Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Programmation neuro-linguistique

Programmation neuro-linguistique

(PNL) 

Je pense que plus on veut devenir de plus en plus créatif plus il faut non seulement obtenir d'autres personnes leurs stratégies et les copier soi-même, mais aussi modifier les stratégies des autres et avoir une stratégie qui crée de nouvelles stratégies de créativité fondées sur autant d'états extraordinaires qu'on peut s'imaginer pour soi-même. Donc, par conséquent, d'une certaine façon, tout le domaine de la PNLMD est un outil de créativité, parce que je voulais créer quelque chose de nouveau.
Richard Bandler
 

Un des nombreux programmes de formation de masse du Nouvel-Âge. La PNL fait concurrence au Landmark Forum, à Tony Robbins, de même qu'à une pléthore d'entreprises qui, de ville en ville, vont vendre leurs connaissances à prix d'or, à l'instar des Sophistes de la Grèce antique. Robbins est probablement le "diplômé" le plus connu de la PNL. Délaissant son ancien état de "gros plein de soupe" pour apprendre à marcher sur le feu, il a fondé un véritable empire commercial, devenant (selon ses propres termes) "la principale autorité dans le domaine de la psychologie des performances de pointe et de la transformation personnelle, professionnelle et organisationnelle aux États-Unis". Les fondateurs de la PNL, Richard Bandler et John Grinder, voient peut-être les choses d'un autre œil.

La PNL s'adresse à tout le monde, aux malades comme aux bien portants, aux particuliers comme aux entreprises. Non seulement transforme-t-elle les gens normaux, mais elle sert également comme psychothérapie individuelle pour des problèmes aussi divers que les phobies ou la schizophrénie. La PNL peut aussi transformer les entreprises en montrant à ses membres comment atteindre leur potentiel maximal et remporter de fulgurants succès.

Qu'est-ce que la PNL?

La PNL a été lancée au milieu des années soixante-dix par un linguiste (Grinder) et un mathématicien (Bandler) qui portaient un vif intérêt a) aux gens qui ont réussi, b) à la psychologie, c) au langage et d) à la programmation informatique. Définir la PNL est ardu, car aussi bien ceux qui l'ont inventée que ceux qui la pratiquent utilisent des termes si vagues et ambigus à son propos qu'une chatte n'y retrouverait pas ses petits. Bien qu'il soit difficile de trouver une description commune à tous ceux qui se disent experts dans le domaine, une métaphore revient sans cesse. La PNL est censée permettre aux gens de changer en leur enseignant comment programmer leur cerveau. On nous explique que la Nature nous a donné des cerveaux, mais pas de mode d'emploi. Ce mode d'emploi, c'est la PNL, qu'on décrit souvent comme "un logiciel pour le cerveau". D'autre part, consciemment ou non, la PNL se fonde sur certaines idées-forces: 1) l'influence permanente de l'inconscient sur la pensée et l'action conscientes; 2) la nature métaphorique du langage et de la pensée, décrite par Freud dans l'Interprétation des rêves; 3) l'hypnothérapie telle que développée par Milton Erickson. La PNL a aussi été grandement influencée par les travaux de Gregory Bateson et Noam Chomsky.

Toutes les descriptions de la PNL présentent cependant un dénominateur commun: on insiste sur l'enseignement de diverses méthodes de communication et de persuasion, ainsi que sur l'utilisation de l'auto-hypnose à des fins de motivation et de transformation. La plupart des praticiens de la PNL qui s'affichent dans le cyberespace prétendent pouvoir aider n'importe qui, peu importe le cas. L'exemple suivant est typique:

La PNL peut rehausser tous les aspects de votre vie en améliorant vos relations avec les êtres qui vous sont chers, en vous montrant les secrets de l'efficacité dans l'enseignement, en vous dotant d'une meilleure estime de vous-même, en accroissant votre motivation et votre compréhension de la communication, en favorisant votre entreprise ou votre carrière... et une foule impressionnante d'autres choses liées à votre cerveau. 2

Certains praticiens prétendent enseigner une méthode infaillible pour détecter le mensonge. D'autres affirment que l'échec scolaire découle de l'utilisation d'un "mauvais" langage par les enseignants. Un gourou de la PNL, Dale Kirby, a de bonnes nouvelles pour qui veut bien l'écouter: "Il n'y a ni erreur ni désespoir pour qui que ce soit". (Mais dans un tel cas, pourquoi diable chercher à se transformer?) D'un autre côté, ce que M. Kirby peut nous apprendre d'intelligible à propos de la PNL ne la rend pas très attrayante. Par exemple, un de ses préceptes serait qu'"il n'y a pas d'échec; il n'y a que de la rétroaction". Bonne nouvelle pour les inventeurs d'euphémismes! Quand la navette spatiale a fait explosion quelques minutes après son lancement, tuant tout le monde à son bord, n'était-ce que de la rétroaction? Si je poignarde mon voisin en disant que j'ai effectué une opération chirurgicale non facultative, est-ce de la PNL? Si la police m'arrête en état d'ébriété avec, en poche, le couteau dont je me suis servi pour menacer mon ex-petite amie, vais-je m'en tirer en expliquant que j'essayais simplement de refaire sa conquête?

Autre fausseté propagée par la PNL: "Si c'est faisable n'importe qui peut l'apprendre". Et cette trouvaille vient de gens qui prétendent comprendre le fonctionnement du cerveau et sa reprogrammation. On essaie de faire croire que grâce à la PNL, devenir Einstein, Pavarotti ou Mike Tyson est à la portée du premier venu.

On dit de la PNL qu'elle est l'étude des structures de l'expérience subjective, mais on semble y consacrer beaucoup d'attention à l'observation des comportements, de même qu'au décryptage du "langage non verbal". Pourtant, ce type de langage ne possède pas plus de structure commune que le symbolisme des rêves. Bien entendu, il existe certaines façons non verbales, déterminées par la culture, de communiquer; agiter le poing en direction de quelqu'un, par exemple, ou faire un bras d'honneur. Mais quand quelqu'un me raconte que la manière dont je me pince les narines durant notre conversation signifie que je trouve ses idées merdiques, comment savoir si son interprétation est correcte ou non? J'aurai beau nier, mon interlocuteur répliquera qu'il connaît, lui, le sens et la structure de mon discours, qui m'échappent, à moi, parce que tout droit sortis de mon inconscient. Réfuter de telles affirmations s'avère impossible, tout autant que les prouver d'ailleurs. En effet, les seules preuves qu'on avance en leur faveur sont les brillantes intuitions de ceux qui les profèrent : aucune donnée empirique ne vient les étayer. La personne qui demeure assise les bras croisés durant une réunion ne cherche pas nécessairement à "bloquer les idées des autres" ou à "défendre ses positions". Elle a peut-être froid, ou mal au dos, ou alors, elle est tout bonnement plus confortable ainsi. Aller trop loin dans l'interprétation du langage non verbal finit par devenir pernicieux. S'asseoir autrement que les genoux serrés n'est pas nécessairement une invitation à une partie de jambes en l'air. En même temps, tout un pan des enseignements de la PNL fait appel à l'observation et à la déduction, des facultés intéressantes en soi, mais qui constituent un art et non une science, et qu'on doit utiliser toujours avec circonspection.

Enfin, la PNL prétend que chacun d'entre nous possède un système de représentation primaire (SRP), une tendance à penser par l'intermédiaire de modes précis: visuel, auditif, kinesthésique, olfactif et gustatif. On peut déterminer le SRP d'un sujet en notant les mots qu'il a tendance à employer ou par le mouvement de ses yeux. Un thérapeute aura censément de meilleurs rapports avec un patient qui présente le même SRP que lui, ce qu'aucune recherche scientifique ne vient confirmer.*

L'institut de Bandler

Au First Institute of Neuro-Linguistic ProgrammingMD and Design Human EngineeringMD de Bandler, on parle ainsi de la PNL:

"La programmation neuro-linguistiqueMD (PNLMD) se définit comme l'étude de la structure de l'expérience subjective et de ce qu'on peut en déduire. Elle est fondée sur le prédicat que tout comportement possède une structure… La programmation neuro-linguistiqueMD a été créée dans le but précis d'accomplir des merveilles grâce aux nouveaux moyens de comprendre comment la communication verbale et non verbale influence la pensée humaine. En tant que telle, elle nous offre l'occasion non seulement de mieux communiquer avec nos semblables, mais également d'apprendre comment maîtriser davantage ce qui était considéré jusqu'ici comme des automatismes neurologiques."3

Des mêmes sources, on apprend que Bandler a pris comme premiers modèles Virginia Satir ("la Mère de la thérapie du système familial"), Milton Erickson ("le Père de l'hypnothérapie moderne") et Fritz Perls (un des premiers tenants de la Gestalt-thérapie) en raison "des résultats étonnants qu'ils obtenaient auprès de leurs clients". On a étudié et modélisé les schémas linguistiques et comportementaux de ces thérapeutes célèbres, qui aimaient employer des expressions comme "estime de soi", "valider", "transformation", "harmonie", "croissance", "écologie", "réalisation de soi", "inconscient", "communication non verbale", "atteinte de son plein potentiel", tous des concepts clés pour la psychologie transformationnelle du Nouvel-Âge. On ne mentionne pas le moindre spécialiste en neurosciences ni le moindre expert sur le fonctionnement du cerveau. Autre absent de taille, bien qu'il semble constituer un modèle idéal: Werner Erhard, le père de l'est (Erhard Seminar Training), créé à San Francisco quelques années avant la PNL. Comme Bandler et Grinder, Erhard semble avoir trouvé le moyen idéal de s'emplir les poches en aidant les gens à se transformer. L'est et la PNL ont aussi en commun le fait de puiser à des sources joyeusement hétéroclites de la psychologie, la philosophie et d'autres disciplines. Dans les deux cas, la mise en marché s'est faite de façon brillante, et les deux produits ont été présentés comme la clé du succès, du bonheur et de la réalisation de soi pour quiconque est prêt à en payer le prix. Et le plus beau, c'est qu'une fois acquittés les frais d'études, il est impossible d'être recalé!

Un être en constante évolution

En lisant Bandler, on finit par avoir l'impression que bien des gens se sont inscrits à ses cours simplement pour qu'on leur donne en clair les propos du grand maître ès communications lui-même:

L'un des modèles que j'ai créé se nomme l'obtention de stratégies, que tout le monde confond avec la modélisation. Tout le monde va chercher des stratégies et pense qu'ils font de la modélisation mais ils ne posent pas la question "Mais d'où vient ce modèle d'obtention de stratégies?" Il y a des contraintes à l'intérieur de ce modèle puisqu'il a été élaboré en réduisant les choses. Le modèle d'utilisation des stratégies cherche toujours la façon la plus finie d'atteindre un résultat. Ce modèle est fondé sur l'obtention séquentielle et l'installation simultanée.

Pour en arriver à une telle limpidité, il faut avoir le cerveau rudement bien programmé!

Bandler se vante d'évoluer sans cesse. Certains critiques sont plutôt d'avis qu'il fait surtout faire évoluer ses intérêts financiers en déposant des brevets à gogo. Il semble littéralement obsédé par le fait qu'un thérapeute ou un formateur sans scrupule puisse lui voler son oeuvre et s'enrichir à ses dépens. Des âmes plus charitables diront qu'il tente plutôt de protéger l'intégrité de découvertes fondamentales à propos du potentiel des êtres humains (comme le renforcement du charisme, par exemple) et la façon de les mettre en marché, mais peu importe. Pour expliquer les choses (ou les compliquer davantage, c'est selon), Bandler met les consommateurs en garde contre les imitations. N'acceptez que ce qui est identifié par une licence et une marque déposée de la Société de Programmation neuro-linguistique. Inutile de communiquer avec l'organisme, toutefois, si l'on désire des explications plus claires sur la nature de la PNL, du DHE (Design Human EngineeringMD (grâce auquel on apprend à créer à partir de visions, comme Tesla), du PE (Persuasion EngineeringMD), du MetaMaster TrackMD, du Charisma EnhancementMD, du TrancingMD ou de tout autre produit que Bandler et ses associés peuvent offrir. Sur la page de Bandler, on trouvera avant tout de l'information sur la façon dont on peut s'inscrire à ses séances de formation. Par exemple, on peut obtenir six jours de formation pour 1 800 $ US (1 500 $ en s'inscrivant à l'avance). À quoi forme-t-on les heureux inscrits? Bandler étudie depuis longtemps "l'avancement de l'évolution humaine", et il est prêt à partager le fruit de ses travaux. Pour 1 500 $ US, on peut participer à son séminaire de trois jours sur l'amélioration de la créativité (où l'on apprend qu'il n'est pas créatif d'utiliser les idées d'autrui, à part celles de Bandler).

Grinder et la PNL des entreprises

John Grinder, de son côté, tente de faire pour le monde des affaires ce que Bandler a entrepris pour le commun des mortels. Il a rejoint Carmen Bostic St Clair au sein de Quantum Leap, "un organisme international oeuvrant à la conception et la mise en oeuvre de systèmes de communication interculturels". Comme Bandler, Grinder prétend avoir créé des "codes", mais les siens donnent des résultats encore plus brillants.

(...) le Nouveau Code comporte une série de portails qui présupposent une certaine relation appropriée selon moi entre les parties conscientes et inconscientes de quiconque prétend se former à la PNL ou la représenter d'une façon quelconque. D'où l'insistance sur la présence de congruité personnelle chez cette personne. Autrement dit, la personne qui n'est pas porteuse de cette congruité personnelle sera en général incapable d'utiliser et/ou d'enseigner les formes du Nouveau Code avec des succès mesurables. C'est un concept qui me plaît particulièrement, car il possède toutes les caractéristiques d'un système auto-correcteur.

Le lecteur aura peut-être remarqué que des termes comme "congruité personnelle" ne sont ni précis ni scientifiques. C'est sans doute parce que Grinder a créé un "nouveau paradigme". Du moins, c'est ce qu'il affirme. Il nie que son travail, comme celui de Bandler, n'est qu'un ramassis d'idées éparses, glanées dans diverses oeuvres de philosophie et de psychologie, et même qu'il s'appuie sur d'autres auteurs. Il croit que Bandler et lui ont provoqué "un changement de paradigme".

La citation suivante permet de comprendre comment il voit la PNL.

Je me souviens, à propos de ce que nous pensions au moment de notre découverte (au sujet du code classique que nous avons créé, de 1973 à 1978), qu'il était clair que nous devions renverser un paradigme, et que, par exemple, il m'a semblé personnellement très utile de planifier notre campagne en utilisant en partie comme guide l'excellent ouvrage de Thomas Kuhn (La Structure des révolutions scientifiques) dans lequel on décrit en détail les conditions historiques menant à des changements de paradigmes. Entre autres choses, je pense qu'il était très heureux qu'aucun de nous deux ne soit qualifié dans le domaine que nous abordions, soit la psychologie et en particulier ses applications thérapeutiques, car il s'agit là d'une des conditions identifiées par Kuhn dans son étude historique des changements de paradigmes. Qui sait ce que Bandler, lui, avait en tête, à l'époque?

On peut seulement espérer que Bandler n'avait pas en tête la même chose que Grinder à propos de l'étude classique de Kuhn. Celui-ci n'a jamais prétendu que l'absence de qualifications dans un domaine scientifique était une condition importante menant à la création d'un nouveau paradigme. En outre, Kuhn n'a jamais fournir de modèle ni de plan pour provoquer des changements de paradigme! Son étude porte sur l'histoire de la science, et il y décrit ce qu'il croit être arrivé dans le passé. Jamais il n'affirme que les efforts isolés d'une seule personne ont amené un changement paradigmatique dans le monde des sciences ni que la chose pourrait être possible. Des chercheurs comme Newton ou Einstein ont élaboré des théories qui seraient demeurées incomprises sans un changement de paradigme, mais ils n'ont pas provoqué un tel changement eux-mêmes. En fait, l'oeuvre de Kuhn implique qu'une telle idée est absurde.

Grinder et Bandler auraient dû lire Kant avant de se lancer dans leur quête donquichottesque. Ils considéreraient sans doute sa Révolution copernicienne comme un changement de paradigme, mais ce n'est pas du tout ce dont parle Kuhn quand il décrit le développement des théories scientifiques. Kuhn se concentre sur les sciences. Il ne prétend aucunement qu'on peut transposer la structure des révolutions scientifiques au domaine de la philosophie, et il n'a jamais affirmé ni sous-entendu que la PNL constitue un changement de paradigme. Selon Kuhn, de tels changements se produisent sur de longues périodes, lorsqu'une théorie se fait progressivement détrôner par une autre. On finit par abandonner les anciennes théories, écrit-il, quand elles n'arrivent plus à expliquer des données nouvelles, ou lorsqu'elles s'avèrent inférieures aux théories plus récentes. Bandler et Grinder n'ont pas agi dans un contexte de crise scientifique quelconque. De ce fait, on ne saurait même pas considérer qu'ils ont contribué à un changement de paradigme, et encore moins qu'ils en ont créé un.

Ce que Grinder paraît lire au sujet des renversements de paradigme dans l'oeuvre de Kuhn ressemble plutôt à un changement de gestalt, dans la façon dont on envisage le monde, un changement de perspective. Ici, la pensée de Kant pourrait s'appliquer. Kant rejetait l'interrogation fondamentale en épistémologie, soit "Comment pouvons-nous faire en sorte de comprendre le monde?" Il faut plutôt se demander, disait-il, "Comment est-il possible que le monde en vienne à être compris par nous?" Il s'agissait véritablement d'une thèse révolutionnaire dans l'histoire de la philosophie, car elle affirmait que le monde devait se conformer aux conditions imposées par l'observateur. L'idée contraire, à savoir qu'on possède la vérité lorsque son esprit se conforme au monde, était rejetée en faveur de la notion que toute connaissance est subjective parce qu'elle ne peut exister sans l'expérience, laquelle est essentiellement subjective. En gros, en écho à Copernic, qui avait dit: voyons de quoi les choses ont l'air si on met le soleil au centre de l'univers au lieu de la terre, Kant affirmait: voyons de quoi a l'air le monde en présumant qu'il doit se conformer à notre esprit, plutôt que l'inverse. La différence, ici, c'est que Copernic a véritablement contribué au renversement d'un paradigme en sciences. Sa théorie voulant que ce soit le soleil et non la terre qui se trouve au centre du système solaire avait tout le potentiel pour bouleverser l'astronomie. Après elle, les astronomes ont dû fondamentalement réviser leur conception de la nature et des cieux. D'un autre côté, il nous est impossible de savoir si Kant avait raison ou pas. Il est toutefois possible de continuer de s'adonner à la philosophie sans être kantien, tandis qu'on ne peut songer à étudier l'astronomie sans rejeter le modèle géocentrique en faveur du modèle héliocentrique. Qu'ont découvert Grinder et Bandler qui rend impossible de continuer à étudier la psychologie et la psychothérapie, ou la sémiotique et la philosophie sans accepter leurs idées? Rien.

La PNL est-elle bénéfique?

Je ne doute pas que beaucoup profitent des séances de formation de la PNL, mais celle-ci semble fondée sur plusieurs hypothèses douteuses ou fausses. Ce qu'on y retrouve sur l'inconscient, l'hypnose et la capacité d'influencer les gens en s'adressant directement à leur subconscient est dépourvu de fondement. Aucune des données scientifiques sur ces différents sujets ne montre que la PNL possède les pouvoirs qu'on lui attribue. On ne peut apprendre à "parler directement à l'inconscient" comme le prétendent Erickson et la PNL, sauf par la méthode bien connue du pouvoir de suggestion.

Les experts de la PNL sont censés avoir étudié le mode de pensée des grands esprits et le comportement de gens qui se sont distingués par leur réussite sociale, et en avoir extrait des modèles. "À partir de ces modèles, des techniques pour changer rapidement et efficacement les pensées, comportements et croyances nuisibles ont été développées."4 Mais l'étude de l'oeuvre d'Einstein ou de Tolstoï peut mener à la création de dizaines de "modèles" décrivant le fonctionnement de l'esprit de ces deux hommes, sans qu'on ait la moindre façon de déterminer lequel est correct, si tant est que l'un d'entre eux le soit. On arrive mal à comprendre comment un modèle quelconque pourrait offrir des techniques de changements rapides et efficaces des pensées, actions et croyances. La plupart des gens comprennent sans doute de façon intuitive qu'on aurait beau les soumettre aux mêmes expériences qu'ont connues Einstein ou Tolstoï, ils n'en demeureraient pas moins eux-mêmes. Bien sûr, ils deviendraient passablement différents, mais leur développement prendrait des chemins tout autres que ceux de leurs "modèles", dont ils ne partageraient même pas le cerveau.

 Conclusion

Apparemment, la PNL crée des modèles dont on ne peut vérifier l'efficacité, et qui mènent à des techniques qui peuvent très bien ne rien avoir à faire avec ces modèles ou leurs sources. La PNL se fonde sur des prétentions à propos de la pensée et de la perception que les neurosciences ne semblent pas corroborer. Cela ne veut pas dire que ses techniques ne fonctionnent pas. Elles peuvent très bien fonctionner, de manière tout à fait satisfaisante, mais il n'y a aucun moyen de savoir si les préceptes derrière ces techniques sont valides ou non. Mais peut-être que la chose est sans importance? La PNL est censée être pratique avant tout: ce qui compte vraiment, c'est que ça marche. Mais justement, comment mesurer que "ça marche"? L'auteur des présentes lignes n'en sait rien, et il ne croit pas que les partisans de la PNL le savent non plus. Récits et témoignages paraissent être le principal outil de mesure. Malheureusement, un tel procédé ne révèle peut-être que l'ardeur que mettent les formateurs à persuader leurs clients d'attirer de nouveaux inscrits aux séances de formation.

Le lecteur sera intéressé d'apprendre que Bandler poursuit Grinder pour plusieurs millions de dollars. Apparemment, les deux grands communicateurs et chahuteurs de paradigmes ont oublié leurs propres enseignements, ou alors, ils ont adopté des modèles tirés du comportement d'autres grands Américains, qui ont découvert que la manière la plus lucrative de communiquer, c'est de poursuivre quelqu'un dont le portefeuille est bien garni. Grinder a publié dans Internet une déclaration sur cette malheureuse affaire. La PNL affectionne les métaphores, mais on peut douter que cette poursuite en soit une. La marque que Bandler a déposée sur une demi-douzaine d'expressions montre-t-elle qu'il cherche à protéger la PNL, ou qu'il n'est qu'un mégalomane vorace?

Pour en apprendre davantage sur les poursuites, voir ANLP News.

 

 

Lectures suggérées

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)