Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Psychométrie

Psychométrie

Du grec ancien psukhê, âme, et metrès, mesure. Prétendu pouvoir métapsychique de divination qui permettrait de reconstituer des faits du passé en manipulant des objets qui en seraient chargés. De façon typique, le médium palpe un bijou ou un vêtement, prétend en voir ou sentir l'aura, et se met à ratisser large en posant toutes sortes de questions. Beaucoup de détectives métapsychiques affirment posséder un pouvoir semblable, dans lequel les sceptiques voient un mélange de pensée magique, de lecture à froid, de validation subjective et de pensée sélective.

Le psychométriste le moindrement habile peut faire une grande impression, comme on le constate à la lecture du courriel suivant, envoyé par un lecteur persuadé de l'existence du surnaturel.

Je sais que la perception extra sensorielle existe. J'en doutais auparavant, mais j'en ai fait l'expérience moi-même à l'Université Simon Fraser grâce à un médium que le professeur avait fait venir en classe. J'ai même effectué un test devant tout le monde avec elle. Ce qu'elle a dit à mon sujet, elle ne pouvait pas le connaître à l'avance, car il s'agissait d'un accident pendant une sortie en bateau dont personne n'était au courant à part moi.
 
Elle s'est livrée à une démonstration de psychométrie, en prenant entre ses mains des objets métalliques appartenant aux étudiants, des bagues, des clefs, des montres... Le métal présente cette étrange particularité de pouvoir retenir les énergies mentales, ce qui aide les médiums à se concentrer.
 
L'univers est bien plus étrange que vous ne le pensez. Elle m'a également averti à propos d'un type avec qui je faisais de la plongée. Elle a dit qu'il était entouré par des armes à feu, et que sa vie était en danger. Six mois plus tard, il s'est tiré une balle dans la tête avec une de ses nombreuses armes, après que sa petite amie l'eut quitté pour un collègue de travail.
 
La médium, Maureen McGuire, m'a plus tard révélé qu'elle était en contact avec lui en direct de l'au-delà. Il n'avait pas l'intention de se tuer; le coup était parti accidentellement parce qu'il avait bu.
Il est important de garder l'esprit ouvert à propos de la façon dont l'univers fonctionne, étant donné toutes ces choses étranges de la mécanique quantique, comme le théorème de Bell, le temps qui s'écoule à l'envers, les dimensions multiples, etc. S'accrocher au modèle de la mécanique newtonienne est trop limitatif. Einstein lui-même a dit que la seule réalité, de nos jours, c'est le champ; l'idée que la matière soit faite de petites particules solides est révolue depuis longtemps.
 
Je crois que Dean Radin, Edgar Mitchell, Robert Jahn, Helmut Schmitt, etc. sont sur la bonne voie. Albert Einstein a signé la préface de Mental Radio (un livre à propos de la perception extra sensorielle écrit dans les années 1930). Il y disait qu'on ne pouvait mettre en doute l'intégrité de l'auteur, Upton Sinclair.
 
À mes yeux, la communauté sceptique est devenue une nouvelle église, qui refuse de regarder dans la lunette [de Galilée] et qui continue de défendre le paradigme matérialiste déjà mort et enterré. L'univers est bien plus intéressant avec la perception extra sensorielle qu'avec l'ancien monde fait de matière inerte.
 
Russ

Signalons tout de suite que l'expérience de Russ remonte à 25 ans (comme il l'a expliqué plus tard, dans un second courriel). Son souvenir des événements qu'il relate peut donc avoir été transformé par ses expériences et ses croyances. La fiabilité de sa mémoire à propos des détails peut raisonnablement être remise en question. Le cours auquel il assistait était donné par Robert Harper, un homme qui affichait un grand enthousiasme à propos du psi, et qui n'était peut-être pas l'enseignant le plus dépourvu de parti pris sur la question.

Bien sûr, il est difficile d'évaluer ce qui s'est vraiment passé durant la démonstration de Maureen McGuire, mais on peut toujours deviner, en tentant de reconstituer les événements, comment Russ lui-même a donné à la médium les détails nécessaires à son exploit. Il est fréquent que le médium affirme sentir quelque chose comme un accident, et le client fait le reste en parlant, par exemple, de ce qui lui est arrivé en bateau. Plus tard, le client se souvient de la façon dont le médium lui a parlé le premier d'un accident de bateau, alors que les faits sont tout autres. À l'instar de Russ, il est fréquent également que le client ne se demande pas pourquoi au juste le médium n'a donné aucun avertissement précis à propos du «suicide accidentel» qui menaçait? Quoi qu'il en soit, il y a d'autres petites choses intéressantes à propos de la psychométrie qui pourraient accrocher l'attention de Russ et du lecteur.

Joseph Rhodes (ou Rodes) Buchanan (1814-1899) a légué au monde le terme «psychométrie» pour désigner l'idée que l'influence individuelle d'une personne donnée peut imprégner, d'une façon quelconque mais définitive, les objets qui entrent en contact avec elle. L'esprit logique se demandera sans doute comment le médium arrive à faire le tri des différentes influences qu'absorbent forcément les objets selon une telle vision magique de la réalité. (La même question se pose à propos de l'homéopathie, dont les praticiens affirment que l'eau retient le souvenir des vertus curatives de la substance qu'on y a dissoute, tout en perdant le souvenir des millions d'autres contaminants avec lesquels elle est inévitablement entrée en contact au cours des millénaires.) Mais ceux qui se croient à la pensée magique ne se laissent pas troubler par des questions aussi terre à terre, comme Buchanan l'a rapidement découvert. En 1893, il a publié le résultat de ses nombreuses années d'«enquête» sur le sujet dans son Manual of Psychometry: The Dawn of a New Civilization.

Pendant quelque 50 ans, Buchanan et son épouse ont fort bien gagné leur vie en pratiquant l'art psychométrique. Le mesmérisme et le spiritualisme étaient deux activités connexes à la mode, à l'époque, mais Buchanan affirme avoir tiré son élan scientifique de la phrénologie. Comme pour bien des cas semblables, il est difficile de déterminer si, pour son fondateur, la psychométrie n'était que pure exploitation de la naïveté d'autrui, une illusion toute personnelle ou un mélange des deux. Buchanan se donnait du «Docteur», et il a enseigné dans quelques-unes des écoles de médecine marginales de l'époque, mais sa formation exacte demeure un mystère. Il est toutefois certain qu'il appelait sa psychométrie une «science». Comme il faudrait étirer passablement le sens du terme pour l'appliquer ici, nous nous contenterons de parler de pseudo science. Il n'en demeure pas moins que la carrière de Buchanan est très édifiante. Le résumé qui suit se base sur le chapitre XXIV de Error and Eccentricity in Human Belief de Jastrow.

Buchanan dit qu'en 1842, il a découvert qu'un «sensitif» plaçant un objet contre son front pouvait reconstituer une scène ou évoquer une personnalité par son imagination. Il n'a révélé la chose au monde qu'en 1849, cependant. Le reste du siècle, sa femme et lui ont exploité l'idée.

Le «Dr» Buchanan parsemait son discours de jargon pseudo médical pour expliquer le phénomène de façon plus convaincante encore. Une «personne de grande sensibilité» ou un «tempérament nervo-sanguin» (comme l'était Mme Buchanan) pouvait, en pressant un morceau de métal contre son front, sentir quelque chose de sucré, de salé ou d'acide dans sa bouche, grâce à une «influence particulière» qui passait du bras à la tête. Buchanan pouvait amplifier la sensation en plaçant ses propres doigts sur le métal. Comment? Par le «passage d'une influence nerveuse, ou nervaura, de ma propre constitution par l'intermédiaire de la substance». Sans blague... Bien vite, un groupe de représentants de l'Eclectic Medical Institute de Cincinnati se sont mis à jurer leurs grands dieux qu'ils ressentaient les effets de médicaments enveloppés dans du papier qu'ils tenaient dans leurs mains.

Par la suite, Buchanan a découvert qu'«un autographe placé contre le front d'un sujet sensible pouvait révéler l'apparence, l'histoire personnelle et les traits de caractère du scripteur». Il s'est rapidement rendu compte que la chose était à la portée de tout le monde, sensible ou pas (tant qu'on avait une imagination égale à sa crédulité). Dans les salons, on se mit à pratiquer un nouveau jeu de société: lire le caractère, à partir de documents autographes, de personnalités comme George Washington, Stonewall Jackson, Daniel Webster ou John Adams. À l'occasion, l'expérience foirait, sans pour autant décourager les croyants. Ainsi, lorsque deux lettres, l'une de Charles Dickens et l'autre d'un scripteur inconnu, ont un jour été confondues par le psychométriste, on a commodément attribué l'erreur au fait que les deux écrits s'étaient influencés l'un l'autre psychométriquement! (Voilà qui rappelle ce médium qui affirmait pouvoir sentir, grâce à sa baguette de sourcier, parmi toute une série de bocaux semblables, lequel contenait de l'eau chargée d'énergie métapsychique. Selon lui, son échec était dû au fait que l'eau énergisée avait influencé celle de tous les autres bocaux, si bien que rien ne permettait plus de faire une distinction!)

Buchanan n'était pas exclusif à propos de son art. Il ne voyait rien de conflictuel à ce qu'un psychométriste sente quelque chose dans sa zone de fermeté (selon les enseignements de la phrénologie) en pressant une lettre du général Stonewall Jackson contre son front. Le pouvoir magique de l'homéopathie pouvait s'expliquer par la psychométrie, autant que les maladies contagieuses. Inutile de préciser que Buchanan voyait le spiritualisme d'un bon œil, et que ses idées trouvèrent un écho chez les spiritualistes.

Elles en trouvèrent un également chez des scientifiques aux tendances spiritualistes. Selon Buchanan, ses facultés métapsychiques seraient éventuellement mises à l'œuvre dans toutes les sciences: médecine, physiologie, histoire, paléontologie, géologie, astronomie, théologie et j'en passe. Il voyait juste, bien entendu. Des hommes et des femmes de tous les horizons ont appliqué de telles idées à leurs disciplines, tous avec un égal succès.

Le disciple le plus connu de Buchanan au XIXe siècle fut le géologue William Denton. Sa sœur (Anna Denton Cridge) se servit de la psychométrie pour rendre caduque toute recherche sur le terrain. Elle pressait un échantillon de roc contre son front, et toute son histoire défilait devant ses yeux.

À partir d'un fragment de lave du Kilauea, en Hawaï (la sensitive n'ayant aucune idée de sa nature), elle a tiré le tableau suivant: «Je vois l'océan, et des navires qui le sillonnent. Il doit s'agir d'une île, car la mer est partout. Maintenant je détourne mon regard des navires pour contempler un spectacle dantesque. On dirait qu'un océan de feu bouillonnant tombe d'un précipice. Cette vision imprègne tout mon être et m'inspire une grande terreur. Je le vois tomber dans l'océan, dont l'eau entre immédiatement en ébullition».
 
Un caillou fait de calcaire portant des traces d'usure glaciaire lui a inspiré une description fort pittoresque: «Je me sens comme si j'étais à l'intérieur d'une immense masse d'eau - si profonde que je ne puis en voir le fond, mais pourtant j'arrive à regarder vers la surface, des milles plus haut. Maintenant, je suis charriée, encore et encore, par quelque chose qui m'entoure de toutes parts. Ce doit être de la glace; je suis emprisonnée en elle. Le mouvement de cette masse n'est pas uniforme. Elle avance, puis arrête, et se remet à avancer. Elle presse et broie en progressant - une masse de la taille d'une montagne».*

En 1863, Denton a publié The Soul of Things (L'âme des choses), dans lequel il explique comment se pratiquera la géologie à l'avenir grâce à cette nouvelle science. «Malgré tout», remarque Joseph Jastrow, «le gouvernement des É.-U., toujours aussi têtu et conservateur, continue de tenir son inventaire géologique en dédaignant la psychométrie!»

En 1905, Emma Bullene a publié Psychic History of the Cliff Dwellers (Histoire métapsychique des Hommes des cavernes), où elle appliquait la nouvelle discipline à l'anthropologie et l'archéologie. Pourquoi se livrer à de longues études en laboratoire quand il suffit de se placer une corne de chamois contre le front?

Plus besoin de tribunaux! Les détectives, les témoins, pour quoi faire? Est-ce que Russ renoncerait à un procès devant juge et jury pour confier son sort à un psychométriste si jamais on l'accusait d'un crime grave?

L'idée que le présent recèle le passé est ancienne et revient périodiquement. On la retrouve encore récemment dans le concept de résonance morphique de Rupert Sheldrake et celui de résonance systémique info-énergétique, ou mémoire systémique de Gary Schwartz. Elle revit dans le travail de Daryl Bem sur la précognition, selon lequel le temps est une illusion et l'avenir cause le présent. Ainsi le moment présent est gros de tout ce qui a été et de tout ce qui sera jamais.

Mysticisme pur et simple. Il n'y a là rien de magique ni de mystérieux, d'ailleurs. Mais contrairement à ce qu'affirme Russ, l'univers est bien plus intéressant quand on le sonde à l'aide de la science plutôt qu'avec les outils imaginaires du psychométriste.

D'un autre côté, comme l'explique James Randi:

Bien des gens ont eu l'expérience de retourner à l'un des lieux de leur enfance et d'éprouver un frisson en sentant le passé lointain affluer subitement. Se retrouver devant un monument ancien peut procurer d'étranges sentiments, qui semblent produits par l'édifice même plutôt que par la conscience qu'on a du passé et des ombres qui y sont associées. Il serait difficile de pénétrer Notre-Dame de Paris sans être ému par tout ce que l'endroit évoque.

Le sentiment d'être lié à des personnes ou des événements du passé, je l'ai éprouvé souventes fois dans des lieux comme Newgrange, l'abbaye de Westminster, la reconstitution du cabinet d'Isaac Newton à Babson College, la basilique de Santa Croce, Christ Church, à Oxford, que John Locke a déjà fréquentée. On ne peut nier de tels mouvements de la pensée, mais les attribuer à une espèce d'énergie paranormale ou surnaturelle laissée par des personnes qui sont passées par là auparavant est une erreur qu'on peut écarter après quelques moments de réflexion.

D'autre part, même s'il est irrationnel de croire, par exemple, que le chandail d'un assassin psychopathe est contaminé par une espèce de résidu ou d'essence du mal laissé par son porteur, il est probablement plus naturel de faire preuve de superstition à propos du vêtement que d'y être indifférent. Le scepticisme au sujet du paranormal, y compris des croyances qu'il peut y avoir transfert d'une essence ou d'une «mémoire» entre un objet et une personne qui est venue en contact avec cet objet, pourrait ne pas être naturel. En effet, cette attitude semble aller à l'encontre de notre histoire évolutive et des premières expériences de la petite enfance. Le psychologue Bruce Hood démontre d'une façon assez convaincante que la croyance au paranormal est plus naturelle que le scepticisme. J'ai écrit, dans ma critique de l'ouvrage de Hood, SuperSense: Why We Believe the Unbelievable:            

Nous avons peut-être une tendance naturelle à donner un tour surnaturel à nos expériences, mais la nature spécifique de nos divinités ne nous est pas native. De même, nous avons peut-être tendance à voir le monde comme rempli de substances pourvues d'essences et de propriétés accidentelles, mais cela ne signifie pas qu'il y a vraiment des essences ou des substances existant indépendamment de notre expérience. Notre langage, avec ses sujets et ses prédicats, reflète notre façon naturelle de voir le monde, mais nos cerveaux nous disent que le monde n'a pas à se conformer à la manière dont nous le percevons instinctivement...
 
Il est vrai que bien des enfants et des adultes acceptent le surnaturel et le paranormal jusqu'à ce qu'on les infirme au-delà de tout doute raisonnable. Il est vrai que bien des adultes n'abandonneront jamais leurs superstitions, peu importe la preuve existant à ce sujet. Il est également vrai que beaucoup d'adultes vont rejeter toute affirmation jusqu'à ce qu'elle soit prouvée au-delà de tout doute raisonnable...
 
Il se peut que le cerveau ait une tendance naturelle à attribuer un sens spécial à certaines personnes, certains lieux ou objets. Mais il est également capable de voir que certaines pierres ou montagnes, ou certains chapelets sont sacrés uniquement parce qu'on les considère tels. Si une personne est capable de voir qu'on ne peut attribuer la qualité de porte-bonheur à une patte de lapin, presque tout le monde devrait pouvoir dépasser la tendance naturelle d'attribuer des qualités magiques à des objets ordinaires. L'une des raisons les plus évidentes pour lesquelles nous ne sommes pas tous embourbés dans un monde régi par la superstition, c'est la capacité d'apprendre. Il y a toutefois des limites à ce qu'on peut apprendre, et le savoir n'est pas toujours suffisant pour renverser des croyances erronées et des comportements autodestructeurs. Et sans aucun doute, nombre de nos croyances fausses ou irrationnelles nous procurent du réconfort. (Pour reprendre les idées de Hood, les croyances et pratiques superstitieuses réduisent le stress causé par l'incertitude.) Faire le tri entre celles qui sont nuisibles et celles qui ne sont que bénignes n'est pas toujours facile, mais il ne nous sert à rien, en tant qu'espèce, de reconnaître qu'un sens du sacré et du profane nous suivra toujours, sans pourtant rien faire pour éliminer les superstitions et tabous les plus nocifs.

Il est plus sûr de considérer la psychométrie comme une croyance naturelle qui a mal tourné que comme une percée scientifique qui nous permet de voir une réalité ou tout s'inscrit dans un grand ensemble. Les concepts clefs à saisir pour bien cerner la psychométrie sont la pensée magique, la crédulité, l'imagination, le désir, la validation subjective, la lecture à froid, la pensée sélective, le préjugé de confirmation et ainsi de suite. Le sentiment que certains éprouvent lorsqu'ils obtiennent l'autographe d'une célébrité devrait se reconnaître pour ce qu'il est: «un faux sentiment d'intimité» (pour reprendre le terme du champion de basket-ball Bill Russell, qui n'accordait jamais d'autographe). Le faux sentiment d'intimité qu'expriment certains en saisissant les clefs ou les gants d'une personne disparue doit être vu pour ce qu'il est réellement - une pure exploitation de la crédulité d'autrui, du délire, ou un mélange des deux.

Buchanan a également réglé le problème de la dualité corps-esprit en découvrant la sarcognomie.

 

Note du relecteur :

Ce terme possède une autre acception en psychologie, ainsi définie dans le Grand Dictionnaire terminologique : « évaluation des capacités psychiques d'un individu à l'aide de tests et d'autres techniques scientifiques ; elle constitue la base de la psychotechnique. »*

Cette polysémie, non retenue par tous les dictionnaires, est attestée dans le Trésor de la Langue Française informatisé* ; le mot psychomètre, associé à l'idée de « quantifier » les phénomènes psychiques, apparaît dans la langue française dès 1764.*

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2014 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2014 Les Sceptiques du Québec, inc. (version française)