Radionique

De tous les contextes où il s'est exercé, c'est sans doute dans le domaine de la médecine que le pouvoir trompeur de l'action idéomotrice a été le plus néfaste... Dans toutes sortes de circonstances, nos muscles réagissent inconsciemment selon les attentes qu'on nous a transmises.

 

... la radionique procède avant tout du même mode de pensée que la radiesthésie.

 

Forme de médecine énergétique créée par le Dr Albert Abrams (1863-1924), «porte-étendard des charlatans du XXe siècle».* Abrams se disait capable de déceler les énergies ou vibrations caractéristiques (les radiations) émises par les tissus sains ou malades de toute créature vivante. Il a inventé des appareils censés mesurer cette énergie (ou ces vibrations, ou radiations), et créé un système d'évaluation de ces vibrations en tant que signe de santé ou symptôme de maladie. Voici une description de la façon dont fonctionnait une de ses inventions:

Tandis qu'il donnait de petits coups sur la partie supérieure de l'abdomen d'un homme en bonne santé étendu devant lui, il a demandé à un étudiant de suivre attentivement les changements dans les sons produits.
 
Il a ensuite demandé à un médecin d'approcher un échantillon de cellules cancéreuses du front du sujet, et de lui toucher le front avec l'échantillon à intervalles de quelques secondes.
 
Quand l'échantillon touchait le front de l'homme, le son rendu par son abdomen passait de plein à sourd.
 
Il en a conclu que les vibrations des cellules malades de l'échantillon avaient été absorbées par le corps du sujet, et qu'elles avaient un effet sur les cellules humaines.

Abrams a exposé sa théorie dans New Concepts in Diagnosis and Treatment (1922).* Il a également écrit Human Energy (1919), ouvrage dans lequel il prétend montrer comment toute chose dégage de l'énergie. Il avait même, disait-il, inventé un appareil capable de transmettre des vibrations saines à des tissus ou organes malades, leur redonnant ainsi la santé. Son premier appareil a été le Dynamiseur:

... un petit tube creux en carton d'environ 15 cm de diamètre [contenant] deux électrodes branchées à un fil de mise à la terre. La partie supérieure de l'appareil est un condensateur ordinaire fait de deux disques d'aluminium, un bout de carton intercalaire, et un dessus en bakélite. Un fil d'aluminium va du sommet du Dynamiseur à un amplificateur, construit selon les principes du Magnavox employé pour les récepteurs radio. De l'amplificateur, le fil passe par deux rhéostats - les Réflexophones, tous deux munis de cadrans et d'indicateurs. L'un des rhéostats sert à mesurer le taux, et l'autre, la potentialité de la vibration électronique du spécimen sanguin inséré dans le Dynamiseur. À partir des rhéostats, l'énergie suit un fil jusqu'à une électrode fixée au front d'un témoin, aussi appelé sujet. Il ne s'agit pas du malade même, quoiqu'on puisse parfois employer le patient à ce titre. Le témoin peut être n'importe qui, homme ou femme, pourvu qu'il soit de la meilleure santé possible. Son système nerveux complète le circuit. En d'autres termes, le témoin se trouve à faire partie de l'appareil, tout en jouant le rôle d'une composante essentielle.
 
En notant les réactions du système nerveux du témoin tandis que les rhéostats oscillent d'un chiffre à l'autre, le médecin peut déceler les vibrations correspondant à la maladie présente dans le spécimen sanguin. (Hudgings, 1923)

En théorie, du moins. Placez une goutte de sang dans l'oscilloclaste, expliquait-on, et vous serez en mesure de voir quel mal frappe le patient en comparant l'énergie provenant de l'échantillon sanguin au sang d'une personne en santé.

On a fini par surnommer «boîte noire» l'oscilloclaste, (Williams 2000, p. 2). Le traitement d'Abrams était simple: il s'agissait d'envoyer de l'énergie saine aux zones atteintes afin de contrer l'énergie négative. Il a baptisé cette façon de faire «électronique» ou «thérapie radio», et son système, ERA (Electronic Reactions of Abrams). Au début des années 1920, le président de la Watchtower Society [les Témoins de Jéhovah, Ndt] s'est pris d'enthousiasme pour le ERA et en a préconisé l'utilisation par les Témoins de Jéhovah au cours des 20 années suivantes.* L'un des membres de la secte a même inventé sa propre version de la boîte noire, le Electronic Radio Biola. Un autre témoin de Jéhovah, cependant, considérait l'utilisation d'appareils semblables comme du «démonisme».

Quelques années après la mort d'Abrams, Ruth Drown (1891-1965) a repris le flambeau et créé sa propre thérapie, de même que sa propre boîte noire. Abrams était un médecin de San Francisco qui avait étudié sa discipline en Europe; Ruth Drown était naturopathe et ostéopathe. Elle a baptisé son œuvre Drown Radio Therapy. Sa boîte noire, censée capable d'adopter la longueur d'onde du patient, pouvait, à l'en croire, transmettre son énergie curative sur de grandes distances. Drown affirmait pouvoir prendre des «images photographiques et radio» des organes internes à partir d'une goutte de sang, et transmettre des radiations capables d'enrayer les hémorragies (Williams, p. 89). Au cours de tests effectués à l'Université de Chicago, la boîte noire n'a malheureusement pas donné les résultats escomptés. «Les chercheurs qui ont mis les affirmations de Drown et d'autres experts en radionique à l'épreuve n'ont pu les vérifier» (Williams, p. 2). Des praticiens contemporains comme Linda Lancaster se vantent d'avoir «traité avec succès» des milliers de clients par la radionique ou par toute une gamme de pseudo thérapies de même nature.

Abrams diagnostiquait les problèmes de santé de ses patients en personne ou à distance. Dans le premier cas, il reliait son appareil (dans lequel il mettait une goutte de sang du patient) au malade même. En le frappant légèrement à l'estomac, il se disait en mesure d'envoyer une vibration le long de l'épine dorsale de son client, vibration qu'il pouvait ensuite mesurer et transformer en diagnostic. À distance, il comparait l'énergie du sang d'une personne en santé à celle du patient selon la procédure décrite précédemment. Des représentants de l'American Medical Association (AMA) lui ayant un jour envoyé à des fins d'analyse le sang d'un cochon d'Inde en parfaite santé, Abrams a déterminé qu'il provenait d'une personne atteinte d'un cancer, d'une infection à streptocoque et de problèmes sinusiens (Williams, p. 37). L'AMA a ensuite procédé à l'examen d'une des boîtes noires d'Abrams pour y trouver «un ohmmètre, un rhéostat, un condensateur et un interrupteur magnétique», rien qui permette de lire ou de transmettre une énergie quelconque.

Radionique

En Angleterre, un ingénieur civil s'est mis sur le rail de la radionique en inventant sa propre version de la boîte noire. George De La Warr (1905-1969) a vu à l'œuvre le «Homo Vibra Ray Instrument» de Drown au cours de la Seconde Guerre mondiale, et l'a cru utile dans le traitement de la pneumonie.* Après le conflit, il a mis au point son propre appareil. En faisant glisser les doigts sur la bande de caoutchouc intégrée à son modèle, on faisait osciller l'aiguille d'un ohmmètre, qui avait tendance à s'attarder sur différents points indicateurs de maladies» (Williams, p. 37).

Ses boîtes comportaient un certain nombre de cadrans qu'on tournait jusqu'à ce que le glissement des doigts sur la bande de caoutchouc semble changer de caractère. L'ensemble des cadrans donnaient alors un chiffre à l'opérateur. Chaque boîte était accompagnée d'un Guide des conditions cliniques, une liste de chiffres à consulter pour déterminer de quoi souffrait le patient. Par exemple, 901 signifiait «toxines» et 907, «fracture». «Hématome» était indiqué par 80799, et 60404 correspondait à un «déséquilibre glandulaire» (Randi 1995).

Un admirateur explique ainsi le raisonnement derrière les théories d'Abrams:

Étant donnée la structure électronique de la matière et sa propriété générale de radioactivité, le Dr Abrams en est venu à penser que pour débarrasser un organisme de la maladie, il est essentiel d'aller au-delà des tissus cellulaires pour se rendre au niveau de la structure des atomes. Il lui semblait raisonnable de penser que la maladie peut produire certains changements dans le taux ou le mode de rotation des électrons des atomes touchés, et que l'organisme resterait déséquilibré tant que les électrons ne reprendraient pas leurs vibrations normales. L'idée semble tout à fait raisonnable, mais la façon de corriger les anomalies des vibrations électroniques constituait le problème de base. Il est manifeste que les électrons planétaires des systèmes atomiques peuvent obéir à beaucoup de mouvements différents en même temps, tout comme les planètes d'un système solaire quelconque au cours de leur déplacement orbital. Il a semblé au Dr Abrams, par conséquent, que chaque maladie pourrait posséder son taux vibratoire particulier, ou plutôt le pouvoir de changer le mouvement des électrons d'une façon caractéristique, sans pour autant détruire les mouvements vibratoires que les électrons possédaient auparavant. Dans un tel cas, une analyse électronique du sang ou des tissus révélerait l'existence de la maladie s'y trouvant, pour peu qu'on mette au point une méthode pour la détecter. Étant d'un naturel créatif, le Dr Abrams s'est donné pour objectif de créer un appareil pouvant déceler la présence de ces taux vibratoires hypothétiques et les enregistrer séparément...*

L'utilisateur d'une boîte noire peut sûrement produire des lectures mesurables avec les ohmmètres et rhéostats, mais rien ne porte à croire que la mesure de la résistance électrique présente un rapport quelconque avec d'éventuelles vibrations pathologiques des électrons ou d'une énergie quelconque. Toutefois, les partisans de la radionique n'identifient pas nécessairement énergie et radiations ou champs électromagnétiques, comme le faisait Abrams. Ils peuvent aussi bien voir dans cette énergie des auras, le chi ou l'orgone. Ainsi,

... Parmi les nombreux imitateurs d'Abrams, on retrouve Royal Raymond Rife (1888-1971), Étasunien selon qui le cancer était causé par des bactéries. Au cours des années 1920, il a prétendu avoir créé un puissant microscope capable de détecter les microbes vivants grâce à la couleur des auras produites par leurs taux vibratoires. Son Générateur de fréquences Rife est censé produire des ondes radio de fréquences identiques qui détruisent les sales bestioles, tout comme la voix d'une cantatrice fait voler en éclat un verre de cristal. La Société du cancer des États-Unis a fait remarquer que même si des ondes sonores peuvent briser le verre, les ondes radio de la puissance de celles qu'émet le Générateur n'ont pas l'énergie suffisante pour détruire des bactéries.*

L'œuvre de Rife se poursuit par la pratique de Diane Spindler, Renewal Enterprises, Hulda Clark et bien d'autres.

Lorsque les tests ne permettent pas d'établir si les boîtes noires fonctionnent comme elles sont censées le faire, ou si elles ne font que mesurer la résistance électrique, leurs partisans avancent qu'un élément paranormal quelconque «est intimement lié à la radionique, et que les radiations mesurées ressemblent à celles que ressentent les radiesthésistes»; la personne qui utilise l'appareil doit posséder des pouvoirs paranormaux (Williams, p. 37).

Les praticiens parlent volontiers de leurs nombreux clients satisfaits, mais il s'agit là de la seule preuve qu'ils peuvent avancer de l'efficacité de la radionique. Bien entendu, les morts ne laissent pas de témoignages.* Sans doute, Abrams et De La Warr ont fait fortune en louant leurs boîtes noires. Drown, qui vendait les siennes, en a elle aussi tiré un profit considérable. Encore aujourd'hui, un grand nombre de guérisseurs emploient des appareils électroniques pour «traiter» des plantes, des animaux, des êtres humains, le sol ou à peu près tout ce qui leur vient à l'esprit.* Ils affirment savoir quelles vibrations ou fréquences sont bonnes ou mauvaises, et connaître le secret pour les détecter et les utiliser. Ils peuvent par conséquent à la fois diagnostiquer et traiter à l'aide de leur boîte magique. Un partisan de la radionique décrit la chose ainsi:

La radionique est une méthode de détection et de manipulation des énergies subtiles liées à la matière physique, animale, végétale ou minérale. On la décrit, de façon générale, comme un système pour lequel des «boîtes noires» configurées de façon étrange servent à déceler et à traiter les maladies des organismes vivants, qu'ils soient animaux ou végétaux, n'importe où dans l'univers.*

Un autre ajoute ce curieux élément d'information:

... comme les traitements de radionique se déroulent à un niveau non physique, ils ne peuvent endommager les tissus vivants ni produire d'effets indésirables non naturels. Par la radionique, on cherche à guérir l'homme dans son ensemble, en visant sa santé globale ou entéléchie. Cette santé globale est une force unitaire au sein des structures de l'être humain qui assure le fonctionnement adéquat et optimal des systèmes physiologiques.*

Le lecteur se demande sans doute comment ce qui ne soigne pas au niveau physique peut avoir un effet sur la santé ou la maladie. Il se demande peut-être comment il est possible de guérir l'ensemble sans toucher aux parties constituantes. Il se demande sans doute pourquoi on appelle radionique toute cette pata-médecine. Malheureusement, il n'y a pas de réponse. On peut également se demander si les praticiens de la radionique sont des fraudeurs. Dans certains cas, sûrement, mais il y en a sûrement aussi beaucoup qui vivent dans un monde d'illusions. Ils n'ont pas compris qu'ils posent inconsciemment les gestes susceptibles de leur donner des résultats faussement précis. Ils croient que les boîtes noires répondent à d'obscures énergies, alors qu'en fait, ce sont leurs propres attentes inconscientes qui les font réagir. Leurs préjugés métaphysiques et leurs croyances à propos des vibrations, des fréquences, et de choses semblables se trouvent confirmés chaque fois que l'appareil fonctionne comme ils s'y attendent, et chaque fois que leur patient semble satisfait. Par contre, quiconque cherchera des preuves objectives montrant que ces appareils marchent comme on le prétend sera grandement déçu. On ne les teste que rarement sous de bonnes conditions, et lorsque c'est le cas, le test est négatif.

Les charlatans employant des appareils qui sont censés détecter et guérir des maladies à l'aide de «fréquences» ou de «vibrations» sont légions. (On en trouvera des exemples ici, ici, ici, ici, et ici.) L'attrait de cette forme de médecine est double: le patient évite la chirurgie et les médicaments, tout en se faisant traiter par un appareil magique d'autant meilleur que la médecine scientifique cherche à le «cacher» à tout le monde. Inutile de dire que si ces appareils fonctionnaient vraiment, les médecins seraient les premiers à y recourir.

Certains charlatans affirment qu'ils peuvent diagnostiquer des allergies à l'aide du biofeedback (réaction galvanique de l'épiderme, exactement comme pour le polygraphe!) Ils prétendent lire les fréquences numériques des allergènes. Mais les allergènes n'ont pas de telles fréquences, et même si c'était le cas, un appareil mesurant la réaction galvanique de la peau n'aiderait en rien, puisqu'il ne fait que mesurer la résistance épidermique à un micro-courant électrique. Une entreprise, AllegiCare Relief Centers, fait plus qu'utiliser l'appareil à biofeedback bidon que tout le monde connaît, elle emploie également un laser pour stimuler des points «bioméridiens» imaginaires (dans le style de l'acuponcture), ce qui est censé renforcer les organes pour qu'ils cessent de réagir aux allergènes. Par un autre bidule, le PAP-IMI, on promet même aux cancéreux qu'ils pourront éviter la chimiothérapie. Le représentant au Congrès américain Jay Inslee a demandé que le Congrès fasse enquête sur les appareils de «médecine énergétique» après le décès d'un garçonnet de cinq mois qu'on avait soumis à un traitement parfaitement inutile au PAP-IMI.* D'autres boîtes noires emploient, nous raconte-t-on, la physique quantique pour diagnostiquer et guérir. C'est le cas du EPFX, inventé par William Nelson, recherché par la police fédérale étasunienne. Nelson n'est malheureusement pas le seul à offrir la guérison par la physique quantique.

 

Source: Skeptic's Dictionary Retour à l'index

Haut de page
© 2017 Robert Todd Carroll (version anglaise)
© 2017 Les Sceptiques du Québec (version française)