Q-Link®

Q-Link

Gamme de pendentifs et de bracelets censés neutraliser les effets nocifs des champs électromagnétiques (CEM) produits par les ordinateurs, téléphones cellulaires et autres appareils électroniques.* Les fabricants et vendeurs de ces colifichets cherchent à faire croire que les CEM constituent «une cause invisible de stress et de fatigue».* (Essayez un peu de réfuter!) En fait, le Q-Link a tout du gris-gris parce que, selon ses inventeurs, il n'utilise pas de composantes électroniques «de façon conventionnelle». Malheureusement, l'électronique conventionnelle montre que de tels talismans ne sont pas en mesure de neutraliser grand-chose, sinon l'esprit critique de l'acheteur.

Ben Goldacre, qui a disséqué le pendentif Q-Link, explique ce qu'il a découvert:

On y retrouve une plaquette à circuits qui n'est pas reliée à quoi que ce soit, si bien qu'aucun circuit n'est réellement formé.

Il comporte huit plaquettes de cuivre, pas plus reliées à quoi que ce soit.

Fixée au centre à l'aide d'une petite soudure, on trouve une résistance zéro ohm qui, elle non plus, n'est reliée à rien.

Pour ceux qui ignorent ce dont il s'agit, Goldacre explique qu'une résistance zéro ohm, c'est

une simple résistance qui ne résiste pas à grand-chose. Dans les faits, il s'agit d'un petit bout de fil métalique caché dans une minuscule boîte. On peut croire que c'est une composante tout à fait inutile, mais on en retrouve souvent dans les circuits modernes, car ils peuvent servir de pont entre les pistes adjacentes de circuits possédant des composantes de taille standard.

Autrement dit, une «résistance zéro ohm» n'est qu'un petit bout de métal, pas une pièce électronique. On peut se procurer tout ce qui compose le pendentif pour quelques cents. Quelle est la source d'énergie de tout ce bazar? Apparemment, son porteur même, qui énergise le bidule par de mystérieuses «fréquences corporelles» ou ses battements cardiaques.

Les breloques Q-Link pendent aux cous de grands noms comme Oprah, Tony Robbins, Madonna, Cherie Blair et de nombreux athlètes. À en croire l'un des vendeurs du bidule, beaucoup de clients satisfaits rapportent des choses comme

... une vaste gamme de bienfaits qui ont amélioré leur qualité de vie.
 
On a également signalé une diminution des effets de l'exposition aux cellulaires, aux ordinateurs et à toutes les formes de CEM. Beaucoup ont dit souffrir de moins de maux de tête et sentir davantage d'énergie à tous les niveaux. D'autres encore ont affirmé se sentir mieux, avoir l'esprit plus clair, jouir d'une meilleure concentration. Ils dorment mieux et éprouvent moins d'anxiété. Plusieurs athlètes de calibre international ont dit que le Q-Link a amélioré leur concentration et leur endurance, ce qui leur a procuré un avantage réel en compétitions.

On peut cesser de couper-coller cette pub là où elle commence à mentir à propos des études scientifiques menées à Stanford, à l'Université de Californie à Irvine, au Imperial College de Londres, à l'Université de Wollongong, en Australie, et à l'Institut du cancer de l'Université de Vienne.

Il serait, en effet, passablement difficile de mener des études sur ce produit puisque, selon ceux qui en font la promotion, il fonctionne grâce à un type d'énergie, la «résonance sympathique», que nul ne sait encore mesurer et qui a évidemment rapport avec la physique quantique. Cette technologie de pointe, dûment brevetée après des années de recherche, fait appel à l'«énergie subtile ou fondamentale», nouvelle catégorie d'énergie physique «semblable à l'énergie électromagnétique ou acoustique, mais à des niveaux si faibles qu'on n'a pour l'instant aucun moyen de la mesurer. Il s'agit d'un champ physique de très faible magnitude». Effectivement, comme explication, c'est très faible. Les braves gens de la Q-Link n'ont pas à relier les éléments électroniques de leur bidule à quoi que ce soit, puisqu'ils les programment à l'aide de leur technologie révolutionnaire, qui - pourquoi pas? - transforme l'énergie d'une des onze dimensions de la théorie des cordes. On ne peut pas la mesurer ni savoir quoi que ce soit à son sujet, sinon qu'elle envoie des fréquences vitales optimales indispensables au système d'énergie humain et qu'elle crée un champ filtrant les énergies indésirables. On ne peut pas la mesurer, mais ça ne va tout de même pas empêcher de balancer toutes sortes de bêtises à son sujet!

Q-Link

Ceux qui donnent leur témoignage à propos de ce produit mentent-ils? Pas nécessairement. Chez certains, le pouvoir de suggestion peut très bien suffire à la production de quelques hormones conférant une sensation de bien-être et de vigueur. Une logique déficiente peut aussi pousser quelques personnes à établir un lien de causalité entre le fait de porter un petit bout de métal dans une boîte de plastique sur elles et tout ce qui peut leur arriver de favorable par la suite. Il faut également compter avec la réticence dont chacun fait preuve quand il faut reconnaître qu'on a fait une bêtise - acheter à prix fort un pendentif ridicule dont la production ne coûte que quelques cents, par exemple, en espérant se protéger des rayonnements nocifs. Seuls des gens superstitieux, totalement ignorants de la physique quantique agiraient ainsi. Et puis, selon un distributeur du produit, plus de 300 golfeurs professionnels portent le Q-Link pour améliorer leur jeu.* Sans doute ont-ils été influencés par le fait que le Q-Link a été nommé «Meilleure nouveauté» lors de l'Expo d'automne de la Professional Golfers Association des États-Unis en 2005.*

Ah oui... il y a également la version canine ou féline du Q-Link.

Il est tout à fait loisible (et moins onéreux) de penser qu'on subira moins de stress et qu'on éprouvera un plus grand bien-être en adoptant de saines habitudes de vie, en faisant de l'exercice et en pratiquant la méditation ou le petit point. Accessoirement, on pourrait aussi éteindre la télé et cesser de lire les journaux.

Et qu'on se le dise: le Q-Link n'a absolument rien à voir avec le Q-Ray.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2016 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)