Pentagramme

Étoile à cinq pointes utilisée comme symbole magique ou occulte par les pythagoriciens, les francs-maçons, les gnostiques, les cabalistes, les magiciens, les wiccans, les satanistes, etc. Il y a apparemment quelque chose d’attrayant dans la configuration et les proportions de la figure. Dans bien des systèmes symboliques, la pointe supérieure représente l’esprit humain, ou, au contraire, une forme d’esprit supérieur. Inverser le pentagramme, aux yeux de certains, c’est reléguer l’esprit au bas de la pyramide métaphysique. D’autres voient quelque chose de satanique dans cette inversion, et la mettent sur le même plan que l’inversion de la croix ou les messes noires, récitées à l’envers par l’officiant. Pourtant, d’autres encore ne trouvent rien de diabolique à propos du pentagramme inversé et l’utilisent sans crainte d’évoquer accidentellement les forces du mal.

Pentagramme

Le pentagramme d'Eliphas Levi's (1810-1875) "Transcendental Magic"

On attribue des qualités mystiques au pentagramme parce qu’il est associé au chiffre cinq. En effet, cinq est un chiffre premier, la somme de deux et de trois, ainsi que de un et de quatre. Le Christ en croix présentait cinq plaies, compte non tenu de celles infligées par la couronne d’épines. Les Évangiles nous disent que Jésus a distribué cinq pains à cinq mille personnes. Et puis, nous avons cinq doigts, cinq orteils et cinq sens.

S’il faut en croire certains chrétiens fondamentalistes, le pentagramme est l’empreinte même du diable. Ils guettent tout particulièrement l’apparition du pentagramme inversé, mais n’importe quelle version fera l’affaire de ces censeurs de symboles dans leur quête sans relâche des apparitions du Malin. Évidemment, ce peut être très mauvais pour les résultats financiers d’une entreprise de se faire accuser d’employer le pentagramme ou n’importe quel autre symbole diabolique. Des concurrents d’Amway ont déjà prétendu qu’une de ses filiales, Proctor and Gamble, était dirigée par des adorateurs du diable qui affichaient leurs détestables croyances par un logo satanique, soit un vieillard barbu contemplant treize étoiles au sein d’un croissant de lune, le tout à l’intérieur d’un cercle. Des groupes de fondamentalistes chrétiens ont interprété ce logo diversement, affirmant qu’ils y voyaient 666, le chiffre de la Bête dans l’Apocalypse (habituellement identifiée à Satan), dissimulé dans la barbe du vieillard. D’autres y voyaient une chèvre, marque absolue du diable. Des poursuites ont été entamées contre Amway, mais sans succès.*

Hexagramme

Pour les wiccans, les cinq pointes du pentagramme représentent plutôt l’air, le feu, l’eau, la terre et l’esprit. Ils placent habituellement le symbole à l’intérieur d’un cercle, symbole de l’infini ou de l’éternité. Les anciens Chinois, quant à eux, croyaient qu’il y avait cinq éléments (le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau), cinq planètes, cinq saisons, cinq sens, ainsi que cinq couleurs, sons et goûts fondamentaux. Le chiffre six devait cependant exercer un plus grand attrait à leurs yeux, puisque le Yi-King est fondé sur lui. C’est aussi le cas pour l’Étoile de David, à six pointes, faite de deux triangles superposés.

Les occultistes de toutes allégeances portent des talismans affichant le pentagramme pour se protéger du mal ou pour acquérir des connaissances et des pouvoirs occultes. Ils dessinent même des pentagrammes sur le sol et se tiennent au milieu pour mieux invoquer les puissances cachées. Si la pointe supérieure est orientée vers le nord, ils n’adorent pas Satan; si elle est orientée vers le sud, ils l’adorent, dixit nos chers fondamentalistes chrétiens.

Pour des raisons qu’on ignore, le pentagramme est vu comme une représentation stellaire, même si aucune étoile du firmament ne ressemble au pentagramme. Qu’il pointe vers le nord ou le sud, cependant, il n’y a pas de quoi perdre le nord. Le pentagramme, comme tous les symboles, est une véritable auberge espagnole, dans laquelle on trouve tout ce qu’on y apporte.

 

Autres lectures :

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2016 Les Sceptiques du Québec (version française)