Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Biais d’optimisme

Biais d’optimisme

Le biais d’optimisme est une expression utilisée par Daniel Kahneman pour décrire l’idée que "la plupart d’entre nous voient le monde comme plus inoffensif qu'il n'est réellement, nos propres traits de personnalité plus favorables qu'ils ne sont vraiment, et les objectifs que nous nous fixons plus réalisables que ce qu'ils sont probablement." De plus, la plupart d'entre nous ont une notion peu réaliste à propos des prédictions sur l'avenir: nous nous croyons meilleurs que ce que nous sommes réellement. Étude après étude, l'auto-illusion est montrée omniprésente: la grande majorité des gens pensent qu'ils sont au-dessus de la moyenne, ont moins de parti pris, sont plus sympathiques, moins impressionnables face aux influences négatives, et plus compétents que la majorité de leurs pairs.

Kahneman pense que beaucoup d'entre nous souffrent de (ou ont la chance d'avoir, selon votre point de vue) un "excès de confiance optimiste". Il écrit que "le biais d'optimisme pourrait bien être le plus important des biais cognitifs. Comme le biais d'optimisme peut à la fois être une bénédiction et un risque, vous devriez être à la fois content et prudent si vous êtes d'un tempérament optimiste." (Thinking, Fast and Slow, p.255). De façon générale, le biais d'optimisme est une bonne chose. La vie est bien plus agréable pour un optimiste que pour un pessimiste.

Les optimistes sont habituellement joyeux et heureux, et sont par conséquent populaires; ils s'adaptent facilement aux échecs et aux difficultés, leurs risques de dépression clinique sont diminués, leur système immunitaire est renforcé, ils prennent mieux soin de leur santé, ils se sentent en meilleure santé que les autres et ont, en fait, des chances de vivre plus vieux... Les individus optimistes jouent un rôle énorme pour façonner nos vies. Leurs décisions font la différence; ce sont eux les inventeurs, les entrepreneurs, les meneurs politiques et militaires... (Kahneman, Thinking, Fast and Slow, 255-256).

Ceci est peut-être vrai pour des adultes matures, mais n'oublions pas que de nombreux adolescents sont optimistes et une grande partie n'a pas encore de lobes frontaux totalement développés, ce qui joue sur leur capacité à se faire de bonnes opinions. L'optimisme des jeunes gens les pousse souvent à s'engager dans des comportements risqués et dangereux, particulièrement lorsqu'il s'agit de sexe, de drogue et d'alcool.

Même pour des adultes, il y a des cas où trop d'optimisme peut devenir un délire. Le biais d'optimisme peut conduire à une évaluation irréaliste de l'avenir et à un excès de confiance dans la prise de risques. Kahneman note que, bien que seulement 35% des petites entreprises survivent au-delà de cinq ans aux USA, les entrepreneurs évaluent ces chances à 60% pour n'importe quelle entreprise, et évaluent les chances de succès de leur propre entreprise à 81%! Un tiers des entrepreneurs pensent que leur risque d'échec est nul. Il est indéniablement important pour quelqu'un qui lance une entreprise d'avoir de la confiance en soi, mais il est également important d'être réaliste.

Le biais d'optimisme donne généralement lieu à l'illusion de capacités. D'un autre côté, sans optimisme, peu de projets pourraient démarrer, et peu de risques seraient pris. Pourtant, après avoir défini ses buts et objectifs, réuni et étudié une série de cas pertinents, similaires au sien, et développé un plan d'action, on devrait essayer de corriger un optimisme excessif. Comment? Une manière de faire est de vous forcer à prendre en compte tout ce qui peut mal tourner. Du moins, ce fut l'une des conclusions d'une étude de Sara Lichtenstein, Baruch Fischhoff, et Laurence D. Phillips ("Calibration of probabilities: The state of the art in 1980," in Judgment under uncertainty: Heuristics and biases, eds. Daniel Kahneman, Paul Slovic, et Amos Tversky. La partie VI de ce livre est dédiée au sujet de l'excès de confiance.) Cela peut ne pas venir naturellement, mais réfléchir à tout ce qui pourrait vous mettre en échec pourrait vous éviter de vous embourber complètement lorsque vous et vos acolytes avancez dans les sables mouvants.*

Certaines personnes évaluent les risques de façon irréaliste parce qu'elles sont ignorantes: elles manquent des connaissances nécessaires pour faire une évaluation réaliste. De telles personnes s'engagent souvent dans des comportements sexuels à risque et adoptent des habitudes malsaines. Ces personnes sont optimistes à propos de leur chance, par exemple, de ne pas attraper le sida à la suite d'un rapport non protégé, ou de ne pas avoir le cancer en étant fumeur. Il est possible que leur optimisme soit dû à un aveuglement délibéré plutôt qu'à une vision naïve du monde qui les entoure, quoiqu'un aveuglement délibéré et une vision naïve ne sont pas mutuellement exclusifs.

De nombreux conducteurs adolescents ont une vision irréaliste des risques impliqués dans la boisson (ou les drogues) et la conduite. Beaucoup de cours d'éducation à la conduite ont utilisé des films chocs pour sensibiliser les jeunes conducteurs. Ces films sont connus pour leur réalisme gore d'accidents de la route tuant et mutilant les victimes. Existe-t-il des preuves fiables que de tels films ont un effet significatif sur le biais d'optimisme des conducteurs ados, lequel mène à plusieurs milliers d'accidents de voiture sous l'influence de l'alcool par an? Je n'ai pu en trouver aucune, et je ne suis pas très optimiste à propos de leur existence. 

 

 

*Note: le texte original fait référence ici à une chanson américaine "Waist deep in the Big Muddy" qui critiquait l'attitude politique et militaire de persévérer dans la guerre du Vietnam, de plus en plus impopulaire. Difficile de trouver un équivalent francophone donc j'ai choisi une traduction qui n'en fait pas mention. J'ai cependant pensé à "Tout va très bien, Madame la marquise" qui désigne une attitude d'aveuglement face à quelque chose qui va mal (et qui a aussi été utilisée pour critiquer cette attitude de la France face à la montée du nazisme). Une traduction pourrait être: "[...] réfléchir à tout ce qui pourrait vous mettre en échec pour vous éviter de devoir raconter à Madame la marquise que tout va très bien, lorsque les choses tournent mal pour vous et vos collègues."

 

Traduit par Thomas Guiot aka Sceptom

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)