Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Chirurgie psychique

Chirurgie psychique

La « chirurgie » psychique est un type de non-chirurgie pratiquée par un guérisseur ne faisant pas partie de la profession médicale. Le guérisseur simule une incision en faisant courir un doigt le long du corps du patient, pénétrant en apparence la peau sans aucun instrument chirurgical. Le guérisseur prétend fouiller l’intérieur du corps du patient et en ressortir des « tumeurs ». La supercherie comprend le jaillissement de sang d’animal contenu dans un ballon dissimulé dans la main du guérisseur en même temps qu’il rejette des morceaux de tissu tels foie et cœur de poulet. Le patient retourne ensuite chez lui pour mourir, s’il était mourant, ou pour survivre s’il n’était pas gravement malade au départ.

La « chirurgie » psychique brasse de bonnes affaires partout dans le monde, mais surtout aux Philippines et au Brésil, où des guérisseurs tels Alex Orbito et Laurence Cacteng font commerce. Tony Agpaoa a mis la « chirurgie » psychique à l’honneur à Manille, où plusieurs centaines de « chirurgiens » psychiques pratiquent, souvent dans les hôtels. En 1967, Tony Agpaoa était mis en accusation pour fraude aux États-Unis. Il s’est soustrait à la justice et a fui dans son pays, abandonnant sa caution de 25 000$ *.

Certaines personnes sont réconfortées par les « chirurgiens » psychiques et autres guérisseurs parce qu’elles croient qu’il s’agit d’agents de Dieu. Cette pratique n’est pas réservée aux pays du Tiers-Monde. Chris Cole pratique la chirurgie psychique à Sydney, Australie. Un des « chirurgiens » psychiques les plus populaires en dehors des Philippines est Stephen Turoff, qui dirige la Danbury Healing Clinic de Chelmsford, Angleterre. M. Turoff, un disciple de Sai Baba, pratique le toucher thérapeutique sans frais supplémentaires. Il fait aussi des tournées. Un groupe néerlandais du nom de Inner Journey a fait un rapport sur une fin de semaine avec M. Turoff, à la suite de laquelle au moins quatre des 250 personnes qui y assistaient avaient écrit deux semaines après pour dire qu’elles étaient guéries.

M. Turoff donne des prestations depuis un quart de siècle et est populaire au point d’avoir un biographe, Grant Solomon. Ce dernier a publié en 1998 un livre intitulé Stephen Turoff - Psychic Surgeon: The Story of an Extraordinary Healer. Selon Natural Healing, M. Turoff est un juif-chrétien d’âge moyen, qui pèse 96 kilos et mesure 1m98. Ce serait un ancien menuisier de Brick Lane, rue située dans le secteur est de Londres, qui serait considéré par plusieurs comme un instrument de Dieu. Selon d’autres personnes, M. Turoff est simplement un fraudeur de la piété de plus. En tout cas, la popularité de la « chirurgie » psychique semble être en croissance malgré le travail de personnes comme James Randi pour la discréditer.

La “dentisterie psychique” est aussi disponible pour ceux qui préfèrent la dentisterie sans anesthésie ou fraise pratiquée par un guérisseur. « Willard Fuller est censé avoir guéri plus de 40 000 personnes depuis le début de sa pratique en 1960. Ceux qui viennent en masse pour se faire traiter prétendent que son toucher magique remplit les caries, refait des dents saines à partir de dents malades et peut même faire pousser de nouvelles dents chez certains patients âgés. » (Nava). Beaucoup de patients ont peur d’admettre qu’ils ont été victimes de fraude, car cela impliquerait qu’ils n’ont pas la vraie foi. Selon George Nava True II, qui opère le « seul site philippin sceptique qui remet en question les prétentions des guérisseurs, médiums et autres charlatans », la dentisterie psychique « n’a jamais été démontrée dans des conditions de laboratoire rigoureuses et la plupart des guérisseurs sont tout simplement des artistes de la supercherie qui ne peuvent pas produire un iota de preuve de leurs soi-disant pouvoirs. » Pour ceux qui ont la foi, les preuves ne sont pas nécessaires.

 

 

James Randi (illusionniste) démystifiant la chirurgie psychique [vidéo en anglais].

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)