de relaxation.
  • Pratiquer une activité physique régulière.
  • Effectuer des examens en laboratoire pour évaluer vos progrès.

Une fois encore, ces questions sont posées à chaque patient éventuel avant qu'il ou elle n'arrive à la clinique. De plus, les examens en laboratoire évaluant les progrès analysent le « bilan nutritionnel », que vous êtes censé accepter comme révélateur de votre état de santé quel qu'il soit. Le fait que chaque patient doive garder une trace de ce qu'il mange et boit est un autre signe évident que les gens qui pratiquent la MF croient que tous les problèmes de santé sont liés à l'alimentation, ce qui, bien sûr, va justifier leurs recommandations de compléments ou de programmes détox.

Bien qu'une bonne alimentation soit essentielle à un mode de vie sain, ce qui passe pour une bonne nutrition chez les gens qui pratiquent la MF n'est pas basé sur des preuves scientifiques. Comme le note Mark Hyman : La « nutrition médicale » que les nutritionnistes [de la clinique Cleveland] utilisent « est très différente de celle que la majorité des nutritionnistes pratique. » Un des buts des cliniques de MF semble être de rendre les choses si compliquées que seuls leurs experts savent ce qu'est un mode de vie sain et convenable pour chacun à travers le monde.

Les défenseurs de la MF affirment qu'ils proposent un nouveau modèle de médecine, en remplacement de celui que nous avons actuellement. La manière dont les avocats de la MF, comme Hyman, Bland et d'autres, décrivent la médecine scientifique standard est un modèle de « cueillette de cerises »² et de biais de confirmation. Leur propre modèle est absolument sans fondement reconnu par la médecine scientifique. Ils affirment que chacun d'entre nous devrait être « traité » contre ses carences nutritionnelles, ses prédispositions génétiques et la toxicité de l'environnement avant que les symptômes de nos « maladies » ne se montrent. Il y a très peu de preuves qui soutiennent leur idée de besoins de compléments alimentaires ou de détoxification. De nos jours, on en sait tellement sur la nutrition qu'il serait tout à fait incroyable que ceux qui pratiquent la MF ne soient pas généralement de bon conseil en ce qui concerne ce que vous devriez ou ne devriez pas consommer de manière régulière. Cela excuse difficilement l'arrogance qui est la leur quand ils prônent leur modèle chimérique de santé et de maladie tout en dénigrant la médecine scientifique. La croyance selon laquelle l'alimentation, les compléments et la détox vont résoudre tous les problèmes de santé du monde est une chimère. Il n'y a aucune base réelle à une telle croyance. Ce n'est même pas plausible étant donné ce que nous savons de la nutrition et des maladies.

Il est évident pour toute personne qui a un minimum de connaissances sur le sujet de la santé et de la maladie que nous devrions manger sainement, faire de l'exercice, gérer le stress avec intelligence, éviter de fumer et arrêter de polluer notre eau et notre air. Les gens qui pratiquent la MF n'ont pas découvert ces faits. Et les gens qui pratiquent la MF sont tout simplement dans l'erreur lorsqu'ils affirment que tout le monde a besoin de compléments ou de détox. S'il est vrai qu'aux États-Unis, il y a un véritable problème d'obésité dû à l'abondance et à la disponibilité d'aliments à haute teneur en calories et peu nutritifs, il est absurde de relier cette épidémie et les maladies qui lui sont associées à la médecine scientifique. Franchement, étant donné les affirmations fausses ou trompeuses des représentants de la MF au sujet de certains régimes, faut-il leur faire confiance si l'on cherche un bon programme de nutrition ? Ce n'est certainement pas vers eux qu'il est prudent de se tourner pour soigner un cancer.

 

¹ N.D.T. Commission fédérale du commerce, équivalent américain de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes ou DGCCRF, en France ou du Bureau de la Concurrence au Canada.

² « La cueillette de cerises (aussi appelée picorage) est un calque de l'anglais cherry picking, qui désigne l'acte de signaler des cas individuels ou des données qui semblent confirmer une position particulière, tout en ignorant une partie importante de cas liés ou des données qui pourraient contredire cette position.

L'expression est basée sur le processus de perception de la récolte des fruits, comme les cerises. Le cueilleur est susceptible de ne sélectionner que les fruits les plus mûrs et les plus sains. Un observateur qui ne voit que les fruits sélectionnés peut donc, à tort, conclure que la plupart, voire la totalité, des fruits sont dans l'état qu'il peut observer, soit en bon état.

La cueillette de cerises peut se retrouver dans de nombreuses erreurs de logique. Par exemple, l'erreur avec des preuves anecdotiques consiste à négliger de grandes quantités de données pour ne considérer que quelques informations connues, tandis que la fausse dichotomie admet seulement deux options alors que d'autres sont disponibles. » (source : Wikipédia)

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)