Raymond Moody

Raymond Moody

Parapsychologue détenteur d’un diplôme en médecine (du Medical College of Georgia) et d’un doctorat en philosophie et en psychologie (de l’Université de Virginie). Moody, auteur de plusieurs livres sur «la vie après la vie», a compilé une liste de ce qui est considéré typique des expériences de mort imminente (EMI): un bourdonnement ou tintement; un sentiment de paix et de bien-être; la sensation de flotter hors de son corps et de l’observer de haut; la sensation de franchir un tunnel aboutissant à une lumière vive; la rencontre de personnes décédées, de saints, du Christ, d’anges, etc.; le fait de voir sa vie défiler sous ses yeux, le tout dans une atmosphère si merveilleuse que l’on regrette de réintégrer son propre corps.

Moody mène ses études sur le paranormal à son institut de recherche privé, le John Dee Memorial Theater of the Mind, dans la  campagne de l’Alabama. John Dee est celui qui, dans l’Angleterre du XVIe siècle, a popularisé la voyance à l’aide de la boule de cristal. Raymond Moody a reprit le flambeau en tentant de faire apparaître l’esprit de défunts dans des conditions contrôlées. Dans une salle remplies de miroirs, il invite des sujets à surveiller l’apparition de chers disparus. Un reporter de la chaîne américaine ABC, Diane Sawyer, a bien tenté de le faire pendant 45 minutes, mais sans résultat. Peut-être que son désir n’était pas assez fort... Peut-être qu’elle ignorait qu’en plongeant son regard assez longtemps dans des miroirs, on peut produire un état de conscience altéré. Peut-être qu’elle aurait dû rester là un jour ou deux.

Les fraudeurs qui prétendent voir le passé ou l’avenir par différents modes de divination sont légions, tout comme ceux qui se mettent à halluciner après de longues périodes de privation sensorielle, de concentration extrême sur un objet, ou de contemplation prolongée de surfaces uniformes ou kaléidoscopiques. Mais Moody et beaucoup de ses sujets affirment qu’ils reçoivent la visite d’esprits dans la salle aux miroirs. À l’instar de Charles Tart, il est convaincu que les états de conscience altérés constituent la voie royale vers l’autre monde. La contemplation de miroirs n’est qu’une des nombreuses méthodes qu’emploie Moody pour tenter de provoquer de tels états.

Moody préconise également la régression à des vies antérieures. Il affirme qu’il était sceptique au sujet de la réincarnation jusqu’à ce qu’il se soumette à une hypnothérapie, au cours de laquelle il a découvert qu’il possédait neuf vies antérieures. Selon lui, à peu près n’importe qui peut «entreprendre un voyage» dans ses vies antérieures, et vaincre du même coup, entre autres, ses phobies, obsessions, accoutumances et dépressions.

Le 10 mai 1998, Moody a succédé à Tart à la chaire Bigelow d’études sur la conscience de l’Université du Nevada, à Las Vegas. Le jour de sa nomination, il a déclaré:

Je suis très heureux de retrouver la possibilité d’enseigner à nouveau, et je crois qu’il faut féliciter l’Université pour son respect des normes les plus strictes de rigueur scientifique en ce qui concerne les «preuves» rationnelles de la poursuite de la conscience après la mort de l’enveloppe charnelle... les états extraordinaires de conscience que l’on présume paranormaux constituent une préoccupation, chez l’être humain, qui n’est pas prête de s’effacer, et j’espérais depuis longtemps que les étudiants s’intéressant sérieusement à ce sujet puisse trouver un milieu où ils pourraient en apprendre plus long sur les phénomènes paranormaux, d’un point de vue non idéologique. 

Il a ensuite donné une bonne idée de sa rigueur non idéologique en invitant Brian Weiss, m.d., «autorité en matière de régression à des vies antérieures», pour animer un forum à l’Université. Il a aussi invité Dianne Arcangel, qui, selon lui, est «une experte dans le domaine des apparitions facilitées».

 

*Note: Bigelow a mis fin au programme d’études sur la conscience de l’Université du Nevada à Las Vegas au bout de cinq ans sans le moindre résultat probant.

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)