Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Forum Landmark

Forum Landmark

 

Cette appellation "Landmark Forum" désigne une organisation qui offre à des groupes de quelque 150 personnes des séminaires visant à aider ces personnes à développer leur plein potentiel en matière de développement personnel.

Cette organisation a été mise sur pied en 1985 par des individus qui avaient acquis de Werner Erhard une ‘’technologie’’ connue sous le nom de EST. En 1991, le groupe a changé son nom pour celui de Landmark Education Corporation (LEC). Il offre toujours le programme de formation (Landmark Forum Training), ainsi que plusieurs autres programmes portant sur l’amélioration des communications et de la productivité. Le frère de Erhard, Harry Rosenberg, dirige désormais cette organisation qui réalise un chiffre d’affaire de 50 millions de dollars par année et attire près de 300 000 participants. Son siège social est établi à San Francisco, tout comme l’était son prédécesseur (est). L’organisation dispose aussi de 42 bureaux répartis dans 11 pays différents. Il semble toutefois que Erhard ne soit pas directement impliqué dans les opérations.

Cette organisation (LEC) s’adresse plus particulièrement aux explorateurs du Nouvel Âge des années 90, et non pas aux  « flower children » des années 60 et 70 qu’attirait l’ancienne approche proposée par la ‘’technologie est’’. On a abandonné la recherche du ‘’Çà’’, qui était typique de l’approche ‘’est’’. On en a aussi abandonné l’approche ‘’maître Zen’’, qui se révélait souvent exagérée, agressive, humiliante et autoritaire.

Cette organisation vise à aider les gens à transformer leur vie en leur enseignant des habiletés particulières en matière de communication et pour la conduite de leur vie, sans compter un lourd bagage philosophique. Les objectifs de l’organisation, tels que formulés dans sa publicité, semblent très vastes et particulièrement vagues. On dit de ces programmes qu’ils sont ‘’originaux, novateurs et efficaces’’. Ces programmes, ajoute-t-on, ‘’permettent aux participants d’obtenir des résultats extraordinaires et même miraculeux ; ils leur apportent, concrètement et pratiquement, une nouvelle forme de liberté qui améliore la qualité, l’efficacité et l’organisation de leur vie quotidienne’’. On affirme que l’organisation consacre tous ses efforts à ‘’permettre à chacun de réaliser les possibilités illimitées dont il est dotées et, de ce fait, de devenir exceptionnel. Notre travail, dit-on, offre à chacun un immense éventail d’opportunités pour la croissance et le développement, les relations interpersonnelles, les familles, les associations, les entreprises, les institutions et la société en général.’’ Notre personnel, dit-on encore, est ‘’efficace et il jouit d’une reconnaissance internationale. Il se dévoue à susciter des modes de communication extraordinaires – une écoute attentive et des échanges verbaux qui suscitent la pleine expression et la réalisation complète de soi-même’’. Landmark, c’est ‘’excitant, stimulant et agréable’’. ‘’Le bien-être, la pleine expression de soi-même, la responsabilité et l’honnêteté constituent la base de notre démarche. C’est ce qui explique la satisfaction extraordinaire de nos clients, de nos assistants et de nos employés’’. Et, évidemment, nous voulons vous aider à découvrir tout votre potentiel humain, votre ‘’capacité à créer, susciter, inventer et réaliser’’ [Landmark Education Charter].

Personnellement, je n’ai jamais participé aux sessions de formation ni de ‘’Est’’ ni de Landmark ;mais, d’après ce qu’en disent ceux qui l’ont fait, l’expérience n’est pas banale. Jill P. Capuzzo écrit : ‘’D’autres séminaires peuvent vous offrir un certain réconfort ; mais celui-ci vous frappe entre les deux yeux’’. Elle souligne aussi que ‘’l’un des aspects les plus irritants de ces sessions de formation, c’est l’insistance avec laquelle on vous incite à recruter d’autres participants. Les assistants vous encouragent à inviter vos amis et votre famille à [une] session spéciale où ils découvriront ce nouveau bonheur de vivre ; découverte qui les incitera à s’inscrire pour une fin de semaine de formation’’. Capuzzo indique que 20 % des participants aux sessions qu’elle a elle-même suivies ont amené des visiteurs à la session de promotion et que près de la moitié de ceux qui participaient, au départ, aux sessions en même temps qu’elle se sont inscrits pour des séances de formation plus poussées.

Par ailleurs, Andy Testa a produit un rapport relatant sa propre expérience avec Landmark Forum. Il y décrit comment il a été harcelé par les responsables du recrutement qui insistaient sur le fait que son refus prouvait qu’il avait vraiment besoin de leur aide.

Certaines personnes prétendent qu’elles ont été victimes d’une dépression nerveuse après avoir participé à des programmes comme Landmark Forum.  [Voir Lell, qui a subi une dépression à la suite de telles sessions de formation. Voir aussi Abstracts of Articles in Psychological Journals concerning est and The Forum–dont voici quelques exemples]. Selon Robert Howe, une dame de 45 ans, Stephanie Ney, prétend qu’un séminaire de deux jours avec Landmark Forum a eu pour résultat de ‘’la dépouiller complètement de ses mécanismes naturels de défense psychologique et de réveiller la hantise d’un vieux conflit avec son père’’ ; ce qui a provoqué chez elle une dépression nerveuse et l’a amenée en clinique psychiatrique. Par ailleurs, on peut supposer que beaucoup de ceux qui s’adonnent à des pratiques comme la Scientologie ou à d’autres programmes de développement personnel comparable à Landmark sont déjà dérangés au départ. Quelques-uns sont profondément dérangés et la formation qu’ils subissent peut les amener à dépasser les bornes. Mais qui, alors, est responsable ? Pour certains, il suffit d’aller au cinéma ; comme ‘’Heinrich Pommerenke, cet allemand qui s’adonnait au viol, au harcèlement et aux meurtres en série’’. ‘’Il a été amené à commettre ces actes dépravés par le film de Cecil B. DeMille, Les dix commandements.’’ *  Un autre, qui a aussi participé à ces sessions de formation, décrit cette expérience comme ‘’l’expérience la plus éprouvante et la plus dangereuse de sa vie’’. Il affirme qu’il était tellement confus après le séminaire qu’il n’a pas pu travailler pendant trois jours. ‘’Trois jours d’enfer, dit-il ; rien de comparable avec quoi que ce soit que j’aie pu connaître pendant 21 ans de scolarisation et six ans d’internat en médecine, à New York’’. Pourtant, ce participant mentionne qu’il serait prêt à remettre ça !

Un disciple de Hare Krishna suggère à ses condisciples de se soumettre à ce genre de formation. Il prétend que tout individu moyen qui a participé à des sessions de formation avec Landmark proclame que sa vie en été grandement amélioré : meilleures relations avec autrui, augmentation de l’efficacité personnelle, regain de la confiance en soi, soutien pour la prise de bonnes décisions en apprenant à identifier correctement ce qui est vraiment important dans la vie et amélioration de la capacité de vivre une vie plus satisfaisante en se simplifiant la vie. Il pense que Landmark peut aider les gens à se réaliser sur le plan transcendantal. Paul Derengowski, qui était auparavant membre d’un groupe de surveillance des cultes chrétiens [Watchman.org], pense que le programme de formation de Landmark ‘’suscite des implications théologiques’’.   Étant donné que la formation que l’on y dispense semble insister sur le fait que les croyances passées et présentes des participants ont une incidence sur la croissance personnelle, on peut comprendre pourquoi les tenants des religions traditionnelles dénigrent ce genre de programmes. En effet, aux yeux de ceux-ci, ces programmes prétendent que leur religion constitue un empêchement à la réalisation personnelle. Il est évident que plusieurs des personnes qui participent à ce genre de programmes éprouvent au départ de graves problèmes dans leur vie. Un groupe d’auteurs (Y. Klar, R. Mendola, J.D. Fischer, R. C. Silver, J. M. Chinsky et B. Goff) rapporte ce qui suit dans le Journal of Consulting & Clinical Psychology [990;58(1) :99-108].

On a réalisé une étude portant sur les caractéristiques psychologiques d’individus qui ont participé aux activités de groupes de formation en croissance personnelle. Un groupe d’éventuels participants à ce que l’on a dûment identifié comme un ‘’groupe de formation en croissance personnelle’’ a été comparé à deux autres groupes d’individus qui ne se sont pas impliqués dans ce genre d’activités (un groupe de personnes provenant du même milieu que les individus du premier groupe et un groupe de personnes choisies par échantillonnage). La comparaison portait sur des variables comme le bonheur, les incidents malheureux de la vie, l’entraide et l’orientation philosophique. L’étude révèle que ceux qui envisageaient de participer aux activités d’un groupe de formation présentaient des signes de désarroi plus importants que les membres des deux autres groupes et que l’indice mesurant les incidents malheureux de la vie jouait davantage pour eux que pour le groupe des gens provenant du même milieu – sans que cela se vérifie cependant pour le groupe des personnes choisies par échantillonnage.

Les personnes qui éprouvent des difficultés, qui sont insatisfaites, qui se sentent désemparées, qui ont besoin de conseils, etc., sont susceptibles de s’inscrire à ce genre de séminaires sous prétexte que ceux-ci peuvent les aider. Il est à peu près inévitable que la grande majorité des personnes qui s’adonnent à ces activités soient affligées de divers dérangements. De la même façon, par un phénomène de régression, on peut s’attendre à ce qu’à la suite de diverses périodes de désarroi plusieurs personnes sentent, normalement, une quelconque amélioration et éprouvent moins de problèmes, qu’elles soient plus satisfaites et comblées, qu’elles se sentent moins perdues, etc. On peut ainsi prévoir que plusieurs des personnes qui participent à des programmes de croissance personnelle attribuent le bien-être qu’elles ressentent au programme de formation qu’elles ont suivi ; mais il s’agit là probablement d’un raisonnement a posteriori. Par ailleurs, il est possible que leur impression d’une amélioration n’ait aucune incidence sur leur comportement. Le fait de se sentir mieux ne signifie pas qu’elles soient vraiment mieux. La recherche démontre que les sentiments concernant une nette amélioration qui serait due à ce genre de programme de formation ne se traduisent pas nécessairement par des changements bénéfiques du comportement (Michael Langone, ‘’Large Group Awarenes Training Programs’’, Cult Observer, v. 15, n. 1, 1998). En prétextant que quelques-unes des personnes qui participent à des programmes de formation tels que Landmark sont victimes de dépressions nerveuses, on commettrait une erreur en tirant de ce fait la conclusion que : beaucoup de personnes qui sont mentalement dérangées s’inscrivent à ces programmes. ‘’En se basant sur diverses évaluations de la détresse ou de dommages psychiques, on réalise que les personnes qui éprouvent des difficultés dans leur vie ne constituent pas la majorité des participants’’ (Liebermann in Fuhriman and Burlingame 1994).

En toute justice, on doit indiquer que l’on commet aussi un raisonnement a posteriori quand on suppose que les individus qui sont très dérangés et qui subissent une détérioration réagissent ainsi à cause de leur participation à un programme de formation. Ces programmes peuvent en effet se révéler trop intenses pour ceux qui sont fragiles sur le plan émotif. Ce n’est pas sans raison que les responsables du Landmark Forum exigent que les éventuels participants au programme signent une déclaration à l’effet qu’au meilleur de leur connaissance ils sont en bonne santé mentale et physique. Ceci laisse entendre que le programme ne s’adresse pas à ceux qui sont physiquement et mentalement instables. Cette précaution protège aussi Landmark contre une poursuite juridique au cas où un client subirait une dépression à la suite de sa participation aux activités du programme. Mais une telle déclaration dûment signée n’offre aucune garantie que Landmark soit disculpé s’il arrivait que quelqu’un engage une poursuite pour avoir subi une dépression.

Parce qu’il amène le participant à réfléchir et à examiner sa vie, le programme de formation met l’emphase non seulement sur la façon d’améliorer la communication mais aussi sur la manière d’établir de meilleures relations avec son entourage. Ces cours de formation, s’ils s’avèrent vraiment efficaces, vont inciter plusieurs personnes à se ressourcer. Plusieurs vont immédiatement sentir des résultats bénéfiques. En fait, plusieurs sont tellement impressionnés qu’ils désirent partager leur expérience avec d’autres. Ils agissent alors comme des promoteurs et des agents de recrutement. Il reste toutefois qu’une bonne part de leur motivation dépend de la pression intense qu’ils subissent à l’effet d’inciter leurs amis et leur famille à se joindre au programme et à s’inscrire eux-mêmes pour des cours complémentaires. Les outils de mise en marché de Landmark préconise un contact direct et insistant auprès des participants, y compris des appels téléphoniques qui frisent le harassement selon certains d’entre eux. Certains critiques pensent même que le recrutement constitue l’objectif principal du programme (Faltenmayer).

Diverses variantes du programme Landmark

Selon les écrits de quelques personnes qui ont suivi des programmes de formation comme Est et Landmark Forum (textes que j’ai lus personnellement), il semble que cette expérience s’avère au minimum bouleversante et provocante, et au mieux qu’elle transforme la vie de la personne concernée. Ceci implique qu’il y a là quelque chose qui atteint en profondeur la vie émotive de quelques-uns des participants. Certains, comme Rabbi Yisroel Persky, prétendent que le contenu qui leur est soumis dans le cadre du programme se résume en ‘’un fouillis d’idées relevant du sens commun et qui sont transmises dans un emballage ésotérique’’ (Faltenmayer). Mais, ce qui peut relever du sens commun pour une personne instruite et versée en psychologie, en philosophie et dans l’art de la communication pourra apparaître à d’autres comme des notions sérieuses. En supposant qu’il y ait quelque chose de pertinent dans le contenu du message qui est proposé (puisque, après tout, celui-ci s’inspire de personnes célèbres), il reste que l’on ne saurait négliger l’importance de la personne qui livre le message et de sa façon de procéder. Le "messager" doit être crédible. Il (ou elle) doit paraître sincère. Il doit inspirer confiance. Il doit utiliser correctement sa voix et son expression corporelle afin de transmettre son message. Il doit maîtriser l’art de la communication. Il doit faire preuve d’intelligence et d’humour. Il doit être un bon conteur. Non seulement doit-il pouvoir s’exprimer verbalement d’une façon correcte, il doit aussi pouvoir transmettre le contenu de son discours comme un bon acteur. De plus, il doit s’exécuter devant un groupe important ; ce qui suppose qu’il puisse utiliser l’énergie et l’enthousiasme qu’il suscite chez certains membres du groupe pour motiver les autres. S’il réussit, les participants termineront la séance chargés à bloc et prêts à conquérir le monde. Une telle stimulation les aura stimulés ; ils péteront le feu sur seize cylindres ; ils auront fait l’objet d’une sérieuse mise au point ; on les aura dotés d’un turbo-réacteur et ils se sentiront capables de changer leur vie.

Voilà pourquoi plusieurs personnes sentent qu’elles obtiennent des résultats satisfaisants en participant à des programmes comme Landmark Forum, à une formation neurolinguistique, à Est (ou même à des organisations comme la Scientologie et Amway. Ces programmes suggèrent à ceux qui s’y adonnent un but et une orientation positive, tout en leur fournissant un contexte où ils seront entourés de personnes partageant leurs motivations en vue d’un ressourcement. Ces programmes aident les gens à faire la paix avec eux-mêmes ou à réaliser des objectifs qu’ils ne pouvaient pas atteindre auparavant. Ils permettent aux gens d’améliorer leurs relations avec leurs conjoints et leurs enfants ou, encore, à mettre fin à des relation avec certains amis et des membres de leur famille. Le programme les incite à prendre conscience d’eux-mêmes ; il les force à penser et à examiner leur façon de vivre, ce que peu de personnes ont tendance à faire. À chaque fois qu’une personne s’arrête à réfléchir sur le sens de sa vie ou sur d’autres sujets plus importants, ce geste est bénéfique et il remet les choses en perspective. De toutes façons, on s’en porte mieux.

Plusieurs de ceux qui ont suivi une formation dans le cadre de Landmark Forum prétendent que celle-ci leur a permis d’acquérir des capacités et une confiance en soi qui leur manquaient. Ce sentiment de bien-être et les améliorations du comportement peuvent s’avérer durables ou ils peuvent n’être que temporaires, tout comme le sursaut d’énergie que l’on peut ressentir après une rencontre stimulante ou la nouvelle perception de la réalité qui découle d’une expérience émotive intense. Une bonne part des améliorations qui sont ressenties peuvent être dues à un phénomène de régression, qui est relativement prévisible ; ce qui pourrait expliquer ce besoin irrésistible qu’éprouvent certains participants de prendre des cours complémentaires et de suivre des séminaires plus avancés. Ces cours et séminaires peuvent s’avérer très coûteux. Par exemple, Landmark offre un cours supplémentaire pour 700 $ et deux cours plus sophistiqués sur le Pouvoir et la Communication pour 1 050 $. Le programme sur La Sagesse coûte 1 700 $.

 

 

Traduit par Robert Robert

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)