Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Effet idéomoteur

Effet idéomoteur

Influence de la suggestion ou des attentes sur le comportement involontaire ou moteur. Le terme, qui vient de l’anglais, a été créé par William B. Carpenter en 1852, pour expliquer le mouvement des baguettes des sourciers et des pendules des radiesthésistes, ainsi qu’une partie du phénomène des tables tournantes ou de la lévitation des médiums (la partie qui ne procédait pas de la fraude). Selon Carpenter, des mouvements musculaires peuvent se produire indépendamment de la volonté ou de l’émotion. Il est possible de recevoir à notre insu, de la part d’autrui ou à la suite de nos propres observations, des suggestions susceptibles d’influencer notre état d’esprit et notre comportement moteur.

Des tests scientifiques menés par le psychologue américain William James, le chimiste français Michel-Eugène Chevreul, le chercheur anglais Michael Faraday (Zusne et Jones, 1989, p. 111), ainsi que le psychologue américain Ray Hyman ont montré que de nombreux phénomènes attribués à des forces paranormales ou parapsychiques, ou encore à des mystérieuses «énergies» résultaient en réalité de l’effet idéomoteur. En outre, ces tests ont démontré que «des gens honnêtes ou intelligents peuvent produire inconsciemment une activité musculaire correspondant à leurs attentes» (Hyman, 1999). Ils ont également révélé comment des suggestions capables de modifier un comportement peuvent être faites à l’aide de signaux subtils (Hyman, 1977).

Le mouvement qu’on constate sur les tableaux de ouija ou celui des mains des facilitants dans la communication facilitée, ou encore ceux des mains et des bras dans la kinésiologie appliquée, tout comme certains comportements attribués à la suggestion hypnotique, sont attribuables à l’effet idéomoteur. Ray Hyman (1999) a montré comment l’effet idéomoteur a attiré de nombreux charlatans, qui s’en sont servi pour mettre au point le détecteur de radiations Toftness (employé par les chiropraticiens), de même que les «boîtes noires» utilisées en radiesthésie et en radionique médicales (populaires auprès des naturopathes pour capter l’«énergie» servant au diagnostic et au traitement). Hyman dit également que des choses comme le Qigong et le «diagnostic par le pouls» de la médecine chinoise traditionnelle et de la médecine âyur-védique à la Deepak Chopra s’expliquent mieux à la lumière de l’effet idéomoteur qu’à celle d’énergies mystérieuses comme le chi.

 

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)