Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » "Abraham" (Esther and Jerry Hicks)

"Abraham" (Esther and Jerry Hicks)

 
«Il y a un terme pour désigner les animaux qui n'éprouvent ni détresse ni anxiété ni peur ni douleur: de la viande.»
Daniel Gilbert
«Nous devons... nous guérir de ce délire collectif de la pensée positive.»
Barbara Ehrenreich
«Tu ne seras jamais heureux si tu continues à chercher en quoi consiste le bonheur.»
Albert Camus
 
Esther et Jerry Hicks

Nom donné par Esther Hicks à un groupe d'esprits (entités non physiques) qu'elle prétend canaliser. (Les Hicks racontent qu'en 1985 ils ont entamé un dialogue avec Abraham, «nom choisi par un groupe de maîtres immatériels qui répandent un message de joie et de bien-être».)* Le message d'Abraham se situe dans le droit fil de la Nouvelle pensée du XIXe siècle: croire, c'est obtenir. L'écrivain américain William James a déjà décrit la Nouvelle pensée comme «une vision délibérément optimiste de la vie». Esther Hicks a rédigé au moins neuf ouvrages en collaboration avec son mari Jerry pour faire la promotion de différents messages tous aussi joyeux les uns que les autres. Ils conseillent à leurs lecteurs d'éprouver de la joie parce que l'Univers les aime et qu'ils ne peuvent pas mourir. On peut ramener ces perles de sagesse chez soi grâce aux livres, DVD, CD, fichiers MP3, jeux de cartes, calendriers, etc. que les Hicks mettent sur le marché. Peut-être voudrez-vous emporter ces articles au cours des croisières ou des ateliers motivationnels qu'ils organisent. Vous pouvez aussi vous abonner à l'un de leurs nombreux bulletins, de façon à recevoir une pléthore de messages de joie, de bonheur, d'affluence et de santé.

En 2006, leur livre intitulé La Loi d'attraction a figuré sur la liste des succès de librairie du New York Times. Ils ont refait le coup en 2008 avec L'Argent et la loi d'attraction.

Les Hicks disent que c'est Abraham qui leur a donné la «loi d'attraction». Si c'est le cas, Abraham l'a piquée à Napoleon Hill (1883-1970), auteur de Réfléchissez et devenez riche, ou à William Walker Atkinson (1862-1932), qui a écrit Thought Vibration or the Law of Attraction in the Thought World (1906). Atkinson attribuait à la puissance de la foi son sauvetage après divers désastres physiques, psychologiques et financiers. Comme les Hicks, il a rédigé un certain nombre de livres populaires sur la façon dont la foi suscite ce qui est souhaité.

L'idée que la foi puisse conférer un pouvoir quelconque sur la matière s'est révélée attirante pour des millions de personnes au cours des siècles, même si les preuves à ce sujet sont quelque peu sujettes à caution. Elles sont avant tout de nature anecdotique, et une connaissance minimale de la génétique devrait susciter une saine dose de scepticisme à propos de la capacité de maîtriser les émotions, l'humeur et les dispositions par la volonté. Les preuves scientifiques indiquent l'existence d'effets placebo et nocebo limités. Les tests menés dans les règles de l'art à propos de la guérison de maladies graves grâce au pouvoir de la foi ont tous donné des résultats négatifs, cependant. Ceux qui affirment que certains essais se sont avérés positifs dans le cas de la prière, de la visualisation ou de la pensée positive sont motivés par le désir de croire et ne s'appuient pas sur des données fiables. La même chose vaut pour les tests scientifiques relatifs au pouvoir de la pensée sur la matière (voir, en particulier, les entrées du Dictionnaire sur les travaux de Robert Jahn à Princeton, ainsi que la recherche de Roger Nelson).* Ce qu'affirment les Hicks sur la joie et la créativité ne semble pas non plus correspondre aux résultats de la recherche.

La mauvaise humeur et les attitudes négatives au travail ont depuis longtemps fort mauvaise presse. Depuis des années, on considère la négativité comme un aspect inévitable - et malheureux - de la vie organisationnelle, une chose à minimiser, à critiquer, voire à éradiquer. Pourtant, ces mauvaises vibrations peuvent susciter beaucoup de créativité et d'innovation chez les travailleurs; en fait, elles sont nécessaires à l'amélioration des choses, pour peu qu'on puisse compter sur un appui adéquat de la part des autorités, selon Jing Zhou, professeur agrégé de gestion à la Jesse H. Jones Graduate School of Management de la Rice University.
 
On ne devrait pas voir le mécontentement comme nuisible. Il faut plutôt le traiter comme une partie nécessaire du processus créateur... le mécontentement est chose naturelle, et les gestionnaires devraient y voir l'occasion d'encourager les employés à identifier les problèmes potentiels et les façons d'y remédier.
 
Dans les bonnes conditions, la mauvaise humeur attire l'attention sur les lacunes et motive toute l'équipe à travailler d'arrache-pied pour reconnaître les problèmes et les résoudre. Un sentiment d'insatisfaction au sujet du statu quo, de la façon dont les choses sont, peut pousser les gens à développer des idées et trouver des solutions créatrices. C'est là le genre de résultats qu'on observe au travail, là où le milieu le permet.*

Dans une autre étude, on affirme que les travailleurs «d'humeur négative» travaillent plus fort et plus longtemps que leurs collègues optimistes et positifs lorsque l'objectif est d'abattre le plus de boulot possible.* D'ailleurs, mieux vaut se montrer pessimiste qu'optimiste à la table de jeu. En revanche, les optimistes se débrouillent mieux lorsqu'ils reçoivent de mauvaises nouvelles à propos de leur santé.* Certaines personnes préfèrent aussi «examiner en détail ce qui pourrait leur arriver de pire pour mieux y faire face».*

On appelle parfois manifestation l'idée qu'on peut créer sa propre réalité. Malgré le manque de preuves réelles à ce sujet, les Hicks ont réussi à profiter de l'attrait persistant que présente le message optimiste de livres comme Le Secret. Quand on a publié Le Secret pour la première fois, c'était sous forme de DVD. Esther Hicks, qui en a fait la narration, semble avoir reçu 500 000 $ pour avoir ainsi prêté sa voix. Une mésentente juridique quelconque est survenue, et Le Secret a été publié dans une nouvelle version où l'on n'entendait plus Esther.*

Non contente de faire la promotion d'illusions à propos de la capacité de se guérir soi-même ou de guérir autrui de maladies horribles par le pouvoir de l'esprit, la Nouvelle pensée encourage l'illusion dans d'autres domaines. Hors celui de la santé, les croyances issues de la Nouvelle pensée contribuent à répandre ce qu'on pourrait appeler l'illusion d'habilitation: la fausse croyance voulant que se sentir capable de faire quelque chose soit l'équivalent d'être réellement capable de le faire. Les Hicks font leur pain et leur beurre en vendant à leur public l'illusion d'habilitation.

Ainsi, quantité de gens en viennent à croire qu'ils peuvent obtenir la santé ou la richesse ou n'importe quoi de matériel simplement en le voulant ou en priant Dieu (ou l'Univers) de l'accorder. Un des corollaires de cette illusion, c'est qu'on est malade ou pauvre par sa propre faute, en raison de ses idées négatives, d'un manque de foi, de mauvaises pensées. Les Hicks ne sont pas les seuls à prêcher la prospérité par la joie et la pensée positive. Des gens comme le révérend Ike ou Joel Osteen sont le pendant religieux de l'approche nouvelle-âgeuse des Hicks. L'industrie milliardaire de la croissance personnelle roule sur l'or principalement grâce à l'illusion d'habilitation.

Les Hicks prétendent que c'est Abraham qui leur a transmis des enseignements comme «Tout ce que vous pouvez imaginer, vous pouvez l'être, le faire ou l'avoir». C'est une idée qui n'aura probablement pas beaucoup d'influence dans la plupart des coins de la terre. Plus du tiers des habitants de la planète n'ont pas accès à une toilette avec chasse d'eau.* Le couple Hicks va-t-il conseiller à 2,5 milliards de personnes: Croyez à l'hygiène et l'hygiène viendra? Peut-on vraiment penser que, si l'on est né dans un minuscule village du fin fond de l'Inde, écrasé par un système de castes inique, il suffit simplement de croire pour s'en sortir? Les ignorants pourraient blâmer le karma ou la volonté de Dieu pour une telle situation, mais aucune personne saine d'esprit n'ira penser qu'une personne née dans de telles conditions vit ainsi à cause de ses propres pensées ou de ses croyances, et qu'elle pourrait tout transformer rien qu'en le souhaitant très fort.

Bien sûr, on ne peut nier que bien des gens attribuent leur santé ou leur succès à la pensée positive. Des vérités évidentes peuvent se retrouver engluées dans le jargon métaphysique optimiste de gourous nouvel-âgeux comme les Hicks. Personne n'a jamais accompli quoi que ce soit sans une attitude positive et sans croire à ses capacités. La pensée mène à l'action, et l'action aux résultats. Pas d'intention, pas d'action - seuls les robots agissent sans pensée. Mais personne ne s'est jamais guéri du cancer par la pensée ou l'optimisme. Personne n'est jamais devenu PDG rien qu'en croyant que la chose se ferait. Aucun enfant n'a jamais vu se matérialiser la bicyclette de ses rêves sous ses yeux juste parce qu'il en avait envie.

Esther et Jerry Hicks

L'auto suggestion, l'auto hypnose, le pouvoir de la pensée positive - on peut nommer la chose de bien des façons - comporte des avantages clairs. Inversement, l'auto suggestion, l'auto hypnose et la pensée négative peuvent s'avérer nuisibles. Malheureusement la majeure partie des messages optimistes d'Abraham-Hicks n'est rien d'autre que de la bouillie pour les chats. Au lieu de nous aider à vaincre la superstition et la pensée magique de nos ancêtres, les Hicks nous poussent à nous illusionner et à demeurer attachés à des idées qui ont l'air attirantes en soi, mais qui, en fin de compte, vont nous porter à errer sans fin d'un colporteur de mantras à l'autre. Si l'on veut vraiment créer sa propre réalité et connaître richesse et bonheur, la façon la plus simple serait sans doute de copier les Hicks et de se mettre à prêcher la joie du bonheur. D'ailleurs, le couple offre par YouTube un certain nombre de vidéos qui peuvent servir de guides dans une telle entreprise.

Par contre, si vous vous sentez vraiment aventureux et que vous voulez changer complètement votre vie, il y a toujours l'essai «Creating Your Own Pseudoscience» de l'auteur du présent dictionnaire, qui vous garantit joie et réussite pour peu que vous n'ayez aucun scrupule à profiter de personnes en détresse.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2014 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2014 Les Sceptiques du Québec, inc. (version française)