Graphologie

Graphologie

Étude de l'écriture, principalement comme moyen d'analyse du caractère. Les véritables experts en matière d'écriture sont les spécialistes de l'expertise judiciaire des écritures, pas les graphologues. Ces spécialistes se prononcent sur l’authenticité des documents manuscrits contestés devant les tribunaux en examinant les boucles, les points sur les «i», les barres sur les «t», l'espace entre les lettres, leur inclinaison, leur hauteur, leurs finales, etc.

Les graphologues examinent également les points sur les «i», les barres sur les «t», l'espace entre les lettres, leur inclinaison, leur hauteur et leurs finales, mais en croyant que de telles caractéristiques constituent des manifestations physiques de fonctions mentales inconscientes. Les graphologues croient que de tels détails peuvent en révéler autant au sujet de la personnalité que l'astrologie, la lecture des lignes de la main, la psychométrie, ou les indicateurs de types psychologiques Myers-Briggs. Malheureusement, il n'y a aucune preuve que l'inconscient renferme la vérité au sujet de la personnalité, et encore moins que la graphologie soit la voie royale vers cet inconscient.

On affirme que la graphologie sert à connaître toutes sortes de choses: les problèmes de santé, la moralité, les expériences passées, les talents cachés et même les problèmes mentaux.* Cependant, «dans des tests à l'aveugle menés adéquatement, où les échantillons d'écriture ne contenaient rien qui puisse fournir des informations non graphologiques permettant de faire des prédictions (il s’agissait, par exemple, d’articles de magazines recopiés à la main), les graphologues n'obtenaient pas de meilleurs résultats que le hasard lorsqu'il s'agissait de prédire... des traits de personnalité» [«La graphologie en tant qu'outil d'embauche et d'évaluation », tiré du site web de la British Columbia Civil Liberties Association]. Et même les profanes sont capables d'identifier correctement le sexe d'un scripteur environ 70 % des fois (Furnham, p. 204).

Les graphologues emploient toute une variété de techniques *, mais elles semblent pouvoir se résumer à des impressions sur des détails comme la pression exercée sur la page, l'espacement entre les mots et les lettres, les barres des «t», les points sur les «i», la taille des lettres, leur inclinaison, de même que la vitesse et l'uniformité de l'écriture. Bien que les graphologues le nient, le contenu de l'écriture est l'un des facteurs des plus importants dans l'évaluation du caractère par la graphologie. Bien entendu, ce contenu est indépendant de l'écriture et ne devrait pas compter dans l’évaluation.

Barry Beyerstein (1996) considère qu'un bon nombre des notions des graphologues tiennent avant tout de la magie sympathique, par exemple, l'idée que laisser de grands espaces entre les lettres indique une tendance à l'isolement et à la solitude, ces grands espaces correspondant à une personnalité qui ne se mêle pas facilement aux autres et que la proximité rend mal à l'aise. Un graphologue a déjà dit qu'un sujet trahit sa nature sadique lors ce qu'il barre ses «t» de lignes qui ressemblent à des fouets.

Comme aucune théorie utile ne vient soutenir la graphologie, on constatera sans surprise qu’aucune preuve empirique n’existe à propos de corrélations entre l’écriture et des traits importants de la personnalité.

Adrian Furnham écrit: 

Les lecteurs familiarisés avec les techniques de lecture de personnalité à froid seront en mesure de comprendre pourquoi la graphologie semble marcher, et pourquoi tant de gens (pourtant intelligents) y croient [p. 204]. 

Ajoutez à la lecture de personnalité à froid l'effet Barnum, le préjugé de confirmation, le renforcement collectif, l'effet Forer et la validation subjective, et vous obtiendrez une explication assez complète de la popularité de la graphologie. 

La graphologie est une autre chimère pour ceux qui cherchent une décision rapide et facile, qui veulent savoir sans se poser trop de questions qui épouser, qui est coupable d’un crime, qui il faut embaucher, quelle carrière il faut chercher, où on peut faire une bonne chasse, où se dissimuler l'eau souterraine, le pétrole, ou le trésor enfoui, etc. La graphologie fait partie de la longue liste des substituts trompeurs au travail acharné. Elle plaît aux impatients qui n'ont cure de ces choses ennuyeuses que sont la recherche, l'analyse des preuves, le raisonnement, la logique, et la mise à l'épreuve des hypothèses. Si l'on désire des résultats et qu'on les désire maintenant, exprimés en termes clairs et certains, la graphologie est toute désignée. Si, au contraire, on est prêt à vivre avec une incertitude et des probabilités raisonnables, alors mieux vaut choisir une autre méthode pour se trouver un conjoint ou un employé.

D'un autre côté, ceux qui ne se font pas de bile à l'idée d'exercer une forme subtile de discrimination à l'égard d'autrui à partir de données pseudo scientifiques devraient au moins être conséquent avec eux-mêmes et employer le ouija pour être sûrs de choisir le bon graphologue.

 

Voir également: Chiromancie; Détecteur de mensonges; Pouvoir des cristaux; et Test de Rorschach.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)