Bijou placebo

Tout ornement corporel qu'on porte sur soi en croyant se prémunir contre la guigne, préserver sa santé ou accroître sa dextérité en relation avec certaines tâches. Les bijoux placebo sont particulièrement populaires auprès des athlètes et autres personnes gagnées par la superstition.

Les bijoux sont faits de papier, de plastique, de caoutchouc, de tissu, de membres d'animaux (comme les pattes de lapin), de pierres (en particulier de cristaux), de plantes (par exemple, les trèfles à quatre feuilles), ou d'à peu près tout ce qu'on peut porter sur soi. L'élément clé n'est pas la matière employée dans la fabrication ni l'apparence de l'objet, mais la puissance dont on la revêt. Dès qu'un pouvoir magique est attribué à l'ornement en question, il devient un bijou placebo par définition, ce qui implique que ce qui est magique pour l'un pourra n'être qu'ornemental ou symbolique pour l'autre. Il faut également mentionner les tatouages placebo et les menus objets comme les chapelets ou les reliques.

Anciennement, on attribuait aux bijoux placebo le pouvoir d'éloigner le mauvais œil et les esprits malins, ou d'attirer la protection d'êtres surnaturels. Les porte-bonheur et amulettes continuent d'être populaires auprès des superstitieux, tout comme les fétiches et les talismans.

Beaucoup de religions ont leurs propres bijoux placebo. Ainsi, nombre de chrétiens portent de menus objets sur lesquels un officiant quelconque, soi-disant capable de leur conférer un pouvoir protecteur, a prononcé une incantation. Certains Juifs portent des fils rouges pour chasser le mauvais œil ou pour ajouter à l'étrangeté de leur image publique. Chez les Juifs comme les musulmans, on porte parfois le hamsa, symbole protecteur qui remonte à la préhistoire. Après plusieurs millénaires, le ankh égyptien demeure populaire, tout comme les symboles Om du Népal et du Tibet.

Tout au cours de l'histoire, guérisseurs et sorciers ont eu recours à toutes sortes de pierres, ou de substances animales ou végétales comme porte-bonheur ou talismans, l'un des objets les plus étranges étant sans doute la corne de chacal, qu'on emploie dans certaines régions de l'Inde, du Népal et du Sri Lanka.

Ces dernières années, les bijoux placebo ont connu un regain de faveur dans les sociétés dites modernes auprès de ceux qui croient à la guérison énergétique. Le reiki s'inscrit dans le mouvement, et des entrepreneurs ont conçu toute une quincaillerie pour ses praticiens. D'autres font la promotion de bijoux, d'appareils, de timbres cutanés et de lotions tachyoniques. Les produits tachyoniques, assure-t-on, «alignent les polarités atomiques [qui] rehaussent les capacités naturelles du corps à puiser dans le champ tachyonique pour combler ses besoins en énergie». Comme tous les autres colporteurs du genre, les vendeurs de colifichets tachyoniques font des pieds et des mains pour obtenir d'athlètes qu'ils affirment que leurs produits leur permettent de courir plus vite, de sauter plus haut, d'avoir une meilleure endurance, et de récupérer plus vite après une blessure.

La gamme de produits Q-Link est censée neutraliser les effets nocifs des champs électromagnétiques produits par les ordinateurs, cellulaires et autres appareils électroniques.* La compagnie Q-Ray, pour sa part, offre «leur seul bracelet ionisé au monde permettant d'équilibrer le yin et le yang (ions positifs et négatifs) du corps humain». Le bracelet Q-Ray, en théorie, «énergise le corps entier et soulage de la douleur de façon naturelle en stimulant le chi».

D'autres produits du genre, faits de cuivre ou de métaux magnétiques, sont censés posséder des pouvoirs curatifs. On a beau dire, la question de l'effet de ces objets sur les champs magnétiques ou l'arthrite, par exemple, ne fait l'objet d'aucune controverse: tout sentiment de bien-être que procurent ces articles ne vient que de l'effet placebo (sauf, bien sûr, dans le cas d'un bracelet qui serait assez fort pour stopper des balles).

Comme il semble y avoir une certaine confusion dans l'esprit du public à propos de l'effet placebo, voyons un peu comment il s'applique à l'ensemble des prétendus effets bénéfiques des bijoux placebo sur la santé et la performance athlétique. Une partie de ces effets viennent des attentes de l'utilisateur et du pouvoir de suggestion. Se voir encouragé à espérer par une personne en position d'autorité ou une publicité peut avoir un effet positif sur l'humeur et réduire le stress. Avoir des attentes peut pousser l'utilisateur à faire preuve de sélectivité quant à ses perceptions et ses souvenirs, et à se concentrer sur ce qui semble confirmer que le produit remplit ses promesses. Les témoignages renforcent le préjugé de confirmation et renforcent l'illusion que le produit est efficace. On vous a poussé à croire que le produit permet d'harmoniser l'énergie du corps ou les fréquences des cellules, de renforcer l'aura, de remplir de chi ou de tachyons votre champ d'énergie, ou d'autres trucs du genre? Vous allez donc attribuer tout sentiment de bien-être quel qu'il soit au bijou placebo avant tout. Quiconque pense qu'un brimborion bas de gamme peut posséder des pouvoirs extraordinaires se trouve sous le coup de la pensée magique et aura tendance à trouver cent justifications à l'absence des effets recherchés. Peut-être ne porte-t-il pas le bijou correctement, ou alors, le talisman du voisin est plus puissant que le sien. Le modèle qu'il a acheté est défectueux. Peut-être n'est-il pas «authentique», c'est-à-dire véritablement béni par un chamane ou un prêtre. Son pouvoir s'est peut-être épuisé, ou alors, il va et vient. Dans le monde de la pensée magique, la rationalisation ne connaît pas de limites, et c'est ainsi qu'on s'en prend rarement à la pacotille qu'on vous a vendue quand elle ne marche pas.

D'autres facteurs interviennent également. On attribuera des améliorations spontanées de l'état de santé à des bijoux réputés agir sur le corps. Or, dans bien des maladies, les symptômes fluctuent, et quand ils se font moins présents, c'est au bijou qu'on rend grâce. Les périodes moins favorables sont rapidement oubliées, ou l'on n'en tient pas compte (c'est le préjugé de confirmation à l'oeuvre, à nouveau). Les victimes de douleurs chroniques connaissent souvent des cycles où un mal relativement bénin cède la place à une période comportant des pics de douleur. C'est au cours de telles périodes que des gens qui, ordinairement, douteraient qu'un bout de métal ou de plastique puisse les soulager, en viennent à essayer les produits en question. La régression des symptômes à la moyenne peut coïncider avec l'achat d'un bracelet ou d'un collier, auquel on attribuera sans réserve ce qui n'est rien d'autre qu'un phénomène naturel. Certains, désireux de plaire à autrui, vont rester trop polis en disant ce qu'ils pensent du bijou placebo qu'ils ont essayé en vain. D'autres sont tellement imprégnés de croyances ahurissantes qu'ils sont en quelque sorte naturellement prêts à déclarer bénéfique plus ou moins tout ce qu'on leur propose, ou tout ce qu'essayent des gens comme eux. Et bien sûr, il se trouve aussi un nombre non négligeable de cas particuliers, de personnes souffrant de névroses ou de psychoses, dont les troubles physiques pourraient n'être qu'illusoires ou psychosomatiques. Il va sans dire que tout ce qu'on affirme ici à propos des bijoux placebo et de la santé vaut également pour l'acuponcture et l'homéopathie.

Bracelets placebo

Récemment, des bracelets faits d'une matière élastique aux couleurs vives dans lesquels sont insérés des hologrammes ou d'autres gadgets dépourvus du moindre effet ont envahi l'univers de l'infopub et de la vente par Internet. Le meilleur et le plus efficace de ces bracelets est le Placebo Band, vendu par SkepticBros.

Bracelets placebo

Ce petit bijou de bijou placebo est étanche à l'eau et comporte un hologramme ne servant à strictement rien. Encore mieux, on peut s'en procurer un pour 2 $ (australiens, mais il est maintenant à parité avec le dollar US). Une mise en garde à l'acheteur potentiel, toutefois:

Placebo Band est vendu non programmé. Si vous désirez qu'il soit «imprégné de fréquences», nous vous suggérons de le placer sur ou carrément devant le haut-parleur le plus puissant de votre maison, tout en faisant jouer ce qui est, selon vous, le meilleur air de tous les temps (exemple: la Danse des canards). Non seulement aurez-vous entendu une chanson qui vous mettra immédiatement de bonne humeur, mais vous pourrez l'évoquer chaque fois que vous porterez votre Placebo Band.

SkepticBros est prêt à vous envoyer sans frais un bracelet de remplacement si le vôtre fait explosion pour une raison quelconque.

Les nombreux autres bracelets placebo sur le marché ne sont que de coûteux ersatz, par exemple, Power Balance, iRenew ou le EFX Health Wristband. Le lecteur impécunieux qui doit absolument se procurer l'un de ces trois produits aura intérêt à opter pour le EFX. On peut en obtenir 50 pour 150 $, taxes et livraison incluses. Power Balance offre une gamme de serre-poignet en néoprène dont le prix de base est 30 $. Ceux de iRenew se vendent 20 $. La publicité de la compagnie affirme que le produit s'harmonise avec les fréquences du corps du porteur et donne davantage d'énergie, précision d'une limpidité aveuglante. Déjà, c'est moins vague que de dire: le bracelet iRenew «favorise santé et bien-être». Favorise? Un testeur (désigné par le terme «blogueur embauché pour examiner les infopubs») s'est dit impressionné: «Fait encore plus important, ils semblent vous conférer un équilibre et une coordination musculaire bien supérieures». Ils semblent faire bien des choses, en effet. Tout comme le produit Power Balance, ils semblent réorganiser l'énergie du corps d'une façon positive, ce qui serait sans doute très bon, s'il y avait ne serait-ce qu'une once de vérité là-dedans.

Mais pourquoi payer autant pour un produit si limité quand il est possible de payer presque rien pour un produit qui en fait bien davantage? Le Placebo Band est si modique qu'on peut en acheter plusieurs. Richard Saunders, des Sceptiques australiens, dit qu'il en porte plusieurs, qui font de bons sujets de conversation. On est plus susceptible de lui demander pourquoi il en porte plusieurs au lieu d'un seul, ce qui lui donne l'occasion de parler du Placebo Band, de l'idée qui le sous-tend, et de l'absence de mécanisme plausible expliquant comment ce bijou magique pourrait avoir le moindre effet, outre un effet placebo. La manœuvre semble également une bonne façon de faire la promotion du scepticisme et de la pensée scientifique.

Pourquoi pas des épreuves scientifiques à propos de ces affirmations non plausibles?

Ceux qui comprennent bien les principes de base de la biologie, de la chimie et de la physique vont probablement hausser les épaules à l'idée de faire passer aux breloques placebo des tests randomisés à double insu. Pourquoi perdre son temps à mettre à l'épreuve ce qui est, de toute évidence, absurde et faux? Quiconque est assez crédule pour acheter un bracelet afin d'obtenir de la chance, d'améliorer sa santé, de cesser de tituber ou d'écarter les radiations dangereuses venant de son écran d'ordinateur mérite bien de se faire escroquer, en fin de compte, n'est-ce pas? Pas vraiment. Croyez-le ou non, la croyance en des pouvoirs magiques n'est pas une question d'intelligence. Nous savons tous que, parfois, des gens intelligents font des choses idiotes. La connaissance est évidemment importante pour éviter de se faire rouler. L'ignorance des principes scientifiques de base et de la puissance des illusions cognitives ont fait tourner nombre de gens intelligents et éduqués en bourriques. Quoi qu'il en soit, on a bel et bien fait passer à divers bijoux placebo des expériences contrôlées. (On en retrouvera toute une liste à la fin du présent article, de même qu'une vidéo du bracelet Power Balance avec hologramme [en anglais].)

Les résultats des tests, comme on pouvait s'y attendre ont été négatifs et ont démenti les prétentions extravagantes des vendeurs de pacotille placebo, mais ils peuvent tout de même servir à quelque chose de positif. Ils peuvent empêcher des gens de se faire dépouiller. Bien entendu, si l'on trouve un pendentif ou un bracelet attrayant, ou qu'on croit qu'il complèterait bien une tenue de soirée, pas d'hésitation qui tienne. Les tests peuvent également offrir une leçon intéressante à propos de la valeur de l'expérience personnelle. Nous sommes parfois absolument certains de ce que nous affirmons parce que nous l'avons constaté nous-mêmes, ou nous avons vu à l'œuvre tel dispositif dont les effets paraissent tout à fait clairs. Une épreuve randomisée à double insu peut ouvrir bien des yeux et montrer combien il est facile de s'illusionner et de voir des liens de causalité là où il n'y en a pas. Les préjugés qui viennent de l'expérience personnelle sont les plus difficiles à vaincre, par contre, et certains préfèrent remettre en question le test plutôt que d'accepter leur erreur.

Épreuves contrôlées

Une nouvelle étude ACE révèle que le bracelet Power Balance est inefficace. Ça vous étonne? «L'American Council on Exercise, la principale autorité aux É.-U. en matière de forme physique et la plus grande organisation à but non lucratif de certification, d'éducation et de formation au monde a annoncé aujourd'hui les résultats d'une étude exclusive, révisée par des experts scientifiques indépendants, selon laquelle le bracelet Power® Balance n'améliorait pas la souplesse, l'équilibre, la force ni la puissance au cours d'une série d'épreuves randomisées à double insu.»

Les bracelets ionisés donnent-ils de meilleurs résultats qu'un placebo pour la douleur musculo-squelettique?

Effets des bracelets «ionisés» sur la douleur musculo-squelettique - Un essai randomisé à double insu avec contrôle par placebo

Aimants statiques pour réduire la douleur - Examen systématique et méta-analyse d'essais randomisés

Évaluation contrôlée et randomisée à double insu, avec placebo et permutation de Natural Frequency TechnologyTM et Sleep Natural Frequency Technology sur des sujets normaux qui sentent que leur sommeil n'est pas réparateur. Ces types ont testé «l'effet de la technologie des fréquences naturelles que l'on retrouve dans les montres Philip SteinTM (censées favoriser un bien-être général) et Sleep NFT (un ensemble de fréquences conçu pour favoriser le sommeil) sur les paramètres du sommeil chez des sujets normaux en bonne santé dont le sommeil n'est pas réparateur».

DU NOUVEAU

Recours collectif relatif aux produits Power Balance® - «Power Balance a mis sur le marché ses produits, comprenant des bracelets, des pendentifs et des hologrammes en mylar, de façon expressément trompeuse, en affirmant qu'en les portant contre le corps, le consommateur en retirerait certains avantages, y compris mais sans s'y limiter, une plus grande souplesse, un meilleur équilibre et une force accrue. En réalité, les produits en question ne confèrent aucun avantage physiologique.»

Quand on a communiqué avec l'entreprise pour connaître sa réaction à propos de la poursuite, son porte-parole, I.M. Wealthy, a dit que les termes employés par sa compagnie n'étaient que métaphoriques, un peu comme le slogan «Mettez du tigre dans votre moteur» des années 1950. «Seuls un crétin ou un golfeur pourraient croire qu'une bande élastique peut accroître la force, la puissance ou l'équilibre», a déclaré Wealthy. «Les tribunaux appliquent des normes plus élevées qu'un quelconque imbécile qui se trouve à faire deux mètres de haut. Aucune personne saine d'esprit et raisonnable n'irait prendre nos annonces au sérieux. Franchement... Et si nous avions dit que nos produits rendent muets et font perdre l'équilibre à ceux qui les portent sans marcher par en arrière? Auriez-vous cru quelque chose de semblable? J'en doute.»

Le Arco Arena de Sacramento deviendra bientôt le Power Balance Pavilion après la signature, par les Maloof, propriétaires des Kings de Sacramento, d'un accord avec les fabricants de la bande élastique qui a révélé au monde combien d'athlètes professionnels font preuve de naïveté et de superstition.

Un internaute a proposé de renommer l'endroit le Placebo Gazebo.

L'entente pourrait comporter certains risques pour les Kings, point de vue relations publiques. Encore petite, mais connaissant une croissance rapide, estimée des joueurs de la NBA et d'autres athlètes, l'entreprise Power Balance a été forcée de défendre l'affirmation que son bracelet de silicone, qui se détaille 29,95 $, «se conforme au champ énergétique naturel du corps» pour améliorer la force et les capacités athlétiques.

Le mois dernier, réagissant à des plaintes des autorités australiennes, la compagnie a publié un message dans son site Web australien offrant de rembourser les clients insatisfaits, et reconnaissant qu'il n'y avait «aucune preuve scientifique crédible» sous-tendant ses affirmations. Il y a une semaine, toutefois, elle a publié une nouvelle déclaration réaffirmant sa foi envers son produit.

«Des dizaines d'athlètes professionnels de haut niveau ne jurent que par notre produit», affirmait la compagnie. Power Balance a fait l'objet de poursuites, ces dernières semaines, de la part d'au moins trois consommateurs, deux du Sud de la Californie et un de Floride, pour publicité trompeuse.

«On cherche à obtenir une autorisation pour un recours collectif. Si la controverse perdure, la chose pourrait nuire aux Kings», écrivent Dale Kasier et Tony Bizjak.

Les Kings traînent de la patte, ces temps-ci. Quand leurs résultats vont revenir à la moyenne - autrement dit, quand l'équipe va se remettre à gagner - qui va s'attribuer tout le crédit?

Les Maloof sont joueurs. Ils sont propriétaires du casino Palms de Las Vegas, où la fameuse bande élastique se vendrait sans doute comme de petits pains chauds parmi un autre groupe de crédules et de superstitieux.

Que sont les bracelets Power Balance? Par Finlo Rohrer, BBC News Magazine. C'est tout simple. «Technologie implique science. En regardant les produits Power Balance, on se dit: "Je ne vois pas de technologie. Je ne pense pas que ce soit biologiquement plausible. Je ne vois ni essais ni de recherche. Tout ce que je vois, c'est une bande élastique."» En effet. Mais apparemment, une bande élastique, c'est tout ce qu'il faut à certains athlètes pour qu'ils se retrouvent au sommet plutôt qu'aux tréfonds. Ou du moins, c'est ce qu'ils croient.

Produit sportif de l'année CNBC: Power Balance... peu importe ce qu'en disent les sceptiques, nous, de CNBC, évaluons les entreprises par rapport à leurs états financiers, et Power Balance mérite le prix du produit sportif de l'année CNBC. Force est d'en conclure que, du point de vue de la pensée critique et de l'éthique, CNBC Sports fait dans le n'importe quoi.

Power Balance reconnaît que les affirmations concernant ses bracelets ne reposent sur rien de crédible. De la publicité trompeuse au sujet des prétendus avantages des bracelets et pendentifs Power Balance a été retirée par le fabricant après une intervention de la Commission australienne de la compétence et de la consommation. Il s'en suit que les acheteurs de ces produits pourront recevoir un remboursement s'ils croient qu'on les a trompés, et Power Balance s'est engagé à ne plus vendre de produits dont la présentation est trompeuse. Power Balance Australia Pty Ltd affirmait que ses bracelets amélioraient l'équilibre, la force et la souplesse, tout en s'harmonisant avec l'énergie naturelle du corps. Elle mettait également ses produits en marché avec le slogan «Technologie de performance». La Commission australienne a fait valoir que ces affirmations pouvaient tromper les consommateurs et les mener à croire que les produits Power Balance présentent des effets qu'ils n'ont pas.

 

 

Vidéo: Test des bracelets Power Balance.

 

 

Vidéo: Les bracelets d'équilibre sont-ils bidons ?, par Victor Rodgère (Sciences et avenir.)

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)