Accueil » Ressources » Dictionnaire sceptique » Canular Pufedorf

Canular Pufedorf

Plaisanterie imaginée par l'artiste multimédia danois Peter Wendelboe au sujet des prétendus exploits de Frode Bay Madsen, soi-disant membre de la résistance danoise durant la second Guerre mondiale, qui aurait détruit à lui tout seul une usine de munitions et un navire appartenant aux nazis. Deux auteurs danois, Ole Hans Jensen et Britt Bartenbach avaient évoqué Madsen dans plusieurs de leurs livres. Lorsque Wendelboe a expliqué qu'il s'était penché sur les exploits de Madsen sans pouvoir en établir la véracité, Jensen et Bartenbach «se sont mis à vilipender» Wendelboe (Larsen 2007).

Wendelboe a lancé son canular le jour où,

pour plaisanter, il a raconté que le navire coulé par Frode Bay Madsen s'appelait sans doute le «Pufedorf». Le nom paraissait bel et bien allemand («dorf» signifie «village» dans cette langue), mais en réalité, il s'agissait d'un palindrome: inversé, il se lit «Frode Fup» - «Frode le Fraudeur». Ni Frode Bay Madsen ni Ole Hans Jensen ni Britt Bartenbach n'ont saisi le très mauvais jeu de mots. Frode Bay Madsen a même déclaré que c'était bien là le nom du navire, ainsi que de l'usine (Larsen).

Dans leur livre suivant, Jensen et Bartenbach ont répété l'histoire du Pufedorf comme s'il s'agissait d'un fait. Les tromper n'a pas dû être bien difficile, toutefois: selon Claus Larsen, Bartenbach cite ses rêves comme sources historiques et se croit médium.

Parmi tous les récits extraordinaires sur lesquels Jensen et Bartenbach ont écrit, Wendelboe a également critiqué celui de Jane Horney, jeune fille dont le père était suédois et la mère, danoise. À 18 ans, selon leur récit, ayant épousé un correspondant de guerre suédois en poste à Berlin, elle aurait usé de ses charmes pour soutirer des secrets militaires à des officiers de l'armée allemande. Après son divorce, elle se serait jointe à la Résistance danoise. Soupçonnée d'être un agent double, elle a probablement été assassinée à la fin de janvier 1945, quoique son corps n'a jamais été retrouvé. Jensen et Bartenbach affirment cependant que «Jane Horney n'a pas été exécutée, mais elle a au contraire poursuivi une surprenante carrière durant laquelle elle a formé Yasser Arafat à la guérilla en Palestine, en 1948, avant de devenir une proche confidente de la reine Elizabeth II d'Angleterre, ce qui lui a valu d'être enterrée à Buckingham Palace à sa mort, en 2003». Les preuves à ce sujet sont sans doute conservées dans un coffre-fort dont seuls les deux auteurs possèdent la combinaison.

Wendelboe s'est inventé plusieurs pseudonymes dans Internet et s'en est servi pour communiquer avec les deux auteurs. Il leur a écrit en se présentant sous le nom d'Inga Hamilton (censée être la nièce de Jane Horney) et les a mis en rapport avec un autre de ses personnages, Helle Scheel Jacobsen (supposée être la fille d'un couple de Danois assassinés en 1948). Wendelboe s'est également créé un faux Italien, Frode E. Bugie («Fraude et mensonges», en italien), un agent de voyage argentin du nom de Timo y Mentiras («Escroquerie et mensonges», en espagnol), de même qu'un certain Emmud Terret Tirbelo (autre palindrome pour Ole Britt er ret dumme - Ole et Britt sont plutôt stupides). Chacun de ces personnages a permis à leur créateur d'emberlificoter davantage ses proies. Wendelboe a même créé un site web censé appartenir à Helle Scheel Jacobsen (en y mettant une photo tirée d'une pub pour une maison de retraite) pour transmettre pendant plusieurs années de fausses informations à Jensen et Bartenbach.

Certaines de ces informations étaient d'une absurdité patente, mais les deux auteurs les ont reprises fidèlement, comme s'il s'agissait de paroles des Évangiles. Ainsi, il ont révélé au monde le fait que «Helle Scheel Jacobsen a fini par devenir chef des Services secrets de la Maison Blanche, à Washington, où elle a travaillé pour quatre présidents, de Ronald Reagan à George W. Bush. Aujourd'hui, elle s'occupe de la sécurité d'Al Gore». Et l'usine de munitions que Madsen affirmait avoir détruite fabriquait des ogives nucléaires pour les nazis! (Larsen)

Le 26 février 2007, à la faveur d'une émission de fin de soirée à la télé danoise, Jensen et Bartenbach sont allés parler du vaste complot ourdi pour cacher la vérité au monde sur leur sujet favori. Comme ils avaient réussi à découvrir le pot-aux-roses, la Médaille d'honneur du Congrès des É.-U. devait leur être décernée...

Le soir suivant, à la même émission, Wendelboe est passé à son tour dévoiler son canular. On peut en apprendre tous les détails dans son site web Pufedorf.dk (en danois), ou dans le site web de Claus Larsen (en anglais).

Bien sûr, tout ce qui précède pourrait n'être qu'un canular de la part de Søren Vilsen et de Claus Larsen. Une personne affirmant être Vilsen a communiqué par courriel avec l'auteur des présentes lignes et l'a dirigé vers le site de Larsen. Une autre personne affirmant être Windelboe a aussi communiqué avec l'auteur, pour rectifier quelques détails erronés de la première version du présent article. À moins que ce ne soit l'auteur même du Dictionnaire qui se paie la tête de ses lecteurs, ou qu'il s'agisse d'un coup de Francs-Maçons, des Illuminatis ou des Atlantes...

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)