Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Organismes génétiquement modifiés (OGM)

Organismes génétiquement modifiés (OGM)

Le top 5 des refrains anti-OGM

Ugh! Frankenfoods Again?

Les OGM sont des "organismes génétiquement modifiés". Ce sont des plantes ou des animaux créés par des techniques de modification des gènes en insérant de l'ADN d'une espèce dans une autre espèce. Par exemple, en 1994, des scientifiques de Calgene ont inséré une copie inversée d'un gène dans la tomate Flavr Savr. Le gène rend le fruit plus doux; la copie inversée a augmenté la durée de vie de la tomate. Ce fut le premier OGM vendu aux consommateurs mais il s'est avéré trop onéreux et n'est désormais plus disponible. Un autre exemple est le "riz doré", une variété de riz modifié avec des gènes provenant de maïs et de bactéries communes du sol. Le résultat est un riz contenant du bêta-carotène, qui est utilisé par le corps humain pour fabriquer de la vitamine A. La plupart du maïs utilisé pour les denrées alimentaires transformées et pour l'alimentation animale pendant les dix dernières années a été modifié avec des gènes de Bacillus thurigiensis, une bactérie commune du sol qui produit des protéines létales pour les insectes. Non toxiques pour les humains, de telles protéines ont depuis longtemps été utilisées par les fermiers bio comme insecticides naturels.* Le maïs génétiquement modifié produit ses propres protéines pour tuer les insectes, réduisant donc le besoin d'insecticides supplémentaires.

Quoi qu'il en soit, la plupart d'entre vous savent qu'il existe une forte milice anti-OGM dans ce domaine, faisant de son mieux pour mettre un terme à la recherche scientifique sur les modifications génétiques des plantes et des animaux. Pourquoi? J'ai essayé de trouver, mais le mieux que j'ai pu trouver était une liste de refrains serinés par les troupes anti-OGM.Monsanto Il est clair que ces gens sont très sérieux dans leur peur des OGM et dans leur désir d'arrêter la recherche OGM partout où ils le peuvent et par tous les moyens nécessaires. D'un côté, ces personnes proclament leurs valeurs éthiques supérieures et leur souci pour l'humanité; d'un autre côté, ils semblent ne pas se soucier d'inventer des histoires à propos des firmes, des fermiers et des champs. Ils ont aussi une certaine tendance à citer, à faire et à soutenir de la mauvaise science tout en l'appelant de la science de qualité. Quelques-uns peuvent même être considérés comme des écoterroristes.

1. Le refrain le plus courant utilisé par les anti-OGM est ce qu'on pourrait appeler la Carte Monsanto.

(Monsanto = Satan & Hitler combinés.) Quiconque écrit quelque chose en faveur des produits OGM ou qui ne condamne pas la recherche et les produits OGM est considéré comme acheté par Monsanto. Cette accusation absurde sera lancée contre moi pour avoir écrit cet article, peu importe ce que je pourrais dire à propos de l'inexistence de cette connexion avec Monsanto, du fait que je ne possède aucune action de cette société et que j'aborde ce sujet pour des raisons égoïstes: je suis un citoyen curieux qui voudrait connaître la vérité sur les OGM.

2. Les OGM causent des réactions allergiques et des problèmes auto-immuns.

Pamela Ronald, une généticienne internationalement reconnue de l'Université de Californie à Davis, dit: "Peu probable. Après 16 années de culture et un total cumulé de 800 millions d'hectares plantés, aucun effet adverse environnemental ou sur la santé n'a pu être documenté suite à la commercialisation de cultures transgéniques."*

Attendez! Ce n'est pas ce que Caitlin Shetterly avait écrit dans Elle: "La mauvaise graine: Les risques sanitaires du maïs génétiquement modifié." Quelles sont les preuves de Shetterly? Elle apprit de Paris Mansman qu'elle-même (Shetterly) montrait des signes d'un syndrome éosinophilique qui pourrait être dû à la consommation de maïs génétiquement modifié. Qui est Paris Mansman? Un allergologue. Quelles recherches Shetterly a-t-elle entreprises afin de vérifier l'opinion de Mansman? Elle a contacté plusieurs personnes et a affirmé qu'elles étaient du même avis que Mansman. Jon Entine de Slate a contacté quelques-unes de ses sources et chacune a affirmé que Shetterly avait déformé leurs propos. Mais surtout, tous étaient d'avis qu'il n'y avait pas de preuves d'un lien entre syndrome éosinophilique et allergie au maïs.

Entine note: "Biology Fortified, un site web dédié à la phytogénétique et l'agriculture durable, a publié plus de 600 études sur sa base de données GENERA – dont plus d'un tiers menées par des scientifiques indépendants qui ne reçoivent aucun financement de l'industrie – et aucune de ces études n'a trouvé de lien entre le maïs OGM et les allergies."

Amy Harmon a écrit dans un article récent à propos des recherches OGM pour la sauvegarde des orangeries de Floride: des dizaines d'études d'alimentation animale à long terme ont conclu à la sûreté des OGM actuels par rapport aux autres cultures, et l'Académie Nationale des Sciences, l'Organisation Mondiale de la Santé, et d'autres ont fourni des déclarations du même acabit. Je cite ces organisations non pas pour user d'un argument d'autorité mais pour permettre au lecteur d'avoir plus d'informations sur la position scientifique à propos des OGM. D'autres sources incluent l'Association Médicale Américaine et le conseiller scientifique à la Commission Européenne. L'AMA s'oppose à l'étiquetage des produits OGM. Pour une fois, je suis d'accord avec Ramez Naam qu'une telle opposition donne l'impression qu'il y a quelque chose à cacher. Plutôt que résister à l'étiquetage, Naam propose que l'étiquette s'intègre à la liste d'ingrédients au lieu de prendre la forme d'une étiquette ostensible conçue pour effrayer les gens.

Attendez! Comment pouvez-vous être sûr qu'un jour, un OGM ne contiendra pas une protéine qui provoquera une réaction allergique chez quelqu'un? Nous ne savons pas si, un jour, n'importe quelle nourriture, OGM ou pas, ne provoquera pas une réaction allergique chez quelqu'un. Nous ne savons pas non plus si un OGM (ou de la nourriture non-OGM) pourrait un jour contenir quelque chose qui combattrait le cancer ou empêcherait la démence. Des modifications génétiques du soja avec de l'ADN de noix du Brésil ont stoppé lorsque des tests ont montré que ces modifications rendaient le soja allergénique. Academic Review, qui met à l'épreuve les critiques courantes envers la science évaluée par les pairs, écrit: "Le soja n'a jamais dépassé les toutes premières étapes de développement; il n'a jamais été soumis pour approbation aux régulateurs, et aucune tentative de mise sur le marché n'a été entreprise. C'est précisément de cette façon que l'évaluation de sûreté prémarketing est censée aider les chercheurs à s'assurer que seuls des produits aux mêmes standards de sûreté que n'importe quelle autre nourriture peuvent atteindre le marché. C'est un fait que pas un seul produit OGM n'a causé d'allergie alimentaire (Goodman et al 2008). De façon ironique, environ 10 produits alimentaires courants sont responsables de plus de 95% de toutes les allergies alimentaires (Bannon et Lehrer 2005). Aucun test prémarketing n'est obligatoire pour la nourriture non-OGM et ils ne sont pas retirés du marché lorsqu'ils causent des allergies." Selon Academic Review, les faits bruts sont les suivants: "Un gène de la noix du Brésil a été transféré au soja et une évaluation de sûreté de routine a montré que le sérum de personnes allergiques aux noix du Brésil donnait une réaction." Pourquoi, pourrait-on se demander, des scientifiques ont-ils utilisé de l'ADN de noix du Brésil vu que les noix du Brésil sont connues pour provoquer des réactions allergiques chez certaines personnes? On ne pouvait en aucun cas être certain que l'ADN utilisé aurait provoqué une réaction allergique (il y a beaucoup de protéines dans la noix du Brésil qui pourraient causer une réaction allergique). Les graines de soja sont pauvres en méthionine. Pour améliorer leur qualité nutritionnelle, de l'albumine 2S riche en méthionine issue de la noix du Brésil (Betholletia excelsa) a été introduite dans du soja transgénique. Bon, ça valait le coup d'essayer, même si la tentative fit long feu.

Ceci étant dit, les méthodes actuelles d'évaluation des OGM peuvent être améliorées. Bien entendu. Le seront-elles? Vous pouvez parier dessus, ne fût-ce qu'en raison de la pression mise sur l'industrie par les critiques des anti-OGM, qu'elles soient basées sur des faits ou sur la peur de l'inconnu.

Attendez! L'Académie Américaine de Médecine Environnementale (AAEM) a rapporté que "Plusieurs études animales signalent de graves dangers pour la santé associés à la nourriture OGM, incluant stérilité, problèmes immunitaires, vieillissement accéléré, mauvaise régulation de l'insuline, et modifications dans les organes importants et l'appareil digestif. L'AAEM a demandé aux médecins de conseiller à leurs patients une nourriture sans OGM."

Qui ça? L'Académie Américaine de Médecine Environnementale? Qu'est donc cette académie? Tout comme le Comité Américain de Médecine Holistique et Intégrative d'Andrew Weil, elle n'est pas reconnue par le Comité Américain des Spécialisations Médicales. L'AAEM s'oppose à la fluoration, à tout type de mercure dans les vaccins ou les soins dentaires, et s'est montré surtout active dans la défense du concept de polysensibilité chimique. Cette organisation ainsi que l'idée d'"écologie clinique" sont largement ignorées dans la communauté médicale.* La raison en est que la polysensibilité chimique n'est pas reconnue par la plupart des médecins et associations médicales comme une maladie physiologique causée par un agent chimique. Si je voulais trouver du soutien dans ma crainte des OGM, je crois que j'essaierais de trouver une meilleure autorité que l'AAEM.

3. Les OGM ne sont pas testés correctement; nous sommes des cobayes pour les fabricants d'OGM!

Ric Bessin, entomologiste-conseiller du Collège d'Agriculture de l'Université du Kentucky, écrit: "La loi fédérale sur l'alimentation requiert une approbation des additifs alimentaires avant mise sur le marché, qu'ils soient ou non issus des biotechnologies. La FDA considère les substances ajoutées aux produits alimentaires via des techniques de recombinaison génétique comme des additifs alimentaires, pour autant qu'ils soient significativement différents en structure, fonction ou quantité par rapport aux substances déjà présentes dans la nourriture. Cependant, si un nouveau produit alimentaire mis au point par la biotechnologie ne contient pas de substances significativement différentes de celles déjà présentes dans le produit de base, l'approbation avant mise sur le marché n'est pas obligatoire. Les produits du génie génétique pour conférer des attributs pesticides, tels que la résistance à la pyrale du maïs, sont également soumis à la régulation de l'Agence de Protection Environnementale. Actuellement, les nourritures génétiquement modifiées aux États-Unis ne sont pas obligées d'être étiquetées spécialement pour notifier les consommateurs.

"...les techniques de manipulation génétique permettent aux scientifiques d'ajouter précisément des gènes de structure et fonction connues aux cultures. Les généticiens savent comment fonctionnent les gènes et quel type de protéine sera produite par un gène bien précis. L'alimentation OGM est sujette à une vérification bien plus rigoureuse que pour l'alimentation plus traditionnelle – qui n'a jamais été naturelle." Lorsqu'un nouveau produit est proposé, "le demandeur (une firme ou une université, par exemple) doit fournir à la FDA toutes les informations à propos du gène incorporé et à quel endroit dans le génome avant de recevoir une approbation. L'agence doit déterminer si la protéine nouvellement incorporée est similaire à d'autres protéines déjà présentes dans l'alimentation, ce comprenant la vérification des bases de données des allergènes connus. Si ce n'est pas le cas, cette nouvelle protéine doit alors être considérée comme un additif alimentaire avant que la FDA songe à une approbation avant mise sur le marché – ce qui signifie une suite de recherches plus approfondies."*

4. Le Monsanto Protection Act prouve que le gouvernement est de mèche avec Monsanto pour empoisonner notre nourriture

Il n'y a pas de "Monsanto Protection Act." Ceux qui y font référence ont déformé la proposition de loi signée par le président Obama. La proposition s'appelait "Consolidated and Further Continuing Appropriations Act, 2013." Une des sections de ce texte de 240 pages a été insérée en réponse aux justiciables anti-OGM qui poursuivent en justice ou demandent des injonctions contre quiconque fait, selon eux, de la culture d'OGM. Leurs plaintes se basent sur l'idée que ces cultures sont dangereuses et menacent l'environnement. Les actions en justice ont pour objectif de stopper la recherche OGM. La loi empêche les cours fédérales de pouvoir mettre un terme à la vente ou la culture de graines génétiquement modifiées. En bref, cette loi permet à la recherche scientifique de se poursuivre.

Greenpeace

5. Les OGM vont nuire à l'environnement

Il existe deux aspects dans la défense de cette affirmation. Un premier argument est un appel à la peur: les OGM vont déchaîner dans la nature des monstres frankensteiniens qui seront responsables de famines, cancers, et, qui sait, des tremblements de terre et des tempêtes solaires. L'appel à la peur va souvent de pair avec un argument d'analogie qui compare les cultures OGM au fait d'introduire une espèce étrangère, comme des lapins, dans un pays où il n'y a pas de lapins, comme ce fut le cas en Australie. L'analogie est trop tirée par les cheveux pour être prise au sérieux. Une espèce n'est pas un brin d'ADN. L'ADN ne peut pas vagabonder dans la nature. Les cultures avec un gène qui les rend insensibles à un pesticide ou qui tue les parasites ne risquent pas de prendre le contrôle de la campagne et réduire les terres à néant.

L'autre argument consiste à mettre en avant quelque exemple spécieux où les anti-OGM affirment que l'environnement a déjà été touché. Un de ces fameux cas est l'affirmation que les OGM nuisent aux papillons monarques. Ce n'est rien d'autre que de la propagande.

Ceci étant dit, est-ce que je fais confiance aux firmes qui investissent dans les OGM et aux agences gouvernementales qui sont censées surveiller et réguler les produits alimentaires? Pas vraiment. Je suis même plutôt en faveur des forces anti-OGM, non pas parce que je pense qu'elles ont raison mais parce qu'elles peuvent servir de garde-fou pour s'assurer que les firmes et les agences gouvernementales qui régulent ces firmes ne soient pas hors contrôle. De ce que j'ai pu apprendre sur les OGM, je peux conclure que pour l'instant, il n'y a pas grand-chose à craindre, et les possibilités de conséquences bénéfiques des produits alimentaires modifiées sont gigantesques. On ne peut combattre l'ignorance qui règne sur le sujet (comme croire qu'un gène de virus est équivalent à tout le virus, par exemple). On ne peut probablement pas réduire la peur si ce n'est en mettant plus d'OGM sur le marché avec la liste ininterrompue de leur sûreté et de leurs bénéfices. Y aura-t-il des abus et des manquements éthiques de la part des experts en génie génétique? Certainement. Eux aussi sont humains, après tout, et partagent les mêmes faiblesses que le reste d'entre nous. Est-ce une raison suffisante pour faire disparaitre ce domaine de recherche? Je ne pense pas.

Certains opposants aux OGM trouvent consolation dans les livres Institute of Responsible Technology et Yes!, qui sont en réalité des tribunes pour les croyances de Jeffrey Smith et qui sont financés par Organic Valley (George Simeon), Stonyfield Organic Yogurt (Gary Hirshfield), Natural News Insider (Mike Adams) et Mercola.com - santé alternative et nutracentiques (Joe Mercola).

 

 

Traduit par Thomas Guiot aka Sceptom

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)