Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » G.I. Gurdjieff

G.I. Gurdjieff

(1872?-1949)

Gurdjeff

Arnaqueur charismatique d'origine gréco-arménienne. George S. Georgiades, de son vrai nom, a vu le jour en Russie mais s'est fait connaître comme mystique à Paris, sous le nom de George Ivanovitch Gurdjieff. En 1919, dans son pays natal, il fonda "L'Institut pour le développement harmonieux de l'Homme", qu'il fit passer à Paris en 1922. À partir de cet établissement, Gurdjieff répandit un salmigondis d'idées mystiques et occultes complètement échevelées à propos du monde qu'il disait tenir de sages rencontrés lors de voyages et d'études en Asie centrale. Il colligea ses pensées dans des livres portant des titres comme Rencontres avec des hommes remarquables, ou Récits de Belzébuth à son petit-fils: critique impartiale de la vie des hommes. Les réflexions de Gurdjieff, le plus souvent inintéressantes ou inintelligibles, ont été présentées dans un langage plus accessible par son disciple, Petyr Demianovitch Ouspensky.

Pour certains personnes dévouées corps et âme à Gurdjieff, Ouspensky n'était pas un véritable mystique, tandis que d'autres disciples considèrent les deux hommes comme des gourous frères.

Ceux et celles qui, de nos jours, prisent les enseignements de Gurdjieff choisissent sans doute de ne pas tenir compte de ses idées les plus ridicules, comme celle-ci:

 “Tout le mal, tous les crimes, tous les sacrifices de soi, tous les exploits héroïques, de même que toutes les actions de la vie ordinaire sont dominés par la lune.”

Ce qui rend un gourou comme Gurdjieff intéressant à titre de conquérant des âmes, ce sont plutôt ses pensées plus cyniques, par exemple, lorsqu'il déclare qu'à l'état de veille, la plupart des êtres humains agissent comme s'ils sommeillent, ou lorsqu'il laisse tomber que la majorité des gens sont morts à l'intérieur d'eux-mêmes. Peut-être voulait-il dire que la plupart des gens sont trop confiants, trop naïfs, qu'on peut les mener par le bout du nez parce qu'ils sont crédules et qu'ils ne réfléchissent pas, ne se méfient pas assez de leurs semblables, et qu'ils ont besoin de gourous pour que leur existence prennent un peu de vitalité et de sens. Apparemment, Gurdjieff a remarqué avec justesse qu'on retrouve peu de sceptiques, peu de personnes capables de se motiver elles-mêmes, et qu'on se laisser berner facilement par des gourous parce qu'on attend d'eux qu'ils nous montrent le sens de la vie. Gurdjieff voulait enseigner à ses disciples un véritable éveil, un état de sensibilité et de vitalité qui dépasse la conscience ordinaire. Par son charisme, il sut se constituer un cercle d'auteurs, d'artistes, de riches veuves et d'autres bonnes âmes assoiffées de connaissance, qu'il fit travailler à sa ferme en échange de ses trésors de sagesse. Pour à peu près toutes choses, il lançait des explications d'une imagination débridée, jamais tempérée par ce que la science avait à dire sur le sujet.

De toute évidence, Gurdjieff jouissait d'une personnalité magnétique, mais son mépris pour tout ce qui est prosaïque, de même que pour les sciences naturelles doit avoir ajouté à son ascendant. Affichant une grande confiance en lui-même, totalement étranger à toute forme de remise en question personnelle, il devait grandement impressionner son entourage. Son enseignement, par contre, ressemble souvent au délire d'un maniaque de la gnose, comme le Dr. Daniel Paul Schreber, dont les Mémoires d'un névropathe ont été analysées par Freud (voir Trois études de cas).

Fritz Peters raconte l'anecdote suivante à propos de Gurdjieff. Une riche anglaise lui ayant offert 1 000 £ en échange du secret de la vie, Gurdjieff fit venir une prostituée à leur table et lui raconta qu'il venait d'une autre planète. Les plats qu'il consommait, expliqua-t-il, lui venaient à grands frais de sa planète natale. Il lui fit goûter le contenu de son assiette et lui demanda ce qu'elle en pensait. La prostituée répondit qu'elle y trouvait un goût de cerises. "Voilà le secret de la vie", dit Gurdjieff à la riche anglaise. Elle le traita de charlatan et s'en fut, outrée. Plus tard ce même jour, cependant, elle revint lui remettre la somme promise et devint une disciple fervente.

À ceux qui veulent connaître une évolution spirituelle et transformer leur vie, des guides comme Gurdjieff et Ouspensky promettent l'accès à un monde ésotérique et à une ancienne sagesse mystique. Pour ceux qui s'interrogent sur le chemin à suivre, il s'agit d'un leurre irrésistible. On trouve des centres Gurdjieff - Ouspensky dans plus de 30 pays, gérés par la Fellowship of Friends.

 

Voir aussi: Ennéagramme et Ouspensky.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)