Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Bert Hellinger et les constellations familiales

Bert Hellinger et les constellations familiales

Bert Hellinger

Psychothérapeute allemand (né en 1925). Après avoir passé 20 ans, principalement en Afrique du Sud, comme prêtre catholique, enseignant au secondaire, administrateur et missionnaire chez les Zoulous, Bert Hellinger a étudié la psychanalyse, la thérapie gestalt et l'analyse transactionnelle. Il a écrit quelque 30 livres, traduits en plusieurs langues. Hellinger est connu pour un type de psychothérapie qu'il appelle constellations familiales. Sa technique thérapeutique, populaire partout en Europe, est même devenue un phénomène mondial. L'une des raisons de cette croissance phénoménale est que très peu d'exigences s'appliquent à l'aspirant « facilitateur », et dans la plupart des pays, on ne leur demande ni diplôme ni longue formation.

La thérapie des constellations familiales renvoie à celle des constellations systémiques, une forme de thérapie de groupe. Voici une description de la thérapie des constellations systémiques :

Un groupe de participants (10 à 30), menés par un animateur ayant reçu une formation adéquate, s'assoient en cercle. On demande à l'un des participants de se concentrer sur une question personnelle. Les autres servent de « représentants » ou participent activement en observant avec attention.
 
L'animateur demande : « De quelle question voulez-vous parler? » Il peut s'agir de situations très graves : « Il y a deux ans, mon mari et mon enfant sont morts dans un accident. Je tente d'apprendre à vivre malgré tout ». Le plus souvent, les sujets sont moins dramatiques, comme lorsqu'un collégien annonce : « J'ai vingt-et-un ans, et je viens d'apprendre que je souffre de dépression grave ».

À partir de là, les choses deviennent un peu bizarres. Le client sort du cercle et place les mains sur les épaules de chaque représentant, l'un après l'autre, puis se rassoit. Pendant un temps, personne ne souffle un mot. Les représentants sont censés syntoniser la résonance du champ familial. L'animateur demande aux représentants ce qu'ils ressentent. En principe, « il en ressort qu'un membre de la famille actuelle est identifié inconsciemment avec un membre décédé d'une génération antérieure. Si ce lien s'est formé avec un exclu, ou un membre dont la vie a été difficile, le membre de la famille qui est encore vivant peut être amené à répéter ce destin, ou à contrebalancer ce qui s'est déroulé dans le passé ».*

Selon Hellinger, nous entretenons « des liens inconscients avec le destin de nos ancêtres », et il faut révéler ces liens pour que la psychothérapie soit efficace. Il croit que l'idée de résonance morphique de Rupert Sheldrake explique le mieux comment nous nous retrouvons « liés » au sort de nos ancêtres. Des « champs d'énergie » possèdent « une mémoire et une influence » qui nous relient à des gens, des lieux et des animaux du passé. Autrement dit, les « liens inconscients » de Hellinger ne sont pas des influences génétiques, pas plus que des souvenirs refoulés. Il les voit comme des champs d'énergie psychique. Comme dans bien des thérapies nouvel-âgeuses, on part de l'hypothèse qu'il existe une énergie psychique qui doit être en harmonie afin de fonctionner de façon appropriée. Le moindre déséquilibre de cette énergie, dont la structure est reliée à la physique quantique, cause des problèmes de santé physique et mentale. L'un des modèles de Hellinger, le Dr Albrecht Mahr, nomme ce champ d'énergie le « champ de connaissance ». Il en parle ainsi :

Une succession de découvertes surprenantes, en particulier dans le domaine de la physique quantique, rapprochent de plus en plus la science de la spiritualité, c'est-à-dire de la conscience de notre interconnexion universelle, ainsi que du fait que l'amour est notre qualité originelle et notre essence. La physique quantique et la spiritualité nous montrent que nous sommes tous profondément interreliés (« intriqués », dans le jargon de la physique quantique) à tout et à tous. Ce qui arrive à autrui nous arrive à tous d'une façon tout à fait concrète et parfois même mesurable.

Dans le cas précédent, les physiciens parlent de foutaises quantiques, car il n'y a aucune bonne raison de penser qu'il y a des effets quantiques au niveau biologique. Au mieux, la notion d'intrication pour expliquer des problèmes psychologiques complexes pourrait servir de métaphore, mais elle serait franchement boiteuse. Comme les êtres humains font tous partie de la même espèce, il se peut que, dans l'abstrait, ce que l'un d'entre nous accomplit puisse être repris par n'importe qui d'autre. Mais il est certainement faux de dire que « ce qui arrive à autrui nous arrive à tous d'une façon tout à fait concrète et parfois même mesurable ».

L'existence de ces « constellations familiales » est déjà douteuse, mais la façon dont on y accède, et la manière dont on les traite dans le cadre de la thérapie sont carrément fumeuses. Hellinger pense que « le travail sur les constellations résulte de mouvements à un niveau très profond - le niveau de l'âme ».* En premier lieu, Hellinger a subi l'influence de la thérapeute familiale Virginia Satir *. Elle croyait que « les êtres humains de toute la planète sont liés ensemble... [et que] ... apaiser l'esprit humain et tendre la main à autrui par l'intermédiaire de la force vitale universelle... est essentiel à la paix mondiale ». Voilà de nobles sentiments, mais sur quelles preuves sont-ils fondés? Cette âme universelle, à laquelle Satir et bien d'autres croient, ressemble à la résonance morphique de Sheldrake, un champ qui recèle toute l'information émotionnelle au monde, et auquel on peut accéder en créant une « constellation familiale ». De toute manière, Hellinger écrit :

En établissant une constellation familiale dans le cadre d'un atelier, le client choisit parmi les participants ceux qui vont représenter des membres de sa famille, puis les met en relation les uns avec les autres, selon l'« émotion » régnant au sein de la famille. Malgré le fait qu'ils ne se connaissent pas et qu'ils n'ont pas d'information sur les véritables membres de la famille ou leurs relations entre eux, les représentants forment un modèle vivant du système familial original. *

Pas besoin d'atelier, cependant, pour que l'âme se défasse de ses liens avec les ancêtres.

Dans le cadre d'un travail individuel, les « représentants » peuvent être des figurines que l'on déplace sur une table, des feuilles de papier ou des empreintes de pas placées par terre. Le thérapeute prend la place des membres de la famille et va d'un point à l'autre, à moins que ce ne soit le client qui se déplace. La constellation peut aussi prendre la forme d'une visualisation dirigée dont le client fait l'expérience les yeux fermés, ou sous la forme d'un récit venant de l'animateur.*

D'après Hellinger, le client entreprend sa thérapie en énonçant son problème et le résultat qu'il espère. Les problèmes causés par les blocages d'énergie, selon lui, sont des sentiments « d'isolement et de dépression, des maladies mentales et physiques, des accidents, des difficultés financières ou relationnelles, et même des pensées suicidaires et des tentatives de suicide ».* En recourant aux champs morphiques, « on peut déceler les enchevêtrements, apporter des solutions aux questions restées sans réponse, et restaurer la circulation de l'amour vital ».* Ou, comme le dit Albrecht Mahr :

Nous nous infligeons tout ce que nous rejetons, tout ce que nous combattons et détruisons. La pratique de la compassion, de la bonté, et de la perception de l'être humain chez l'adversaire forme l'expression intelligente de notre intérêt personnel.

On pourrait dire que la thérapie des constellations familiales constitue la variante énergético-quantique du précepte « Aime même tes ennemis ». En termes simples, elle ne semble pas différer de toutes ses semblables qui visent à aider les patients à voir leurs problèmes d'une façon qui les aidera à les traiter efficacement. On amène le client à accepter la validité de certaines notions métaphysiques, en lui disant qu'elles ont un effet positif sur lui. Est-ce que la chose fonctionne? Chez certains, on ne voit pas pourquoi elle ne fonctionnerait pas si, par « fonctionner », on entend « engendrer des clients satisfaits ». Les croyances ont un effet sur le comportement et les sentiments, et la thérapie qui amène un changement dans la façon de penser du client peut très bien modifier son comportement, du moins dans certains cas, même si le traitement encourage le client à croire des mythes, des illusions ou des idées délirantes. Il s'agit simplement d'aider le patient éprouver moins d'angoisse et de vivre mieux en société. Une bonne partie de ce genre de traitements repose en fin de compte sur la validation subjective de ce que les représentants affirment ressentir et de ce que l'animateur pense des présumés membres de la famille dont les « destins » sont révélés par les hypothétiques champs morphiques. Bref, le « succès » thérapeutique s'explique en partie par des techniques de lecture à froid qu'emploie l'animateur et par le renforcement collectif et le préjugé de confirmation venant des représentants. Certains parleront même de la baisse de cortisol et de la production accrue de sérotonine et d'ocytocine qu'entraîne la fréquentation d'un groupe dans une atmosphère plaisante. Évidemment, il faudrait que les rencontres se déroulent dans un cadre propice à la réduction du stress.

Le journaliste Florian Burkhardt a écrit un article sur sa participation à une séance de thérapie.

Malgré ma position de journaliste observateur et quelque peu sceptique, j'ai accepté de m'intégrer à plusieurs constellations au cours de l'atelier. Quelques-uns des sentiments qui me sont venus alors ne semblaient pas m'appartenir, et je ne saurais en expliquer l'origine. C'était comme regarder le petit écran à l'heure des téléromans, tandis que le thérapeute gardait en main le contrôle à distance.

Comme sceptique, on a déjà vu mieux. Burkhardt fait des supputations sur l'origine des sentiments qu'il a éprouvés :

Comment ce champ de connaissances a-t-il vu le jour? C'est un secret (même pour moi) et l'on n'a jamais prouvé son existence scientifiquement. D'après des experts, le concept de « champ de connaissances » provient très probablement de rituels de tribus d'Afrique du Sud, où Bert Hellinger, le fondateur du mouvement thérapeutique, a passé quelque temps comme missionnaire catholique.

Et l'autosuggestion et l'empathie, comme explication de sentiments qu'on peut éprouver sans cause extérieure? Les comédiens en savent un bout sur le sujet. Il ne semble pas y avoir ici un grand mystère qu'il faille absolument expliquer, sinon celui qui fait qu'on croit que les « représentants » obtiennent un accès aux sentiments d'une personne décédée il y a des lustres.

Un grand nombre de clients satisfaits donne-t-il de la crédibilité à ces notions de sorts interdépendants, découverts en pénétrant dans la résonance morphique des constellations familiales, ou autres idées fumeuses du genre? Non! Et aucune importance si les sentiments et pensées que le client croit refléter ceux de membres de sa famille correspondent à la vérité ou non. En fait, puisque beaucoup des « destins » qu'on affirme liés ensemble au sein du champ morphique ne peuvent être connus avec la moindre exactitude (l'ancêtre auquel on attribue certaines pensées mange des pissenlits par la racine depuis longtemps, et ce qu'il croyait est invérifiable), il est clair que dans cette forme de thérapie la vérité n'entre pas en ligne de compte quand il est question de guérison. Ce qui importe, ce n'est pas ce qui est arrivé en réalité, mais ce que le client accepte de croire à ce propos, et ce qu'il accepte de penser et de dire à l'égard de la fiction qu'on lui propose. Celui qui trouve que des idées comme l'« âme » et la « résonance morphique » sont absurdes n'obtiendra rien de ce genre de thérapie, garantie sur facture.

Au contraire, celui qui accepte les notions métaphysiques de Hellinger à propos des âmes, des énergies et de l'intrication pensera sans doute que sa technique thérapeutique inspire confiance. Autre avantage indéniable, elle peut accomplir des merveilles en quelques séances d'une heure. Si le patient est très occupé, la thérapie peut se faire par téléphone, bien que le tarif demeurera inchangé.* « Certains clients ont dit avoir éprouvé des changements extraordinaires après une seule séance téléphonique », dit-il.

L'incroyable et l'invérifiable

Hellinger a exprimé plusieurs idées discutables qui vont de l'invérifiable au totalement absurde. Par exemple :

L'homosexualité résulte souvent du fait qu'un garçon doit se charger des sentiments d'une sœur décédée, quand il ne se trouve dans la famille aucun autre membre du sexe féminin pour le faire. (Hellinger se dit fier d'avoir « guéri » un client homosexuel.)
 
Le viol et l'inceste créent un lien. Celui qui a posé les gestes coupables doit se voir accorder « tout le respect qu'il mérite » avant que sa victime puisse se lier avec quelqu'un d'autre.
 
« Maintenant, à propos de l'inceste. Dans les cas d'inceste, on trouve une dynamique très commune, dans laquelle l'épouse s'éloigne de son mari, et refuse la relation sexuelle. À titre de compensation, en quelque sorte, une fille vient prendre sa place. Il s'agit d'un mouvement inconscient, pas d'un mouvement conscient. Mais, voyez-vous, dans l'inceste, il y a deux coupables, l'un à l'arrière-plan, et l'autre au premier plan. On ne peut résoudre ce problème à moins d'inclure le coupable caché dans l'équation. Des phrases très étranges sont mises en lumière. La fille dit à sa mère : "Je le fais pour toi". Et elle dit à son père : "Je le fais pour Mère". »

Ses vues sur l'inceste semblent venir, en partie, de sa vision de la nation et de la famille en tant que patriarcat. Le dirigeant ou le père est considéré comme le chef absolu, à la volonté duquel les sujets ou la femme et les enfants doivent obéir sans remise en question. Hellinger ne cite aucune preuve scientifique à propos de l'idée que les pères commettent l'inceste avec leurs filles parce que leurs épousent se refusent à eux, sans doute parce que de telles preuves n'existent pas.

Burkhardt écrit :

Il y a deux aspects parfois inquiétants à cette méthode : le pouvoir incroyable du thérapeute, et le fait que la thérapie se fonde sur ce qu'on appelle les « commandements d'amour », un ensemble de règles pour les constellations familiales saines qui sont surtout basées sur l'Ancien Testament. Deux de ces règles m'ont troublé au cours de ma recherche et de mes entrevues avec des praticiens, à savoir que l'épouse ne doit jamais se refuser à son mari, et que le premier-né doit avoir la préférence sur tous les autres enfants. Par exemple, si une constellation familiale révèle des sévices sexuels chez un enfant, on en impute dans certains cas la culpabilité à la mère, en partant de la supposition qu'elle n'a pas donné assez d'amour à son mari. Dans d'autres cas, l'enfant doit tout bonnement accepter le viol, malgré le lourd fardeau émotionnel que la chose implique.

La façon dont Hellinger voit le viol, les crimes de guerre et d'autres crimes graves semble venir, en partie, de sa vision généralement fataliste du monde. L'histoire se déroule selon une espèce d'Absolu hégélien sur lequel nous n'avons aucune prise. Nous ne sommes que des pions qui devons nous soumettre au rôle, quel qu'il soit, assigné par la destinée.

Certains croient que la philosophie de Hellinger est résumée dans son ode à Hitler :

Hitler,
 
Certaines personnes te considèrent comme inhumain, comme si quelqu'un avait jamais mérité un tel qualificatif. Je te vois comme je me vois moi-même : comme un être humain qui avait un père et une mère, mais avec un destin extraordinaire. Est-ce que la chose te rend plus grand? Ou plus petit? Meilleur, ou pire? Si tu es plus grand, alors, moi aussi. Et si tu es plus petit, alors, encore moi aussi. Si tu es meilleur ou pire que les autres, alors, il en va de même pour moi. Car je suis un être humain, comme toi. Si je te respecte, alors je me respecte moi-même. Et si je te méprise, alors je me méprise moi-même.

En 2004, près de 200 praticiens de la thérapie des constellations familiales ont signé une déclaration par laquelle ils prenaient leurs distances par rapport à Hellinger, comme lui-même s'était éloigné, selon eux, de son propre système thérapeutique. Franchement, c'est le poêle qui se moque du chaudron. Des critiques plus révélatrices ont accompagné des plaintes contre ses traitements, qui ont poussé des patients à bout et entraîné chez eux des obsessions et des problèmes mentaux, et qui les ont parfois poussés au suicide.* On a vu ce genre de drame auparavant au sujet de thérapies du Nouvel Âge et de programmes de croissance personnelle : certaines des personnes qui s'y retrouvent plongées souffrent de troubles mentaux graves ou de problèmes psychologiques importants; les mythes et les rituels qu'on leur propose peuvent finir par faire plus de tort que de bien.

Un commentaire d'un participant de l'Afrique du Sud révèle un des torts les plus susceptibles d'être causés par la thérapie des constellations familiales.

À ma courte honte, j'ai pris part à un atelier de constellations familiales. La chose a coûté quelques milliers de rands (je crois que c'était deux mille rands [275 $ US], il y a environ deux ans). Non seulement ce n'a pas été utile, mais cette activité m'a été nuisible, parce qu'on y a dit toutes sortes de choses négatives au sujet de ma famille, des choses qui n'étaient pas du tout fondées, mais que j'ai crues à l'époque. Ça ne veut pas dire que comprendre la structure et l'histoire de la famille ne vaut rien, mais ces ateliers vont bien au-delà, en se fondant sur un ensemble de lois supposées universelles.

Non seulement les idées de Hellinger peuvent soit vous aider ou bousiller votre vie personnelle, mais elles peuvent aussi aider ou bousiller votre entreprise. Comme on le dit dans un site Web d'Irlande :

Ochre offre des façons de travailler avec des personnes et des organisations pour améliorer les relations, le développement et le changement. Ochre se spécialise dans le travail sur les constellations familiales et organisationnelles, à partir des écrits de Bert Hellinger.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)