Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Saint Malachie

Saint Malachie

(Évêque Malachie O’Morgair, 1094-1148)

«Durant la persécution finale de la Sainte Église romaine règnera Pierre le Romain, qui guidera son troupeau au sein de nombreuses épreuves, après quoi la Cité aux sept collines (Rome) sera détruite et le Juge terrible scellera le destin des hommes»
dixit saint Malachie, prophète de la Fin des temps.
 
Saint Malachie

Saint irlandais né à Armagh (maintenant en Irlande du Nord) à qui on a attribué le don de prophétie. Il aurait prédit l'oppression britannique en Irlande (un morceau de robot) et la reconversion des Anglais au catholicisme (là, il faudra attendre encore un brin...) Selon l'abbé Cucherat, Malachie a eu d'étranges visions de l'avenir, et s'est même fendu d'une liste de papes allant jusqu'à la fin des temps.*

Certains catholiques croient que Malachie a prédit l'Armagédon pour dans très peu de temps. Après Jean-Paul II, il y aura encore deux saints pères avant la fin du monde. Il va sans dire que le saint n'a pas désigné les papes par leurs noms exacts, sinon nous serions tous acquis à ses grands pouvoirs de prophète. Non, il les a plutôt décrits indirectement. Jean-Paul II, par exemple, le 110e de la série, a reçu le surnom de «De Labore Solis», du labeur du soleil. Les exégètes affirment que Malachie a fait mouche parce que le père de Jean-Paul II était un humble travailleur et qu'il a fait le tour de la terre, comme le soleil. (Oui, Malachie est venu avant Copernic.) D'autres pensent plutôt que le nom renvoie à l'éclipse totale du soleil qui a eu lieu quand JP II est né.

On dit que les prophéties de Malachie sont demeurées cachées pendant quatre cents ans avant leur présumée découverte en 1590 dans les archives romaines. Elles ont alors été publiées par Arnold de Wyon. Depuis, le débat à savoir s'il s'agit de véritables prédictions ou d'une arnaque fait rage.* Attention: Bien Malachie ne profite jamais.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2016 Les Sceptiques du Québec (version française)