Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Expérience Ganzfeld

Expérience Ganzfeld

Ganzfeld

La plupart des sciences tentent d'expliquer des phénomènes observables; la parapsychologie tente d'observer des phénomènes inexplicables.

L'expérience Ganzfeld ("champ total") utilise en quelque sorte la privation sensorielle pour vérifier l'existence de la télépathie. Des balles de ping-pong sont déposées sur les yeux du sujet et des écouteurs placés sur ses oreilles. Pendant que l'on fait jouer un bruit blanc dans les écouteurs, on allume une lumière rouge très brillante que le sujet verra à travers les balles de ping-pong. Après un très court laps de temps, le sujet commence à halluciner. Pendant ce temps, dans une autre pièce, on fait visionner à d'autres participants un quelconque stimulus visuel, par exemple, un court vidéo clip. Ceux-ci tentent de transmettre par télépathie ce qu'ils sont en train de visionner au sujet qui est dans le " Ganzfeld ".

Les vidéo clips ou autres stimuli visuels sont choisis au hasard parmi une grande quantité de matériel. Pendant que l'émetteur se concentre sur la cible, le récepteur donne un rapport verbal continuel des images qu'il perçoit. Les images vues par les participants sont comparées aux images vues par le sujet. Finalement, à la fin de la période " Ganzfeld ", le receveur se voit présenter plusieurs stimuli (habituellement quatre) et, sans savoir lequel était la cible, doit quantifier le degré de ressemblance avec les images perçues pendant la période Ganzfeld. Si le récepteur accorde la note maximale au stimulus choisi, on le répertorie comme un succès. Cependant, comme l'expérience utilise un choix de quatre stimuli (la cible et trois leurres ou stimuli de contrôle), le taux de réussite dû au hasard seulement est de .25 (Bem et Honorton).

L'hypothèse du parapsychologue Charles Honorton, le créateur de l'expérience Ganzfeld, est que si la télépathie existe, il devrait y avoir une concordance entre les images des émetteurs et des récepteurs, plus grande que celle attribuable au hasard. Honorton a présenté des études , dont une entre autres auprès de 240 sujets qui avaient donné une bonne réponse 34% du temps. Ceci n'est vraisemblablement pas dû au hasard. La question est : est-ce dû à la télépathie ? Cela se pourrait. Ce pourrait aussi être un effet d'autres facteurs, par exemple, la sélection des vidéo clips ou autres stimuli visuels choisis, comme l'âge ou le sexe des sujets, ou avec le contenu ou le thème des images visuelles. Le hasard pourrait être aussi impliqué, quoique cela soit peu vraisemblable. De toutes manières, avant que Honorton reçoive son Prix Nobel, il faudrait que d'autres refassent l'expérience et apportent des arguments très persuasifs pour prouver que la seule explication plausible est la télépathie.

Rick E. Berger, PhD., créateur du "Ganzfeld automatisé" (et co-auteur avec Honorton de plusieurs rapports sur le Ganzfeld) n'est pas d'accord avec les conclusions ci-dessus, qu'il déclare être sérieusement démodées, ou bien tout simplement ignorantes des derniers résultats répertoriés dans la littérature. Le docteur Berger cite le célèbre Dean Radin :

De 1974 à 1997, quelques 2,549 séances Ganzfeld ont été répertoriées dans au moins quarante publications par des chercheurs du monde entier. Après qu'une méta-analyse, faite en 1985, ait établi une estimation du taux de réussite attendu, une réplique de l'expérience a été conduite pendant six ans qui avait satisfait les exigences des sceptiques pour des procédures améliorées. Cette expérience d' "auto-ganzfeld " a donné les mêmes résultats positifs.

Le taux de réussite global pour les 2,549 séances était de 33.2% (là où on attendait 25%), dépassant le hasard d'un million de milliards pour un ", déclare Berger. Ceci peut paraître impressionnant jusqu'à ce qu'on examine l'assertion de plus près. Le Ganzfeld est organisé de manière à ce qu'une interprétation soit faite d'un rapport verbal qu'on doit apparier avec une image prétendument transmise par télépathie au sujet. Ainsi, même si une image n'a que peu ou pas de ressemblance avec la description verbale, si elle est choisie comme ayant le plus de ressemblance à l'image décrite verbalement, cela compte comme un succès. Par exemple, voici une description verbale prise sur le site web du docteur Berger au sujet du Ganzfeld :

Je vois le Lincoln Memorial… Et Abraham Lincoln y est assis… C'est le 4 juillet…Toutes sortes de feux d'artifice… Maintenant je suis à Forge Valley…Il y a des Feux d'artifices. Et je pense à des bombes qui éclatent dans les airs…Et Francis Scott Key …Et Charleston…

Il y a certainement plusieurs images qui pourraient concorder avec ces descriptions, puisque la description elle-même comporte au moins huit images distinctes (le Lincoln Memorial, Lincoln, le 4 juillet, les feux d'artifice, Valley Forge, les bombes, Francis Scott Key, Charleston) à laquelle on pourrait facilement en ajouter quelques autres, comme le drapeau américain, l'hymne national, et, oh oui, George Washington, image choisie comme étant la plus proche de la description verbale. On ne nous dit pas quels étaient les trois autres choix. 

On peut se demander, si ce 8.2%, une chance sur un million de milliards, de différence est une preuve de l'existence de la télépathie, pourquoi les descriptions verbales ne sont pas plus précises. Par exemple, pourquoi le sujet n'a-t-il pas vu George Washington, puisque c'était ce que l'image représentait ? Pourquoi a-t-il vu le Lincoln memorial et toutes sortes d'autres choses ? Comment peuvent-ils être sûrs de ce qu'ils mesurent ? Pourquoi le sujet n'a-t-il pas la possibilité de répondre : " aucune de ces réponses ". Les expérimentateurs ne devraient-ils pas mener certaines expériences où les émetteurs n'enverraient rien ? Et le récepteur ne devrait-il pas pouvoir dire " Je ne reçois aucun message " ? Si Berger et Honorton faisaient une expérience où les émetteurs n'enverraient pas de message pendant toute la durée de l'expérience, je gagerais que le récepteur " recevrait " quand même des visions et pourrait en donner une description verbale. De quoi seraient faites ces visions ? Ces scientifiques reconnaîtraient-ils ces visions comme des produits de l'imagination, ou prétendraient-ils que quelqu'un, quelque part, a envoyé un message et que le sujet l'a perçu ? Comment peuvent-ils être certains, en fait, que leurs sujets ne captent pas des messages provenant d'autres personnes que les émetteurs ? Peut-être la raison pour laquelle les sujets échouent 66.8% du temps est qu'ils perçoivent des messages des mauvais émetteurs. Peut-être qu'il y a 100% de télépathie. Ou peut-être y a-t-il autre chose que la télépathie.

De toutes façons, Julie Milton et Richard Wiseman ont publié récemment leur propre méga-analyse des études Ganzfeld et ont conclu que " la technique Ganzfeld n'offre pas présentement une méthode fiable pour produire des phénomènes extra sensoriels en laboratoire " (1999).

 

 

Traduit par Francine Labrie.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)