Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Fraude de la prédiction parfaite

Fraude de la prédiction parfaite

Fraude dans laquelle on envoie une série de prédictions opposées (à propos de titres du marché boursier, de résultats de matchs de foot, et ainsi de suite) à différentes victimes potentielles, jusqu’à ce que certaines de ces personnes reçoivent assez de prédictions «parfaites» pour croire qu’elles ont à faire à un véritable voyant et qu’elles se montrent prêtes à payer pour obtenir sa prochaine «prédiction».

Prenons un exemple. Le Canadien de Montréal joue contre Toronto la semaine prochaine, et j’en profite pour envoyer 100 lettres prédisant le résultat de la partie à autant de personnes. Que les destinataires des lettres aient ou non l’habitude de parier sur l’issue des matchs importe peu; l’information que je leur envoie devrait les pousser à jouer. Mes lettres doivent porter un titre accrocheur, tel que Le pari parfait. Dans 50 des lettres, je prédis que le Canadien va l’emporter, dans les 50 autres, le contraire. Dans une courte introduction, j’explique avoir découvert une méthode infaillible pour prédire les gagnants au hockey, et j’envoie mes prédictions pour le prouver. Le Canadien gagne.

La semaine suivante, j’envoie une nouvelle lettre, toujours intitulée Le pari parfait, aux 50 personnes à qui j’ai prédit la victoire du Canadien. Dans mon introduction, je leur rappelle la prédiction de la semaine précédente, et combien ils auraient pu gagner s’ils avaient écouté mes conseils. Mais je ne leur en veux pas, et je suis prêt à leur donner encore une chance de profiter – tout à fait gratuitement – de ma méthode infaillible. Cette semaine, le Canadien joue contre Boston. Je divise ma liste en deux; j’envoie 25 lettres prédisant une victoire du Canadien, et 25 lettres prédisant une victoire de Boston.

Après la deuxième partie, 25 de mes correspondants auront reçu de ma part deux prédictions justes de suite. Trois prédictions correctes coup sur coup convaincront sûrement plusieurs de mes destinataires que je possède une méthode à toute épreuve pour prédire des gagnants. Maintenant, je peux exiger une somme conséquente contre ma prochaine prédiction, et si tout se déroule comme prévu, je devrais faire un profit intéressant, même en tenant compte des frais de poste.

Comme je suis un escroc, je ne m’inquiéterai pas trop de promettre à mes victimes potentielles un remboursement intégral si elles ne sont pas entièrement satisfaites. J’espère simplement qu’elles se montreront assez cupides pour tomber dans le panneau. Je pourrais même rationaliser mon comportement en me disant que ces pauvres poires sont tellement âpres au gain qu’elles méritent d’être trompées!

Je peux m’adresser à différentes cibles et prétendre que je suis médium, un astrologue, un mathématicien ou un parieur qui sait comment truquer les parties de hockey. Si je trompe autant les naïfs que les cupides, j’arriverai sans doute à me persuader que je rends un véritable service à la société. Au lieu de me mettre en prison pour fraude, les autorités feraient bien de me décorer, car je rappelle aux gens qu’ils devraient utiliser leur bon sens et leur pensée critique.
 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)