Mesmérisme

(Magnétisme animal)

Fausse thérapie médicale qui a eu cours au dix-huitième siècle. Inventée par le docteur Franz Anton Mesmer, elle mettait en oeuvre des suggestions hypnotiques et des interactions rappelant les jeux de rôles. Mesmer utilisait l'ascendant qu'il exerçait sur ses victimes pour induire chez elles des convulsions frénétiques ou des transes profondes.

Mésmérisme

Au début des années 1770, Mesmer, qui avait obtenu son titre de médecin en plagiant une dissertation traitant de l'influence des planètes sur la santé, fit la rencontre de Maximilien Hell, jésuite et guérisseur viennois. Le père Hell prétendait guérir à l'aide d'une plaque d'acier magnétisée, méthode particulièrement efficace, s'il fallait en croire le grand nombre de ses clients satisfaits. Mesmer lui vola son idée, et postula qu'un fluide magnétique très subtil circulait à travers la matière, toute maladie résultant d'une entrave à cette circulation. En restaurant le flux du magnétisme grâce à des aimants, comme le faisait Hell, on obtenait la guérison du malade. Mesmer finit par se rendre compte qu'il pouvait obtenir le même résultat en se passant d'aimants. Sans songer à la possibilité d'un effet placebo, il émit l'hypothèse qu'un "magnétisme animal" lui permettait de rétablir la circulation du fluide magnétique universel. (De nos jours, le terme "magnétisme animal" ne devrait renvoyer, en principe, qu'au mesmérisme, mais j'ai entendu certaines dames se servir de l'expression pour désigner les membres du sexe opposé à qui elle n'étaient pas indifférentes. Je l'ai aussi entendu de personnes des deux sexes pour décrire quelqu'un qui attire les animaux.)

Mesmer découvrit également que même s'il n'avait pas besoin d'accessoires pour guérir, agiter une baguette magnétisée au-dessus d'un sujet, faire asseoir un groupe de patients, les pieds dans un baquet d'eau magnétisée, ou leur faire tenir des tiges de métal magnétisé pendant qu'il se déplaçait autour d'eux dans de longs manteaux colorés, pour mieux jouer son rôle de guérisseur scientiste, était du plus bel effet dramatique et lui attirait plus de monde. Il était capable de tirer de quelques-uns de ses clients des comportements amusants, faisant dormir ou danser les uns et s'agiter de façon incontrôlable les autres. En fin de compte, sa thérapie combinait le numéro d'hypnotiseur de nos salles de music-hall et les rassemblements de prières des guérisseurs religieux étasuniens, donnant ainsi à sa cure magnétique un aspect grand-guignolesque. Grâce à Louis XVI et Marie-Antoinette, Mesmer établit une Société de l'harmonie, où ses patients pouvaient s'asseoir, les pieds dans une fontaine d'eau magnétisée, tout en tenant des câbles rattachés à des arbres magnétisés. Au bout d'un certain temps, le corps médical français, ainsi qu'une commission médicale qui comprenait Benjamin Franklin et Lavoisier, le dénoncèrent comme charlatan.

Est-ce que le père Hell et Mesmer guérissaient vraiment? Bien sûr que non. Est-ce que leurs patients se sentaient soulagés ou se déclaraient guéris après le traitement? Bien sûr que oui. Les guérisseurs et les charlatans s'enorgueillissent toujours de leurs "succès". L'ennui, c'est que dans certains cas, ils créent la maladie eux-mêmes par leur pouvoir de suggestion et la réceptivité de leurs sujets. Cet effet iatrogénique peut provoquer de véritables douleurs physiques, et revêtir l'aspect spectaculaire de la possession démoniaque ou l'apparence triviale du rire nerveux irrépressible. De terribles convulsions ou un état de stupeur semblable au sommeil sont également des manifestations possibles. Selon Nicholas Spanos, les patients affichent ces symptômes en acceptant de jouer le rôle que le médecin-sauveur attend d'eux. Spanos prétend également que la dissociation, le fameux trouble de personnalité multiple, est aussi un phénomène iatrogénique, qu'on a fini, à tort, par considérer comme une maladie, un peu comme les possessions démoniaques pour l'exorcisme, l'hystérie pour la psychanalyse, et toutes sortes de troubles psychosomatiques pour le mesmérisme. Spanos affirme que le trouble de personnalité multiple n'existe pas, qu'il s'agit d'un mythe social auquel croient certains patients, qui adoptent alors le comportement qu'on s'attend à retrouver chez ceux qui présentent ce type de problème. (Robert Baker avance que l'hypnose est de la même nature.)

Quand des charlatans comme Mesmer guérissent des malades, ce sont plutôt les malades qui se "guérissent" eux-mêmes. Ils acceptent un rapport de subordination avec le maître, et réagissent à ses suggestions parce qu'ils le désirent inconsciemment. Autrement dit, tout repose sur la foi. Ironiquement, le rétablissement ou le changement de comportement souhaité peut parfois s'obtenir par des méthodes autres, moins exigeantes et moins onéreuses.

Le père Hell et le bon docteur Mesmer, où qu'ils soient maintenant, seront sans doute heureux d'apprendre qu'on étudie la stimulation magnétique du cortex préfrontal gauche comme aide thérapeutique possible dans les cas de dépression. On réussit à améliorer l'état de la plupart des dépressifs, de nos jours, par des traitements pharmacologiques, mais les cas les plus graves ne semblent répondre qu'à l'électroconvulsothérapie, les électrochocs de Vol au-dessus d'un nid de coucou, qu'on ridiculise beaucoup dans les médias et au sein du public. Les chercheurs du National Institute of Mental Health des États-Unis espèrent que la stimulation magnétique transcrânienne donnera le même résultat que les électrochocs, mais sans ses effets indésirables (crises d'épilepsie et pertes de mémoire, chez certains patients). Leur recherche n'est pas fondée sur le magnétisme animal ni sur un fluide magnétique universel, mais bien sur des faits:

  1. les électrochocs sont efficaces, même si on ignore pourquoi;  
  2. le métabolisme du cortex préfrontal gauche est anormalement lent chez les dépressifs;  
  3. après l'électroconvulsothérapie et la stimulation magnétique, on constate une reprise de ce métabolisme dans la plupart des cas;  
  4. après les électrochocs, beaucoup de patients voient leur humeur s'améliorer de façon spectaculaire; et  
  5. des études préliminaires montrent une amélioration de l'humeur chez certains patients après la stimulation magnétique.

N'attendez toutefois pas qu'un nouveau Mesmer surgisse du rang des chercheurs pour s'emparer de la nouvelle cure et en faire un spectacle de foire. Ce sont des scientifiques qui étudient la stimulation magnétique, pas des arracheurs de dents. Il est fort possible qu'ils finissent par conclure que le nouveau traitement ne répond pas aux attentes, voire qu'il est nuisible.



Voir également: Exorcisme, Hypnose, Magnétisme animal malfaisant et Trouble de la personnalité multiple.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)